People : une réponse à Meryl Streep et ses accusations

Publié par Brocéliande Nausicaa le 16 janvier 2014 | Maj le 22 janvier 2017

imagemw

Meryl Streep remontée contre Walt Disney

Ça remue encore du côté de Saving Mr Banks où le clash entre la merveilleuse Meryl Streep et le défunt Walt Disney continue de faire parler de lui ! Souvenez-vous, il y a environ une semaine, nous vous parlions des attaques verbales de l’actrice phare de Mamma Mia ! Loin de chanter ses propos comme dans la célèbre comédie musicale, elle avait en effet refusé le rôle de Pamela Lyndon Travers, auteur du roman Mary Poppins, se justifiant par des propos pour le moins virulents.

C’est en voulant féliciter sa camarade Emma Thompson, actrice ayant obtenu le rôle de Pamela dans Saving Mr Banks, que Meryl Streep aurait accusé Walt Disney de sexisme et d’antisémitisme. Ajoutant qu’il ne faisait confiance « ni aux femmes, ni aux chats« . Dans son intervention d’un peu moins de 10 minutes sur la question, preuve à l’appui, elle a sorti une lettre que la firme aux grandes oreilles envoyait aux femmes recrutées à l’époque de Walt Disney : «Les femmes ne participent pas au travail créatif lié à la préparation des dessins animés pour l’écran, car cette tâche est entièrement effectuée par de jeunes hommes». Elle conclut ensuite sur le fait que Walt Disney « soutenait un lobby professionnel antisémite ».

Jusqu’à présent, il n’eût aucune réponse des aficionados de Walt Disney jusqu’à aujourd’hui. En effet, quelques jours suivant la cérémonie « National Board of Review » où Meryl aurait tenu ses propos, le Musée Familial de Walt Disney basé à San Francisco a tenu à répondre à l’actrice : « Walt Disney a fait des femmes l’épine dorsale de la main-d’œuvre américaine », voulant même les inclure dans « son programme de formation d’animation studio ». Ils veulent donc balayer toutes suspicions autour des incessantes rumeurs de sexisme dont le Papa des Studios à Grandes Oreilles serait accusé. Nous avions entendu parler, il y a quelques temps, de la fameuse lettre envoyée aux « futures animatrices » qui voulaient postuler pour le poste. Elles recevaient cette réponse, où il est dit que seuls les jeunes hommes peuvent accéder à l’animation et que les femmes ne peuvent que peindre sur celluloïd :

lettre

Lettre envoyée aux candidates à l’animation par les Studios Disney

Le musée familial a tenu à affirmer que Walt Disney avait toujours voulu que « les femmes soit sur le même pied d’égalité que leurs homologues masculins ». Ce qui peut être assuré par le fait que Lillian Disney, la femme de Walter Elias, avait été sollicitée dans la recherche d’un meilleur nom pour le personnage de Mickey, autrefois appelé Mortimer. En effet, c’est Lillian qui trouva le nom de Mickey que nous connaissons tous aujourd’hui. On le savait très amoureux de sa femme, ayant donné son surnom de Lilly Belle à une petite locomotive que Disney avait fait construire dans son jardin pour elle.

Enfin, en ce qui concerne les attaques à propos de l’antisémitisme de Walt Disney, le musée a souligné le recrutement de nombreux responsables juifs dans la compagnie disneyenne : « Walt Disney employait de nombreuses personnes d’origine juive, tels que Joe Grant, Marty Sklar, Ed Salomon, Richard et Robert Sherman et tant d’autres, qui ont tous occupé des postes importants au sein de la compagnie Disney. » Si nous savons que Walt Disney a réalisé plusieurs courts-métrages de propagande comme  » Der Fuehrer’s Face » où nous pouvions voir Donald en plein rêve, en train de lire Mein Kampf, nous le savions aussi anti-nazi.

Les analyses autour de la personnalité controversée de Walt Disney sont nombreuses et ce débat nous souligne les différents point de vue autour de l’artiste à l’empire immense. Que va répondre Meryl Streep à tout cela ?

People : Meryl Streep qualifie Walt Disney de « sexiste »

62nd Berlin Film Festival - The Iron Lady Photocall

La sublime Meryl Streep, la meilleure comédienne de tous les temps et de tous les mondes, étripe Walt avec des déclarations virulentes ?? Nooon, on ne veut pas y croire nous, on ne veut pas y croire… Ah, allez, on va dire des petites vérités sur l’homme et puis ? Qui n’a pas de défauts ? Et comme si personne ne le savait après tout…

Extrait de Gala.fr :

Tout a commencé lorsque Meryl Streep, nommée par l’association de critiques organisatrice du dîner pour son rôle dans Un été à Osage County, a pris la parole afin de féliciter sa consœur Emma Thompson, qui joue le personnage de Pamela Lyndon Travers – auteur du livre qui inspira Mary Poppins dans le film Saving Mr. Banks (Dans l’Ombre de Mary en version française). Après avoir souligné que celle-ci était «une artiste magnifique» et «pratiquement une sainte», Meryl Streep a enchaîné en révélant que Walt Disney, dont le personnage est incarné par Tom Hanks dans le film, n’était qu’un odieux «bigot sexiste» qui «n’aimait pas vraiment les femmes». S’appuyant sur les propos de Ward Kimball, animateur et dessinateur associé aux studios Disney de 1934 à 1971, elle a ajouté que ce dernier ne faisait d’ailleurs «confiance ni aux femmes, ni aux chats».

Pour confirmer ses dires, l’interprète de Francesca Johnson dans Sur la Route de Madison n’a ensuite pas hésité à sortir une lettre que la firme aux grandes oreilles aurait envoyée en 1938 aux femmes souhaitant intégrer l’entreprise: «Les femmes ne participent pas au travail créatif lié à la préparation des dessins animés pour l’écran, car cette tâche est entièrement effectuée par de jeunes hommes». Une intervention qui a duré 9 minutes et qu’elle a conclu en enterrant une deuxième fois Walt Disney: «il soutenait un lobby professionnel antisémite».

Raciste, Walt Disney? Le label historique de dessin animé a en tout cas mis 73 ans avant de créer une princesse de couleur. Il a fallu attendre 2010 pour que le miracle se produise dans La Princesse et la Grenouille avec l’héroïne Tiara, une jolie Afro-américaine originaire de Louisiane. Une décision qui rompait avec presque un siècle de position pro-WASP (White Anglo-Saxon Protestant) du fondateur. Mais attention, pas trop quand même puisque Tiara est métisse. Un Walt Disney un peu étroit d’esprit donc, qui avait également réaliséMélodie du Sud, un long-métrage d’animation aux relents racistes, et dénoncé quelques-uns de ses collaborateurs communistes durant la chasse aux sorcières lancée par McCarthy en pleine Guerre Froide.

Pour l’heure, la famille de Walt Disney n’a pas encore réagi à cette virulente attaque, ce dernier ne pouvant évidemment pas se défendre en personne. En tout cas, l’exposé de toute l’estime que Meryl Streep porte à Walt Disney énonce parfaitement les raisons qui l’ont poussée à refuser le rôle aujourd’hui incarné par Emma Thompson et pour lequel elle était initialement pressentie.

People : une réponse à Meryl Streep et ses accusations
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *