Rox et Rouky, une ode à l’amitié de l’animation Disney

Publié par Kevin Gauthier le 27 décembre 2015 | Maj le 8 février 2018

Vous souvenez-vous ? C’est le 24ème Grand Classique Disney, sorti en 1981 et réalisé par Ted Berman, Richard Rich et Art Stevens. Il est adapté du roman de Daniel P.Mannix, The Fox and the Hound, publié en France en 1978 (1967 pour sa parution américaine).

Rox est un renardeau tout juste orphelin, recueilli par la Veuve Tartine, la figure même de l’adorable grand-mère qu’on rêve tous d’avoir. Il rencontre le petit Rouky, jeune chien de chasse adopté par le sévère Amos Slade, qui voit en lui la relève du vieux chien ronchon, Chef. Naît alors une amitié inattendue, qui se voit contrariée par la nature de chasseur de Rouky qui prend le dessus. Et puis là… c’est le début de la fin.

Rox et Rouky

Les bonnes raisons de voir ou de revoir ce film Disney ?

Parce que vous vous attacherez forcément à TOUS les personnages ! Si vous ne succombez pas à la tendresse de la Veuve Tartine, la douceur de Big Mama vous convaincra peut-être. Vous adorerez les pitreries du pivert Piqueur et du moineau Dinky, vous fondrez sous les airs câlins de la belle renarde Vixy… Vous raffolerez des jeux trop mignons de Rox et Rouky, du faux air grincheux de Chef.

Parce que ça nous ressemble : une belle réflexion sur l’amitié, les limites ami/ennemi, la différence… Autant de thèmes complexes qu’on appréhende tous les jours. Et puis, dans un registre moins gai mais tout aussi intéressant, l’abandon, la mort, thèmes récurrents dans les Disney qui nous rappelleront des scènes aussi déchirantes que la mort de la mère de Bambi ou la séparation de Dumbo et sa mère. Bon c’est vrai, je dois vous l’avouer, il faudra vous armer d’une bonne boîte de mouchoirs pour aborder ce film. Mais je vous rassure, vous ne pleurerez pas que de tristesse.

Rox et Rouky film disney

Mais comment ne pas craquer devant cette petite bouille adorable ?!

Parce que les chansons du film, signées Richard O’Johnston, Stan Fidel, Jim Stafford, Richard Rich et Jeffrey Patch (sur une musique originale de Buddy Baker), sont très belles. Ce ne sont pas les plus mémorables des films Disney, certes, mais elles ont tout autant le mérite d’être connues.

Notez que c’est la première fois qu’on trouve un poème dans un film Disney. Vous craquerez sur ces magnifiques vers prononcés par la Veuve Tartine :

« On s’est connus voici fort peu de temps,

Tes yeux semblaient si implorants,

De nos deux tristesses, un bonheur est né,

Car j’ai compris que j’allais t’aimer. […]»

Je pense que ça se passe de commentaires…

Enfin, parce que vous allez aimer, tout simplement. Si je devais le résumer en un mot, ou plutôt en deux : amitié et émotion.

Et si on regardait Rox et Rouky ce soir ?

L’histoire et les informations autour de Rox et Rouky

Le film des Studios Disney commence mal à cause d’un changement d’animateur et perdu entre la division des dessins animés supervisés par Walt Disney et l’ère moderne du studio Disney, à commencer par La Petite Sirène, Rox et Rouky (« Le renard et le chien de chasse » en version originale), a toujours été sous-estimé, sinon complètement oublié. Pourtant, c’est l’un des meilleurs dessins animés de Disney, souvent aussi sombres que Pinocchio, exceptionnellement modestes et sombres, et peut-être leur seul film d’animation qui remet même doucement en question le statu quo. Cela commence par des génériques d’ouverture de crédits sombres et plutôt longs, dans un contexte forestier. Des sons de la nature se font entendre peu à peu, puis des violons lunatiques pour souligner la mort bambique-esque de la mère d’un renard naissant. Le petit renard est pris sous l’aile, pour ainsi dire, par le sage grand-père Hibou, qui fait adopter le bébé par une gentille paysanne, qui l’appelle Rouky. A proximité, un chasseur de mauvaise humeur (Jack Albertson) ramène à la maison un jeune chien de chasse nommé Rox, et le renard et le chien, ignorant qu’ils sont des ennemis naturels, développent une amitié instantanément proche.

Physiquement, cette alliance entre le renard et le chien ressemble plus à un béguin passionné qu’ à une palpitation brutale de garçon, avec Rox tenant toujours Rouky en joue pendant que le renard le regarde avec ferveur et soumission dans les yeux du chien de chasse. Bailey a une chanson (« The Best of Friends ») sur leur couplage qui fait ressortir un sous-texte racial, comme si elle chantait sur un enfant noir jouant avec un enfant blanc. Ce point de vue sur les clivages inutiles de la vie est d’autant plus émouvant que nous n’en sommes jamais frappés par-dessus la tête; tout est sous-entendu avec délicatesse.

L’histoire autour du film Rox et Rouky

Mais ensuite, le chien de chasse en pleine croissance est emmené pour être entraîné comme chasseur, et la prochaine fois que les deux amis se rencontrent, le chien essaie sauvagement de chasser le renard. Après qu’ils soient presque tués par l’ours, il y a une sorte de réconciliation. Ils se rendent compte (et peut-être que les enfants de l’auditoire comprendront aussi) à quelle vitesse nos meilleures impulsions peuvent être noyées par le bruit de la société. Le message n’est pas lourd, et il n’ a pas besoin de l’être, parce que les leçons du film sont si fermement illustrées par la vie des animaux.

Bien que « Rox et Rouky » soit le premier film d’animation de Disney à avoir été réalisé principalement par une nouvelle génération d’artistes en studio, le regard du film s’inscrit toujours dans la tradition de « Les Aventures de Bernard et Bianca » (1977) et d’autres œuvres de Disney dans les années 1970. Cela signifie que nous n’obtenons pas l’animation minutieuse, image par image, des feuilles, fleurs et oiseaux individuels qui rendaient « Blanche-Neige » magique lorsque les heures de travail des animateurs étaient moins chères. Mais nous avons beaucoup de vie et d’énergie à l’écran.

La musique du film des Studios Disney

La star de la bande son du film est Pearl Bailey comme Big Mama Owl. Elle chante trois chansons, dispense des conseils avec une main libre et se pavane dans la forêt comme une sorte d’Ann Landers à plumes. Les animateurs ont fait un travail merveilleux en donnant à leur hibou des dessins animés certains traits de personnalité de Pearlie Mae, mais les deux personnages principaux (avec Mickey Rooney comme renard et Kurt Russell comme chien de chasse) sont plus directs.

Un long métrage d’animation pour les enfants

L’essentiel, je suppose, est: Est-ce que les enfants aimeront ce film? Et la réponse est, bien sûr, je pense que oui. C’est une histoire colorée qui bouge rapidement, et pendant que je regardais les images animées à l’écran, on m’a soudainement rappelé une croyance curieuse que j’avais quand j’étais enfant.

Rox et Rouky, une ode à l’amitié de l’animation Disney
Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *