5 raisons de se laisser emporter par la magie d’Il était une fois

Publié par Joshua Bobée le 11 novembre 2021 | Maj le 11 novembre 2021

Sorti en 2007, Il était une fois est devenu un classique instantanément pour de nombreux adeptes des productions Disney. Un plébiscite sans surprise car le long-métrage entre animation et prises de vues réelles contient tout les ingrédients des classiques du studio : amour, magie, chansons et méchante emblématique. Voici cinq bonnes raisons de découvrir ou redécouvrir les aventures citadines de l’attachante Giselle.

Amy Adams et Patrick Dempsey vivent une véritable histoire d'amour dans Il était une fois, Walt Disney Studios

1. Les références aux classiques Disney

Si l’ensemble du long-métrage de Kévin Lima se veut être un hommage aux codes des classiques des studios d’animation Disney, il contient de nombreuses références très précises aux productions du studio de Burbank. L’ouverture est une des premières références avec une lecture de conte comme dans les classiques Blanche Neige et les Sept nains, Pinocchio, Cendrillon, La Belle au Bois Dormant et tant d’autres. De même, la princesse Giselle s’inspire de plusieurs princesses Disney avec 80% de Blanche Neige, quelques traits d’Aurore, une nuance de Cendrillon et le courage d’Ariel. Voici quelques-unes des références présentes dans Il était une fois :

  • Le pagne des trolls est un hommage aux robes de princesses Disney avec des morceaux des robes de Belle, Aurore et Cendrillon,
  • Julie Andrews, l’interprète originale de Mary Poppins raconte les aventures de Giselle au début du film,
  • Le chauffeur du bus que prend Edward est coiffé de manière à évoquer les oreilles de Mickey,
  • Plusieurs petites références au classique d’animation Blanche Neige : la pomme empoisonnée, Narissa mimant la Méchante Reine, le nettoyage de l’appartement de Robert par des animaux (plus citadins que chez les nains), le nom de la compagnie de Robert (les compositeurs de la bande originale de Blanche Neige) pour ne citer que celles-ci,
  • Alors que Giselle s’intéresse à l’aquarium présent dans le bureau de Robert, une version instrumentale du Partir là-bas de La Petite Sirène résonne en fond,
  • Giselle et Morgan mentionnent les Fées marraine et leur magie de minuit juste avant d’aller faire du shopping,
  • Robert appelle maladroitement Edward sous le nom de Charmant lorsqu’il le rencontre, une référence appuyée au Prince de Cendrillon,
  • Giselle, Robert et Morgan dînent au Bella Note, rappel à peine voilé à la Belle et le Clochard,
  • Le bal du Woolworth Building emprunte largement l’imaginaire de l’iconique scène de danse de La Belle et la Bête,
  • Giselle enlève l’épée d’Edward du sol de la salle de bal comme dans Merlin l’Enchanteur,
  • Une des reporters suivant les évènements provoqués par la présence de Giselle à New-York s’appelle Mary Ilene Caselotti. Une référence directe aux noms des voix américaines des princesses Disney : la voix d’Aurore Mary Costa , la voix de Cendrillon Ilene Woods et la voix de Blanche Neige Adriana Caselotti,
  • L’affrontement final au sommet du Woolworth Building fait écho aux scènes épiques de nombreux classiques des studios d’animation comme La Belle au Bois Dormant ou Le Bossu de Notre-Dame.
Giselle revisite une des scènes culte de Blanche Neige et les Sept nains dans une version plus urbaine.

Il serait difficile de recenser toutes les références aux classiques d’animation Disney tant elles sont nombreuses, aussi, nous ne proposons qu’un échantillon des plus remarquables, en avez-vous vus d’autres ?

2. Le casting d’Il était une fois

Entre parodie et célébration des codes Disney, Il était une fois s’appuie sur un casting royal avec en tête Amy Adams pour porter la joyeuse et naïve Giselle et Patrick Dempsey en timide Robert Philip. Avec eux, James Marsden est le charmant Prince Edward, Timothy Spall joue le servile Nathanaël, la désormais célébrissime Idina Menzel interprète la pauvre Nancy Tremaine et Susan Sarandon est l’infâme reine Narissa. Mention spéciale pour le petit écureuil Pip, le compagnon d’Edward sans voix depuis son arrivée dans le monde réel au plus grand plaisir de Nathanaël.

Amy Adams, James Marsden et Patrick Dempsey à l'affiche d'Il était une fois, Walt Disney Studios

3. Les costumes (attention aux rideaux)

Difficile de manquer les nombreux costumes portés par Giselle, Edward, Nathanaël et Narissa : aussi impressionnants qu’inconfortables, ils assurent une partie de la dimension féerique de la production. Toute la magie de ces costumes royaux repose sur l’environnement où ils s’invitent, effectivement, découvrir Edward vêtu de son costume de Prince en plein New-York offre un drôle de spectacle. Mention toute particulière pour les talents de couturière de Giselle, ses aptitudes sont à l’origine d’une des scènes les plus drôles d’Il était une fois, au grand désespoir de Robert et de ses rideaux.

4. Les musiques entrainantes d’Il était une fois

Un Baiser, Si Près, Travailler Bien en Chantant, ou encore Comment Savoir, Il était une fois compte de nombreuses chansons mémorables. Avec plusieurs chansons chantées par les acteurs (Rachel Pignot pour la version française) et une bande originale composée par le génie Alan Menken, le film s’appuie sur des valeurs sures. Travailler Bien en Chantant est une des plus savoureuses, largement inspiré du Sifflez en travaillant de Blanche Neige, c’est une des mélodies les plus entêtantes du long-métrage de Kevin Lima. Autre classique : Comment Savoir, une réflexion enjouée sur l’amour interprétée par Giselle en plein Central Park.

5. L’alternance d’animation et de prises de vues réelles

Pourtant loin d’être un premier essai pour les studios Disney, la réalisation d’un film en animation et prises de vues réelles s’impose toujours comme un pari risqué. Toutefois la production limite le risque avec le choix du réalisateur Kevin Lima déjà passé par la direction de film d’animation avec Dingo et Max et Tarzan. De plus, l’ensemble des sections animées étaient dirigées par la senior des studios d’animation Disney : Lisa Keene. Il était une fois construit un équilibre parfait entre une animation très classique des productions Disney et prises de vues réelles maitrisées.

Giselle rêve d’une Prince Charmant dans un séquence animée d’Il était une fois, Walt Disney Studios

Si comme nous vous ne vous lassez pas de l’ambiance magique entre animation et réalité d’Il était une fois, plus qu’une chose à faire : filez devant votre écran pour chanter l’amour avec Giselle. Il faut ajouter qu’Amy Adams, Patrick Dempsey, James Marsden, Idina Menzel et Alan Menken seront de retour dans Disenchanted, une suite tournée en début d’année dont l’arrivée est prévue courant 2022 sur Disney +.

5/5 - (3 votes)
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.