What Once Was Mine : un Twisted Tales sur Raiponce

Publié par Deborah Winterstein le 6 mai 2021 | Maj le 6 mai 2021

Nous ne présentons plus cette collection qui fait le bonheur de tant de lecteurs parmi les fans de l’univers Disney. La collection Twisted Tales à succès, basée sur les classiques Disney en répondant à une problématique commençant par « Et si », revient très prochainement avec un douzième ouvrage « What Once was Mine » de Liz Braswell autour de l’univers de la princesse à la longue chevelure : Raiponce.

Que va-t-il arriver à cette fleur aux pétales d’or ?

« Désespérés de sauver la vie de leur reine et de son enfant à naître, les bons habitants de Corona recherchent la fleur de larme de soleil qui guérit tout pour la guérir – mais acquièrent par erreur la fleur scintillante de Moondrop (mot non traduit en français officiellement pour le moment) à la place. Néanmoins, cela guérit la reine et elle met au monde une petite fille en bonne santé avec des cheveux aussi argentés et gris que la lune. Avec cela vient des pouvoirs magiques dangereux : le pouvoir de blesser, pas de guérir. Pour sa sécurité et celle du royaume, Raiponce est enfermée dans une tour et confiée aux soins d’une puissante bonne femme, Mère Gothel. »

Durant dix-huit années, Raiponce reste enfermée par crainte de faire du mal. Cependant, poussée par sa curiosité, elle décide de quitter sa tour et part à l’aventure avec deux voleurs, Gina et un certain Flynn Rider.

Une chevelure au reflet de la Lune dans What Once Was Mine

what once was mine

De date encore inconnue pour sa sortie en version française, la couverture magiquement envoûtante aux couleurs violettes – emblématique de l’univers de Raiponce – et l’hypnotisante couleur argentée de cette chevelure (reprise pour la lanterne) installent, de suite, le cadre de l’histoire. Sans oublier la fameuse question qui déterminera le tournant de l’aventure : Et si la mère de Raiponce buvait une potion de la mauvaise fleur?

Mélange subtil entre Raiponce et quelques détails de l’intrigue autour d’Elsa de la Reine des Neiges, ce twist n’est pas sans rappeler l’opale de pierre de lune de la série Raiponce. Dans cette dernière, l’opale de pierre de lune est une goutte de clair de lune pur qui serait descendue sur Terre des milliers d’années auparavant avec celle de la guérison et de la lumière : la fleur dorée de larme du soleil. A l’inverse, la pierre de lune a des pouvoirs destructeurs causant la mort, la ruine et la désolation si une personne chante l’incantation du mal.

Prévu pour le 7 septembre en anglais (date encore inconnue pour sa sortie en France), avec What Once Was Mine, le suspens est bien au rendez-vous. Nous n’avons plus qu’à patienter sagement pour découvrir cette nouvelle réécriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *