La Belle et la Bête

Technique :

  • Production : Walt Disney Pictures
  • Titre original :  Beauty and the Beast
  • Titre français : La Belle et la Bête
  • Sortie française : 22 mars 2017
  • Sortie américaine : 17 mars 2017
  • Long-métrage live 2D
  • Réalisateur : Bill Condon
  • Scénario : Stephen Chbosky et Evan Spiliotopoulos, basé sur le long-métrage animé de 1991
  • Musique : Alan Menken

L’histoire du film

C’est probablement l’un des films les plus attendus de l’année, et croyez-nous, vous ne serez pas déçus. Dès les premières notes du prologue, vous êtes replongés dans cette histoire fabuleuse qu’il n’est plus nécessaire de présenter : celle de La Belle et La Bête

Certains pourraient estimer que le film est un calque du film d’animation… mais non, c’était sans compter sur le perfectionnisme et l’imaginaire Disney.

Le film est fait de manière à ce que chaque spectateur puisse se reconnecter au film d’animation, et ce grâce à certains dialogues, certaines mises en scène, certaines actions, ou certains plans, qui se superposent à ceux que nous connaissons par cœur. Bien sûr, certaines scènes reprennent presque avec exactitude la version animée (c’est le cas de la scène du village pour la chanson de Belle), mais d’autres sont plus inspirées.

Gaston et Belle dans la Belle et la Bête

Gaston et Belle

La scène de « C’est la fête », par exemple, nous offre un vrai spectacle de cabaret. Lumière y excelle dans l’organisation d’un repas festif, où tout se met en place progressivement. On commence tout en douceur pour aller crescendo vers une apothéose haute en couleur. C’était un vrai challenge du fait que pour cette scène, Emma Watson était seule lors du tournage et devait simplement imaginer ce qui allait se passer devant elle une fois les effets spéciaux mis en place.

Outre cet aspect de préservation du chef d’œuvre de 1991, il y a aussi un aspect d’innovation sur certains points. Vous aurez ainsi de nombreuses réponses aux questions que vous vous êtes peut être posés durant toutes ces années :

  • Pourquoi le château est-il plongé dans un hiver éternel ?
  • Pourquoi les villageois ne semblent pas avoir connaissance de l’existence du château, ou même du prince ?
  • Pourquoi le prince avait-il ce caractère égoïste ?
  • D’où viennent Maurice et Belle, ont-ils toujours vécu dans le village ?
  • Que devient Lefou après la mort de Gaston ?
  • D’où viennent les Objets enchantés, qui étaient-ils avant que le château ne soit ensorcelé ?
  • D’où vient l’enchanteresse ?
  • Pourquoi la rose n’est-elle pas un symbole uniquement pour La Bête ?

Toutes les réponses à ces questions vous seront livrées tout au long du film.

Décors et effets spéciaux

Les décors dans lesquels évoluent les personnages sont aussi d’une grand beauté et d’un raffinement certain.

On passe d’un petit village français, rempli de ses échoppes, ses parterres de fleurs et ses ruisseaux, à un magnifique château au style baroque plein de statues, de dorures et de drapés. Les jardins du château ne sont pas sans rappeler les magnifiques jardins à la française. Ici aussi, même les décors sont évolutifs et peuvent prendre vie selon certains passages du film.

belle et la bête dans la bibliotheque

Décor de la bibliothèque

En ces années où la technologie est toujours plus pointue, les effets spéciaux mis en œuvre pour la réalisation de ce long métrage permettent d’apporter une dimension de spectacle, d’enchantement, et de fantaisie encore plus poussée que dans le film d’animation.

Malgré tout, s’il fallait trouver un défaut ici, ce serait parfois sur La Bête. En effet, les effets spéciaux ont leurs limites et sur certaines scènes, on déplore peut être que La Bête ne soit pas suffisamment bien intégrée au décor. Le manque de réalisme peut se faire sentir par endroit, et les images de synthèse sont trop perceptibles. Mais cela, au milieu de toutes les merveilles que nous offrent ce film, est vite oublié.

Les personnages du Film

Belle : Emma Watson voulait apporter le plus d’humanité possible à son personnage et il ne fait aucun doute que sa mission est réussie. Elle nous offre une interprétation juste et sincère de cette héroïne au cœur tendre et au caractère affirmé. Elle joue aussi bien la carte de la tendresse, de la curiosité, que celle de l’autorité (il en faut tout de même pour faire face à La Bête).

La Bête : Ce personnage apparaît plus sensible que dans le long métrage d’animation. En effet, sous ses traits de bête féroce au mauvais caractère, on se rend compte au fur et à mesure du film qu’il y a un mal-être qui ronge La Bête depuis bien des années. S’il est initialement présenté comme quelqu’un d’égoïste et nombriliste, il nous est permis de le découvrir bien plus ouvert d’esprit, instruit, et généreux. Le film nous donne l’occasion d’en apprendre plus sur les origines de ce personnage énigmatique et de percer certains mystères de son caractère.

La Bête (Dan Stevens)

La Bête (Dan Stevens)

Les objets enchantés :

Quel plaisir de retrouver Lumière, Big Ben, Madame Samovar et leurs amis.

Chaque personnage est présenté fidèlement à ce qu’ils sont dans la version animé. On retrouve aussi bien le côté festif et séducteur de Lumière, l’aspect guindé et peureux de Big Ben, ou encore la sagesse de Madame Samovar. A cela, on peut bien évidemment ajouter le plaisir de découvrir la tendre histoire liant Madame de Garderobe au Maestro Cadenza.

Cette adaptation va d’ailleurs plus loin que nous montrer de simples objets enchantés évoluer dans un château ensorcelé, c’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur chacun d’eux, leurs famille, leur dévotion envers le prince etc…

lumiere-et-big-ben-la-belle-et-la-bete-2017

Visuel de Lumière (Ewan McGregor) et Big Ben (Ian McKellen)

Gaston et Lefou : Si Luke Evans rempli parfaitement son rôle de méchant, bellâtre aux airs stupides, il offre aussi une interprétation plus poussée de son personnage. En effet, son aspect méchant, machiavélique est un peu plus approfondi que dans le dessin animé. Le séducteur est prêt à tout pour épouser Belle, quitte à envisager le pire.

Lefou quant à lui est développé d’une toute autre manière. S’il est présenté comme un suiveur, aux airs loufoques, pendant la première partie du film, il va se montrer bien plus humain que son mentor. Josh Gad interprète d’ailleurs très bien ce rôle, alliant humour et scènes cocasses avec sympathie et empathie.

La belle et la bête josh gad 2017

Luke Evans et Josh Gad sur le tournage du film !

Maurice : Il s’agit probablement du personnage qui a le plus évolué entre la version animé et le live action. Nous en apprenons bien plus sur Maurice, aussi bien sur son métier, que son regard sur le village, ou son amour pour sa fille. Ce fabriquant de boîtes à musique nous est décrit comme un homme au grand cœur, prêt à tout pour sauver sa fille. L’occasion nous est d’ailleurs donné » dans le film d’en découvrir d’avantage sur la passé de Maurice et l’enfance de Belle.

Belle et son père Maurice

Maurice et Belle

La Musique du film La Belle et la Bête

Quel bonheur de retrouver l’une des plus belle bande originale des studios Disney ! Si Alan Menken n’a eu qu’à reprendre les grands succès du long métrage d’animation, on ne peut que le féliciter pour la ré-orchestration effectuée pour le live action.

Chaque chanson, chaque thème a été revu pour nous offrir des versions plus orchestrées, plus soutenues, qui nous enchantent au fil des notes. On peut d’ailleurs compter sur le talent des artistes du casting pour sublimer chaque chanson.

S’il n’a pas été facile pour Ewan McGregor de prendre l’accent Français, son interprétation de Be Our Guest est à la hauteur de nos attentes. Certes il n’est pas possible d’égaler la version d’origine, mais le contrat est rempli. Emma Thompson apport aussi un souffle nouveau sur « Tale as old as Time », sa version est sincère et délicate, il n’est pas question de modifier la chanson, elle y est interprétée avec simplicité et douceur. Emma Watson et Luke Evans, qui ont beaucoup travaillé afin d’interpréter leurs chansons, ont parfaitement rempli leur mission.

Les nouvelles compositions de Menken s’intègrent de manière parfaite au long métrage. Elles auraient tout aussi bien pu être créées il y a 25 ans. Le style des chansons d’origine est parfaitement respecté. Bien qu’on puisse regretter l’absence de « If I can’t love her », de la comédie musicale, la nouvelle chanson de La Bête (« Evermore ») apporte une dimension supplémentaire à son personnage. Cette chanson poignante, reflète parfaitement les sentiments qu’éprouve La Bête envers Belle et sur son sort.

On notera également la prestation remarquable d’Audra Mcdonald, qui, par la puissance de sa voix lyrique, permet d’insuffler un air d’opéra sur ses chansons, et plus particulièrement le final du film où ses quelques notes nous ont faits frissonner.

Céline Dion, qui elle aussi revient 25 ans après pour apporter son talent à la chanson du générique (« How does a moment last forever »), apporte la touche finale à cette BO d’exception en y interprétant avec justesse et sobriété cette belle mélodie.

En conclusion, ce n’est absolument pas une surprise, Menken, avec le talent de tout le casting, réalise d’une main de maître cette somptueuse BO, à écouter en boucle.

emma-watson-belle-dans-sa-tenue-de-bal

Emma Watson en Belle dans sa robe de bal

Pour clore cette critique, on peut tout simplement saluer les Studios Disney qui nous offrent ici une merveille, certainement LE film de l’année 2017. Des personnages aux décors, en passant la musique, tout y est sublimé ! Laissez-vous transporter par cette histoire éternelle, qui enchantera toute la famille.

La Belle et la Bête
Noter cet article