chateau film disney

Connaissez-vous le point commun qu’ont tous les films Disney depuis 1985 ? Un petit indice : on retrouve cet élément emblématique dans tous les parcs d’attractions de la firme. Vous avez bien sur reconnu le château de la Belle aux bois dormant. Ce dernier étant un symbole incontesté et annonciateur d’un bon film, il apparaît à partir du trentième film de Walt Disney. Découvrez l’histoire de cette référence à travers les années et la succession des titres qu’il précède.

Une première version du château qui durera 14 ans

Tout commence en 1985, juste avant les premières images du trentième chef d’œuvre de Walt Disney Animation Studios : Taram et le chaudron Magique. Ainsi, alors que le générique débute, un étrange château fait son apparition à l’écran, de haut en bas, avec la mention Walt Disney Pictures en dessous (en surbrillance), avant de voir un arc de cercle se dessiner (tel un passage de la Fée Clochette laissant une traînée de poussière de fée sur son chemin), le tout en bleu clair et blanc sur un fond bleu foncé. Ainsi naît une nouvelle tradition au cœur de la magie Disney. Un château enchanté, découpé comme un store vénitien : une fenêtre s’ouvrant sur une nouvelle histoire contée.

Le château de La Belle aux bois dormant devient vite, alors, le logo de plusieurs studios et production du groupe : Walt Disney Pictures, Buena Vista Motion Pictures Group, Buena Vista Music Group, Walt Disney Television et Buena Vista International.

Alors que cette introduction se perpétue de manière identique durant 14 ans, jusqu’en 1999, c’est le film Tarzan qui clôture cette tradition. Toutefois, une variation en images de synthèses s’affiche en 1995 lors de la diffusion du premier volet de la saga Toy Story, le premier long métrage des studios Pixar. Finalement, cette version alternative fut utilisée durant 12 années, jusqu’au film Ratatouille en 2007.

chateau Toy Story

De ce fait, à partir de Toy Story, cette image s’anime enfin pour faire flotter les drapeaux ou accompagnée d’éléments complémentaires. Pour le film Sacré Père Noel (1998), une première variation affiche une guirlande qui scintille et clignote autour du château (sur un grand classique musical de fin d’année), tout comme au début d’Inspecteur Gadget (1999) qui montre le monument dérailler autant que le personnage principal…

chateau inspecteur gadget

Une introduction totalement personnalisée à partir de l’an 2000

Les studios Disney décident, en 2000, de modifier totalement ce pré-générique. Le film Dinosaures fut le premier à montrer au public que cette introduction n’est plus un simple copier-coller. Cette phase devient ainsi une bonne curiosité avant le début d’une séance culturelle. Cela donne une part de mystère et une première touche d’humour. En conséquence, nous retrouverons trois versions différentes proposées : l’une pour les films d’animations, la seconde pour les films Pixar et la dernière pour les films (ou live actions). Enfin, cette nouvelle présentation sera perpétuée jusqu’en 2006, avant de nouveaux changements.

Les films d’animations Disney

Retrouvez une compilation des meilleurs châteaux sur les dessins-animés de la firme. Tout commence alors avec Dinosaure pour lequel le château apparaît à la lueur d’une torche. En 2001, pour le long métrage de La cour de récrée (issue de la série du même nom), la bande de copains accompagne le fond sonore, et sur la même année, pour Atlantide, L’Empire Perdu, alors qu’une mèche d’explosif remplace le tracé original de la fée, le château en relief sur du métal est éclairé par un reflet d’eau. Au début du second volet de Peter Pan (Retour au pays Imaginaire en 2002), le mouvement de la Fée Clochette est accentué par sa poudre magique se répandant alors. Toujours la même année, pour Cendrillon 2 : Une Vie de Princesse, les feux d’artifices explosent et révèlent la beauté du monument, sur la musique emblématique du film, avant de surprendre le spectateur par le fondu impressionnant du modèle d’inspiration. Enfin, également en 2002, le début de Lilo et Stitch est marqué par cet écho radar mystérieux (tout comme le fond sonore le présentant), juste avant un rayon verdoyant faisant léviter le tout, tel une téléportation vers un vaisseau extra-terrestre.

En 2003, Le Livre de la Jungle 2 débute directement avec l’apparition du château à l’écran, juste avant un spectacle d’ombres chinoises orchestré par Mowgli. Pour finir, également en 2003, Les Aventures de Porcinet débutent sur un air de guitare, et le demi-cercle surplombant le château est rose, en toute simplicité.

L’année suivante nous retrouvons trois nouveaux longs métrages. La Ferme se rebelle démarre par un marquage au fer rouge sur une musique country; Scott le Film, sur la musique de Pinocchio, montre une nouvelle mouture dessinée du château avant de se diriger vers une étoile (encore un clin d’œil au film de 1940). Enfin, Mickey, Il Était Deux Fois Noël montre une nouvelle représentation en 3D, sur un sapin décoré.

Plus tard, le début de Chicken Little fait également référence à la version de 1995 présentée par Pixar. Ce clin d’œil s’explique par le fait qu’il s’agit du premier long métrage (sortie au cinéma) des studios Disney Animation Studios réalisé entièrement en image de synthèse, sans l’aide des studios Pixar. Mais en vérité, c’est le second film utilisant cette technique, le premier étant Mickey, Il Était Deux Fois Noël, quoique sorti directement en support vidéo et DVD. Ainsi, un château de nouvelle génération fut présenté pour l’occasion.

Enfin, en 2006, la sortie de Bambi 2 est précédée d’un château dans la brume, et The Wild présente la version la plus longue (avec des retours arrières) et des effets comiques très originaux.

Les films Disney

De la même manière, nous vous avons fait une compilation des meilleurs introductions de films sur celle même période : de 2002 à 2006. Tout commence avec Chiens des Neiges, apportant une ambiance givrée, suivi de Les Country Bears avec son marquage à chaud sur une caisse en bois et sa musique texane. Vient ensuite Lizzie McGuire, Le Film en 2003 avec son ambiance « sous les projecteurs », suivi de la maladresse légendaire de Georges de la Jungle 2, qui, au lieu de se cogner à un arbre, fait chuter le château après avoir heurté la plus haute tour. Enfin, dans Cinq Toutous Prêts à tout, le château se transforme en une niche plus ou moins luxueuse, sur un fond d’aboiements.

2006 : la troisième génération du Château

Depuis 2006, Disney a remis cette apparition au goût du jour pour la sortie de Pirates des Caraïbes : le Secret du Coffre Maudit. Le château de Cendrillon remplace ainsi celui de La Belle au bois dormant. Cette nouvelle version se transforme en une courte animation. Partant d’une étoile scintillante dans un ciel dégagé (« souvenez vous de la seconde étoile à droite et tout droit jusqu’au matin »); un magnifique paysage apparaît : des collines, un grand cours d’eau où navigue un voilier, puis un train à vapeur traversant la rivière, en direction d’un fabuleux château festif, où des feux d’artifices crépitent. Par un recul de la caméra, nous découvrons maintenant un nouveau château, construit sur chaque rive de cette rivière. Ainsi, le mot « Pictures » disparaît au profil de Walt Disney, en écriture manuscrite du même auteur. Grâce aux nouvelles technologies numériques, cette approche montre l’évolution et l’intégration des studios Disney dans le monde impitoyable du cinéma. Cinq mois plus tard, diverses variations apparaissent, avec, dans le même style que précédemment, un clin d’œil et une transition au film qu’il annonce.

Ceci s’explique dans le film Super Noël Méga Givré : l’animation se termine par le château enfermé dans une boule à neige, dont le Père Noël fait voleter les flocons. Dans Il était une fois, un zoom se focalise vers un livre se trouvant à l’intérieur d’une tour. En 2008, dans Histoires Enchantées, un montage numérique transforme le décor en livre pop-up (avec des pliages intégrés). ensuite, dans Tron l’Héritage, l’animation se veut fidèle au film qu’il précède, sur une ambiance laser et technologique. Enfin, dans Pirates des Caraïbes : La Fontaine de Jouvence (2011), le château se voit investi par les pirates, qui ont ainsi hissé leur pavillon maudit en son sommet, le tout sur un fond sonore pour le moins inquiétant, avant de voir des sirènes jaillir de l’eau.

2011: vers une perte d’identité du château Disney?

A partir de 2011, le prénom du fondateur disparaît à son tour pour ne faire apparaître que Disney. Les plus grands fans jugent cette nouvelle variation comme une perte d’identité de Walt Disney au profit de la compagnie dans sa globalité. Toutefois, le principe de personnalisation reste identique (avec une exception pour Les Muppets, le Retour). Dans Frankenweenie, l’ambiance se transforme en mode monochrome, fidèle à l’ambiance générale du film. Dans le même style, Le Monde Fantastique d’Oz (2013) ajoute l’esprit d’une boite à musique. Dans un tout autre registre, le film Planes de Pixar, beaucoup plus Rock’n Roll, s’accompagne d’un spot-light en mouvement, dans la plus haute tour, avant de voir apparaître deux avions surpuissants (ressemblant à un survol de la patrouille de France).

En 2014, dans A la Poursuite de Demain, la ville futuriste de Tomorrowland a remplacé le décor original, bien que les contours du château restent imaginables par le spectateur. Concernant Maléfique, le château se voit à nouveau modifié vers celui de la Belle au bois dormant, plus en raccord au film, en version 2014 et de profil à la place d’une image de face. Enfin, le tout est accompagné d’une musique plus mélancolique.

Ensuite, en introduction de Into The Woods, l’absence totale de musique accentue les bruitages (tel que le claquement du drapeau dans le vent), le tout dans une ambiance très sombre, accompagnée d’arbres morts. En 2015, dans la version live action de Cendrillon, on retrouve pour la première fois le château au théâtre des évènements.

Concernant la nouvelle version du film live action de La Belle et la Bête, nous retrouvons une nouvelle adaptation du château (avec une très forte ressemblance à celui du film présenté), dans une ambiance hivernale, avant qu’une lumière surgisse de la fenêtre de la plus haute tour.

Pour conclure, la bande annonce de Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar (film non sorti à la date de parution de cet article), présente une ultime version de présentation, plus apocalyptique (avec une épave prise dans les remparts du château), le tout entouré de palmiers, sous un orage terrifiant.

Un château en perpétuel évolution avec les films Disney

Chateau disney nature

En conclusion, chaque nouvelle sortie d’un film Disney s’accompagne de la présentation originale du studio l’ayant réalisé. Ainsi, chaque nouveau studio (à l’exception de Marvel et LucasFilms) se voit attribuer son propre logo. Concernant celui de Disney Nature, le château est symbolisé par un glacier,  et donne une approche sur la réflexion collective que nous devons avoir vis à vis de la nature et du climat.

Cet article s’est largement inspiré d’un diaporama réalisé par le site allocine.fr, sur lequel vous trouverez une vidéo compilant quelques unes de ces apparitions.