Vaiana

En fin d’année 2016, nous avons pu plonger dans les eaux polynésiennes et faire la rencontre de Vaiana, la dernière héroïne Disney en date. Sa superbe chevelure bouclée et ses compagnons sont des signes distinctifs de la jeune héroïne, tout comme… son costume ! Chaque personnage Disney en a un qui lui est propre, et Vaiana n’a pas échappé à la règle. C’est au cours d’un entretien avec le site InsideTheMagic que la conceptrice du costume Vaiana, Neysa Bové, s’est confiée sur le processus de réalisation du vêtement.

Conception du costume polynésien de Vaiana

Inside the Magic : Peux-tu nous donner quelques informations sur ton expérience avec Disney et comment tu as été amenée à travailler sur ce projet ?

Neysa Bové : Honnêtement, travailler pour Disney est tout nouveau pour moi. J’y œuvre depuis maintenant deux ans et j’ai ensuite été amenée à me pencher sur la création du costume de Vaiana. Au départ, j’étais chez Mattel et j’habillais des poupées Barbie. Puis un jour, j’ai été contactée par Disney.

IDM : A quel moment du développement de « Vaiana : La Légende du bout du Monde » as-tu rejoint le projet ?

Bové : Je crois que ça faisait déjà deux ans qu’ils travaillaient dessus. Au moment où je suis arrivée, ils avaient déjà le costume de Maui mais réfléchissaient encore à celui de Vaiana.

Neysa Bové, designer du costume de Vaiana

Neysa Bové, designer du costume de Vaiana

IDM : Quand tu as été intégrée au projet, quelle a été ta première approche ? Dans quelle direction pensais-tu t’orienter pour créer le costume de Vaiana ?

Bové : Avec un passé et une expérience centrés sur la mode, je voulais apporter ce que je connaissais déjà. J’avais remarqué que les costumes envisagés étaient un peu simples. Grâce aux recherches que nous avions faites sur les différentes cultures des peuples des Îles du Pacifique, nous avions vu à quel point leurs costumes étaient détaillés et quels types de textiles ils utilisaient. C’est alors que j’ai pensé : « Il faut que nous apportions tout cela à nos personnages ». C’est de cette base que nous sommes partis.

IDM : L’équipe de production a fait plusieurs expéditions dans différentes îles et est revenue avec des tonnes de photos et de vidéos. Comment as-tu inclus tout cela dans ton travail de création du costume de Vaiana ?

Bové : Une bonne part de mon inspiration est venue de ces voyages. L’équipe de production a ramené énormément d’éléments, d’images et de tissus. Tout cela a permis de donner une image définitive de ce que je voulais pour le look de Vaiana. Différents tissus ont été rapportés, comme du pandanus ou du tapa, qui sont les matières portées par l’héroïne.

costume Vaiana

IDM : La productrice, Osnat Shurer, nous a expliqué qu’elle avait eu quelques idées concernant la conception du costume. Peux-tu nous parler de son influence ?

Bové : Osnat n’est pas la seule à avoir eu des idées. Il y a eu également les directeurs, Ron Clements et John Musker, ainsi que toutes les personnes travaillant sur le projet. Tous les avis comptent. Chaque fois qu’un travail est présenté, chacun peut partager son point de vue : cela nous permet de travailler et de trouver des solutions ensemble. Quand nous travaillions sur le costume de Vaiana, nous voulions quelque chose qui la valorise et qui soit en même temps en relation avec sa culture. C’est pour cela que j’ai décidé d’ajouter de la broderie sur son corset et sa ceinture. J’ai pensé que ça donnerait plus de vie et d’authenticité à son costume. Enfin, le collier est la touche finale qui complète l’ensemble : ce vêtement fait de Vaiana une femme forte.

IDM : Peux-tu nous en dire un peu plus sur ce que c’est que de travailler avec Ron Clements et John Musker ? Tout le monde semble toujours n’avoir que des compliments à leur faire.

Bové : Ils nous ont donné beaucoup de retours sur notre travail. Ils savent ce qu’ils veulent, ce qui est une très bonne choses pour un designer. Il y a des choses très précises qu’ils voulaient pour le costume mais parfois, tu pouvais leur présenter une chose à laquelle ils n’avaient pas pensé et ils te laissaient développer cette idée. C’est vraiment super de travailler avec des gens qui font ce travail depuis si longtemps, mais qui te laissent également essayer de nouvelles choses.

Neysa Bové en compagnie des directeurs Ron Clements et John Musker, lors de l’exposition D23 de 2015

Inspirations et partie technique du costume de Vaiana

IDM : Est-ce que tu as pris ton inspiration des précédents films de la firme et, plus généralement, étais-tu déjà fan de Disney ?

Bové : Je suis une très grande fan de Disney. J’ai grandi avec les films Disney, en Espagne. Mon film préféré était « La Petite Sirène« , et je me rappelle à quel point c’était magique pour moi, étant petite. Je trouve l’inspiration en essayant de retransmettre ce sentiment aux enfants et aux adultes.

IDM : Peux-tu décrire le procédé technique qui t’as permis de partir de tes dessins initiaux pour arriver ensuite aux costumes sur ordinateur, que l’on voit sur les personnages ?

Bové : D’abord il y a l’étape du dessin, puis ce dessin doit être approuvé pour ensuite aller au stade de la modélisation. Le département chargé de cette étape crée une sculpture digitale du costume. Le nouveau projet est ensuite envoyé vers le service de simulation qui ajoute le poids et la gravité au vêtement, pour que ce dernier ait un aspect plus réel. Tout ceci est très technique.

MOANA village costume designs. Artist: Neysa Bové, Visual Development Artist.

IDM : Y a-t-il eu une partie du processus durant laquelle tu as dû faire porter le costume à un vrai mannequin ?

Bové : Eh bien il y a du tissu, comme le tapa, dont sont faits la ceinture et le haut de Vaiana, que l’on ne peut pas vraiment acheter aux États-Unis. La seule chose qui s’en rapprochait le plus, et à laquelle je pouvais avoir accès, était une serviette. Je prenais donc une serviette en papier et je la mettais sur une poupée Barbie. C’est de cette façon que je pouvais voir si les vêtements pouvaient être portés.

IDM : Quelle a été ta réaction quand tu as pu enfin voir le film ? Comment trouves-tu le rendu, sur grand écran, du costume que tu as créé ?

Bové : J’étais vraiment fière de la façon dont le travail avait été fait et des détails qui étaient présents. C’était exactement comme sur mes dessins. Comme vous le savez, Disney porte une attention toute particulière aux détails, même ceux que le spectateur ne voit pas forcément. J’étais vraiment fière du résultat.

Expérience et futur de la costumière de Vaiana

IDM : Pour terminer, quel a été ton ressenti global de ton expérience ?

Bové : Globalement, cette expérience était vraiment particulière pour moi puisque je suis toute nouvelle dans le monde de l’animation. J’ai donc appris beaucoup de choses. C’est comme retourner à l’école, et j’ai tellement appris dans chaque département ! J’ai vraiment aimé collaborer avec cette équipe.

IDM : Qu’espères-tu que les spectateurs retiendront du film et de tes costumes ?

Bové : J’espère qu’ils ouvriront les yeux sur ce que sont les autres cultures. Personnellement, c’est ce que j’ai fait. J’ai pu plonger dans l’histoire de ces différentes cultures, et c’était magnifique de voir les différents tissus qu’ils utilisent ainsi que la façon dont ils créent les vêtements.

IDM : Ton prochain projet pour Disney est « Gigantic ». Peux-tu nous en dire un peu plus ?

Bové : Il s’agit de la version Disney de « Jack et le Haricot Magique« , et je pense que les costume vont être incroyables. Soyez patients. C’est tout ce que je peux vous dire (rires).

Si le costume et le film vous ont plu, découvrez les poupées Vaiana et autres produits Disney inspirés du film d’animation.