Libération et France Info « Et si EuroDisney avait fait un flop »

Publié par Florian Mihu le 31 juillet 2013 | Maj le 3 janvier 2017

A l’occasion des 40 ans de Libé, le journal et France Info revisitent chaque jour de l’été l’Histoire ou devrions-nous dire l’histoire. Aujourd’hui, un dossier parodique était consacré à l’Empire Disney qui s’installait en avril 1992 à Marne-la-Vallée : les prémisses d’une véritable catastrophe médiatique imaginée et caricaturée par Edouard Launet. Un petit rappel également des mésaventures financières réelles du parc lors de ses premières années d’exploitation l’ayant conduit à sa restructuration.

Si EuroDisney avait fait un flop ?

Aujourd’hui, on pouvait lire dans les colonnes du journal Libération fêtant cette année ses 40 ans d’existence un dossier « pseudo-humouristique » consacré à l’inauguration officielle du parc EuroDisney au grand public le 11 avril 1992. Dans la foulée le lendemain, le parc ouvrait pour la toute première fois ses portes au grand public. Sous la plume du journaliste Edouard Launet, l’article nous plonge dans les coulisses de l’inauguration du parc français prête à tourner au fiasco… Parodie grossière, rustre, bobo mais plaisante rappelant tout de même la débâcle financière réelle qui a suivi durant les premières années d’exploitation du resort parisien l’ayant conduit à sa restructuration complète.

Entre un Picsou, un Mickey et un Donald souffrant de problèmes gastriques à la veille du grand défilé d’inauguration, le PDG de l’empire Disney (à l’époque Michael Eisner) attendu devant le château mais retenu par des douaniers français, des majorettes du défilé endoctrinées par un nouveau courant de Révolution prolétarienne, des peoples « bas de gamme » et un feu d’artifice sans doute annulé par une tempête de neige, le 11 avril 1992 à Marne-la-Vallée préfigure une catastrophe médiatique cuisante devant des millions de téléspectateurs grâce à la technologie Mondiovision (TF1 retransmettait à l’époque l’inauguration, présentée par Jean-Pierre Foucault et David Halliday)…

Et Si Disneyland Paris avait fermé

Le journal revient également sur plusieurs vraies désastres en série qui ont sévis dans l’univers des parcs d’attractions dans le monde comme Pripyat en Ukraine, victime médiatique du réacteur nucléaire numéro 4 de Tchernobyl quatre jours avant son inauguration ou Wonderland près de Pékin qui n’a jamais été achevé. Dans un encadré plus sérieux, Libé ressasse à la mode Wikipédia les infortunes et les mésaventures qu’a connu notre cher resort Disney parisien quelques mois après son ouverture officielle ayant pour conséquence de grands bouleversements financiers ayant conduit à la restructuration d’EuroDisney. Très instructif Libé qui nous rappelle même la citation d’Ariane Mnouchkine (« Tchernobyl culturel » qualifiant le parc EuroDisney) de 1992 comme une sentence historico-emblématique du projet d’anéantissement des bobos gauchos de tout ce qui peut s’attacher à Disney en France depuis 1992… La suite, on la connaît…

Un podcast de la revue de presse de France Info à suivre juste ici suivi du dossier complet du Libé d’aujourd’hui :

Lien vers le podcast France Info.

eurodisney libérationeuro disney un flop20130731_212446

EuroDisney SCA : les résultats 2013

Les résultats annuels d’Eurodisney SCA viennent d’être publiés et ne sont pas folichon… Voilà le détail :

Tout d’abord le nombre de visiteurs a chuté à 14.9 millions contre 16 millions pour l’exercice 2012 soit -7% : il y a eu moins de visiteurs Français, Espagnols et Italiens mais plus de Britanniques. Cela se traduit par une baisse de seulement 2% du chiffre d’affaires des parcs.

index

Il en découle une diminution du nombre de nuitées dans les hôtels : 105 000 en moins soit une baisse de 4.5 points du taux d’occupation des hôtels qui s’établit à 79.3%.  Cette diminution est compensée par l’augmentation de la dépense moyenne par chambre de 2% à 235.01€.

Grâce à l’ouverture du magasin « World of Disney », le chiffre d’affaires du Disney Village est en hausse.

World-of-disney-opening

Le Chiffre d’affaires des activités immobilières augmente de 11.1 millions d’euros pour arriver à 20.4 millions.

Les charges d’exploitation ont augmentées de 17.4 millions d’euros reflétant principalement la hausse des salaires des Cast Members.

Enfin la perte nette s’établit, pour cette exercice fiscal, à 78.2 millions d’euros contre 100.2 millions d’euros l’exercice passé.

disneyland-e1322221701908

Malgré ce que le président Philippe Gas nous avait annoncé lors de la table ronde de novembre de l’année dernière, le manque de nouveautés ou d’une saison « attrayante » a fait diminuer le nombre de visiteurs. Cette diminution s’explique aussi par la fin des entrées et passeports annuels gratuits afin de privilégier le chiffre d’affaires à la fréquentation : une décision qui est plutôt positive.

Les résultats ne sont pas si catastrophiques que cela quand on voit la concurrence : « Le concurrent Compagnie des Alpes, qui exploite notamment le Futuroscope et le Parc Astérix, a vu son activité Parcs de loisirs baisser de 4,7%. » –> Boursorama.com

EuroDisney SCA : des chiffres fades attendus le 7 novembre

Le 31 octobre, ne marquait pas seulement la date de la soirée Halloween mais aussi la clôture du quatrième trimestre financier de Disneyland Paris, qui conclue les chiffres de l’année fiscale en cours. Ces résultats seront connus le 7 novembre prochain. Ils ne couvriront pas seulement les habituels chiffres financiers mais aussi ceux en termes de fréquentation, de dépenses par visiteurs, d’occupation des hôtels, … Une équation délicate qui décident de la santé financière et générale de Disneyland Paris.

Pour rappel, le premier semestre s’était principalement clôturé sur un chiffre d’affaires en augmentation mais une fréquentation en baisse.

Hélas, pour les chiffres 2013, on ne spécule pas sur des résultats exemplaires. Cette année succède à celles des festivités pour les 20 ans du parc tout en sachant qu’il est difficile de renouveler le succès annuellement, surtout couplé à une mauvaise conjoncture économique et un climat météorologique plutôt capricieux en début d’année sans compter sur une saison d’été sans nouveauté, voire régressive en terme d’offre. Ce contexte difficile n’est pas isolé puisque d’autres pays européens connaissent la même situation bien que l’on observe une augmentation de touristes étrangers contre une baisse plus importante de touristes français, qui dans le cas de Disneyland Paris, représente la plus importante part de fréquentation.

Picsou DLP

Plusieurs communications font le triste état de la situation :

Un bilan aussi médiocre est unique dans l’histoire du tourisme français (Didier Arino, directeur de Protourisme)

De même que le SNELAC (Syndicat National des Espaces de Loisirs, d’Attractions et Culturels) précisent que 25% des sites de loisirs en France ont enregistré une diminution de fréquentation. Ils ajoutent qu’avec la baisse du pouvoir d’achat, la visite d’un site de loisirs ou le budget souvenir devient secondaire. En parallèle à cela, une étude de Protourisme précise les professionnels du tourisme ont, eux, connu une diminution de 54%.

Si Disneyland Paris prévoit d’ambitieux projets l’année prochaine (ouverture de l’attraction Ratatouille, rénovations des hôtels et dans le parc Disneyland, …), il est à craindre que ces projets ne puissent être correctement soutenus par les chiffres du second semestre et des résultats annuels peu optimistes.

Libération et France Info « Et si EuroDisney avait fait un flop »
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *