Luca (2021) : notre avis sur le Disney-Pixar qui sent bon l’été et l’Italie

Publié par Magali Milanini le 27 juin 2021 | Maj le 27 juin 2021

Pandémie de la COVID-19 oblige, les studios Disney-Pixar ont été forcés de sortir deux longs-métrages d’animation d’affilée directement sur Disney+, sans passage par le cinéma. Après Soul, en décembre 2020, découvrons Luca, sorti le 18 juin 2021 exclusivement sur la plateforme de la maison de Mickey. Direction l’Italie à la découverte de créatures pas tout à fait comme les autres qui profitent de l’été…

Giulia, Luca et Alberto, le trio du film d’animation Disney-Pixar

Fiche technique de Luca

  • Titre original : Luca
  • Titre français : Luca
  • Réalisation : Enrico Casarosa
  • Genres : Récit initiatique, famille, fantastique, animation
  • Durée : 1 h 41
  • Sortie : 18 juin 2021 sur Disney+

Synopsis :

Situé dans une magnifique station balnéaire de la Riviera italienne, le long-métrage de Disney et Pixar « Luca » est un récit d’apprentissage autour d’un jeune garçon qui vit un été inoubliable, rempli de Gelato, de pâtes et d’innombrables virées en scooter. Luca partage ces aventures avec son nouveau meilleur ami Alberto, mais ces bons moments sont menacés par un secret profondément enfoui : tous deux sont des monstres marins venus d’un autre monde sous la surface de l’eau.

Luca

Affiche officielle de Luca – Crédits : Disney

Une histoire au scénario léger mais à la morale très présente

Luca est un petit monstre marin rêveur, qui s’occupe de son troupeau de poisson tout en laissant son esprit vagabonder. Il vivait ainsi tranquillement jusqu’à sa rencontre avec Alberto, un jeune monstre comme lui, mais qui s’aventure régulièrement sur la terre ferme ! Vient alors l’envie de liberté, symboliser par la fameuse Vespa ! Les deux amis, devenus inséparables, décident alors de participer à un triathlon pour remporter de l’argent, s’acheter une Vespa et partir faire le tour du monde… Mais tout ne va pas se passer exactement comme prévu bien évidemment.

Pour discuter un peu du scénario, Luca est un film léger et mignon, plus à destination des enfants qu’un film comme Soul à nos yeux. Tout en restant très émouvant (certains verseront même leur petite larme à la fin), Luca est assez prévisible et tout s’enchaîne un peu trop rapidement. Le plus surprenant est la fin de l’histoire qui est… vraiment naïve et improbable. Tout est bien qui finit bien dirons-nous !

Le scénario est certes léger, mais en revanche, la morale est omniprésente tout au long du film ! Il serait même impossible de les compter tellement le nombre de leçons de vie est conséquent. Une véritable mine d’or pour l’apprentissage des enfants (certains pourraient d’ailleurs dire que c’est un peu trop). L’importance de l’amitié, l’acceptation de la différence, le combat contre les idées reçues, la mise en avant du harcèlement, la confiance en soi, la persévérance, le combat d’un père célibataire pour sa fille, chaque scène du film a sa propre morale, ou presque.

Zoom sur les personnages de Luca

Les personnages sont foison dans le film Luca et nous ne pouvons tous les décrire, au risque de vous spoiler, ce que nous évitons à tout prix dans chacun de nos avis. Nous pouvons distinguer trois groupes de personnages importants dans le film, tous ayant un rôle différent à jouer bien évidemment.

Tout d’abord, il y a le trio de tête, composé de Luca, le héros de l’histoire, de son ami Alberto, et de la petite Giulia :

  • Luca (Aloïs Le Labourier-Tiêu) est l’archétype du petit garçon sage, curieux et rêveur, qui a toujours l’habitude de suivre à la lettre les règles de ses parents, mais un évènement (« Silenzio Bruno ! » comme il le dit dans le film) vient bouleverser ses habitudes…
  • Alberto (Matt Mouredon) est un peu plus âgé, mais surtout, il est livré à lui-même. Il vit entre mer et terre et rêve de liberté et de voir le monde.
  • Giulia (Juliette Davis) est la seule humaine du trio. Vivant entre Gênes avec sa mère, et Portorosso, l’été avec son père, sa différence ne l’empêche pas de respirer la joie de vivre. Une véritable bouffée d’air frais !

Un autre trio vient gâcher l’ambiance à la fait entre les trois copains : le trio d’Ercole (Oscar Douieb). Gagnant invétéré du triathlon de Portorosso, l’adolescent est… Détestable. A un point que cela en est négatif à nos yeux. En effet, Ercole est extrêmement caricatural : jeune, riche, se baladant sur sa Vespa flambant neuve, il passe son temps à pavaner et à harceler les plus jeunes. Si vous aimez les méchants avec de la profondeur, vous serez malheureusement déçus. Ercole est « juste » une véritable tête à claques !

Et enfin, pour compléter le casting, il fallait des parents à nos protagonistes. Ceux de Luca (Chiara Mastroianni et Pierre Margot) sont hyperprotecteurs, ce qui est assez compréhensible au vu du comportement des humains envers les monstres marins et servent (partiellement) d’antagonistes dans le film. Dans le film, nous ne rencontrons que le père de Giulia, Massimo (Serge Biavan), pêcheur et chasseur de monstres marins, qui prend à cœur son métier et a le cœur sur la main. Et ceux d’Alberto… Eh bien vous verrez dans le film !

Il est à noter le génie absolu des équipes scénaristiques (non, nous n’en faisons pas trop) pour avoir nommé le terrible et diabolique chat de la jeune GiuliaMachiavelli ! Du nom du politicien Nicolas Machiavel, connu pour ses machinations pour accéder au pouvoir, et qui a donné son nom au machiavélisme. Bref, nous n’en dirons pas plus, mais cet « adorable » chat porte parfaitement son nom et apporte une touche d’humour bienvenue dans le film.

Une ode à l’Italie

L’un des aspects des films d’animation Disney et/ou Pixar qui nous plait tout particulièrement lors du visionnage, c’est quand ils nous font voyager et Luca nous emmène… en Italie, et plus spécifiquement en Ligurie, région côtière limitrophe de la France ! Installé au bord de mer et le long d’une colline aménagée en terrasses pour la culture de la vigne, le village de Portorosso est absolument typique. Pour ceux qui y sont déjà allés, vous devinerez immédiatement que les créateurs de ce film d’animation se sont inspirés des villages aux maisons colorées des Cinque Terre pour Portorosso.

Et si la France est éternellement représentée par le béret et la baguette de pain, ne vous inquiétez pas, Luca aime à nous rappeler tous les clichés de l’Italie !

Tout d’abord, cela commence avec le but de nos deux petits héros, Luca et Alberto : sillonner le monde sur leur Vespa. Définition par excellence de la Dolce Vita à l’italienne, la Vespa (rendue célèbre au cinéma par le film culte Vacances romaines avec Audret Hepburn) se devait effectivement d’être présente et elle est même l’enjeu ultime de l’histoire, selon les deux compères.

Un second cliché abordé dans Luca ? La gastronomie italienne ! Si sa renommée mondiale est quand même moindre que la française, nous lui devons notamment les pâtes de toutes les formes et à toutes les sauces, les fameuses gelati (les glaces à l’italienne) et des fromages emblématiques. Et en parlant de fromages, la petite Giulia aime utiliser leurs différentes sortes dans ses jurons, des citations qui deviendront très vite emblématiques ! Santa Gorgonzola !

Pour les intéressés, Pixar a d’ailleurs dévoilé la recette des pâtes préparées par Giulia et son père tout au long du film : les Trenette al pesto !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Pixar (@pixar)

En conclusion, Luca est un film frais et mignon, parfait pour un début d’été ! Si le scénario aurait pu bénéficier de davantage de profondeur, les personnages sont attachants et le visuel époustouflant. Nous avons aimé ce petit moment passé en Italie qui sent bon les vacances (et nous en avons besoin) ! Prochain pays à visiter ? La Colombie grâce à Encanto : La fantastique famille Madrigual, le prochain film d’animation Disney, en novembre au cinéma !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *