Quand le groupe Comcast joue les trouble fête chez Disney

Publié par Joshua Bobée le 27 mars 2018 | Maj le 11 avril 2018

Alors que le gouvernement des États-Unis statuera prochainement sur la validation du rachat de la Twenty-First Century Fox par la Walt Disney Company, l’accord semble mis en danger par l’arrivée impromptue du groupe Comcast. En effet, l’autre géant du monde des médias a fait une offre publique d’achat pour Sky, le géant des médias britanniques, que la compagnie de Burbank convoite, et dont l’acquisition est actuellement corrélée au rachat de la Fox. La promesse d’un combat intense pour l’obtention d’une place dans le paysage télévisuel anglophone.

Une histoire de surenchères sans fin

Dans cette affaire de rachat qui n’en finit plus, les rebondissements s’enchaînent et l’intérêt des divers acteurs des médias s’accentue autour du rachat de Sky. Un intérêt grandissant qui ne fait ni les affaires de la Walt Disney Company, ni celles de Comcast et encore moins celles de Rupert Murdoch. En effet, cette mise en lumière de l’entreprise anglo-saxonne associée à un récent accord de partage avec Mediaset, géant des médias italiens, fait grimper la valeur des actions boursières de Sky, désormais au-dessus de l’offre de la Twenty-First Century Fox, mais aussi de l’offre de Comcast.

Rachat Fox Sky

Rupert Murdoch, le milliardaire qui effraye

Principale difficulté pour l’obtention de l’aval des autorités britanniques, l’omniprésence dans les médias de Rupert Murdoch. Déjà présent avec The Sun et le Times, c’est avec cette crainte en tête que le milliardaire vient de revoir sa copie. Deux propositions, avec en ligne de mire rassurer Londres, en plus de celle déjà faite et ainsi obtenir le feu vert nécessaire à la finalisation du rachat de Sky par la Twenty-First Century Fox. Première proposition, isoler juridiquement et administrativement la chaîne d’information continue du groupe Sky News du reste de la compagnie, et maintenir ainsi son indépendance. Deuxième possibilité, revendre Sky News à la Walt Disney Company, qui avait déjà montré un intérêt pour le média et limitant ainsi la présence effarouchante de Rupert Murdoch.

Bien que les analystes estiment que les mesures devraient être suffisantes pour obtenir un accord, l’opposition farouche du parti travailliste laisse un doute substantiel sur le résultat, avec une réponse dans les prochains mois.

Sky : un média courtisé

Sky rachat Comcast

Alors qu’aux États-Unis la télévision payante perd de plus en plus de terrain à cause de la multiplication des plateformes de vidéos à la demande, l’Europe, une fois n’est pas coutume, fait figure d’exception. En effet, le marché de la télévision payante est en bonne forme notamment grâce aux droits des différentes ligues de football. Une vitalité qui attire les convoitises, plus particulièrement outre-Manche avec le télé-opérateur Sky, leader de la télévision payante en Europe. Déjà propriétaire de la moitié du groupe, la Twenty-First Century Fox souhaite acquérir l’intégralité du groupe, dont elle a lancé le rachat l’année dernière, acquisition aujourd’hui remise en cause par une commission.

Une bataille animée

Il faut noter que l’acquisition du groupe Sky par la Fox est une condition de la vente de la compagnie de Rupert Murdoch à la Walt Disney Company. Alors que l’offre soit une provocation envers Rupert Murdoch ou une véritable volonté de diversification, l’offre publique d’achat de Comcast met à mal les plans de Bob Iger. Il faut aussi rappeler que Comcast a déjà affronté Disney, notamment pour le rachat de Twenty-First Century Fox, où l’obtention de Sky était déjà l’objectif.

Une offre surprise de la part de Comcast

Comcast Sky Disney FoxActuellement propriétaire des studios Universal, de Dreamworks et de NBC, le géant américain du câble, Comcast, propose de racheter chaque action du télé-opérateur Sky pour 12,50 livres, un montant bien supérieur aux 10,75 livres proposés par Rupert Murdoch par la voie de la  Twenty-First Century Fox. En plus d’une offre plus faible, Rupert Murdoch ne suscite pas vraiment l’enchantement outre-Atlantique, la prise de contrôle totale de Sky par le magnat inquiète l’autorité de la concurrence britannique, affirmant que l’opération ne va pas dans l’intérêt du public.

Malgré les réticences des autorités britanniques et l’offre de Comcast, le groupe Sky a annoncé un accord de confidentialité avec la Twenty-First Century Fox et la Walt Disney Company. Cet accord permet aux deux groupes d’accéder à toutes les informations nécessaires pour la constitution du projet de rachat, comme le convient la législation anglaise. La commission de l’autorité de la concurrence britannique publiera prochainement son avis, mettant fin au long suspense.

Quand le groupe Comcast joue les trouble fête chez Disney
5 (100%) 2 votes
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *