playmobil

Depuis déjà quelques semaines, une exposition se tient au MiniWorld de Lyon avec pour thème la fameuse figurine Playmobil. Et pour l’occasion le créateur de cette exposition Geoffrey Montfort, a mis à l’honneur deux licences très importantes de l’univers Disney : La Reine des Neiges et Star Wars. Plusieurs thèmes se sont joints à ces derniers comme Batman, La Planète des Singes, Ghostbuster ou encore Indiana Jones. Certains d’entre eux, comme La Reine des Neiges, ont pris quasiment un mois de recherches et de travaux, pour arriver à un tel résultat.

L’univers de la Reine des Neiges en Playmobil

Sur cette scène, on découvre la ville d’Arendelle prise par la glace, ainsi que le château créé par Elsa. On retrouve également tous les personnages principaux de ce dessin animé magique : Sven, Olaf, Elsa, Anna ou encore Kristoff.

Les Playmobil Star Wars

Ci-dessous, on peut voir la base rebelle du film L’empire Contre Attaque, avec de superbes décors, et des figurines comme Dark Vador, Han Solo ou même Luke Skywalker.

Indiana Jones et l’Arche Perdue en Playmobil

C’est l’apothéose du film Indiana Jones et l’Arche Perdue qui est représenté ici. En effet, on peut y voir la scène dans le temple égyptien, où l’aventurier, entouré de serpents, dont il est phobique, récupère l’Arche d’Alliance.


Interview de Goeffrey Montfort, créateur de l’exposition Playmobil

Radio Disney Club :  « Comment un tel projet a-t-il pu voir le jour ? »

Goeffrey Montfort : « La Manufacture Fantastique est une association parisienne spécialisée dans la mise en scène d’univers miniatures et aussi d’objets de cinéma. Le projet a vu le jour lorsque nous avons découvert, par hasard dans la presse, un article mentionnant l’exposition LEGO, au Parc de Loisirs Mini World de Lyon. Nous les avons contactés et leur avons proposés une thématique de scènes sur le cinéma, mais composée cette fois de jouets PLAYMOBIL ®, éternel «rival» de Lego. Nos activités, en terme de mise en scène miniature, sont essentiellement conçues sur la base de jouets de cette marque. Parmi nos suggestions, le choix définitif des six thèmes exposés est revenu à la direction du parc de loisir. »

Radio Disney Club : « Combien étiez-vous pour construire tout cela et en combien de temps ? »

Goeffrey Montfort : « Les six dioramas ont été conçus et mis en scène par moi-même, ainsi que la collecte des différents éléments qui les composent. L’ensemble du matériel mis à disposition sur le parc Mini World, représente 1/5ème environ de la totalité du matériel dont nous disposons, et qui nous permet ce type de scénographies. Nous étions trois afin de mettre en place les scènes, durant deux jours complets. La création proprement dite des dioramas, a quant-à-elle commencé en 2012 car certains avaient déjà été exposés au cours d’années passées, à l’occasion de salons et bourses spécialisées Playmobil. Toutefois, sur un même thème, la mise en scène n’est jamais la même et varie toujours d’exposition en exposition. Pour la base rebelle de l’Empire Contre-Attaque, la scénographie apportée sur Mini World est la plus aboutie que nous ayons faite, avec l’ajout de toute la partie impériale (attaque des quadripodes). La scène Reine des Neiges a, par contre, été réalisée spécialement pour Mini World. »

Radio Disney Club : « Est-ce vos propres Playmobil ou avez-vous des prêts de collectionneurs ? »

Goeffrey Montfort : « La quasi intégralité du matériel exposé à Mini World m’appartient personnellement, et une partie appartient à l’association. Outre des Playmobil d’origine (personnages, accessoires, maisons, véhicules), certains éléments de décors ont été faits spécialement pour l’occasion, comme les falaises géantes de la scène Reine des Neiges, taillées dans des plaques de polystyrène extrudées ou encore les buildings des scènes Ghostbusters ou Gotham qui sont en carton plume. On peut aussi noter la présence de jouets d’autres marques, dites « playmo compatibles », à savoir de la même échelle (environ 1/18ème) et dans le même style visuel. C’est le cas sur la Planète des Singes, ou encore Star Wars, où les vaisseaux sont empruntés à la collection Kenner/Hasbro, fabriquants des jouets de cette gamme. »

Radio Disney Club : « Sachant que les produits Star Wars ou la Reine des neiges Playmobil ne sont pas encore commercialisés, comment sont réalisées vos figurines? »

Goeffrey Montfort : « Les figurines Playmobil utilisées sont toutes officielles, à la base. Toutefois, elles sont modifiées, « customisées », à l’aide de différentes techniques (têtes en impression 3D, ajout d’accessoires sculptés en epoxy, etc). L’exemple majeur de modification des figurines Playmobil est celui des Stormtrooper de Star Wars, dont les têtes ont été faites en 3D, puis moulées en résine afin de démultiplier les tirages. Le casque de Dark Vador ou la tête de Chewbacca proviennent par contre, de distributeurs de bonbons PEZ. Les pilotes rebelles ou encore la totalité des personnages de la scène Reine des Neiges ne souffrent par contre d’aucune modification « hors Playmobil » ; j’entends par là qu’ils ont été assemblés sur base d’éléments officiels commercialisés par la marque. Il suffit juste de savoir trouver chez Playmobil tous les éléments nécessaires pour composer le personnage voulu : casques, écharpes, chapeaux, épaulettes, capes, etc… Car il faut savoir qu’un personnage Playmobil est entièrement démontable et on peut assembler toutes les combinaisons voulues, à partir des bras, têtes, cheveux, tronc, jambes. »

Radio Disney Club : « Êtes-vous personnellement un fan de Disney ? »

Goeffrey Montfort : « Personnellement, je ne suis pas spécialement un fan de Disney, même si j’apprécie certains longs métrages. Le travail de Pixar correspond peut être plus à mes affinités artistiques. Par contre, j’ai effectivement été dans le passé, collectionneur de produits dérivés Star Wars, et cela bien avant que Lucas ne vende la licence à Disney. J’ai même écrit des ouvrages spécialisés sur le sujet. Ma vraie passion est le cinéma. Lorsque je me suis intéressé à l’univers Playmobil en 2011, j’ai surtout découvert que la multiplicité des éléments fabriqués par cette marque me permettrait de mettre en scène presque tous les sujets cinématographiques, avec un peu d’astuce, travail de maquettiste et création de pièces en 3D. »

Radio Disney Club : « Pensez vous que Playmobil devrait faire comme Lego en commercialisant des licences phares ? »

Goeffrey Montfort : « Pendant un long moment (40 ans!) Playmobil, qui a débuté en 1974, s’est refusé catégoriquement à commercialiser des licences de cinéma. Ce n’était ni dans leur politique commerciale, ni dans un effort d’investissement, car pas forcément rentable pour la société allemande qui reste une petite PME familiale, contrairement à LEGO devenue avec le temps une multinationale mondiale. En 2015, un cadre de Playmobil Allemagne a déclaré à la presse que « le monde du cinéma et les licences associées sont devenues une part indissociable de l’industrie du jouet ».  C’est donc chose faite puisque Playmobil commercialisera à partir de mai 2017, ses deux premières licences cinématographiques : Ghostbusters (Columbia Sony) et Dragons (DreamWorks Pictures). Peut-être la porte ouverte à de futures licences telles que Star Wars ?… Je pense que ce serait une bonne chose pour cette marque de se lancer dans l’aventure : cela permettrait surtout de rajeunir une image un peu vieillissante de certaines gammes qui commencent à s’essouffler.

Pour conclure, nous avons visité une superbe exposition même si le tour est rapide. Deux ou trois dioramas supplémentaires sur le monde de Disney n’auraient pas été de trop.

Une visite qui plaira à tout fan du monde Playmobil, combiné au monde du cinéma. Un grand bravo à Goeffrey pour son implication, ses recherches et son travail (ainsi qu’à son équipe), et aussi pour avoir pris le temps de répondre à nos questions.