Expo : l’univers Ghibli à la rentrée à Art Ludique le Musée

Publié par Florian Mihu le 10 juin 2014 | Maj le 19 mai 2017

Après avoir fêté les 25 ans des studios Disney-Pixar et les 75 de la Maison des Idées, Art Ludique – Le Musée, installé depuis maintenant un an sur les quais d’Austerlitz à Paris, annonce sa troisième exposition exceptionnelle toujours basée sur l’Entertainment : celle-ci sera consacrée, à partir du 4 octobre prochain, à l’univers du studio Ghibli, notamment à la contribution de ses pairs Takahata et Miyazaki. Lancement de l’expo Dessins du Studio Ghibli le 4 octobre 2014.

ghiblia

Nouvelle collaboration donc entre Ghibli France, distribué par Disney France, et le musée de Jean-Jacques Launier, son fondateur et président.

ghibli1a

Makiko Futaki, animatrice vétéran du Studio Ghibli, est décédée

Souvenirs de Marnie

Souvenirs de Marnie

L’animatrice pilier du Studio d’animation japonais Ghibli Makiko Futaki nous a quitté ce vendredi 13 mai 2016 à l’âge de 58 ans seulement, alors qu’elle suivait un traitement intensif contre une maladie. Ses proches parents ont tenu à lui organiser des funérailles privées.

C’est une grande perte pour le monde professionnel et artistique d’Hayao Miyazaki, Isao Takahata et consorts.

Un début de carrière chez Telecom Animation Film

Futaki a commencé sa carrière professionnelle comme animatrice au sein de Telecom Animation Film, en travaillant sur l’épisode #153 de Lupin III: Part II. Avant cela, elle avait déjà mis un premier pied dans l’animation (amateur) en dévoilant son potentiel, notamment au Private Animation Festival. Elle a d’abord travaillé avec le co-fondateur de Ghibli Isao Takahata sur Kié la petite peste, sorti au Japon en 1981 (et seulement en 2005 en France), puis avec Hayao Miyazaki dans Nausicaä de la Vallée du Vent (1984 au Japon, 2006 en France). Depuis, elle a travaillé sur la majorité des productions du label en tant qu’animatrice consultante et a co-dirigé l’animation des (Les) Contes de Terremer. Son dernier projet principal est Souvenirs de Marnie.

En dehors de Ghibli, elle a également travaillé comme animatrice sur Les Ailes d’Honnéamise, Train de nuit dans la Voie lactée, Akira et Gosenzo-sama Banbanzai!. Elle a également illustré les couvertures des nouvelles de Nahoko Uehashi, Moribito. Pour avoir une idée plus précise du talent de l’artiste, Catsuka Player a gardé trace de ses divers travaux.

Souvenirs de Marnie

Le co-fondateur de Ghibli Isao Takahata décline son invitation à l’Académie des Oscars

Le cinéaste et co-fondateur du Studio d’animation japonais Ghibli, Isao Takahata (Le Tombeau des Lucioles), a rejeté l’invitation que lui a faite l’association professionnelle dirigeant et organisant la cérémonie des Oscars. Isao Takahata ne deviendra donc pas membre honoraire de l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences. Une source proche du réalisateur affirme que celui-ci, se sentant trop âgé pour la tâche et énormément occupé sur d’autres projets, aurait préféré décliner l’invitation que lui faisait Hollywood, nous rapporte Anime News Network. Rappelons que son dernier film d’animation pour le label mis en veille, Le Conte de la Princesse Kaguya, n’a pas décroché la statuette du Meilleur Film d’Animation à la 87ème cérémonie des Oscars, prix remporté par Les Nouveaux Héros. Une polémique avait d’ailleurs enflé à ce sujet, un ou des membres de l’Académie n’auraient en effet jamais visionné le film du maître nippon et seraient même allés jusqu’à le qualifier de « putain de chose chinoise » en interne, une information très vite dissimulée par le service Presse de l’Académie des Oscars.

isaotakahata

Alors que celle-ci est soumise à rude épreuve cette année dans le tintamarre médiatique, où elle se fait vivement critiquer pour ses choix très sectaires de personnalités ou films nommés, que ce soit pour des raisons raciales, culturelles ou d’identité sexuelle, le refus de Takahata d’entrer en son sein est symptomatique de l’image qu’elle véhicule. Alors que le cinéaste est logiquement à la retraite et laisse derrière lui une carrière de 45 ans, pourquoi l’Académie lui a fait cette demande seulement en juin dernier, quand on connaît le monstre sacré qu’il est depuis tant de décennies ? Cette question problématique du manque de diversité dans l’Académie est récurrente. L’actrice afro-américaine Ruby Dee n’a jamais été conviée durant les 48 premières années de sa carrière illustre. Le partenaire de toujours de Takahata, Hayao Miyazaki, a lui aussi rejeté à plusieurs reprises les invitations de l’Académie. Il a en revanche accepté un Oscar d’Honneur en 2015. Mais l’Académie, en réponse aux diverses polémiques à son encontre, a souhaité réagir en janvier dernier en modifiant quelques règles de représentativité et d’adhésion notamment, ainsi que quelques règles de vote afin de mieux représenter les minorités. L’actrice Nancy Beiman a récemment publié une lettre ouverte à l’Académie dans THR, dans laquelle elle avoue « n’être dorénavant plus fière de faire partie de cette association ».

146e717ad3881316e30536d6b3dad8891424700811_full

Le Conte de la Princesse Kaguya, dernier film en date du maître Takahata

Au cours de la cérémonie des Annie Awards 2016, Isao Takahata recevra une récompense honorifique, le Winsor McCay Award, qui salue une existence toute entière consacrée à l’animation. La distinction porte le nom du pionnier du genre, qui a réalisé les premiers films d’animation. Isao Takahata confirme ne pas en avoir fini avec l’animation : « J’ai d’autres projets en tête, et je me débrouille en ce moment pour pouvoir les réaliser moi-même. Quant à savoir si ces projets deviendront des films, personne ne le peut, même moi », a-t-il expliqué.

Isao Takahata (à gauche) et le producteur Yoshiaki Nishimura, aux Oscars 2015

Isao Takahata (à gauche) et le producteur Yoshiaki Nishimura, aux Oscars 2015

A quoi pourrait ressembler un parc Ghibli ?

L’artiste japonais Takumi s’est amusé à imaginer ce à quoi pourrait ressembler un parc à thèmes Ghibliland, avec ses attractions et ses ambiances inspirées du catalogue cinématographique du studio nippon et sa structure basée sur celle d’un Royaume Magique Disney.

Ainsi, Le Château Ambulant de Miyazaki prend la place du Château de Princesse Disney, Tomorrowland, Fantasyland et Adventureland cèdent leur place à des mondes tirés des films Mon Voisin Totoro, Le Château dans le Ciel et Nausicaä de la Vallée du Vent, le Disneyland Railroad se transforme en monorail chat-bus, on aperçoit également une attraction aquatique inspirée de Nausicaä avec un Omu : l’illustrateur nous propose une immersion totale et une expérience complète.

Les visiteurs auraient le choix entre deux hôtels : la station thermale dans Le Voyage de Chihiro ou l’hôtel Adriana de Porco Rosso. L’artiste compte maintenant réflechir sur les menus qui pourraient être proposés dans les restaurants du Parc. Evidemment, Ghibli n’a jamais eu l’ambition ni l’envie de réaliser un tel projet mais il est agréable de voir à quel point le studio met en valeur son patrimoine depuis plusieurs années.

Le Studio d’animation Ghibli ferme !

Nous pressentions cette annonce incessamment sous peu et en exposions les raisons il y a quelques semaines, voici que c’est officiel :  le studio Ghibli annonce la cessation définitive de son activité après le départ de son maître co-fondateur, Hayao Miyazaki. Par fermeture, il faut entendre arrêt définitif des activités de production du département mère d’animation, planchant actuellement sur la série mêlant 2D et 3D, Ronya : Fille de Brigand, du fils Miyazaki, Goro Miyazaki. Le studio légendaire, fort d’un legs critique et commercial exceptionnel, laisse derrière lui trente années de production artistique intenses.

Alors, pourquoi ? Et bien, le studio nippon de Totoro, par la voix de son ex-dirigeant et producteur principal, Toshio Suzuki, explique que les brumes financières qui planaient sur l’ensemble du staff ont réellement pesé dans la balance. Les deux derniers long-métrages Le Vent se Lève, de Miyazaki et Le Conte de la Princesse Kaguya, de Takahata, n’ont pas facilité la tâche, n’ayant tout simplement pas rapporté. Le départ des deux géants co-fondateurs du studio entraîne inéluctablement la frasque financière tant redoutée. Le studio n’aurait pu payer toutes ses équipes de la sorte.

Image de Couverture - Ghibli

Néanmoins, tout n’est pas perdu. Si la production s’arrête, une petite équipe sera préservée pour des projets plus personnels de Miyazaki, dont on ignore encore le contenu. Le producteur a également annoncé que le département « Momonoma« , géré par Yoshiyuki Momose, serait lui préservé, ses nombreux employés étant déjà en « Freelance ». Il produisait des clips musicaux et des publicités. Avant la production du long-métrage Porco Russo en 1992, tous les employés étaient de simples travailleurs indépendants (une seule équipe permanente) et sont devenus, par la suite, des contractuels à long terme. De ce fait aujourd’hui, certains reviennent en « freelance » tandis que la majorité sera licenciée. Suzuki ajoute que les attentions vont désormais se porter exclusivement sur le développement du Musée Ghibli et sur la licence (distribution vidéo du patrimoine par Disney et produits dérivés notamment). Tous les nouveaux projets, à l’exception de la série Ronya : Fille de Brigand et du long-métrage When Marnie Was There (思い出のマーニー) sorti le 15 juillet dernier au Japon et pas encore distribué à l’étranger, resteront dans les cartons (jusqu’à nouvel ordre). Rappelons qu’une exposition exceptionnelle sera consacrée au studio dès la rentrée prochain à Art Ludique – Le Musée à Paris.

Vers un arrêt des activités du Studio Ghibli ?

Le légendaire Studio Ghibli survivra-t-il au très probable départ de son maître co-fondateur Hayao Miyazaki ? C’est la question que nous sommes légitimement en droit de nous poser. Le prochain long-métrage des studios nippons, When Marnie Was There (version anglaise, version japonaise : Omoide No Marnie) est sorti le 15 juillet dernier au Japon. Nous abordions ce nouveau film dans notre précédent article.  Hiromasa Yonebayashi (Arrietty, le petit monde des chapardeurs) signe, avec ce 20ème long-métrage des studios, un conte sur l’amitié entre deux jeunes filles, dont l’une vit dans un monde onirique.

Le-studio-Ghibli-pourrait-arreter-de-produire-des-films_portrait_w532

Or, le site japonais News Cafe aurait été informé comme quoi il pourrait s’agir du dernier film produit par les Studios. Après Marnie, « le studio ne produira plus rien de nouveau mais se contentera de gérer ses licences et ses copyrights », ajoute la source. Rappelons que Ghibli fut fondé en juin 1984, et qu’il a donc fêté son 30ème anniversaire il y a peu. Ayant produit nombre de classiques, du (Le) Château dans le Ciel à Princesse Mononoké en passant par Mon Voisin Totoro ou Le Tombeau des Lucioles, son avenir a déjà été remis en cause une première fois en septembre 2013. En effet,  Miyazaki, âgé de 73 ans, annonça que son dernier film, Le Vent se Lève, serait aussi son ultime en tant que réalisateur. Si Le Vent se Lève a été l’un des plus gros succès au Japon en 2013, le film qui le suivait, Le Conte de la Princesse Kaguya du grand Takahata, n’a pas autant séduit, malgré son fort potentiel. Sorti le 25 juin en France, il fut également un échec commercial chez nous, pourtant si beau. Ces deux films ont imposé des sommes budgétaires conséquentes pour leur investissement. Il faut savoir que Ghibli a toujours refusé de délocaliser ses locaux à l’étranger, préférant faire travailler les artistes de son pays. Ajoutons à cela que La Reine des Neiges a très bien pu faire de l’ombre à l’animation nippone ces derniers temps, étant devenue, en 2014, le troisième plus gros succès cinématographique de l’histoire de l’Archipel.

Enfin, un autre paramètre qui pourrait nous alerter est celui du départ de Suzuki, âgé de 65 ans, de sa fonction de producteur, pour devenir simple directeur général, en mars dernier. D’après Miyazaki lui-même, Suzuki avait réfléchi à un plan de dissolution du studio « afin qu’il puisse fonctionner avec seulement cinq personnes pour gérer les copyrights », déclarait Hayao-Sensei en 2010. A l’inverse, on peut très bien s’attendre à ce que le triumvirat originel cède sa place à une nouvelle génération de créateurs et producteurs menée tambours battants par Yonebayashi. Ou est-ce le début d’une fin moins heureuse du fait de ces départs ? Affaire à suivre…

le-conte-de-la-princesse-kaguya-kaguya-hime-no-monogatari-25-06-2014-23-g

Deux films Ghibli en 2013

Quelques semaines après la sortie du Disney de Noël : Les Mondes de Ralph, l’année 2013 s’annonce exhaustive avec de nouvelles sorties. De l’autre coté de la planète, des informations capitales viennent d’arriver. En effet, pas un, mais deux films Ghibli sortiront l’année prochaine, une très bonne nouvelle pour tous les fans de chef d’oeuvre d’animation nippone.

Studio-Ghibli-Logo-Totoro

Le premier sera Kaze Tachinu (Le Vent se Lève). Cette adaptation du roman éponyme  sera bien évidement réalisée par le génie des films d’animation japonais Hayao Miyasaki.

Ce film racontera l’histoire de Jiro Horikoshi , concepteur de l’avion de combat Mitsubishi A6M, un avion bombardier léger utilisé par l’armée impériale Japonaise de 1940 à 1945. Il se faisait aussi appeler Zéro et fut utilisé pour la fameuse attaque de Pearl Harbour le 7 Décembre 1945. Le film est prévu dans les salles obscures Nippones pour l’été 2013.

Voici le premier visuel :

199537_10151373624397642_1432749332_n

Le prochain sur la liste sera l’adaptation du conte éponyme Kaguya Hime Monogatari (le coupeur de bambou) réalisé par Isao Takahata (Pompoko, mes voisins les Yamada).

Ce film contera l’histoire de Taketori no Okina, un vieux coupeur de bambou sur le point de faire une découverte bien mystérieuse. Il trouvera une mystérieuse plante de bambou. C’est en la coupant qu’il y découvrira une petite fille pas plus grande que son pouce. Heureux de trouver une si jolie petite fille, lui et sa femme l’élevèrent comme leur propre enfant. Ils décidèrent alors de l’appeler Kaguya Hime . Suite à cet évènement, à chaque fois que le vieil homme coupera une branche de bambou, il trouvera à l’intérieur une pièce d’or, devienant donc rapidement très riche et ainsi capable subvenir au besoin de sa fille jusqu’à ce que la petite grandisse et devienne une belle femme de taille normal. Malgré tous ses efforts pour cacher sa fille du regard des autres, les échos de la beauté de la femme gagna les contrées les plus reculées du royaume du soleil levant. Un beau jour, 5 Princes se présentèrent chez le vieil homme dans l’espoir d’épouser Kaguya Himé.

Ce conte est considéré comme le texte narratif  japonais le plus ancien, composé en réalité de sept contes.

Voici donc une histoire chargée de magie et d’émotion disponible dans tous les cinémas nippons courant 2013.

68853_10151373625707642_270878005_n

Expo : l’univers Ghibli à la rentrée à Art Ludique le Musée
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *