Freaky Friday : les 3 films sont sur la plateforme Disney+ !

Publié par Mélanie Di Caro le 28 mai 2020 | Maj le 28 mai 2020

La sortie de Disney+ est une bonne occasion pour revoir d’anciennes comédies. En effet, le site regorge de nombreux films oubliés dans son très large contenu. Il en est un qui a été revisité dernièrement c’est : Freaky Friday. Saviez-vous que ce film a connu trois versions différentes ? Suivez-nous, nous vous expliquons tout !

Freaky Friday (2003)

Nous connaissons tous la version de 2003 avec Lindsay Lohan et Jamie Lee Curtis, qui est sans doute la plus connue (Si ça n’est pas le cas, à voir rapidement). Une mère (Jamie Lee Curtis) et sa fille (Lindsay Lohan), aux antipodes l’une de l’autre, échangent par enchantement leur corps, le temps d’une journée, un vendredi. Elles devront essayer de survivre chacune dans la peau de l’autre. Nous retrouvons également Chad Michael Murray (les frères Scott, Comme Cendrillon) au casting dans la peau du mec canon du lycée ou encore Mark Harmon (NCIS) dans le rôle du futur mari.

L’affiche de Freaky Friday (2003)

Dans cette version, la mère est une femme professionnellement et personnellement active, responsable, avec plusieurs cordes à son arc et dont la vie contrôlée est quasiment parfaite. Peut être trop parfaite. Pas de place pour le fantasme, le lâcher prise. Elle est en opposition directe avec sa fille, qui se laisse bercer par l’insouciance, sa passion pour la musique, son premier coup de cœur et sa vie sociale de lycéenne. La communication rompue tend à être retrouvée ainsi qu’une part d’équilibre entre responsabilités et désinvolture.

Freaky Friday (2018)

Disney a réédité le film Freaky Friday en mettant en scène une comédie musicale pop en 2018 avec Cozi Zuehlsdorff (Ellie) et Heidi Blickenstaff (Monica).

Cozi Zuehlsdorff et Heidi Blickenstaff sont Ellie et Katherine dans Freaky Friday, (The Walt Disney Company France)

freaky friday 2018

Ces dernières années, les comédies musicales font le petit succès des teen movies avec notamment Descendants, Z.O.M.B.I.E, High School Musical : The Musical : The SeriesFreaky friday ne fait pas exception. Cela permet notamment de pouvoir écouter les bandes originales. Cette version ne compte pas moins de 10 chansons qui démarrent dès la 7ème minute par un duo mère/fille.

La vision de l’adolescente qui est représentée tiens compte de notre époque. En effet, fini l’adolescente girly pop rock représentée par Lyndsay Lohan. Cozi Zuehlsdorff arbore un style plutôt Rock’n’roll non genré avec une coupe de cheveux courte et elle le porte bien !

Outre le fait que Disney ait choisi de faire une comédie musicale, ils ont aussi choisi de s’adapter aux mœurs de notre époque qui évoluent : l’importance de la technologie et des réseaux sociaux dans le quotidien, moins de genres marqués des adolescents avec une plus grande mixité des sexes, plus de diversités ethniques au casting, une composition de la famille plus moderne avec une répartition des tâches plus équitables… L’histoire part toutefois du même point de départ, avec une mère active dans l’hypercontrôle et une lycéenne désinvolte, qui ne se comprennent pas et qui se retrouvent dans le corps l’une de l’autre, un vendredi.

Un vendredi dingue dingue dingue ! (1976)

Sur Disney+ nous trouvons également « un vendredi dingue, dingue, dingue ! », datant de 1976 avec une Jodie Foster très jeune dans le rôle d’une adolescente, et Barbara Harris qui interprète sa maman.

Vendredi dingue dingue dingue

Cette version reflète aussi son époque puisque nous retrouvons une vision de la mère qui est femme au foyer, devant s’occuper des tâches ménagères, des repas ainsi que de son mari et des souhaits de ce dernier. Elle doit lui faire honneur quand il choisi de recevoir ses collègues de bureau. L’époque patriarcale est renforcée par l’image du père qui part au travail et qui donne les directives à sa femme pendant son absence. Jodie Foster, quant à elle, comprend peu à peu en se retrouvant coincée dans le corps de sa mère, que la vie d’une femme au foyer n’est pas drôle, ni de tout repos. Elle doit travailler tout autant, si ce n’est plus, que l’homme qui part travailler. Cette version est moins accès sur l’adolescence (bien que cela soit tout de même abordé) mais plutôt sur le rôle de la femme au foyer souvent dénigrée. On sent une volonté d’inverser la tendance.

Chaque version reflète son époque, avec nos préoccupations de jeune et d’adulte. Nous avons, au fil du temps, une évolution de la femme qui s’émancipe de plus en plus, mais également une évolution de la famille ainsi que de la représentation de chaque membre qui la compose. Au début nous avons la composition du schéma classique du papa, de la maman et des deux enfants, puis, au fur et à mesure, nous avons une autre forme de famille : la famille recomposée.

Heidi Blickenstaff et Cozi Zuehlsdorffsont Katherine et Ellie dans Freaky Friday, (The Walt Disney Company France)

Freaky Friday 2018

Cependant, quelque soit la version que l’on choisi de regarder, il y a des dénominateurs communs immuables. Que ce soit Jodie Foster, Lindsay Lohan ou Cozi Zuehlsdorff, elles rêvent toutes d’indépendance, de devenir adultes, qu’on leur laisse la liberté de choisir. Les mamans quant à elles soulèvent toutes des montagnes pour leurs enfants, sont dans l’hypercontrôle, multifonctions, oubliant peut être, à certains moments qu’elles ont eues 16 ans elles aussi.

Le rapport mère/fille, le passage de l’adolescence à l’âge adulte, se mettre à la place de l’autre, sont les thèmes prédominants dans tous les films. Ce qui en ressort au final c’est l’amour filial. Un feel good movie comme on les aime chez Disney. Si vous ne les avez pas encore vus c’est le moment. Les trois versions sont sur Disney+ !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *