Ours polaire : notre avis sur le documentaire Disneynature 2022

Publié par Magali Milanini le 22 mai 2022 | Maj le 22 mai 2022

A l’occasion de la journée de la Terre qui se tenait le 22 avril en 2022, la plateforme Disney+ a dévoilé plusieurs programmes originaux. Parmi eux, le documentaire « Ours polaire » est le dernier chef d’œuvre en date du studio DisneyNature. Tourné en Arctique, il emporte le spectateur dans le tumulte de ses sentiments, entre images grandioses de ce mammifère au mode de vie méconnu et prises de consciences douloureuses du réchauffement climatique. Une production à la hauteur des précédentes de la marque, que nous vous invitons à découvrir…

affiche ours polaire disneynature

Fiche technique du documentaire Ours polaire

  • Titre original : Polar Bear
  • Titre français : Ours polaire
  • Réalisateurs : Alastair Fothergill et Jeff Wilson
  • Producteurs : Alastair Fothergill, Jeff Wilson et Roy Conly
  • Studio de production : DisneyNature
  • Genres : documentaire, animaux et nature
  • Durée : 1 h 24
  • Sortie : le 22 avril sur la plateforme Disney+

Résumé

Le documentaire DisneyNature « Ours polaire » raconte l’histoire d’une ourse qui replonge dans ses souvenirs d’enfance pour mieux surmonter les difficultés inhérentes à sa nouvelle vie de mère, dans un monde de plus en plus hostile aux ours polaires.

Disney+

Des images à couper le souffle

Les documentaires DisneyNature sont réputés pour la qualité de leurs images et « Ours polaire » ne fait pas exception. Tourné grâce à des appareils à la pointe de la technologie, entre prises de vues au sol et dans les airs, ce nouveau film est une ode à l’arctique et à l’un des animaux se situant au plus haut de la chaine alimentaire de cette biosphère, très présent dans notre imaginaire et dont la vie reste pourtant un mystère : l’ours polaire.

Les réalisateurs ont eu le regard juste (et beaucoup de patience) afin de nous offrir, à nous autres spectateurs, des images grandioses d’ours polaires. Le film rassemble les moments les plus représentatifs de la vie de ces mastodontes, au sommet de la chaine alimentaire de la banquise.

La priorité de toute espèce sur Terre est de se nourrir. C’est donc sans surprise que la chasse est au cœur du documentaire. Ce que nous avons cependant apprécié dans ces séquences, c’est l’absence de violence. Certains documentaires sur National Geographic sont particulièrement éprouvants, montrant de façon très crue la chasse des prédateurs. Ce n’est pas le cas d' »Ours polaire« . Si nous voyons, quelques attaques extrêmement courtes, les images se concentrent plus sur la technique d’approche et la ruse que sur l’attaque en elle-même. Le documentaire est donc adapté aux âmes sensibles (mais attention aux jeunes enfants à qui le documentaire n’est quand même pas conseillé).

La deuxième occupation des ours polaires, c’est de dormir. Mais ne vous inquiétez pas, nous ne passons pas le documentaire à les regarder faire, ce serait passablement ennuyeux…

Nous avons bien évidemment gardé le meilleur pour la fin : les séances d’interactions sociales entre les ours ! Les images de ces moments sont clairement les plus extraordinaires de toutes. Que ce soit entre deux oursons qui apprennent la vie ou entre deux adultes qui se courtisent, les scènes de jeu, type « bagarres » et « courses poursuites » sont beaucoup trop adorables pour nos cœurs sensibles ! Glissades sur la banquise, plongeons dans l’eau, autant d’images rares de cette espèce qui nous sont proposées par l’équipe de tournage. Enfin, les instants câlins sont aussi de la partie et rien n’est plus émouvant qu’un câlin entre une maman ours et son petit…

Bref, vous l’aurez compris, les images du documentaire sont à couper le souffle, d’autant plus sur des écrans de grande qualité qui rendent hommage au matériel de haute technologie utilisé. Les réalisateurs et autres membres de l’équipe de tournage ont su avoir l’œil pour immortaliser des moments incroyables, et c’est là toute la magie du documentaire

Gravité du réchauffement climatique

« Ours polaire » nous emmène aux confins de la Norvège, dans un fjord réputé pour être le territoire de nombreux ours polaires. Mais le climat de cette nature est fragile. Saisons après saisons, le réchauffement climatique se fait de plus en plus sentir. La banquise fond de plus en plus tôt chaque année et modifie de façon spectaculaire le lieu de vie des ours. Les reliefs changent, les chemins habituellement empruntés disparaissent, les séances de nage se rallongent, tout est chamboulé. Mais surtout, les proies à chasser sont plus rares, et plus difficiles à attraper…

L’accent est mis à de multiples reprises sur la dégradation progressive mais rapide de l’état de la banquise. Sans être pour autant culpabilisant, le documentaire nous met face à la fonte des glaces et à la disparition de la banquise, lieu de vie des ours, qui malgré tout sont forcés de s’adapter pour survivre.

Le documentaire saura vous arracher ce sentiment douloureux de réalisation profonde de l’état de santé de notre planète. Tous les films Disney ont une/des morales, un but. « Ours polaire » a pour mission première de nous en faire découvrir la vie de cet animal emblématique que nous voyons rarement, et pour mission seconde de nous montrer le désastre écologique se déroulant actuellement sur notre planète.

Avant de visionner le film, nous pensions « simplement » passer un bon moment à regarder évoluer les ours polaires, mais nous avons été frappé par la dégradation de leur habitat. La présentation du phénomène de réchauffement climatique, qui nous est montré par l’évolution, ou plutôt la disparition, de la banquise au fil des mois de l’année, ne peut être plus claire. Le réchauffement climatique est bien là et modifie profondément les écosystèmes. Encore une fois, « Ours polaire » ne cherche pas à être culpabilisant, ce sujet n’est pas abordé. Mais il nous met face à l’évidence, qui est bien moins visible sous nos latitudes.

deux ours en pleine séance de câlins
Disneynature’s POLAR BEAR – Photo by Jeff Wilson. ©2022 Disney Enterprises, Inc. All Rights Reserved.

Ours polaire : le making-of

La sortie du documentaire « Ours polaire » s’accompagnait de celle de son making-of, un film d’une durée similaire, nous plongeant dans l’envers du décors. Le tournage des images idylliques du documentaire se révèle bien plus périlleux que ce que leur perfection nous laisserait penser. Tout en tournant le film, les membres de l’équipe se sont également eux-mêmes enregistrés, ainsi que leurs, nombreuses, péripéties.

Ici aussi, le réchauffement climatique fait des ravages. L’arctique en elle-même est une région périlleuse. Si les véhicules transportant l’équipe à travers plaines et montagnes glacées sont adaptés à ce milieu extrême, il n’en reste pas moins que les changements d’épaisseur et de densité de neige, les tempêtes et le brouillard ne sont pas des conditions idéales pour se déplacer et tourner de belles images. Mais le réchauffement climatique et la fonte de plus en plus précoce de la banquise au printemps rendent la recherche des ours polaires encore plus difficile. Le scénario du film (car oui c’est bien un scénario écrit à l’avance, comme un véritable film) demandait de trouver des familles précises et cela n’a pas été de tout repos.

L’équipe du film raconte également qu’ils devaient se méfier des ours polaires qui, bien que ressemblant à d’adorables peluches sur les images, restent de véritables prédateurs, qui peuvent prendre les humains pour des proies, la prudence était donc de mise.

Le making-of aborde aussi le versant vie quotidienne de cette expédition, qui a duré plusieurs mois pendant lesquels l’équipe était seule au milieu de la banquise, comme les différentes émotions ressenties par l’équipe en fonction des évènements. En bref, pendant 1 heure 30, nous suivons l’équipe pendant tout le tournage.

visuel d'ours polaire le making of

« Ours polaire » est un documentaire à couper le souffle, avec des images extraordinaires d’une telle qualité qu’on pourrait s’imaginer glisser les doigts dans la fourrure si caractéristique des ours. Si son message sur les conséquences terribles du changement climatique vous serrera le cœur, il vous le réchauffera par ses images réconfortantes d’adorables oursons et ours maladroits et affectueux. Le making-of lui reste un « simple » documentaire sur le tournage du film, qui nous plonge dans les coulisses de ce qui reste un documentaire tourné dans des conditions véritablement exceptionnelles dans tous les sens du terme. En conclusion, nous pouvons donc dire que nous avons passé un bon moment devant ces programmes originaux Disney+ et avons hâte de découvrir les prochaines productions DisneyNature pour la plateforme.

5/5 - (1 vote)
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.