Micheline Dax, une voix inoubliable s’est éteinte

Publié par Alexis Richard le 29 avril 2014 | Maj le 6 janvier 2017

Bann Micheline Dax 2

D’abord une rumeur, nous aurions préféré qu’elle en soit une, Micheline Dax nous a quitté ce 27 avril 2014, à l’âge de 90 ans. Malgré une longue et riche carrière, c’est avant tout une voix qui restera dans les mémoires et dans les coeurs … Il suffit de citer Piggy la Cochonne (Les Muppets) ou Ursula (la Petite Sirène), … pour se rappeler Micheline Dax. Riche d’une carrière de presque 70 ans comme comédienne, elle ne se limite pourtant pas qu’au doublage.

Une carrière tant polyvalente qu’imprévisible

Connue pour sa bonne humeur et sa jovialité, dont ses grands éclats de rire restent les plus vivants témoignages, la carrière de Micheline Dax est née sur les planches des théâtres et a continué à véhiculer un esprit tout à fait typique des théâtres de boulevard. Après des cours de chant et de théâtre, elle commence au théâtre dès 1946, dans une troupe qui s’appelle les Branquignols, disant de ce moment qu’« elle est tombée chez les fous », aux côtés de quelques jeunes talents comme Jacqueline Maillan, Jean Carmet ou Michel Serrault. Au théâtre, elle a joué dans plus d’une trentaine de pièces, dont plus de 300 fois la pièce N’écoutez pas, mesdames !. Mais Micheline Dax se prête à tous les supports : en plus du théâtre, on la retrouve au cinéma entre les années 50 et les années 70, dans des petites comédies françaises populaires, puis c’est le petit écran dès les années 60, où elle vient apporter le rire et la bonne humeur sur le plateau de certains jeux télés qui combinent culture et humour avec d’abord le Francophonissime, les Jeux de 20 Heures et l’Académie des Neuf aux côtés d’autres célébrités de l’époque.

Toujours à la télévision, on se souvient d’elle aussi dans certaines séries et téléfilms (Une nounou pas comme les autres, La pire semaine de ma vie, etc.). Tout au long de sa carrière, Micheline Dax a côtoyé les plus grands : Edith Piaf, Charles Aznavour, Louis de Funès, Roger Carel, Jean Rochefort, Catherine Deneuve, Sacha Guitry, Josiane Balasko, … . Mais saviez-vous que Micheline Dax avait un talent de … siffleuse ? Oui, c’est un de ses talents les moins connus mais néanmoins les plus emblématiques, qui en fait l’une des rares spécialistes de ce domaine ; preuve de ce talent, elle enregistra une compilation « Les plus grands airs sifflés », tandis que l’artiste William Sheller rendra hommage à ce don, qu’elle disait avoir de naissance, en lui composant une pièce de musique tout à faite originale, l’Aria Dax, qu’elle interprètera sous le trac à l’Olympia. En tant que soprano léger, d’abord à l’église puis dans les cabarets, et ayant participé à quelques enregistrements, Micheline Dax s’est également essayée à la chanson où elle s’illustre dans un registre toujours aussi hétéroclite,  allant de la variété au classique.

Micheline Dax

De son vrai nom, Micheline Etevenon, elle change son nom pour Dax, un nom de scène plus court et plus simple, préférable à l’époque pour être retenu plus facilement. Soeur d’un frère aîné qui inventera plus tard la route du rhum, difficile à croire qu’avant de monter sur les planches, Micheline était une jeune fille introvertie et sans humour et qu’elle se rêvait d’abord comme tragédienne, un rêve avorté par son professeur de théâtre qui l’affirme dans la comédie. Plus encore, Micheline Dax était une grande timide qui confie avoir choisi le métier de comédienne pour se guérir de sa timidité. Avant d’en faire l’ingrédient de son talent, enfant, elle était complexée par sa voix qui lui valait parfois au téléphone des « Bonjour, Monsieur ». Exemple parmi d’autres de sa franchise et de l’esprit vif qui la caractérise, à la question « Quand vous regardez dans le rétro, de quoi êtes-vous particulièrement fière ? », elle répond « Je ne suis fière de rien du tout, et surtout pas d’être un vieux machin ! ».

Derrière les rideaux et les écrans, Micheline Dax se marie dans les années 1960, à Jacques Bodoin, chansonnier, qui s’est prêté également au doublage, d’abord chez Disney dans les années 50 (Coquin de Printemps, Cendrillon, Alice au Pays des Merveilles), avant de partager le casting avec Micheline Dax dans le Manège Enchanté, Titus le Petit Lion ou Astérix et Cléopâtre. Ensemble, ils auront eu une fille, Véronique. Fait insolite, elle partage un lien particulier avec l’acteur Michel Galabru qui a été en quelque sorte son neveu. En effet, l’acteur aurait séduit la nièce de Micheline Dax avec qui il a eu une fille, Emmanuelle, devenue aujourd’hui comédienne. En 1985, elle publie ses mémoires sous le titre improbable « Je suis gugusse, voilà ma gloire ! ».

Si sa carrière s’est ralentie avec l’âge et en raison de certains problèmes de santé, elle fera encore quelques apparitions entre 2009 et 2011 au théâtre ou à la télévision.

Seulement nommée deux fois aux Molières pour Frédéric ou le boulevard du crime (1999) et Miss Daisy et son Chauffeur (2004), elle reçoit deux distinctions bien méritées pour sa carrière, d’abord en étant sacrée Commandeur dans l’ordre des Arts et des Lettres en 2006, puis Chevalier de la Légion d’honneur en 2012. Elle ne manquera pas de commenter à sa façon ce moment symbolique : « Décorée comme un arbre de Noël, à Pâques, au moment des cloches. »

Une voix unique

Avec sa gouaille typiquement parisienne, c’est à elle que l’on propose la voix française de Piggy la Cochonne du Muppets Show, une émission américaine « révolutionnaire » dont les vedettes sont des marionnettes farfelues et qui sera lancée en France à partir de 1977. Micheline Dax trouve immédiatement la voix du personnage après qu’on lui ait décrit le personnage de Piggy au téléphone. Elle intègre ainsi la joyeuse équipe des doubleurs du Muppets Show aux côtés de Roger Carel, Pierre Tornade, Francis Lax et Gérard Hernandez et tiendra le rôle, ainsi que plusieurs autres personnages féminins du bestiaire du Muppets Show, jusqu’à l’arrêt de l’émission en 1981, ce qui ne représente pas moins de 120 émissions. Pour les autres apparitions de Piggy dans les films produits par Walt Disney Pictures, le personnage sera confié à d’autres interprètes.

Sa première expérience dans la voxographie se fait pour la télévision, puis,elle se cantonnera principalement au cinéma d’animation et aux émissions pour la jeunesse, ne faisant du doublage pour le cinéma qu’à de rares reprises, comme par exemple la terrible Kala dans Flash Gordon (1980) ou la brebis Maa dans Babe, le cochon devenu berger (1996). Pour cette première expérience, elle prête une voix haut perchée à la vache Azalée dans le Manège Enchanté en 1966 puis, les deux années suivantes, dans Titus le Petit Lion, une autre émission pour les enfants.

Quelques uns de ses plus grands rôles dans le doublage, elle les doit à Roger Carel, maître incontesté du doublage français qu’il n’est plus nécessaire de présenter. Car c’est Roger Carel qui l’a contactée pour le rôle de Miss Piggy mais qui aurait aussi soufflé son nom aux créateurs d’Astérix pour le rôle de Cléopâtre.

Dans le doublage, elle se complaît dans les rôles de méchantes et de personnages acariâtres ou exubérants auxquels elle inculque une véritable dimension supplémentaire. Plus tard, elle doublera d’autres personnages comme Bianca Castafiore dans Tintin et le Lac aux Requins (1972), tante Figg dans Tom et Jerry (1992), une production à laquelle elle a dû participer avec plaisir, du fait qu’on lui connaît une certaine passion pour les chats, ou encore Fantasie dans Richard au Pays des Livres Magiques (1994).

Inoubliable Ursula par Micheline Dax

Celle qui avait interprété Cendrillon dans un téléfilm en 1963 se rapproche de l’univers Disney en 1989, en prêtant sa voix à Ursula, la célèbre méchante du film la Petite Sirène, pour les dialogues et les chansons, en relevant le défi de chanter une des plus mémorables chansons de méchant Disney, « Pauvres âmes en perdition ». A l’image de Pat Carroll, l’interprète anglophone d’Ursula, la voix de Micheline Dax reste indissociable du personnage de la vile et tentaculaire sorcière des mers du film de John Musker et Ron Clements, et a offert à ce personnage une prestation à la mesure du talent des artistes Disney qui ont donné vie à Ursula. Personnage très complexe, pour parvenir à ce résultat, Micheline Dax avait confié qu’interpréter Ursula n’avait pas été facile, au point d’en transpirer face aux exigences de Disney, très pointilleux, le personnage nécessitant plusieurs attentions et intonations très précises à travers son interprétation. Ce qui n’a pas empêché pour autant la comédienne d’apprécier le personnage et de s’amuser à lui prêter sa voix. L’administrateur de sa page facebook et proche de la comédienne nous fait partager un souvenir de Micheline que l’on se plait à imaginer : « Micheline n’a pas caché sa joie quand ses petits-enfants ont eu l’âge de découvrir le dessin-animé, il y a quelques années … Cela la faisait follement rire d’attendrissement. »

Micheline Dax conserve le personnage d’Ursula qui fait quelques apparitions dans la série animée « La Petite Sirène », lancée en 1992, tirée du long-métrage d’animation. Six ans plus tard, un nouveau doublage qui fera polémique est réalisé pour « La Petite Sirène ». Heureusement, Ursula sera l’un des rares personnages à conserver son interprète d’origine. Difficile d’imaginer Ursula avec une autre voix …

En 2000, elle retrouve une nouvelle fois la Petite Sirène, pour la suite de ses aventures, la Petite Sirène 2, dont la fille d’Ariel est l’héroïne. Elle y interprète la voix de Morgana, la soeur rachitique d’Ursula. Le doublage se fait sous la direction artistique de Perrette Pradier, connue elle aussi dans le domaine du doublage Disney pour avoir entre autre doublé Madame Medusa dans Les Aventures de Bernard et Bianca (1977). Pour ce nouveau doublage, Micheline Dax confiait que Morgana avait « des ricanements atroces surtout atroces à faire parce que ça dure très longtemps ».

« Elle me faisait penser à ces oiseaux qu’on entend dans les films de Walt Disney, elle les imitait à merveille, c’était super » – William Sheller, chanteur.

Plusieurs artistes, partenaires ou proches de Micheline Dax, ont tenu à exprimer leur émotion suite à son départ. Artiste d’un autre temps qui amène avec lui son lot de nostalgie et qui intensifie l’admiration, si Micheline Dax n’a pas eu une carrière grandiloquente, elle n’en est pas moins riche ; et malgré l’émotion suscitée par sa disparition, elle peut nous quitter le coeur léger, laissant derrière elle, à plusieurs générations, plein de souvenirs heureux, indissociables de sa personne et de son style inimitable. Ne cessant de surprendre jusqu’au bout, aucun office funéraire ne sera prévu pour cette grande dame puisque son agent a précisé que Micheline Dax aurait fait don de son corps à la science.

Nous tenons à remercier chaleureusement la Page Officielle de Micheline Dax pour son aimable collaboration dans la rédaction de ce dossier.

Micheline Dax, une voix inoubliable s’est éteinte
Noter cet article

1 commentaires sur "Micheline Dax, une voix inoubliable s’est éteinte"

  1. LANGBACH

    Très bel article qui retrace l’incroyable carrière de Mme Micheline DAX !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *