Rogue One : A Star Wars Story

  • Production : Walt Disney Pictures et Lucasfilm
  • Titre original : Rogue One : A Star Wars Story
  • Titre français : Rogue One : A Star Wars Story
  • Sortie française : 14 décembre 2016
  • Sortie américaine : 16 décembre 2016
  • Durée : 2h14
  • Long-métrage live 2D
  • Réalisateur : Gareth Edwards
  • Scénario : Chris Weitz
  • Musique : Michael Giacchino

Le synopsis

Dans une époque de conflits, un groupe d’improbables héros se rassemble dans une mission afin de voler les plans de l’Étoile Noire, l’ultime arme de destruction de l’Empire. Cet événement clé dans la chronologie de Star Wars regroupe des personnes ordinaires qui choisissent de réaliser des choses extraordinaires, et ce faisant, de prendre part à quelque chose de bien plus grand qu’eux-mêmes.

Critique du film

Après un an d’attente, des bandes-annonces par dizaines, des infos au compte-goutte, des reshoots inattendus qui ont abouti à un bad buzz, et une campagne de promotion géante orchestrée par Gareth Edwards sur de nombreux plateaux télé, il est désormais temps de découvrir, enfin, serait-on tenter de dire, Rogue One : A Star Wars Story, le premier spin off de l’univers galactique de Lucasfilm. Voici notre donc notre avis.

Rogue One – le film

Depuis samedi soir, et l’avant-première mondiale à Hollywood, il était difficile de patienter. Surtout qu’à l’issue de cette séance, les critiques dithyrambiques ont afflué de toute part. Que ce soient des réalisateurs, des acteurs, ou des invités, le mot d’ordre qui résonnait de chaque personne : « C’est génial ! »

Il était temps alors pour Radio Disney Club de se faire sa propre opinion qui est garantie 100% sans spoiler. Vous pouvez donc lire l’article dans son intégralité.

Forest Whitaker, Felicity Jones et Ben Mendelsohn

L’action du film prend place entre les épisodes III et IV de la saga Star Wars. Mais c’est un spin-off. Donc pour le novice, il s’agit d’un épisode unique qui raconte un fait particulier dans l’univers étendu de la galaxie Lucasfilm.

Le film est centré sur l’action d’un commando de rebelles chargé de voler les plans de l’étoile de la mort à L’Empire. De ce fait, il nous permet de faire connaissance avec un panel de nouveaux personnages très intéressants.

En premier lieu, il y a bien entendu Jyn Erso, alias Felicity Jones, le personnage féminin principal de ce long métrage. C’est une volonté actuelle de la part des producteurs Lucasfilm de donner la part belle aux femmes dans l’univers Star Wars. Et Il faut avouer que le pari est réussi. Elle porte à merveille la rébellion et le discours qui va avec ! En effet, à l’instar de Daisy Ridley/Rey dans Le Réveil de la Force, Felicity Jones porte une partie du film sur ses épaules avec son charisme indéniable, prête à tout pour une mission casse-cou.

Bien entendu, il ne faut pas le nier non plus, elle est bien aidée dans sa tache par toute la palette des seconds rôles utilisés à bon escient. Car c’est plus un groupe qui est le personnage principal du film, plutôt que des individualités. De Diego Luna (Cassian Andor), à Riz Ahmed (Bodhi Rook), en passant par Donnie Yen (Chirrut Imwe), Jiang Wen (Baze Maldus) ou Forest Whitaker en Saw Gerrera, chaque personnage apporte sa pierre à l’édifice de la réussite exemplaire du film.

Tous les personnages sont bien développés et tout est savamment dosé pour qu’ils s’intègrent parfaitement à l’aventure. Et qui dit univers Star Wars, dit forcément méchant d’envergure.

Et il faut bien avouer que nous sommes servis. Le directeur Orson Krennic interprété par l’australien Ben Mendelsohn est parfait dans le rôle : un vrai méchant charismatique, digne de ce nom, ce qui manquait, les fans vont acquiescer, dans Star Wars, le Réveil de la Force. Bien sûr, il n’est pas seul dans la catégorie bad guy puisque, sans spoiler, vous connaissez tous la présence de Dark Vador dans le long métrage au travers des bandes annonces. Et sans rien dévoiler de son rôle, sachez que l’une des scènes où le seigneur Sith est présent, fera, sans nul doute date et va rester dans les annales de l’univers.

