Disney Research : l’outil de montage vidéo automatique

Publié par Florian Mihu le 14 août 2014 | Maj le 19 mai 2017

La filiale scientifique Disney Research de la maison de Mickey nous révèle sa trouvaille du moment : un outil révolutionnaire de montage vidéo pour associer automatiquement différents plans de différentes caméras. L’algorithme du logiciel détecte l’image la plus intéressante à chaque instant  pour créer un montage le plus parfait qui soit.

000015015_imageArticlePrincipaleLarge

Disney Research

Le logiciel se base sur des images enregistrées sur caméras, Smartphones, voire grâce aux fameuses lunettes Google Glass. Il découpe ensuite les vidéos et en sélectionne les plans les plus intéressants artistiquement et techniquement. Ses paramètres sélectifs sont ceux qu’un être humain pourrait prendre en compte : le souci de l’éclairage, le prise de vue, la mise en valeur du (ou des) sujet(s)… Le système va même être capable de suivre les lignes directrices cinématographiques de base, sans intervention humaine, comme éviter les coups de saut (mauvais raccords) entre les caméras.

Il a été développé pour le grand public et souhaite ainsi optimiser le travail des monteurs amateurs mais aussi expérimentés (n’est-ce pas là les prémisses d’une corporation artistique mise à rude épreuve face à la technologie ?). Les développeurs, quant à eux, estiment que ce nouvel outil permettra d’éviter de longues heures fastidieuses de « dérushage ». L’outil a été présenté au Siggraph 2014, une conférence internationale dédiée à l’informatique graphique et aux techniques interactives, qui s’est tenue au Canada du 10 au 14 août. Découvrez-en plus sur ce projet.

Le centre de recherche du groupe Disney Research, installé à Zurich, travaille sur une nouvelle forme de numérisation 3D de l’œil humain, qui reproduit à la perfection les contractions de l’iris. Elle permettra de donner encore plus de réalisme aux personnages de films d’animation et de jeux vidéo.

Disney Research : le robot BeachBot en démonstration

Le BeachBot, création de l’équipe de Disney Research basée à Zurich, est capable de traduire directement des dessins en trajectoires, et parvient à se repérer sans peine et à coordonner ses mouvements sur des surfaces d’une dizaine de mètres carrés environ.

Sans titre

Lorsque le dessin est trop imposant, le BeachBot découpe ce dernier en plusieurs parties, ce qui est bien la seule limitation de cette drôle de tortue dessinatrice. Le robot n’est pas encore autonome à 100% (notamment pour la réalisation des plus gros dessins), mais l’équipe de recherche est confiante sur le fait d’arriver à 100% d’autonomie d’ici quelques années.

Il est également équipé d’un laser relié à son ordinateur de bord, d’une connexion Wi-Fi, et joue donc de ses différents outils pour scanner avec précision le sol devant lui et pouvoir ainsi « tracer » son oeuvre le plus fidèlement possible. Paul Beardsley, le Directeur du pôle de recherche de Zurich, estime qu’à l’avenir ce type de robot sera capable de tracer des dessins de la taille de ceux découverts sur le site de Nazca (Pérou).

Disney Research : le relief au toucher pour tablette tactile

La filiale de recherche de The Walt Disney Company, Disney Research, planche actuellement sur une nouvelle technologie ayant pour objectif de créer une sensation de relief à la surface d’une tablette.

C’est l’une des nouvelles lignes de recherche de la filiale Disney Research, l’essor du relief au toucher notamment d’une tablette tactile. En effet, cette technologie est en pleine étude en ce moment dans les laboratoires de Pittsburgh. Elle aurait pour but de recréer une véritable sensation de relief à la surface d’une tablette.

Les scientifiques sont ainsi en train de développer un nouvel algorithme permettant de créer une des frictions à la surface de l’écran d’une tablette tactile. Dans son communiqué, Disney explique le fonctionnement de cette technologie révolutionnaire : « Controlling Friction Forces on Fingertips Creates 3D Haptic Effects« . Le contrôle des forces de frottement crée des effets sensoriels de 3D. En utilisant la tension électrique, il devient alors possible de modifier la sensation de friction ressentie par l’utilisateur sur les différentes zones de l’écran.

06690778-photo-disney-research.jpg

En jouant sur les différences de tensions entre les diverses zones de l’écran, il devient possible de créer une sensation de texture, de bosses, de creux et de profondeur alors que la surface de l’écran reste complètement lisse.

Cette technologie pourrait bien se retrouver prochainement dans nos futures tablettes et multiplier ainsi le champ des possibilités de manipulation.

Disney met au point une nouvelle technologie 3D

Voilà une nouvelle qui devrait intéresser bon nombre de geeks mais qu’on ne s’y méprenne pas, cette nouvelle pourrait aussi avoir un impact considérable sur le futur des productions Disney.

En effet, le département de recherches de la firme Disney a mis au point un algorithme permettant de convertir des images 2D en un contenu en 3 dimension. C’est à Zurich, en Suisse que les scientifiques ont élaboré cet algorithme.  En soit, la conversion des images n’est pas une technique nouvelle mais le passage de la 2D et la 3D peut causer, dans une image, des « trous » représentés par le noir se situant derrière les objets au premier plan des clichés. Il s’agit donc de combler ces fameuses brèches pour obtenir un parfait rendu de la 3 dimension, la vidéo ci-dessous vous éclairera.

Aujourd’hui, la recherche n’est pas tout à fait aboutie car Disney espère bien parfaire ce procédé et le rendre moins couteux afin de l’utiliser pour ses productions futures. Disney Research utiliserai un « processeur graphique standard »  pour rendre la manœuvre moins chère. Cette recherche sera bénéfique pour les prochains films Disney mais aussi les jeux vidéos et pourrait même convertir les films déjà sortis en une 3D incroyablement réaliste. Pirates des Caraïbes 5 pourrait faire l’objet de test pour ce procédé mais cela n’est pas encore confirmé. Enfin, le but est de pouvoir permettre aux gens de convertir leurs photographies grâce à cette technique et donc de révolutionner le graphisme. Nous vous laissons juger avec cette impressionnante vidéo relatant le but de la recherche et de son rendu :

Technologie : Disney obtient un brevet sur le filtrage des moteurs de recherche

Vendredi 31 octobre, pendant que certains s’amusaient à se faire peur, Disney a obtenu un brevet sur une méthode de filtrage des moteurs de recherche destinée à écarter les sites pirates ou autres sites qu’il trouve peu recommandables, au profit des sites officiels « indiscutables ».

disneysearch

Disney envisage-t-il de créer un concurrent « sécurisé » à Google ? Le créateur de la souris Mickey a obtenu la semaine dernière un brevet sur une méthode de filtrage des résultats des moteurs de recherche, qui explique comment les résultats peuvent être triés pour écarter les sites qui ne seraient pas recommandables aux yeux de l’industriel, et mettre en valeur les sites les plus « propres » les concernant.

« Mesurer simplement le nombre de fois qu’une page web est visitée ou utiliser un index de popularité peut ne pas refléter l’utilité d’une page web pour l’utilisateur qui effectue une recherche« , explique Disney dans le descriptif de son brevet. Le producteur de films et de contenus télévisés pour enfants assure que les utilisateurs tombent contre leur gré sur des sites de piratage et autres activités illicites que la morale et la loi réprouvent, et qu’il faut donc trouver un moyen de les aider à ne plus les trouver. L’objectif affiché est également d’aider les annonceurs à ne pas publier leurs annonces sur des sites avec lesquels ils ne souhaitent pas associer leur image.

La firme pourrait être tentée de lancer son propre moteur de recherche, spécifiquement destiné aux enfants ou aux parents qui veulent accéder à un web « sécurisé ».

Disney Research : l’outil de montage vidéo automatique
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *