Le Réveil de la Force après la Sieste, notre avis sur le court-métrage

Publié par Joshua Bobée le 17 mai 2021 | Maj le 17 mai 2021

Après Dure journée pour Maggie et Rendez-vous avec le destin, Maggie Simpson s’offre un troisième court-métrage avec Le Réveil de la Force après la Sieste. La plus mignonne des Simpson au cœur d’une aventure hommage à l’univers Star Wars dévoilée le 4 mai sur la plateforme Disney + pour célébrer le May The 4th. Entre hommage et parodie, voici notre avis sur cette nouvelle, et surtout brève, incursion des Simpson dans notre galaxie lointaine préférée.

Fiche technique du Réveil de la Force après la Sieste

  • Titre original : The Force Awakens from Its Nap
  • Titre français : Le Réveil de la Force après la Sieste
  • Réalisation : David Silverman
  • Scénario : Joel H. Cohen, Al Jean et Michael Price
  • Production : Gracie Films, 20th Television
  • Durée : 3 minutes
  • Sortie : le 4 mai 2021 sur la plateforme Disney +
  • Genres : court-métrage d’animation

Synopsis des aventures intergalactiques de Maggie Simpson

 » Dans une crèche très, très lointaine… mais toujours à Springfield, Maggie part à la recherche de la tétine qu’on lui a volée. Son aventure va lui faire rencontrer de jeunes Padawans, des Siths, des droïdes bien connus, des rebelles intrépides mais aussi lui faire mener un combat épique contre le côté obscur. »

Maggie Simpson dans Le Réveil de la Force après la Sieste sur Disney +

Maggie et les courts-métrages, une mécanique efficace

Depuis leur premier court-métrage gratifié d’un Oscar, les producteurs des Simpson gardent la même mécanique pour les courtes productions issues de l’univers de Springfield. Maggie tout en silence affrontant la dure réalité de la vie dans le monde enchanteur de l’enfance, avec dans Le Réveil de la Force après la Sieste le retour de l’affreux Bébé Gérald dans le rôle du grand méchant. Une mécanique parfaitement huilée dans une animation très active truffée de références et de détails toujours appréciables même si la durée du court-métrage rend l’exercice plus périlleux. Dénués de vrais enjeux, d’une véritable trame, ce court-métrage se perd parfois dans une suite de références visuelles à l’univers Star Wars, et aussi appréciables soient-elle, elle ne suffisent pas à créer une histoire.

Maggie affronte Bébé Gérard dans le court-métrage Le Réveil de la Force après la Sieste

Maggie affronte Bébé Gérard dans le court-métrage Le Réveil de la Force après la Sieste

Le Réveil de la Force après la sieste : un court-métrage entre hommage et satire

Durant moins de trois minutes, la production de David Silverman avance rapidement dans un festival de références plus ou moins subtiles à la Guerre des Étoiles. Ainsi, les images enchainent les plans au milieu des bébés Jedi et autres BB-8 avec des explosions et des combats épiques autour de la Force. Les personnages iconiques s’offrent plusieurs caméos comme Ashoka Tano punissant les enfants dans de la carbonite ou R2-D2 en poubelle. Les autres références sont autour de la mécanique scénaristique des Star Wars avec une série de règles à respecter pour écrire un long-métrage sur la galaxie lointaine, avec là encore une pointe de sarcasme. La seule surprise, c’est l’absence du très apprécié Bébé Yoda, une absence justifiée par Al Jean, un des scénaristes :

 » Baby Yoda est probablement le personnage le plus demandé dans tout l’univers de Disney en ce moment. Chez Disney, ils ne veulent pas que Baby Yoda soit surexposé, ce qui est compréhensible. » Grogu se contente donc d’une petite référence dans ce court-métrage célébrant Star Wars.

Ashoka Tano punit les élèves de la crèche dans de la carbonite dans Le Réveil de la Force après la Sieste

Plaisant à regarder, ce court-métrage impose ses limites avec cet enchainement de références sans histoire de fond, néanmoins, il est difficile de ne pas trouver un petit plaisir coupable à rechercher les apparitions issues de la galaxie lointaine. De plus, le duo Maggie en Yoda/Bébé Gérald en Dark Maul fonctionne assez bien, comme dans le premier court-métrage Dure Journée pour Maggie. Il faut préciser que la Walt Disney Company n’est pas oubliée par les scénaristes des Simpson avec une étagère largement inspirée du siège de la compagnie pour référence à peine cachée.

Maggie face à la Walt Disney Company dans Le Réveil de la Force après la Sieste sur Disney +

Star Wars, une cible de choix des Simpson

Matt Groening et ses équipes prennent à cœur d’offrir une critique caricaturale de l’Amérique (et du reste du monde) depuis les premiers épisodes de la série avec un florilège de références culturelles à chaque diffusion. Sans surprise, Star Wars trouve sa place dans la mécanique sarcastique des Simpson de manière régulière, avec un retour sur les plus grandes références de la série animée à la galaxie lointaine dans ce condensé de Disney +.

Au final, ce court-métrage réunion s’invite comme une forme d’aboutissement pour ces deux univers culturels qui se croisent depuis plusieurs décennies. Batailles sur fond de musiques orchestrales, sous-entendus à peine voilés sur l’omniprésence de Disney, humour poussif et amitiés impossibles, Le Réveil de la Force après la Sieste propose un mariage réussi, pas toujours subtil et parfois sans enjeux mais très divertissant entre l’univers des Simpson et celui de Star Wars.

Maggie Simpson s'invite dans l'univers Star Wars dans Le Réveil de la Force après la Siestesur Disney +

Le Réveil de la Force après la Sieste, une courte aventure de Maggie Simpson dans les étoiles disponible sur la plateforme Disney + à l’occasion des célébrations de May The 4th.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *