Bienvenue chez Doug : la nouvelle collection de courts-métrages Disney+

Publié par Manon Taccoen le 31 août 2021 | Maj le 31 août 2021

Le 1er septembre 2021, une nouvelle série de courts-métrages, Bienvenue chez Doug, débarque sur la plateforme Disney+. C’est l’occasion de retrouver les personnages de Là-Haut, Doug et Carl Fredericksen, entre autres, alors qu’ils s’installent dans une nouvelle maison de banlieue, avec jardin !

Fiche technique de la collection Bienvenue chez Doug

  • Titre original : Doug Day,
  • Titre français : Bienvenue chez Doug,
  • Date de sortie : le 1er septembre 2021,
  • Durée des épisodes : environ 10 minutes,
  • Genre : Famille.

Synopsis

Cette collection de 5 courts métrages des studios Pixar, suit les mésaventures humoristiques de Doug, l’adorable chien du film d’animation Disney Pixar « Là-Haut ». Chaque court-métrage présente, à travers les yeux passionnés de Doug, des évènements du quotidien qui se produisent dans et autour de son jardin.

Bande-annonce de la collection

Rencontre avec l’équipe de Bienvenue chez Doug

À l’occasion de la sortie de la collection de courts-métrages, l’équipe de Radio Disney Club a eu le privilège d’assister à une présentation virtuelle par Bob Peterson, son producteur et VO de Doug, et Kim Collins, la directrice des productions des Studios Pixar. L’occasion pour nous d’en apprendre un peu plus sur le processus de création et le contenu de celle-ci.

Bienvenue chez Doug : place à de nouvelles aventures

Centrée sur Doug, l’attachant golden retriever du film Là-Haut, la série se déroule immédiatement après la fin des événements du long-métrage sorti en 2009. S’il a vécu de trépidantes aventures dans l’imprévisible Guyane vénézuélienne, Doug doit désormais s’adapter à un nouveau terrain de jeu tout aussi inquiétant : un jardin de banlieue.

Lors de cette conférence, Bob Peterson est, à plusieurs reprises, revenu sur l’idée générale de la série, c’est-à-dire, les différentes facettes de la vie d’un chien, notre relation avec nos animaux de compagnie et comment nous prenons soin l’un de l’autre. Dans le but de trouver de quoi alimenter « Bienvenue chez Doug », ce grand amoureux des canidés a longtemps observé ses deux chiens, en s’imaginant tour à tour ce qu’il se passait dans leur tête, ce qu’ils pouvaient se dire ou en analysant leurs réactions. L’épisode favori de Bob Peterson, sur les feux d’artifices, est d’ailleurs un clin d’œil à une de ses boules de poils qui était terrorisée par les détonations de ces derniers. Comme lui, Carl Fredricksen devra trouver une solution pour tenter de calmer un Doug apeuré.

« Il n’existe rien de mieux que les chiens, ils apportent tellement de joie dans nos vies » – Bob Peterson

Interrogés sur le défi que constituait la création d’une série en pleine pandémie, nos deux intervenants ont déclaré s’être énormément amusés. Certes, il y a eu quelques difficultés d’ordre technique au départ, mais celles-ci ont pu être résolues rapidement. Kim Collins poursuit en avouant qu’en réalité, le télétravail a renforcé leur esprit d’équipe et a pu prouver la cohérence de leur collaboration. Un travail qui aurait pu s’avérer compliqué, notamment pour Bob Peterson qui, avec « Bienvenue chez Doug », endosse le rôle de producteur pour la première fois de sa carrière. Par ailleurs, cette situation inédite dans laquelle nous vivons depuis plus d’un an a également permis de trouver le ton de la série : douceur et joie afin de réconforter les spectateurs dans cette période délicate.

Lieux et personnages, les détails de cette nouvelle série made in Luxo

Une grande partie de la conférence a porté sur les personnages et les décors de « Bienvenue chez Doug ».

Côté décor, la série se déroule principalement chez Carl Fredricksen. Sa cultissime maison colorée grâce à laquelle il a pu voyager à l’aide de milliers de ballons de baudruche accrochés à la cheminée étant maintenant située aux Chutes du Paradis, il lui en fallait évidemment une toute nouvelle. Les producteurs ont décidé de donner un aspect chaleureux et cosy à sa seconde demeure. Plus sobre que l’ancienne, qui rappelons-le était faite d’une façade bi-matière multicolore, de fenêtres roses et de bordures de toit bleues, la nouvelle est toutefois similaire par son architecture de type vieille demeure familiale. Elle donne également l’impression d’avoir été construite manuellement. Pour ce qui est de la décoration, Pixar oblige, des Easter Eggs ont été cachés un peu partout. Le moulin à vent posé sur le toit de la maison de Carl Fredricksen représente l’oiseau Kevin et ses oisillons. Dans les jardins environnants, la grande roue de Toy Story 4 peut également être aperçue. D’autres Easter Eggs font échos aux membres de l’équipe de production comme l’une des boîtes de macarons posée sur la table de la cuisine sur laquelle il est écrit « Pete’s macaroons » (les macarons de Pete), en référence au pêché mignon de Pete Docter le réalisateur de Là-Haut. Pour les autres, on vous conseille d’ouvrir les yeux en grand et de faire bien attention aux détails.

Chez les personnages, tous adoptent cette morphologie représentative de Pixar avec des contours exagérés et des textures réalistes. Nos deux protagonistes ont été retravaillés grâce aux technologies actuelles. En plus grande forme depuis son périple vénézuélien, notre septuagénaire adoré adopte une marche plus rapide et son dos est moins courbé. Il a également laissé tomber la veste en tweed et arbore un look plus jeune. Le golden retriever Doug a été doté d’une nouvelle texture et d’une nouvelle fourrure. Et puisque nous apprenons à connaître un peu plus Doug, nous découvrons qu’il est doté d’un superpouvoir, nommé la « smell-o-vision » en VO, qui lui permet de visualiser mentalement ce qu’il sent, surtout la nourriture. Cette présentation a également été l’occasion de confirmer le retour du garçonnet Russell dans quelques épisodes de la collection. Parmi les nouveaux, on compte notamment un écureuil, mignon en apparence mais avec un caractère de sacripant, qui compte donner du fil à retordre à notre cher Doug. Dans le jardin loge aussi une belle mais très sévère maman moqueur bleue. Des chiots feront aussi une apparition. Ils ont beau être petits et tout mignons, ils pourront être menaçants par moment. En ce qui concerne Alpha, Beta, Gamma et les autres chiens antagonistes de Là-Haut, rien n’est encore fixé. Mais Bob Peterson a laissé sous-entendre qu’ils pourraient éventuellement faire leur retour si la série est renouvelée.

Et comme il n’y a pas de série sans musique, celle de « Bienvenue chez Doug » possède un côté très hitchcockien, selon Bob Peterson, car elle structure la narration en mettant en lumière les émotions puissantes de Doug. Considéré comme un enfant de quatre ans par l’acteur qui lui donne sa voix originale, ses émotions sont donc multipliées au centuple. À noter également que cette bande son originale puise parfois dans le registre jazzy et old school de Là-Haut. Un moyen efficace pour lier ces deux univers.

Notre avis sur la collection Bienvenue chez Doug

Contrairement à la précédente collection de courts-métrages des studios de la lampe Luxo Jr, intitulés Pixar Popcorns, Bienvenue chez Doug ne vous laissera pas d’arrière goût amer lors du visionnage, et c’est une bonne chose. En effet, cette suite à Là-Haut est tout ce qu’il y a de plus rafraichissant.

Pour commencer, quelle bonne idée que d’avoir choisi Doug, ce golden retriever si attachant, comme personnage principal. Rassurez-vous, son collier qui nous permet d’entendre ses pensées est toujours actif (même trop actif, ce qui est normal vu le caractère vif de l’animal) et il va vous faire rire ! Son nouveau maître, Carl Fredicksen est bien évidemment présent, puisqu’ils vivent ensemble, mais c’est bien Doug que nous suivons à la trace dans ses nouvelles aventures de chien de maison. Ce chien maladroit va en faire voir de toutes les couleurs à Carl, tout en voulant toujours bien faire, bien évidemment. Remplis d’humour, nous passons un agréablement moment devant les courts-métrages. Comme dit un peu plus haut, les références sont foison dans les courts-métrages, et c’est une chose que nous aimons toujours autant chez Pixar. Il est toujours agréable de chercher ces petits indices, plus ou moins évidents d’ailleurs, et de se rappeler à quoi ils correspondent.

Côté visuel, le résultat est impressionnant. Bienvenue chez Doug utilise les moteurs 3D des studios Pixar à pleins régimes ! Et nous n’avons jamais vu un chien aussi beau (nous ne pouvons pas dire réaliste puisque les personnages sont toujours volontairement caricaturés chez Pixar), que ce soit son pelage et ses milliards de poils qui bougent au gré du vent, ses yeux pétillant de vie ou encore sa truffe brillante. Bref, aucun faux pas de ce côté là !

En conclusion, vous passerez un moment drôle au côté de l’adorable Doug dans cette nouvelle collection de courts-métrages, disponibles sur Disney+ dès maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *