• Production : DisneyToon Studios
    • Titre original :  Planes
    • Titre français : Planes
    • Sortie française : 09 octobre 2013
    • Sortie américaine : 09 août 2013
    • Durée : 92 Minutes
    • Réalisateur : Klay Hall
    • Scénario : John Lasseter Klay Hall Jeffrey M. Howard
    • Musique : Mark Mancina

Critique : Planes

La continuité de la franchise Cars des studios Pixar, composée de deux films ayant illuminé le box-office international, n’est pas anodine voire même entièrement prévisible tant les thèmes pouvant être abordés sont abondants. Planes, spin-off réalisé par Klay Hall dont on retrouvera le talentueux John Lasseter, créateur de l’histoire et producteur exécutif, semble assouvir les besoins des studios Disney avant l’enchantement final de cette fin d’année : La Reine des Neiges (Frozen) de Chris Buck et Jennifer Lee. Mesdames et messieurs et vous les enfants, attachez vos ceintures, on redécolle ! Mais après une heure et demie de visionnage, nous ne pouvons nier le frôlement du crash aérien. Certes, il n’y a pas eu de sabotage aux premiers abords, mais simplement un cruel manque de créativité. Et pour cause, le principal intérêt de cette réalisation se concentre essentiellement sur ses produits dérivés, une vision néanmoins ingénieuse quand on analyse l’acharnement des consommateurs – particulièrement les enfants – envers Cars, Quatre Roues (2006) de John Lasseter.

Dusty Crophopper, jeune avion épandeur, témoigne pour seule ambition sa participation à la compétition de vol la plus rude et la plus rapide du monde face à de redoutables adversaires. Et malgré son vertige, le précieux soutien de ses amis et son propre courage lui permettront de concourir afin de montrer aux yeux du monde ce que l’on peut être si l’on croit en ses rêves – et capacités !

Il convient encore de le rappeler : Planes n’est pas un film Pixar ! Ce long-métrage converse l’ensemble de ce qui a été réalisé par le passé dans le monde des voitures, de son scénario aux personnages en passant par sa chute. Surfant sur ce succès autant sur le point filmique qu’économique, nous faisons face à un Pixar, ou devrait-on malheureusement dire une copie, à tous les niveaux. Comme dans le milieu de l’art, cette imitation n’égale évidemment pas l’œuvre originale, attestant ici d’une animation beaucoup plus pauvre, de textures moins poussées et de personnages radicalement simplistes et peu attachants, un ensemble qui place le spectateur sur un siège éjectable. Il aurait fallu laisser à Disney ce qui est à Disney et rendre à Pixar ce qui est à Pixar. Même si la comparaison peut paraître saugrenue – mais nécessaire, nous sommes ainsi loin des rendus artistiques des grands  artistes du studio caractérisé par Luxo et il est dès lors inutile d’espérer quelques surprises… Doit-on conclure que le studio voulait poursuivre une production destinée aux jeunes garçons comme c’est le cas pour les filles avec l’attendrissante série Clochette ?

https://radiodisneyclub.fr/wp-content/uploads/2013/10/images1.png

Un succès pour les DisneyToon Studios

L’épuisement des DisneyToon Studios semble inéluctable à la vue de son line-up. Néanmoins, un travail aussi titanesque que demande la modélisation 3D mérite d’être saluée. Le temps et budget accordés sont évidemment inférieurs à celui d’un Pixar ou d’un Disney Animation, mais malgré un rendu sans prétention, ce dernier s’améliore au fil du temps et il suffit de comparer Planes et La Fée Clochette sortie en 2008 pour s’en rendre compte : animation plus présente et plus complexe, multiplication des couleurs… Les références à Cars sont nombreuses (tracteurs-vaches, chaîne de télévision…), matérialisant encore et toujours l’envers du décor de Flash McQueen. Nous survolons heureusement des pays qui n’ont pas directement été traité dans Cars 2 (2011) comme le Mexique ou l’Allemagne. Les protagonistes n’attirent en revanche pas entièrement notre sympathie. Leur charisme apparaît dans notre version française grâce aux différents doubleurs, particulièrement impliqués dans ce travail qu’ils considéraient auparavant comme un rêve inaccessible. A titre d’exemples, le célèbre humoriste Fred Testot parvient étonnement à retranscrire les émotions du personnage dans sa vocalise, de même pour Leila Bekhti, gardant sa voix courante mais sensuelle qui sied parfaitement à la douce Ishani. Aussi, que serait une production Disney sans un minimum d’humour ? Bien que l’on puisse témoigner de sa présence, celui-ci restera difficile à déceler pour les plus jeunes.

La leçon transmise au spectateur découle plus facilement grâce aux compositions du virtuose Mark Mancina, musicien de Tarzan (1999) de Chris Buck. La force musicale se rapproche directement des thèmes de guerre américains avec les instruments de la famille des cuivres, et on retrouve également l’utilisation des fameuses percussions enseignées à la Remote Control Productions (anciennement Media Ventures), studio de musique fondé par Hans Zimmer (Pirates des Caraïbes, Le Roi Lion). Dans la même lignée, on notera les quelques ressemblances mélodiques avec Twister (1996) de Jan de Bont.

https://radiodisneyclub.fr/wp-content/uploads/2013/10/images2.png

Mayday ! Planes est une production qui amusera sans nul doute les jeunes enfants, offrant un message classique mais efficace : il faut croire en soi pour atteindre son but. Cependant, il reste un véritable calque sans envergure face à l’univers de Cars pourtant si riche. Nous aurions directement privilégié une sortie vidéo puisque l’expérience du film au cinéma semble inexistante – hormis le fait qu’il soit précédé par le captivant teaser de La Reine des Neiges. D’ailleurs, la compétition n’est pas uniquement fictive puisque le dernier chef-d’œuvre des studios Dreamworks, intitulé Turbo, sortira la semaine suivante, qui intéressera évidement la majorité des enfants. DisneyToon Studios semblent avoir de la suite dans les idées puisqu’une suite est déjà prévue l’année prochaine. Planes : Fire and Rescue (2014) arrivera t-il à changer notre triste opinion de cette nouvelle franchise ?