L’Orage gronde : notre critique du roman Star Wars La Haute République

Publié par Magali Milanini le 18 juin 2022 | Maj le 18 juin 2022

Depuis janvier 2021, Lucasfilm et The Walt Disney Company ont démarré un immense chantier littéraire, avec des publications variées incluant romans, comics, romans graphiques, livres audio ou encore mangas, sur une période jusque-là méconnue : La Haute République. Deux cents ans avant les évènements de La Menace Fantôme, l’Ordre Jedi et la République sont à leur apogée, mais qui dit apogée, dit chute. Et leurs ennemis vont tout faire pour les détruire. L’Orage gronde est le deuxième tome des romans adultes. Les Nihil reviennent plus fort que jamais pour gâcher les célébrations de la Foire de la République… Et personne n’en sortira indemne…

Fiche technique de L’Orage gronde

  • Titre original : The Rising Storm
  • Titre français : L’Orage gronde
  • Auteur : Cavan Scott
  • Traducteur : Sandy Julien
  • Éditeur : Éditions Pocket
  • Date de sortie : le 27 janvier 2022
  • Nombre de pages : 560

Résumé

APRÈS LES ÉVÉNEMENTS DRAMATIQUES DE LA LUMIÈRE DES JEDI, LES HÉROS DE LA HAUTE RÉPUBLIQUE S’EFFORCENT DE PRÉSERVER UNE PAIX DÉSORMAIS FRAGILISÉE.

Au lendemain de la Grande Catastrophe qui avait mis en lumière l’héroïsme des Jedi, la République poursuit son expansion. Sous la conduite de la Chancelière Lina Soh, l’esprit de l’unité s’étend à travers la galaxie, et les Jedi comme la station du Flambeau Stellaire – fraîchement inaugurée – en sont le fer de lance.

En signe de célébration, la Chancelière organise la Foire de la République, véritable vitrine de tout ce que ce gouvernement peut offrir de mieux aux mondes qui rejoignent son giron. Stellan Gios, Bell Zettifar, Elzar Mann et de nombreux membres de l’Ordre Jedi participent à l’événement en tant qu’ambassadeurs de l’harmonie. Mais alors que la galaxie entière a le regard tourné vers la Foire, le chef des Nihil, Marchion Ro, compte bien en profiter pour porter un coup fatal à cette unité. Mû par un esprit vengeur, son ouragan s’apprête à déferler sur les festivités pour semer la peur et le chaos.

Quatrième de couverture
l'orage gronde
Couverture du livre

La Foire de la République : un lieu de paix où la guerre fait rage…

Après la Grande Catastrophe, cette anomalie hyperspatiale qui a conduit à la dislocation d’un vaisseau et aux retombées de ses débris sur de multiples planètes, durant laquelle les Nihil ont profité du chaos pour piller sans vergogne, la République se relève en enchaînant la célébration de ses grandes œuvres. Après l’inauguration du Flambeau Stellaire, premier d’une série de stations reliant les mondes du Noyau à ceux de la Frontière, c’est au tour de La Foire de la République d’avoir lieu. La Foire de la République, c’est notre Exposition Universelle version galactique, tout simplement. La première partie du roman nous invite dans les derniers préparatifs de cet évènement aux côtés des organisateurs mais aussi des invités de marque. C’est une partie très intéressante car elle ne nous donne pas vraiment l’impression de mise en place, nous suivons les évènements avec intérêt. Cette partie aborde notamment des points politiques qui nous permettent de mieux connaître le fonctionnement de la République et les machinations de chacun pour arriver à ses fins.

Mais lorsque l’on commence à connaître les différentes œuvres littéraires de la Haute République, on s’aperçoit bien vite que tout dégénère toujours. Nous ne vous spoilerons donc pas en vous disant que les Nihil vont sacrément venir mettre le bazar durant les festivités. Cette deuxième partie de roman tranche avec la première de part le rythme soutenu que nous ressentons à la lecture. Finie la gentille présentation de la nouvelle grande œuvre de la Chancelière, les Nihil débarquent et ne font pas de quartier… Dans cette seconde partie, que le lecteur se crée virtuellement – il n’y a pas de véritable délimitation dans le roman – les chapitres raccourcissent de façon très claire, contribuant à accélérer le rythme des évènements. Plus de doute, nous sommes bien dans un livre d’action, où chacun tente de survivre et d’aider ceux qu’il peut. Nous assistons ainsi à la naissance de véritables héros, aux émotions bien réelles…

L’Orage gronde : un roman dans lequel le lecteur est emporté dans le tourbillon des évènements

L’un des éléments que nous avons apprécié dans le roman, c’est la grande variété de ses narrateurs. Même s’il est entièrement écrit à la troisième personne et comme dans chaque livre de la Haute République, L’Orage gronde dédie chaque chapitre à un personnage. Nous suivons ce qui lui arrive ainsi que ses pensées. La variété des protagonistes ainsi présentés nous permet d’avoir une vue plus globale des évènements. Chaque personnage est travaillé et a son identité bien propre. Ce travail est flagrant avec les Jedi qui, malgré leur appartenance à l’Ordre, ont leurs idées bien à eux, leur passé bien déterminé et leurs propres caractères.

Parmi les narrateurs, on trouve également le point de vue des ennemis de la République et de l’Ordre Jedi, les Nihil. Il est toujours très intéressant de suivre les deux partis qui s’affrontent. Même si cela nous spoile volontairement certaines informations puisque nous connaissons les machinations des pirates quelques chapitres avant que les héros y soient confrontés, connaître l’histoire dans sa globalité et la motivation des méchants, ce qu’ils mettent en place, est bienvenue. Ils ne nous sont pas pour autant plus appréciables…

La Haute République est un projet réfléchi et global, dont l’histoire s’inscrit sur une chronologie de plusieurs années. Nous ne sommes pas face à une bataille unique, mais bien face à une guerre, avec des moments plus calmes que d’autres, mais une menace permanente. Si le côté lumineux de la Force a tendance de façon globale (jusqu’à présent) à voir la balance de la victoire pencher (légèrement) de son côté, ce n’est que minime, et à un prix humain (au sens êtres vivants puisque les humains ne sont pas la seule espèce dans la galaxie) et matériel terrible. Non les gentils ne gagnent pas toujours en claquant des doigts parce que leur ennemi manque d’intelligence (on remercie notamment les films d’animation Disney pour nous avoir souvent donné cette image des méchants)… Et cela rend la Haute République très réaliste.

Ce roman de La Haute République nous laisse ressentir l’horreur de la guerre, la peur permanente qu’elle instaure. Les personnages, d’âges et de fonctions très différentes, y sont bien plus nuancés que ce que nous pouvons voir dans les films de la saga. Nous vous conseillons donc sans hésitation ce deuxième tome des livres adultes de la Haute République, un roman de guerre dont l’intensité va crescendo…

5/5 - (1 vote)
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.