La Reine des Neiges 2 : notre critique du film d’animation Disney de 2019

Publié par Naomi HUART le 14 novembre 2019 | Maj le 18 novembre 2019

Six ans après que La Reine des Neiges ait pris d’assaut le box-office mondial, les fans d‘Elsa, Anna et Olaf vont enfin pourvoir se régaler de la suite des aventures de leurs personnages favoris. La Reine des Neiges 2, dont la sortie est prévue le 20 novembre en France, est-il à la hauteur des attentes des enfants (et des plus grands) du monde entier ? Découvrez notre critique garantie sans spoiler du deuxième opus de la plus givrée des sagas Disney.

La Reine des Neiges 2

  • Production : Walt Disney Animation Studios
  • Titre original : Frozen 2
  • Titre français : La Reine des Neiges 2
  • Sortie française : 20 novembre 2019
  • Sortie américaine : 22 novembre 2019
  • Réalisateurs : Jennifer Lee et Chris Buck

Synopsis et bande-annonce du film d’animation Disney

Alors que tout semble aller pour le mieux pour Elsa, Anna, Kristoff et Olaf après les événements de la Reine des Neiges, Elsa, qui se questionne sur sa place à Arendelle, entend une voix… celle-ci la conduit, avec Anna, Olaf, Sven et Kristoff, à explorer la forêt enchantée dont le père des deux sœurs leur contait la légende étant petites et dont l’accès est maintenant condamné pour de mystérieuses raisons. Elsa et Anna vont en apprendre plus sur leur histoire, celle de leur famille, et sur leur rôle au sein d’Arendelle.

Découvrez les bandes-annonces de la Reine des Neiges 2 ainsi que toutes les affiches du film et les produits dérivés.

La Reine des Neiges 2 : une toute nouvelle histoire pour ce deuxième volet

La Reine des Neiges 2

La Reine des Neiges 2 ne reproduit pas l’erreur de la plupart des suites Disney sorties directement en DVD dans les années 2000 en reprenant globalement la même histoire que le premier. Au contraire, cette suite nous transporte dans une toute nouvelle intrigue, sans grand lien avec les enjeux de la Reine des Neiges. Nous avons donc un nouvel univers à explorer avec la forêt enchantée et les légendes qui lui sont rattachées. L’origine des pouvoirs d’Elsa, élément d’ombre du premier film, est un peu exploré, ou du moins nous savons à l’issue du film pourquoi elle détient ces pouvoirs. La nouvelle légende créée autour de la forêt et de la magie qu’elle renferme est bien construite, ce qui permet aussi d’en apprendre davantage sur la famille d’Elsa et Anna, notamment sur leurs parents et leur grand-père.

Qui dit nouvelle histoire, dit aussi nouveaux personnages : Elsa trouve ainsi un petit camarade sous la forme d’une salamandre capable de contrôler le feu, et les sœurs et Kristoff rencontrent le peuple qui vit dans la forêt enchantée, en plus d’un groupe de gardes royaux d’Arendelle coincés dans la forêt après que la frontière entre celle-ci et le monde réel ait été fermée. On peut cependant regretter que la présence de ces nouveaux personnages soit limitée. De même, la petite salamandre reste assez sous exploitée, même si elle fera craquer les enfants cet hiver.

Bien qu’une toute nouvelle histoire soit une perceptive attrayante, il est tout de même dommage que très peu d’éléments du premier films Disney soient repris ou approfondis. Nous ne savons toujours pas d’où viennent les trolls (ils n’ont aucun lien avec la forêt enchantée), ni comment le père d’Anna et Elsa est entré en contact avec eux, ou encore comment il a obtenu le livre qui lui permet d’aller soigner Anna enfant dans le premier film. La légende, racontée par la mère d’Anna et Elsa par le biais d’une comptine dans leur enfance, peut aussi sembler sortir un peu de nulle part étant donné qu’il n’en est fait aucune mention dans le premier film. Cette suite apparaît donc plus comme une histoire totalement différente que comme une continuité des péripéties de la Reine des Neiges.

La Reine des Neiges 2 : les personnages originaux toujours bien présents

La Reine des Neiges 2

Mise à part Hans, qui ne fait qu’un petit caméo, tous les personnages du premier film reprennent du service ! Anna et Elsa sont plus proches que jamais, et cherchent alors à se protéger mutuellement, parfois au détriment des besoins de l’autre… c’est donc le point majeur sur lequel elles devront travailler dans ce deuxième film, là où elles étaient sans arrêt séparées dans le premier.

Kristoff, de son côté, cherche enfin à demander la main d’Anna. Malheureusement, la communication ne semble pas être le fort de leur couple, ce qui offre son petit lot d’humour. Olaf, quant à lui, avec la naïveté d’un nouveau-né, se pose des questions sur l’avenir et sur la « vieillesse ». Un trait de caractère qui aurait pu passer pour du développement de personnage s’il avait été établi dans le premier film qu’Olaf se considère comme un petit enfant. Faute d’être totalement cohérentes, ces remarques feront au moins sourire les personnes sensibles à son humour.

Les fans de ces personnages seront ravis de les retrouver dans ce deuxième opus. Toutefois, un problème se pose : à la fin de la Reine des Neiges, aussi bien Anna qu’Elsa avaient résolu tous leurs problèmes. Leurs personnages étaient arrivés à l’issue de leur développement. Elsa a appris à s’ouvrir et à faire confiance aux autres, tandis qu’Anna, à l’inverse, a appris à ne pas faire confiance à n’importe qui et surtout à comprendre sa sœur. Que leur reste-t-il alors à explorer ?

La Reine des Neiges 2 commence d’ailleurs sur une chanson d’ouverture qui annonce que tout va bien dans le meilleur des mondes pour nos héroïnes. Rien ne laisse présumer qu’Elsa ne se sent toujours pas à sa place à Arendelle, et ce même lorsqu’elle entend la voix pour la première fois. Pour faire avancer l’intrigue et créer un conflit, les personnages doivent donc faire un pas en arrière, et apprendre le même genre de leçon que dans le premier opus. Certains problèmes, comme le fait qu’Anna manifeste sa peur à l’idée de devoir se débrouiller seule, sont même en contradiction avec les événements du premier film. Les développements des personnages peuvent donc être assez maladroits, mais si on fait abstraction de ce manque de pertinence, Anna et Elsa restent suffisamment attachantes (surtout grâce aux enjeux d’Elsa) pour que le public s’intéresse à leur histoire.

Seul Kristoff s’en sort bien, son envie de demander Anna en mariage étant dans la continuité des bases de leur relation posées dans le premier film. Leur couple aurait cependant mérité d’être un peu plus exploré, surtout qu’étant donné leurs gros problèmes de communication, on peut se demander s’ils sont réellement faits l’un pour l’autre…

Un ton adapté aux enfants

Malgré des bandes-annonces qui s’annonçaient plus dark que le premier opus, la Reine des Neiges 2 est en réalité autant (voir plus) enfantin que son prédécesseur. Si certains thèmes abordés, comme la quête d’identité et le fait de savoir apprendre de son passé sont intéressants, la plupart des messages plus profonds ou abstraits sont immédiatement expliqués en détails par Olaf, ôtant ainsi toute double lecture pour le public plus âgé.

L’humour est très bon enfant, et vient essentiellement d’Olaf, beaucoup plus présent que dans le premier film. A savoir que Kristoff offre aussi une scène à la fois hilarante et inattendue, qui, cette fois-ci, cible plutôt les adultes ayant grandi dans les années 90/2000 de par le mouvement qu’elle parodie. D’ailleurs, le duo Sven/Kristoff, toujours aussi absurde, fonctionne parfaitement.

La répartition des chansons est mieux gérée que dans le premier film : là où la dernière partie de la Reine des Neige en était dépourvu, les chansons sont présentes tout le long de la Reine des Neiges 2. Un bon point pour les fans de musiques inspirantes à forte voix, un mauvais point pour les autres… les personnes qui ont reproché au premier film d’avoir trop de chansons n’apprécieront vraiment pas cette suite.

L’animation, magnifique et supérieure à celle du premier opus, sert parfaitement aux musiques avec des mises en scène à couper le souffle. Seuls bémols : les chansons ressemblent beaucoup à celles de la Reine des Neiges, que ce soit dans leur mélodie, leur placement dans le film où les messages véhiculés. De même, là où « Libérée Délivrée » était pensée pour être le cœur du film, dans la Reine de Neiges 2, trop de chansons essaient de devenir le nouveau « Libérée, Délivrée », et bien qu’elles soient très jolies, elles se parasitent un peu entre elles.

La Reine des Neiges 2 est aussi bourré de références plus ou moins directes au premier film : flashbacks, clips, mimes, toute occasion est bonne pour replonger les fans dans la magie de la Reine des Neiges. Si certains de ces passages sont cohérents dans l’intrigue, d’autres semblent superflus, ou même en contradiction avec les personnages (comment Olaf peut se rappeler avec détails du début du premier film alors qu’il n’était même pas là ?). Bien sûr, la plupart de ces scènes sont uniquement là pour faire rire le public, et sur ce point, le pari est réussi.

La Reine des Neiges 2 : conclusion

La Reine des Neiges 2 est très divertissant, mais ce n’est pas une suite parfaite : trop d’éléments qui n’existaient pas dans le premier film viennent faire de l’ombre aux aspects qui auraient, au contraire, mérité un approfondissement. Les personnages sont parfois obligés de régresser pour apprendre des leçons qu’ils connaissaient déjà dans le premier. Les nouveaux personnages sont sympathiques mais ne sont pas assez développés…

Cependant, cela reste un film qui plaira beaucoup aux fans de la Reine des Neiges qui seront heureux de se replonger dans cet univers et absolument pas déçus, et aux enfants qui riront beaucoup des blagues d’Olaf. L’animation est vraiment magnifique, nos yeux sont émerveillés tout du long par les paysages et autres décors, et cela vaut le coup de le voir sur grand écran. Un film que les enfants vont adorer et qui fera vendre beaucoup de jouets à Noël.

2 commentaires sur "La Reine des Neiges 2 : notre critique du film d’animation Disney de 2019"
  1. XAV

    « Un film que les enfants vont adorer et qui fera vendre beaucoup de jouets à Noël. »

    Je pense que tout est résumé. J’ai lu les critiques américaines qui cherchaient pour la plupart de l’intérêt de ce film, même si j’imagine qu’on puisse le regarder une fois pour passer le temps.

  2. AUR

    Je ne serais qu’à moitié d’accord avec votre critique. Certes, il reste des points d’ombre par rapport au premier film, mais d’autres sont au contraire développés et je crois que la question la plus importante et qui a trouvé réponse ici c’est l’origine des pouvoirs d’Elsa.
    Nous sommes dans un monde fantastique, alors se demander d’où viennent les trolls, etc. alors que de toute évidence, les créatures non-humaines peuplent les alentours d’Arendelle, ce n’est peut-être pas ce qu’il y a de plus important.
    Ensuite, je pense vraiment que vous passez à côté de cette sous-lecture que vous pensez absente. Frozen 2 est une fable politique, sociale et écologique, que ce soit sur la question du mur, des conflits entre peuples, des représentations familiales, ou de l »impact de l’humanité sur la nature. Tout ça forme un ensemble qui me paraît difficile à appréhender pour un enfant. De même, la quête initiatique et le rapport à la perte de l’autre me paraissent plus matures que dans Frozen 1. Pour moi, ce second volet surpasse en tout point le premier qui manquait justement de profondeur par endroit, et ce alors que je le trouvais déjà magnifique, novateur et très fort comme film d’animation Disney.

    Néanmoins, oui, les chansons sont mieux équilibrées (il faut noter la qualité d’enregistrement et l’inspiration Broadway encore plus maîtrisées !), l’animation a passé un cap indéniable, même par rapport aux autres Disney les plus récents, et l’histoire est globalement appréciable par petits et grands.

    (au fait, vous avez laissé une coquille : « perceptive » –> « perspective »)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *