Thor : Ragnarok

  • Production : Marvel Studios
  • Titre original :  Thor : Ragnarok
  • Titre français : Thor : Ragnarok
  • Sortie française : 25 octobre 2017
  • Sortie américaine : 3 novembre 2017
  • Durée : inconnue
  • Film live-action 3D
  • Réalisateur : Taika Waititi
  • Scénario : Craig Kyle, Christopher Yost et Stephany Folsom
  • Musique : inconnu
  • Casting : Chris Hemsworth (Thor), Jaimie Alexander (Sif), Mark Ruffalo (Professeur Bruce Banner / Hulk), Tom Hiddleston (Loki), Cate Blanchett (Héla)

Le synopsis

Thor est emprisonné de l’autre côté de l’univers sans son marteau et se retrouve dans une course contre la montre pour revenir à Asgard et arrêter Ragnarok, la destruction de sa patrie et la fin de la civilisation Asgardienne, qui se trouve entre les mains d’une nouvelle menace, Hela. Mais d’abord, il doit survivre à un combat de gladiateur mortel qui l’oppose à son ancien allié Avengers : l’incroyable Hulk.

La critique de Thor : Ragnarok

Si AC/DC donne le rythme à Iron Man, le groupe Led Zeppelin illustre bien le périple de Thor avec  sa chanson Immigrant Song et donne le tempo au Dieu du Tonnerre lors de ses divers combats. En effet, dans ce troisième opus, Thor (Chris Hemsworth) n’a pas fini de lutter pour sa survie face à des ennemis aussi retors les uns que les autres. Un sacré programme est proposé à notre héroïque divinité : entre un demi-frère qui change de camp comme d’apparence, prénommé Loki (Tom Hiddleston) ; un démon, Surtur, qui attend avec impatience de déclencher le Ragnarok ; Hela (Cate Blanchett), la déesse de la mort dont le désir inavoué est de régner sur Asgard, sans oublier des retrouvailles musclées avec son collègue et ami Bruce Banner alias Hulk (Mark Ruffalo)…  Alors maintenant que nous avons pris place dans l’arène, que les gladiateurs ont été présentés, saluons le réalisateur Taika Waititi – qui fait son entrée dans l’écurie Marvel ! – et que le spectacle commence…

Changement de ton pour la fin des mondes

Pour ce troisième chapitre, Taika Waititi renouvelle le genre ! Il change le ton, l’ambiance, le rythme… pour le plus grand bien de la franchise Marvel. Souvenez-vous, les deux premiers opus nous ont présenté un nouveau type de super-héros : les dieux nordiques, qui ont su s’imposer à travers la galaxie grâce à leur puissance et leur humour. En effet, ils ont maintes fois démontré leur force face à de nombreux adversaires, et pas des moindres. Bien que les films précédents soient dotés d’une pointe de sarcasme, l’ambiance se voulait sérieuse et sombre, ce qui contrastait avec la magnificence et la luminosité d’Asgard. Cette fois-ci, bien que l’action et l’adrénaline soient au rendez-vous, l’aventure est rendue plus pétillante (ou flashy) grâce aux couleurs plus vives et au petit côté rétro et électro de certaines compositions musicales qui font référence aux années 70-80, mais également grâce à l’humour. Les effets humoristiques sont si drôles qu’ils ne proviennent pas seulement du scénario en lui-même, mais également des acteurs, qui ont su faire corps avec leurs personnages et qui ont profité d’une certaine liberté pour improviser. Ils s’en sont donné à cœur joie, comme le prouve leur capacité à rebondir sur les répliques de leurs partenaires tout en créant une alchimie entre eux pour notre plus grand plaisir. Même si les thèmes abordés sont récurrents dans l’univers de Thor (la famille, la trahison… ), ce nouvel opus parvient à nous révéler des choses inédites sur Asgard elle-même, mais également sur la famille royale composée de grands guerriers, de bons vivants, d’êtres aimants et protecteurs dotés d’une dévotion absolue pour leur peuple !

Thor ragnarok

Une technologie de pointe dans un monde apocalyptique

Thor : Ragnarok est un film d’action rythmé par des courses poursuites et des combats en tout genre et particulièrement spectaculaires. Encore une fois, l’entreprise ILM, mondialement connue pour son travail sur les effets visuels et ses évolutions techniques, se surpasse : les charmes d’Asgard n’ont rien à envier à la planète Sakaar, véritable bijou de technologie rendu possible notamment grâce à l’utilisation des hologrammes. Les effets visuels permettent d’apprécier le travail réalisé autour de chaque personnage pour le rendre plus réaliste et fluidifient les scènes d’action. Par exemple, les mouvements de caméra dans la scène de l’arène sont immersifs et nous intègrent au public assis dans les gradins. Ainsi, nous participons à l’effervescence du lieu et nous soutenons notre champion. L’ambiance de cette scène et la manière dont l’arène est construite fait écho aux combats de gladiateurs durant les jeux antiques dans le Colisée, lorsque Rome était à son apogée.

Des personnages très bien caractérisés

Nous retrouvons nos héros dans le lieu le plus incongru de la galaxie :  Sakaar. L’histoire se situe quelques années après les événements qui se sont produits dans Avengers : l’Ere d’Ultron et nous permet de savoir ce que sont devenus Thor, Loki, Hulk, Heimdall (Idris Elba)… Les personnages secondaires sont très bien travaillés, et tout particulièrement les deux nouveaux : Le Grand Maître et Valkyrie. Le Grand Maître est interprété par Jeff Goldblum, qui incarne à merveille un politicien aussi loufoque que tyrannique puisque, sous ses airs de souverain cool, il gère d’une main ferme une dictature avec l’aide de ses mercenaires. D’ailleurs, il nous a préparé une petite surprise à la toute fin du générique ! Sous les traits de Valkyrie, Tessa Thompson a fait un travail remarquable pour nous familiariser avec cette nouvelle héroïne attachante qui est aussi puissante que Sif, la grande absente de cet opus. Et pour la première fois depuis bientôt dix ans, nous avons l’honneur de découvrir et de voir en action sur grand écran, LA PREMIÈRE MÉCHANTE, et pas n’importe laquelle, puisqu’il s’agit d’Hela, la déesse de la Mort, en personne. C’est la talentueuse Cate Blanchett qui prête ses traits à cette divinité froide, machiavélique, sans état d’âme, qui ne connaît pas la pitié et qui se veut invulnérable. Cette première méchante n’a rien à envier à ses confrères masculins, puisqu’elle en surpasse même plus d’un. Comme son nom l’indique, elle sème la mort et le chaos partout sur son passage… Durant cette épopée, nous avons le plaisir de retrouver de nombreux caméos, tels que les trois compagnons de guerre de Thor (Volstagg, Fandral et Hogun), notre incontournable Stan Lee et, comme annoncé à la fin de Dr Strange, notre super-héros mystique épaule Thor pour une mission plus personnelle…

Dans cet opus, le réalisateur change de tonalité et propose un film sur le Dieu du Tonnerre sous un nouvel angle. Le producteur des Marvel Studios, Kevin Feige, avait annoncé que les prochains films (Thor : Ragnarok, Black Panther, Avengers : Infinty War et Ant-Man and The Wasp) seraient uniques en leur genre, et nous pouvons affirmer qu’avec celui-ci, c’est bien parti ! Thor : Ragnarok offre un vrai spectacle avec des scènes d’action impressionnantes. Ce long-métrage fait de nombreuses références aux anciens épisodes de la saga, mais également aux divers films du MCU. Même si le contenu est plutôt classique, nous sommes emportés dans cette aventure dès les premières minutes et nous passons un excellent moment en compagnie des divinités nordiques. Thor réussira-t-il à mettre fin au Ragnarok et éviter la réalisation de cette prophétie ? Réponse sur vos écrans.

Sara Razowski

Thor : Ragnarok
5 (100%) 1 vote