Affiche alternative Dark Vador

Rogue One – notre avis

Mais que serait ce spin-off sans son réalisateur. Car la star du film, c’est bien entendu Gareth Edwards. MONSIEUR Gareth Edwards serons nous tenter de dire.

Tellement décrié depuis 1 an, conspué parfois, mis en pâture par les hordes de fans souvent, il a tenu le film à bout de bras et ce n’est un secret pour personne il était attendu au tournant. Et bien sachez que la première chose que nous avons envie de lui dire, c’est juste un « Merci ! ».

Merci pour avoir rendu cet épisode possible. Merci d’avoir tenu contre vents et marées face à la débauche de critiques qui ont émaillé la production de Rogue One. Merci de nous avoir offert la plus grande bataille de l’histoire de la saga. Merci d’avoir offert l’épisode le plus sombre de l’univers (au même titre que l’Empire contre-attaque). Merci de ses moments de tension, d’intensité dramatique jamais égalés par les autres films.

Car elle est bien, là, la force du film. Elle nous offre un film différent des autres mais en même temps, complètement connecté. C’est un vértiable film de guerre dans l’univers Star Wars, avec son bourbier, ses scènes d’action dantesques et sa débauche de moyen. Mais aussi, rassurez-vous, tout ce qui fait la force de la saga : des personnages hauts en couleurs, un bestiaire galactique fourni, des références aux autres films disséminées ça et là, le tout de façon parfaitement harmonieuse. Rien ne dénature le matériaux d’origine, mais en même temps on assiste rien moins qu’au renouveau de la franchise.

Donnie Yen et Jiang Wen

Les effets spéciaux sont prodigieux hormis peut être un seul, mais on n’en voudra pas à Gareth Edwards. Celui-ci restera un choix discutable pour certains mais cet effet participe allègrement au fan service. Hormis un ou deux bémols techniques donc, le reste est d’une qualité technique inégalée.

Merci Disney, Merci Lucasfilm, Merci Gareth. La force a été avec vous pour cette nouvelle aventure. Et le fan de base se prend à rêver de multiples spin-offs du même calibre. Avec une réussite d’une telle facture, la galaxie lointaine très lointaine de l’univers n’est pas prête de quitter le monde du cinéma.

Star Wars Rogue One arrive en 2016 !

Un titre officiel pour le premier spin-off de la saga Star Wars vient d’être divulgué par Bob Iger, CEO de The Walt Disney Company. C’est donc le fameux Escadron Rouge qui sera mis en valeur le 16 décembre 2016. Place à Star Wars: Rogue One (près d’un an après Star Wars – Le Réveil de la Force).

Star Wars Rogue One en route !

Disney confirme également que l’actrice britannique Felicity Jones sera au casting du film, qui sera dirigé par Gareth Edwards.

star wars rogue one concept art

Jane Wilde Hawking dans Une Merveilleuse Histoire du Temps

Le tournage devrait débuter cet été à Londres. Bob Iger a également annoncé que l’Episode VIII sortira le 26 mai 2017 et sera, quant à lui, dirigé par Rian Johnson.

Découvrez un premier concept art publié le 19 avril 2015 de Star Wars Rogue One partagé par @bcbishop sur Twitter:

star wars rogue one concept art

Rogue One – A Star Wars Story : photos de 3 costumes

Nous abordions il y a peu toutes les informations officielles et officieuses du deuxième projet Star Wars sous l’égide de Mickey. Rogue One – A Star Wars Story, attendu pour Noël prochain, continue de faire parler de lui sur la toile. En effet, des photos exclusives de trois costumes des héros rebelles du film viennent de fuiter. Il s’agirait vraisemblablement des costumes des trois mercenaires joués par Diego Luna, Felicity Jones et Donnie Yen. Ces costumes ont été exposés à la Toy Fair 2016 de Nuremberg et nous parviennent grâce aux fils Twitter  Jedi News et Darren on Twitter.

Rogue One : costumes et accessoires de Diego Luna, Felicity Jones et Donnie Yen

>

Rogue One : A Star Wars Story
Noter cet article