Le Parapluie Bleu

  • Production : Pixar Animation Studios
  • Titre original :  The Blue Umbrella
  • Titre français : Le Parapluie Bleu
  • Sortie française : 10 juillet 2013
  • Sortie américaine : 21 juin 2013
  • Durée : 06 minutes
  • Réalisateur : Saschka Unseld
  • Scénario : Saschka Unseld
  • Musique : Jon Brion

Depuis l’inoubliable Paperman, notre fanatisme pour le court métrage devint profondément intense, plus particulièrement lorsqu’il concerne l’univers merveilleux des studios Disney•Pixar. Et sans stupéfaction, le dernier film d’animation intitulé Le Parapluie Bleu (The Bleu Umbrella) attise notre enthousiasme en six minutes.

Le Parapluie Bleu des studios Pixar

Projeté avant le très attendu Monstres Academy (Monsters University), cette œuvre réalisée par Saschka Unseld, grâce aux logiciels révolutionnaires de l’informatique, confirme à nouveau le talent et la maîtrise de la major américaine pour la CGI animation. Après WALL•E, pensiez-vous que seuls les êtres animés pouvaient avoir des sentiments ? Cette trouvaille scénaristique produite par le vécu du cinéaste, nous emporte au cœur des imposantes rues de New-York. Lorsqu’un terrible orage s’abat dans les allées mouvementées, les parapluies accourent pour nous abriter. Cependant, quel pourrait être le produit d’une rencontre entre deux objets de notre quotidien ? Plus que de coutume, la filiale de Disney préserve le même état d’esprit : pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple.

A chaque nouvelle conception, nous sommes ébahis devant le travail graphique effectué, de sa modélisation, en passant par ses textures, jusqu’à son animation.

Un court-métrage Disney et Pixar en 3D

Le modelage s’apparente virtuellement à une prise de vue réelle, nous questionnant ainsi : quelles sont les limites de la 3D ? Sans conteste, elles n’existent pas pour Pixar. John Lasseter affirmera à ce sujet : « Lorsque nous avons réalisé Toy Story, notre premier long-métrage, nous souhaitions toujours concevoir des courts métrages car nous pensions que c’était une fantastique façon de continuer à pousser la technologie ». Mieux encore, le rendu final nous plonge aisément dans une optique de stop-motion plus qu’une fabrication en trois dimensions, notamment pour les complices (feux, boîte aux lettres, gouttières…) de nos tourtereaux. Pour cause, le réalisateur n’en est pas à son premier coup d’essai, puisqu’il travailla par le passé sur les grands classiques du studio, comme Toy Story 3 ou Rebelle, au département animation.

https://radiodisneyclub.fr/wp-content/uploads/2013/06/blueumbrellaaa.png

Dans sa plus grande tradition, cette production muette s’oriente principalement vers la sensibilité et la musicalité ; on ne s’exprime pas avec la parole, mais avec nos émotions, tel est l’animation inscrite sur le « visage » des parapluies, une méthode qui avait brillamment fonctionné autant pour WALL•E (2008) d’Andrew Stanton que pour Paperman(2012) de John Kahrs. Mêlant mélancolie et joie de vivre, l’amour triomphe, encore et toujours, malgré bon nombre d’évènements inattendus.

Un film digne des studios Pixar

A travers cette parfaite représentation de la ville tumultueuse, clairement montrer dans Oliver & Compagnie (1988) de George Scribner ou Taxi Driver (1976) de Martin Scorsese, les parapluies semblent exprimer, voire même remplacer les sentiments de leur propriétaire. Le spectateur reste, quant à lui, parfaitement ému, ne souhaitant qu’une chose : les retrouvailles, une fin sans nul doute classique mais ô combien efficace. Ces messages ne seraient point communiqués aussi facilement sans une incroyable élaboration sonore, tant au niveau des bruitages que de la musique composée par Jon Brion (L’Étrange pouvoir de Norman). En effet, la pluie, par exemple, est non seulement parfaitement synchronisée avec l’action, mais pourrait être entièrement considérer comme une partition musicale, ce qu’on appelle communément le mickeymousing, en plus d’être portée par la mélodie et voix angélique d’une jeune chanteuse, Sarah Jaffe. Dans de telles circonstances, comment ne pas penser à la Petite Pluie d’Avril dans Bambi (1942) de David D. Hand.

The Blue Umbrella se révèle être un film digne de la maison de Luxo, non seulement poétique mais aussi novateur, ce qui pourrait mener doucement son réalisateur a des projets de plus grande ampleur. C’est dans un esprit émerveillé que nous pouvons à la suite découvrir le digne préquelle de Monstres et Cie (2001) de Pete Docter.

Une affiche pour The Blue Umbrella

Has the beautiful, Oscar-nominated Paperman left you yearning for another romantic short from Disney•Pixar? Keep an eye out for Saschka Unseld’s The Blue Umbrella, which premieres at the Berlin Film Festival this week and will be attached to June’s Monsters University. In it, “two umbrellas — one blue, one not — fall eternally in love.” Aww! Here’s the exclusive poster.

Avez vous entendu parler du parapluie bleu ? Mieux encore, en version anglaise : The Blue Umbrella ? Il s’agit du prochain court métrage d’animation en 3D des studios PIXAR, qui précédera Monster Academy le 10 Juillet prochain réalisé par Saschka Unseld. Après une courte bande-annonce diffusait en début d’année, le studio dévoile sa première affiche le 14 Février, en ce jour de Saint Valentin au festival du film de Berlin.

https://radiodisneyclub.fr/wp-content/uploads/2013/02/021313_blueumbrellaposter.jpg

Cette histoire s’adapte parfaitement en cette journée des amoureux car elle conte, sous une pluie torrentielle, le coup de foudre d’un petit parapluie bleu, différencié de tous ses compères noirs, à un parapluie rouge. Si cette aventure peut sembler perplexe de prime abord, n’oublions pas que le studio PIXAR est renommé pour faire de l’originalité dans la simplicité.

Le-Parapluie-Bleu court-metrage-Disney-Pixar

Le court-métrage Pixar Le Parapluie Bleu

A l’image de « Paperman » le court métrage difusé avant Les Mondes de Ralph au cinéma, Disney Pixar a prévu pour son prochain film à sortir sur le grand écran un autre court-métrage : Le Parapluie Bleu

Cette nouvelle histoire qui est pleine de romantisme et de douceur raconte l’histoire de deux parapluies en couleur et d’un amour difficile dans les ombres de la ville.

Le second opus de Montres & Cie projeté en Disney Digital 3D™, qui sortira le 10 juillet 2013, sera donc précédé d’un court métrage aussi abouti que délicat, j’ai nommé Le Parapluie Bleu.

Cette petite parenthèse en couleur produite par Marc Greenberg et réalisée par Saschka Unseld nous entrainera dans un monde gris et terne, où un amour plein de poésie et de douceur grandira sous des trombes d’eau. Un parapluie bleu tombera fou amoureux d’un parapluie rouge au milieu des affres et des intempéries de la ville.

Le-Parapluie-Bleu-Un-nouveau-Disney-Pixar

Le Parapluie Bleu
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *