Clochette et la Fée Pirate

  • Production : DisneyToon Studios et Prana Studios
  • Titre original :  The Pirate Fairy
  • Titre français : Clochette et la Fée Pirate
  • Sortie française : 2 Avril 2014
  • Sortie américaine : 1er avril 2014
  • Durée : 1h18
  • Long-métrage d’animation 3D
  • Réalisateur : Peggy Holmes
  • Scénario : Tom Rogers et Ryan Rowe
  • Musique : Joel McNeely
Affiche Clochette et la Fee Pirate

Le synopsis

Une gardienne de poussière de fée nommée Zarina vole de la poussière de fée bleue, très importante dans la Vallée des Fées et s’enfuie afin de rejoindre les pirates de Skull Rock, Clochette et ses amies doivent se lancer dans l’aventure afin de rétablir l’ordre.
Cependant, au milieu de leur quête, leur monde est bouleversé. Elles découvent ainsi que leurs talents respectifs ont été changés et elles doivent mener une course contre la montre pour récupérer la poussière de fée bleu et retourner dans la Vallée des fées pour saauver l’arbre de poussière de fée.

En vidéo

Critique : Clochette et la Fée Pirate

Après cinq réalisations consacrées à la Fée Clochette depuis 2008, les DisneyToon Studios confirment définitivement leur amour pour cette féerique franchise, devenant à présent un rendez-vous à renouveler chaque année – et à ne pas manquer. Apparue pour la première fois dans Peter Pan (1953) de Clyde Geronimi, 14e Classique d’animation des Studios Disney, Tinkerbell a su conquérir le coeur de tous les spectateurs, des plus jeunes aux plus âgés au fil des années. Contrairement au nouvel univers inspiré de Cars avec Planes de Klay Hall, la poussière de fée attire autant la gente féminine que masculine. Ainsi, après des sorties passées exclusivement dédiées au marché de la vidéo comme Clochette et la Pierre de Lune (2009) ou Clochette et l’Expédition Féerique (2010), ses aventures, au soutien grandissant, se poursuivent au cinéma depuis Clochette et le Secret des Fées (2012). Ce passage au grand écran résulte également des recettes encourageantes, prouvant de nouveau l’engouement certain d’un public de masse. L’expérience est sciemment réitérée avec Clochette et la Fée Pirate de Peggy Holmes et il suffit d’analyser les premiers chiffres suite aux différentes avants-premières organisées avant sa sortie nationale le 2 avril 2014.

Zarina la fée Pirate !

Zarina, une fée aussi imaginative que redoutable, se retrouve bannie suite à ses expériences destructrices. Enrôlée dans la piraterie, elle continuera sa science aux côtés du séduisant pirate, James Crochet. Lorsque Clochette et ses amies découvriront la manigance de leur ancienne alliée, elles feront le nécessaire pour l’empêcher de mettre en péril la Vallée des Fées. Mais suite à l’ingéniosité de Zarina, les choses seront loin d’être aisées.

https://radiodisneyclub.fr/wp-content/uploads/2014/04/clochetteimage1.png

Malgré les quelques remarques habituelles en matière de critique pour les DisneyToon Studios, Clochette et la Fée Pirate, d’une durée d’une heure et quinze minutes, constitue l’une de leurs meilleures productions. En effet, ils tentent de se rapprocher, tant bien que mal, des grands classiques d’animation Disney, et cela débute dès le commencement du film avec l’apparition première d’une nouvelle animatique présentant le logo des DisneyToon Studios. L’efficacité du long-métrage provient aussi du mélange bienvenu entre l’aspect merveilleux de l’univers de Peter Pan et l’aspect aventureux qui rappelle sans nul doute l’éclatante saga Pirates des Caraïbes, première trilogie signée Gore Verbinski, ou encore la série jeunesse Jack et les Pirates, principalement diffusée sur Disney Junior. Une touche d’humour porte enfin le parfait équilibre entre les deux perspectives précédemment citées. Que l’on soit en quête de magie ou d’expédition, chacun y trouvera son compte. L’envoûtement est soutenu par ses protagonistes et notamment par la nouvelle arrivante : Zarina. De part son look méticuleusement détaillé, tant par sa chevelure ébouriffée que par son style vestimentaire plus osé, et son caractère rebelle (faisant presque écho à la production Pixar du même nom) qui accroissent notre identification – et plus particulièrement celle de notre génération actuelle – avec le personnage. Les héroïnes pré-existantes de Clochette, Noa et Rosélia, en passant par Ondine, Iridessa et Vidia, sont quant à elles étonnement plus exploitées ; Clochette n’est plus le seul et unique personnage principal ! Cette prodigieuse équipe devra enfin apprendre à travailler ensemble et à combiner leur différent talent, pour le meilleur et pour le pire. Si les pirates, menés par James – pas encore – Crochet, constituent un équipage tout aussi charismatique, le dernier intervenant symbolique du film reste Croc, un irrésistible bébé crocodile à la recherche de câlins – et de sa maman – reprenant les principaux traits d’Olaf, l’attendrissant bonhomme des neiges de La Reine des Neiges (2013) de Jennifer Lee et Chris Buck.

Joel McNeely réalise de superbe musique !

La musique, composée par Joel McNeely, reste l’un des principaux atouts du film. En effet, si le compositeur abandonne de nouveau l’instrumentation celtique propre à la Fée Clochette, la bande son insiste promptement sur l’émotion des personnages comme il est possible de le voir dans les oeuvres des Walt Disney Animation Studios. Parfois enchanteresse, parfois triste, l’artiste incorpore également plusieurs partitions chantées parmi lesquelles nous pouvons citer les entraînantes : Who I Am, Weightless ou la chanson des pirates intitulée The Frigate That Flies. A l’évidence, Clochette et la Fée Pirate se revendique comme un véritable hommage à Peter Pan (1953), d’où l’évidente phrase d’accroche apparue lors de sa campagne publicitaire : « Inspiré du monde de Peter Pan », soit un procédé entièrement similaire à celui de Planes et de Cars. Et pour cause, il est incroyable d’observer la richesse des références : les personnages comme le crocodile ou le capitaine crochet, quelques paysages comme le rocher du crâne ou le pays imaginaire vu en plongée.

https://radiodisneyclub.fr/wp-content/uploads/2014/04/clochetteimage2.png

Produire vite à moindre coût

Si l’animation se développe légèrement après chaque réalisation, le flagrant manque de texture nuit néanmoins à la qualité du film ; le studio conserve toujours la même politique « produire vite à moindre coût », autrement dit la quantité semble malheureusement être privilégiée à la qualité. La deuxième remarque négative, couramment associée au département d’écriture, s’adresse à son scénario beaucoup trop simpliste. Effectivement, impossible de s’attendre à quelques éléments de surprise même si l’on compte, fort heureusement, quelques bons points scénaristiques, comme le chamboulement des pouvoirs des différentes héroïnes. Ce cruel manque de créativité naît du fait que Clochette et la Fée Pirate s’apparente à un véritable préquelle de Peter Pan (1953), en instaurant les figures emblématiques de l’oeuvre tel que l’imposant Capitaine Crochet – à ce titre, nous conseillons de rester sagement à votre place durant le générique du film. Une question essentielle se pose désormais : serait-il envisageable de mettre en scène la rencontre et l’amitié naissante entre Clochette et Peter Pan ? Aussi, tout comme Planes, Clochette tend également à élargir sa gamme de produits dérivés proposées par la franchise Disney Fairies, idéales pour arrondir les fins de mois de la Walt Disney Company.

Oyé Moussaillons !

Clochette et la Fée Pirate se présente comme un hommage grandiose à l’univers de Peter Pan, inauguré en 1953. Mieux encore, ce sixième épisode montre l’implication de l’équipe du film à exploiter davantage les oeuvres des DisneyToon Studios, notamment en terme de personnage et de musicalité, acquis qui permettront de s’interroger enfin sur la simplicité des scénarios. Peut-on promettre que Clochette et la Créature Légendaire, prochaine aventure prévue pour 2015, se définira comme l’oeuvre finale et suprême du studio ? Seul l’avenir nous le dira ! Pour l’heure, patientons avec Clochette et la Fée Pirate, un film divertissant à voir absolument au cinéma et en famille ! 

20 Partages
Partagez20
+1
Tweetez