Alice de l’Autre Côté du Miroir

Image Une_Alice de l'Autre Côté du Miroir Affiche VF

Alice de l’Autre Côté du Miroir : critique

Le temps est une notion complexe. Représentant du passé intemporel, du présent furtif et du futur prévisionnel, il permet de garder en mémoire les souvenirs qui forgent la personne que nous devenons. Dans cette nouvelle aventure, intitulée Alice de l’Autre Côté du Miroir, qui sortira dans les salles obscures le 1er juin 2016 en France, Alice passe de l’autre côté du miroir pour rencontrer le Temps. Au cours de son périple, elle apprendra toute l’étendue du pouvoir incontrôlable de ce mouvement continu et des lourdes conséquences qu’il cause, s’il est utilisé à mauvais escient. Le temps est perçu par certains comme un allié et par d’autres comme un ennemi, et même un voleur pour Alice. Malheureusement pour notre héroïne, le Temps n’a pas apprécié ses voyages temporels et lui a fait comprendre. Si briser un miroir apporte sept ans de malheur, passer au travers lui en a coûté tout autant.

  • Production : Walt Disney Pictures
  • Titre original :  Alice Through the Looking Glass
  • Titre français : Alice De l’Autre Côté du Miroir
  • Sortie française : 01 juin 2016
  • Sortie américaine : 27 mai 2016
  • Long-métrage live-action 3D
  • Réalisateur : James Bobin
  • Scénario : Linda Woolverton
  • Musique : Danny Elfman

Lewis Carroll et Walt Disney : une aventure merveilleuse depuis 1923

Les œuvres de Lewis Carroll, Les Aventures d’Alice aux Pays des Merveilles (1865) et sa suite De l’autre côté du miroir (1871) ont grandement inspiré Walt Disney. En effet, notre héroïne a permis aux studios de créer sa première série qui mêle animation et prises de vue réelles, en utilisant le procédé technique de la Rotoscopie, inventé par les Frères Fleischer (Superman, Popeye The Sailor…). Intitulée Alice Comedies, nous suivons les aventures d’Alice, interprétée par Virginia Davis et remplacée par Dawn Evelyn Paris à partir de l’été 1925. Cette série se compose d’un épisode pilote muet, Alice’s Wonderland, réalisé en 1923 en noir et blanc dans les studios situés à Kansa City. Puis, s’en est suivie la création de 57 épisodes, diffusés de 1924 à 1957. Alice a contribué au lancement de la carrière de Walt Disney à Hollywood, grâce à elle, il a pu certifier ce qu’Alice a toujours pensé : « rien n’est impossible ».

Alice (Mia Wasikowska) returns to the whimsical world of Underland in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS. In the all new adventure Anne Hathaway returns as the White Queen, Matt Lucas is the Tweedles, Stephen Fry is the voice of Chessur, Michael Sheen is the voice of the White Rabbit, Timothy Spall voices Bayard, Paul Whitehouse is the voice of the March Hare and Barbara Windsor is the voice of Dormouse.

Grâce au succès de sa série, Walt Disney a pu fonder l’actuel The Walt Disney Company. En 1936, le réalisateur David Hand permet à Mickey de vivre une expérience unique, que seule Alice avait expérimenté jusqu’à présent. En effet, dans l’épisode de la série de cartoons Mickey Mouse, intitulé De l’autre Côté du Miroir, l’équipe en charge du projet s’est inspiré du second roman de Lewis Carroll, pour que notre souris préféré ait la possibilité de traverser le miroir au beau milieu d’un rêve pour découvrir et s’aventurer dans un Pays des Merveilles où les objets inanimés de la réalité s’anthropomorphisent. D’ailleurs, la séquence de la danse est un bel hommage au numéro de claquette que Fred Astaire a réalisé pour le film Le Danseur du Dessus (de Mark Sandrich, 1935).

Alice (Mia Wasikowska) returns to the whimsical world of Underland in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS, an all-new adventure featuring the unforgettable characters from Lewis Carroll's beloved stories.

A la fin des années quarante, il a décidé de renouer son lien avec la littérature britannique et la petite Alice en réalisant un long-métrage qui sera entièrement réalisé en animation à cause de la complexité de l’univers de Lewis Carroll. En 1951, le public découvre Alice aux Pays des Merveilles, qui n’a pas eu le succès escompté à sa sortie en salles malgré la bonne presse et les critiques positives autour du film. Sa notoriété s’est construite avec le temps et fera de ce dix-septième long-métrage d’animation des Studios le treizième Grand Classique de la firme.

Time's seconds and minutes in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS.

Alice continue de faire rêver des générations d’enfants sur plusieurs siècles.

Pour continuer de donner vie à ce conte intemporel, Disney décide en avril 2007 de remettre  les aventures d’Alice sur le devant de la scène mais cette fois-ci en live action. En novembre, le réalisateur Tim Burton rejoint l’équipe à la demande des studios, même si ce choix n’a pas fait l’unanimité particulièrement à sa sortie. En 2010, Tim Burton dévoile son long métrage Alice au Pays des Merveilles dans lequel nous retrouvons ses fidèles acolytes : Danny Elfman à la musique, Johnny Depp sous les traits du Chapelier Fou et Helena Bonham Carter que nous adorons détesté en Reine Rouge… De plus, nous découvrons le nouveau visage d’Alice, Mia Wasikowska qui voit sa carrière hollywoodienne décollée. Tim Burton a réalisé un film très personnel dans lequel nous retrouvons son univers et son atmosphère aussi gothique que loufoque, qui s’harmonise excellemment bien avec celui de Lewis Carroll. Son long-métrage entrelace les deux tomes. En effet, nous avons une jeune femme et non pas une petite fille comme dans le film d’animation et le premier tome. Malgré de nombreuses polémiques qui se sont soulevées autour du choix du réalisateur et des changements à répétition de la  date de sortie, Alice au Pays des Merveilles  a réussi à conquérir les spectateurs puisqu’il a atteint la 23ème place au Box-Office mondial et engrangé 1,025 milliards de dollars de recette au total.

Alice (Mia Wasikowska) returns to the whimsical world of Underland in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS, an all new adventure featuring the unforgettable characters from Lewis Carroll's beloved stories..

Après un tel succès, il était évident que les Studios décident de mettre en production un deuxième volet. Avec un budget estimé à 170 000 000 de dollars, soit moins que le premier (200 000 000 $) et l’absence de Tim Burton a la réalisation à cause d’un planning trop chargé au moment de la mise en production de la suite puisqu’il était pris par la réalisation de son biopic Big Eyes, comment ce deuxième volet allait suivre l’exemple de son aîné ? Alice de l’ Autre Côté du Miroir  a vu le jour en gardant à peu près la même équipe. Ainsi, nous retrouvons les producteurs Walt Disney Pictures, Joe Roth (Roth Film), Suzanne et Jennifer Todd (Team Todd) ainsi que Tim Burton (Tim Burton Productions) et Legend3D. Linda Woolverton conserve son poste de responsable de l’équipe scénaristique. L’atmosphère du Pays des Merveilles créée par Tim Burton est préservée ainsi que le casting qui voit l’arrivée d’un nouveau membre, Sacha Baron Cohen, se dévoilant sous les traits du Temps pour sa première collaboration avec Disney. Toute cette équipe se retrouve sous la tutelle du réalisateur britannique James Bobin, pour une nouvelle collaboration avec les Studios. James Bobin a débuté sa carrière sur le petit écran. Il a écrit, réalisé et produit quelques séries dont Da Ali G Show (2000-2003) avec Sacha Baron Cohen ou encore Flight of the Conchords (2007-2009). Il a débuté dans le milieu cinématographique chez Disney avec Les Muppets Le Retour (2011) pour lequel il a été récompensé d’un Christopher Awards. En 2014, il a réalisé la suite des aventures des Muppets avec Opération Muppets, pour lequel il a été primé d’un Heartland.

Alice (Mia Wasikowska) returns to the whimsical world of Underland in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS, an all-new adventure featuring the unforgettable characters from Lewis Carroll's beloved stories.Lindsay Duncan is Helen Kingsleigh and Leo Bill is Hamish.

A travers une analyse critique

L’équipe scénaristique est revenue pour ce deuxième épisode. Ils ont travaillé pour être au plus proche de l’œuvre de Lewis Carroll, De l’autre côté du Miroir, tout en gardant la continuité narrative du premier film et ainsi créer une œuvre originale. Malheureusement, nous en sommes loin et le scénario comporte de nombreuses failles. Même si certaines choses sont très bien retranscrites, comme le premier passage à travers le miroir, l’histoire est beaucoup trop basique et sans surprise. D’ailleurs, les passages où Alice conduit la chronosphère et cherche son chemin à travers l’Océan du Temps  met en scène la quête d’inspiration des scénaristes pour écrire la suie du récit. En effet, l’intrigue est racontée de manière très hésitante et manque de profondeur, qu’elle finit par perdre son héroïne et nous perdre par la même occasion dans cet océan sans fin.

Alice (Mia Wasikowska) returns to the whimsical world of Underland in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS, an all new adventure featuring the unforgettable characters from Lewis Carroll's beloved stories..

Comme toujours, nous retrouvons la magie Disney toujours fidèle aux valeurs familiales. Par le biais de ces voyages temporels, les personnages nous rappellent que, même si nous faisons  tous des faux pas et souhaitons réécrire le passé pour potentiellement le rendre meilleur, ce n’est pas la solution. Au contraire, il est préférable et même bénéfique de tirer les bonnes leçons, en regardant au-delà des apparences, pour ne pas répéter les mêmes erreurs. Comme toujours, Disney nous offre un divertissement à plusieurs lectures pour satisfaire un public familial et que tous puissent passer un agréable moment.

Alice (Mia Wasikowska) returns to the whimsical world of Underland in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS, an all new adventure featuring the unforgettable characters from Lewis Carroll's beloved stories..Lindsay Duncan is Helen Kingsleigh.

Alice de l’Autre Côté du Miroir reprend toute l’ambiance qui imprègne les décors burtonniens. Les personnages secondaires comme Bayard (Timothy Spall), le Chat de Cheshire (Stephen Fry), le Lièvre de Mars (Paul Whitehouse), les jumeaux Tweedledee – Tweedledum (Matt Lucas) ou encore Mallymkun (Barbara Windsor) et notre cher Hamish (Léo Bill) qui, directeur de la compagnie et marié, se cache toujours sous les jupons de sa mère, restent fidèles à eux-mêmes.

Sacha Baron Cohen is Time in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS, an all new adventure featuring the unforgettable characters from Lewis Carroll's beloved stories.

Au niveau des personnages principaux, les acteurs sont toujours aussi excellents mais ne permettent pas de rattraper la platitude du récit :

Mia Wasikowska

Nous retrouvons Mia Wasikowska dans le rôle-titre, qui est devenue une jeune femme aguerrie. Capitaine du navire le Wonder, le bâtiment de son défunt père, elle fait tout pour atteindre l’impossible et le rendre possible. Elle symbolise la femme forte, le nouveau genre d’héroïne que met en scène Disney depuis quelques années (dont le tournant a été marqué par Raiponce en 2010). Le problème d’Alice est de vouloir commander et tout résoudre seule et par elle-même, ce qui lui fait commettre de nombreuses erreurs. Dans ces instants, elle nous dépeint le portrait d’une femme qui tire vers l’égoïsme et ne regarde pas plus loin que le bout de son nez, même si son but est très louable à la base. Par chance, cette aventure va lui apprendre l’humilité et la remise en question nécessaire pour avancer, s’améliorer et comprendre que prendre des décisions implique des responsabilités et des conséquences.

Alice (Mia Wasikowska) returns to the whimsical world of Underland in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS, an all-new adventure featuring the unforgettable characters from Lewis Carroll's beloved stories.

Johnny Depp reprend du service sous le haut-de-forme du Chapelier Fou. Ce personnage si fou et joyeux est transformé en héros dramatique qui est remarquablement joué par l’acteur. De plus, nous avons le privilège de découvrir la véritable identité du héros si culte et populaire de ce récit et faire plus ample connaissance avec lui. Par ce film, nous savons enfin pourquoi et comment il est devenu l’emblématique Chapelier Fou.

Alice (Mia Wasikowska) returns to the whimsical world of Underland to help the Hatter (Johnny Depp) in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS, an all-new adventure featuring the unforgettable characters from Lewis Carroll's beloved stories.

Les reines nous laissent perplexes dans ce film. D’un côté, Helena Bonham Carter a repris son rôle d’Iracebeth, alias la Reine Rouge, à la perfection et donne le dynamisme et le souffle qui manquaient cruellement au film. Dans le même temps, nous lui découvrons un nouveau visage (qui était plus que prévisible depuis que Disney retravaille tous ses méchants pour rehausser leurs images en leur ajoutant une part de « bonté »). Parallèlement, Anne Hathaway retranscrit la folie douce de Mirana, la Reine Blanche, et nous rappelle qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Sans surprise, les raisons de la rivalité des deux sœurs sont devinables très rapidement, il en est de même pour la résolution.

Helena Bonham Carter is the Red Queen and Anne Hathaway is the White Queen in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS, an all new adventure featuring the unforgettable characers from Lewis Carroll's beloved stories.

Helena Bonham Carter is the Red Queen and Anne Hathaway is the White Queen in Disney’s ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS, an all new adventure featuring the unforgettable characers from Lewis Carroll’s beloved stories.

Sacha Baron Cohen

Mais qu’en est-il du Temps interprété par le nouveau venu Sacha Baron Cohen ? Entouré de ces fidèles minutes et secondes dont son homme de main, Wilkins (Matt Vogel), qui est un véritable serviteur comme nous les apprécions, le Temps se veut être décalé et plein d’humour, mais dans l’ensemble cela ne fonctionne pas. Nous sourions à certains moments mais pas plus, ce qui est décevant de la part de Sacha Baron Cohen, qui est connu pour ses comédies et a construit sa notoriété sur son humour.

the-only-time-you-ll-want-to-waste-on-alice-through-the-looking-glass-is-on-time-himself-993136

Le réalisateur a invité Humpty Dumpty (Wally Wingert) pour un caméo alors qu’il tient une place plus importante dans le livre puisque le chapitre six lui est dédié. Un très bel hommage a été rendu à Alan Rickman, dont nous avons le plaisir d’entendre la voix à travers le personnage d’Absolem, transformé en un magnifique papillon bleu, plein de sagesse, qui guide Alice dans les deux mondes en lui parlant directement ou en étant une simple présence qui veille au loin sur elle.

Alice (Mia Wasikowska) and Absolem (the voice of Alan Rickman) converse in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS, an all new adventure featuring the unforgettable characters from Lewis Carroll's beloved stories.

Le film est très attendu pour son ambiance atypique et particulièrement son jeu sur les couleurs. Sur ce point, les équipes en charge des effets visuels ont réalisé un travail d’une beauté époustouflante. Nous avons l’impression d’observer des paysages peints sur des toiles tellement ils sont riches en détails et en couleurs et que rien n’est laissé au hasard. D’ailleurs, dans le film, nous pouvons apercevoir des croquis et esquisses réalisés par Tim Burton. L’un des plus beaux jeux de couleurs est le changement physique du Chapelier Fou, qui est remarquable et laisse sans voix. Mais les effets visuels ont aussi leurs limites quand ils sont trop utilisés. Par conséquent, certains effets perdent de leur réalisme et mettent en avant la technique.

Alice (Mia Wasikowska) returns to the whimsical world of Underland in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS, an all new adventure featuring the unforgettable characters from Lewis Carroll's beloved stories..

Danny Elfman a repris du service pour ce nouvel épisode des aventures d’Alice. Même si nous avons le plaisir de retrouver le « Alice’s Theme », le compositeur a créé de nouveaux thèmes qui se rapportent au Temps, à l’histoire du Chapelier Fou… Ajoutés à cela, Danny Elfman a réorchestré des morceaux du précédent film, dont certains ont des sonorités plus aiguës et d’autres des rythmes plus rapides pour accentuer la course contre le temps que mène Alice. Le générique de fin retranscrit l’univers et l’histoire que nous venons de vivre grâce à différents procédés d’animation, comme nous avons eu le plaisir de découvrir dans Le Livre de la Jungle de John Favreau, sous la chanson « Just Like Fire » interprétée par l’artiste P!nk.

Alice de l'Autre Côté du Miroi P!nk

Alice de l’Autre Côté du Miroir n’est malheureusement pas assez abouti, ce qui lui cause de nombreux préjudices. Même si nous avons plaisir de retrouver le casting, l’univers de Lewis Carroll et l’ambiance créée par Tim Burton, tout ceci ne suffit pas pour combler les carences de scénario. Son démarrage très timide au box-office américain lors de son premier week-end d’exploitation montre le manque d’enthousiasme de la part du public outre-Atlantique. Mais qui sait, le temps jouera peut-être en faveur d’Alice comme en 1951 !

Alice de l’Autre Côté du Miroir
Noter cet article