Pride : une série documentaire sur la lutte des droits LGBTQI+ aux USA

Publié par Fiona Rodrigues le 22 mai 2021 | Maj le 22 mai 2021

Pride est une série qui va vous faire découvrir l’évolution d’un regard, mais aussi des droits et combats LGBTQI+ au fil de plusieurs décennies aux États-Unis. Alors prêt à vous instruire sur le monde d’hier, pour construire celui de demain ?

L’évolution des mœurs dans Pride

Dès années 1950 aux années 2000, la considération de la communauté LGBTQI+ a considérablement évoluée. Cette série montre alors des thèmes jusque là inconnus pour certains d’entre nous comme la « peur violette » sous l’ère du Maccarthisme, la révolte de Stonewall dans le New-York de Greenwich Village, les guerres culturelles sur les enjeux de la société ou bien encore les ravages du SIDA, qui étaient à l’époque considérée comme une maladie propre à la communauté homosexuelle.

Cette évolution graduelle nous fait bien comprendre que fut un temps, aux Etats-Unis mais aussi partout dans le monde, être « diffèrent » n’était pas vu d’un bon œil et surtout incompris. Il est donc facilement imaginable qu’être libre de son image physique ou de son orientation sexuelle, était, mais est aussi toujours un combat au quotidien dans une nation où l’on est sanctionné par le gouvernement et une population majoritairement Conservatrice.

C’est avec l’arrivée des beaux jours et de l’été que nous auront le privilège de découvrir Pride sur la plateforme Disney+. La date de lancement officielle est donc arrêtée au 25 juin prochain sur la section Star de Disney+, cependant la durée des épisodes n’a pas été communiquée pour l’instant.

 

Des épisodes au fil du temps

La série évolue en 6 épisodes, débutant dans les années 50 et s’occupant chacun d’une décennie en particulier. Le premier épisode traite des années 50 et de la vision du réalisateur Tom Kalin sur cette époque pleine de changements, tout comme le deuxième épisode qui lui concerne les années 60 et leur lot de révolutions en tout genre, que l’on découvre grâce à Andrew Ahn.

Le troisième et le quatrième volets sont quand à eux axés sur les années 70 avec le début de la Gay Pride et la révolte féministe, à travers les images et témoignages de la réalisatrice Cheryl Dunye et sur les années 80 et l’expansion du SIDA vu par Anthony Caronna et Alex Smith. Les deux derniers épisodes sont plus proches de nous et concernent les années 90 et 2000 où les réalisateurs Yance Ford et Ro Haber nous présentent une guerre des cultures entre les opinons divergents et l’arrivée d’une période de visibilité médiatique grandissante que l’on connait de nos jours.

On peut alors regrouper les épisodes en trois parties marquées de grands changements. Une première partie sur l’émancipation sexuelle et la découverte d’une génération libre et ouverte. Une seconde partie rythmée par les manifestations et surtout, la découverte des ravages du SIDA. Et pour finir une troisième partie montrant l’évolution des droits et des lois en faveur des communautés LGBTQI+.

soiree pride dlp

 

L’engagement de Disney pour l’égalité

Par ses diverses productions, mais aussi évènements sur les parcs, comme lors de la soirée Magical Pride qui à lieu entre autre à Disneyland Paris, la firme montre son envie de vivre dans son temps, malgré son image très enfantine.

Disney s’engage par ailleurs de plus en plus dans beaucoup de combats pour lutter contre la discrimination des minorités, mais aussi des grandes causes. On remarque alors de plus en plus de personnages hétéroclites, et surtout de scènes ou réflexions sur l’orientation sexuelle des personnages des séries Disney, comme dans l’un des épisodes d’Andi Mack.

Plus qu’une simple idée commerciale pour notre souris aux grandes oreilles, Disney cherche par cette diversification à montrer que tout le monde peut être un héro ou une princesse, à sa façon et surtout, sans changer son identité et ses convictions.

Et vous, allez-vous regarder cette série documentaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *