Il y a 111 ans naissait, à Indianapolis, James Baskett alias l’éternel Oncle Rémus de Mélodie du Sud.

Baskett s’est pris en main très tôt, bien décidé à vouloir percer dans le métier. Il débarque ainsi à New York assez jeune et rejoint la compagnie de Bill Robinson, mieux connu sous le nom de Mr. Bojangles. Avec pour pseudonyme Jimmie Baskette, il fait des apparitions à la fin des années 1920 aux côtés de Louis Armstrong dans la revue Hot Chocolates, typiquement symbole de la culture noire américaine.

 James Baskett

vyBKo6Ip5uCRctECi1fW7FKBpxB

En 1945, il auditionne pour participer au doublage d’un animal du nouveau film d’animation des studios Disney, Mélodie du Sud, tiré des histoires de Joel Chandler Harris. Walt est tellement impressionné par les talents de l’acteur afro-américain qu’il décide de lui confier directement le rôle principal du film, Oncle Rémus. Baskett devient le premier acteur directement embauché de cette manière par Walt pour jouer dans l’un de ses films. Il prêtera également sa voix au Méchant Basile dans le film.

song-of-the-south

Un oscar honorifique pour Mélodie du Sud

La première du film a lieu le 12 novembre 1946, au Loew’s Grand d’Atlanta, mais sans l’acteur principal James Baskett, la ville exerçant encore la ségrégation raciale à l’époque. On connait le statut que porte aujourd’hui The Walt Disney Company à l’égard de quelques-unes de ses œuvres dont Mélodie du Sud, entachée à tout jamais par le prisme de la xénophobie raciale de l’Amérique. Quoiqu’il en soit, Baskett est au sommet de sa vie professionnelle quand il reçoit un Oscar honorifique le 20 mars 1948 pour sa prestation dans les aventures de Rémus (après quelques pressions exercées par l’éditorialiste populaire Hedda Hopper à Hollywood).

1948_james_baskett (1)

Ce couronnement de carrière le consacre non seulement premier individu noir-américain à remporter dans l’histoire un Oscar, mais aussi le premier acteur à décrocher la précieuse statuette pour sa performance dans un film produit par Disney. Il signe également la voix de l’un des corbeaux de Dumbo, Fat Crow. De 1946 à 1948, la santé cardiaque de l’acteur déclinait à vau-l’eau. Ses problèmes de cœur et de diabète l’empêchent de poursuivre sereinement sa carrière, malgré le soutien de son épouse Margaret. Il s’éteint le 9 juillet 1948 et laisse derrière lui une histoire touchante et un rôle on ne peut plus mythique dans l’histoire des studios de Mickey. Aujourd’hui, sa chanson phare « Zip-a-Dee-Doo-Dah » est fredonnée, déclinée et chantée de mille et une façon au sein de toutes les destinations Disney du monde. Contrairement aux (fausses) informations de la toile, l’acteur n’a pas (encore) reçu de Disney Legend à titre posthume…

btssongsouthdisneybacklot_large