Black Panther : critique du premier film Marvel de 2018

Publié par Pauline Bertin le 13 février 2018 | Maj le 14 avril 2018

Alors que le Marvel Cinematic Universe fête ses 10 ans en 2018, Black Panther est un film important pour la phase 3 du MCU. Après son apparition dans Captain America : Civil War, nous retrouvons T’Challa en tant que Black Panther. Direction le Wakanda pour en savoir un peu plus sur Black Panther… Retour sur nos premières impressions après la projection de ce film qui se démarque, à bien des égards, des productions Marvel précédentes. Porté par Chadwick Boseman, Michael B. Jordan et Lupita Nyong’o, le film se veut à la fois politique, d’un autre ton et résolument engagé.

black panther persos

  • Production : Marvel Studios
  • Titre original : Black Panther
  • Titre français : Black Panther
  • Sortie française : 14 février 2018
  • Sortie américaine : 16 février 2018
  • Réalisateur : Ryan Coogler
  • Scénario : Ryan Coogler et Joe Robert Cole
  • Musique :  Ludwig Goransson

Synopsis du nouveau film Marvel

L’affrontement entre Captain America et Iron Man est passé, le prince T’Challa qui a pris parti aux côtés d’Iron Man, retourne auprès des siens au Wakanda. Son père ayant perdu la vie, il devient le nouveau régent de son pays et par la même occasion l’héritier d’un rôle bien particulier : Black Panther. Alors qu’un ancien ennemi refait surface, c’est toute la nation wakandaise qui se retrouve menacée. En tant que Black Panther et roi, T’Challa va devoir montrer sa force, sa bravoure et sa capacité à faire changer les choses établies depuis fort longtemps. Le destin du Wakanda, ce pays si particulier, à la pointe de la technologie grâce au vibranium et replié sur lui-même, se retrouve confronté à plusieurs dilemmes. Pouvoir, soutien, rébellion et transformation sont au cœur de cet opus.

black panther affiche

Décors, ambiances, musiques : direction l’Afrique avec Black Panther

Quand Black Panther nous emmène au Wakanda, nous partons en réalité en direction de l’Afrique. Des décors en passant par les costumes, les ambiances et la musique, tout nous replace dans le contexte de ce continent. Le film fait la part belle à un élément essentiel : les couleurs ! Que ce soit l’ensoleillement, les paysages ou les costumes de chaque tribu, Black Panther nous transporte via une large palette de couleurs vives et dynamiques. C’est d’ailleurs pour cela que le film a été tourné en IMAXTous ceux qui auront la chance de le visionner sous ce format ne profiteront que mieux des couleurs du film.

Une bande originale sur mesure

Côté musique, la bande originale se partage entre des sons instrumentaux où résonnent les tambours et des créations bien plus modernes notamment portées par Kendrick Lamar. Mélange de hip-hop et de sonorités traditionnelles, la bande originale de Black Panther nous amène, comme le reste des éléments du film, dans un équilibre entre modernité et traditions. La semaine passée, l’album et le clip du titre All The Stars sont sortis. De quoi nous faire patienter un peu plus tranquillement jusqu’à la sortie en salle du film.

Pour ce qui est des décors, leur réalisme est plus varié. Pour tout ce qui touche à la technologie du Wakanda, les décors sont souvent réussis. Cependant, la qualité de certaines images de synthèse fait parfois défaut aux éléments de décors extérieurs. C’est un des points faibles pour le rendu du film. Cela nous coupe de l’immersion complète sur les terres wakandaises.

Des costumes inspirés

Si l’on prête attention aux costumes, on peut noter le soin apporté à ces derniers. Le Wakanda se partage entre différentes tribus. On distingue aisément chaque clan grâce aux costumes. Des couleurs vives et des tenues classiques pour certains. Le représentant de l’une des tribus porte notamment un plateau labial. Les tenues de l’armée du Wakanda sont également travaillées. Cette troupe de guerrières au crâne rasé est armée de lances et dégage une force et un courage sensibles. Au total, le film rassemble plus de 700 costumes inspirés de tribus telles que les Maasaï, les Himba ou les Touaregs.

Mélange de technologie et de culture

Bien loin du New-York fréquenté par les Avengers, le Wakanda cherche son équilibre entre traditions et technologie. La force du Wakanda repose sur ses gisements de vibranium. C’est le métal le plus solide au monde, qui équipe notamment le bouclier de Captain America. De cette ressource unique découle une avancée technologique importante du Wakanda vis-à-vis du reste du monde. C’est Shuri, la petite sœur de T’Challa, qui est la digne représentante de ce savoir-faire. En tant qu’ingénieur de talent, elle aide à concevoir des équipements hautement technologiques pour son pays et son frère. La maîtrise est là et les outils montrés à l’écran donneraient envie à bien des technophiles.

Au milieu de cette ambiance « technologique », ce sont des siècles de traditions que l’on retrouve et qui guident le Wakanda. La ville qui nous est dépeinte est la représentation de ce mélange. On se balade dans un quartier traditionnel avec son marché ou dans un élevage de rhinocéros mais on reçoit aussi une communication en hologramme.

Hériter du poids de la tradition

La tradition et la culture sont des éléments qui jouent un rôle important dans l’évolution de T’Challa en tant que Black Panther. D’ailleurs, c’est aussi ce qui fait de Black Panther un super-héros pas tout à fait comme les autres. En est-il vraiment un ceci dit ? Chadwick Boseman déclarait dans une interview pour IGN que ce n’est pas forcément le cas.

« Je pense que la différence, c’est qu’il est le dirigeant d’un pays. C’est ça la différence. Je ne dirais même pas que c’est un super-héros. Dans la mythologie de son pays, il n’est pas un super-héros. Il est un guerrier, et cela fait partie de leurs traditions… Au sein du royaume du Wakanda, personne ne va se demander qui est ce mec masqué qui fait ce genre de trucs. Tout le monde sait que c’est lui, et c’est ce qu’ils attendent de lui. Ils prient Dieu, et même lui dans certains cas, pour qu’il fasse ce qu’il fait. Ce qui est bien différent de la plupart des super-héros dont on ne connaît pas l’identité, et dont on ne sait jamais quand ils se montreront. C’est ça, la principale différence. »

En effet, le Black Panther est connu de tout son peuple, il est là pour le guider et le protéger. En ça, il n’est pas ce super-héros qui fascine car on ne sait pas qui se cache derrière le masque. Cette tradition existe depuis des générations et le rôle des ancêtres, en tant que guides spirituels, est important.

La scène d’introduction du film se démarque tout particulièrement dans ce sens. D’une part de par sa réalisation, et d’autre part par son format. Elle se dessine sous forme d’un récit transmis d’un père à son jeune garçon. Tout au long du film, T’Challa constate combien il peut être complexe de concilier les coutumes établies aux réalités actuelles.

Des réflexions résolument actuelles et politiques

Un des axes du scénario met en lumière des considérations politiques qui résonnent tout particulièrement à notre époque. L’une d’elles remet en question le fait de s’ouvrir ou non aux autres. Le Wakanda est une nation recluse, qui vit cachée des autres nations. Le pays fonctionne en auto-suffisance, son gisement de vibranium lui donne des atouts non négligeables. Ce choix d’être invisible des autres sert autant à se protéger qu’à démontrer sa peur de l’étranger. Faut-il s’ouvrir aux autres ? Accueillir ceux qui en auraient besoin ? Partager nos ressources ne serait-il pas plus bénéfique ? C’est ce lot de questions qui pourra ressortir à certains moments du film et qui ont un écho résolument actuel.

Des personnages féminins forts et mis en avant

Dans son thème général et dans ses sujets de réflexion, Black Panther se veut être un film relativement différent des autres productions de super-héros. Un autre point changeant, et à noter, tient dans la place faite aux rôles féminins. Le réalisateur, et co-scénariste, Ryan Coogler, met en exergue plusieurs profils féminins qui se détachent tout particulièrement au cours du film. Ce sont des personnages forts et Ryan Coogler nous donne l’opportunité d’en connaître plus sur elles, leurs valeurs et leurs motivations.

Trois portraits essentiels

On retrouve notamment Shuri, la petite sœur de T’Challa, interprétée par Letitia Wright. Jeune surdouée, elle fait partie de ceux qui mettent leur intelligence au service des connaissances technologiques du Wakanda. A la fois intelligente et astucieuse, elle se montre tout autant déterminée et forte. Autant quand il s’agit de ne pas laisser certaines personnes remettre ses compétences en question que quand il faut user de la force.

Nakia, jouée par Lupita Nyong’o, est une des relations proches de T’Challa. C’est celle qui a su, d’une certaine façon, s’émanciper de son pays pour donner un sens à ses actions. Elle est à la fois libre et déterminée à mener à bien ses projets. Mais son personnage retranscrit surtout quelqu’un d’ouvert et de moderne qui saura être une source de réflexion pour Black Panther.

Enfin, un des autres rôles féminins qui mérite réellement sa place est celui d’Okoye. Interprétée par Danai Gurira, Okoye est la chef des Dora Milaje. Ce groupe de guerrières constitue la garde rapprochée du roi du Wakanda. Elle doit se montrer brave tout en tenant son rôle primordial dans la sécurité de sa nation qui lui impose une droiture à toute épreuve.

En résumé

Points forts

  • Les différents niveaux de lecture du film
  • Des personnages forts, mêmes parmi les personnages secondaires
  • La musique et l’ambiance créées autour du Wakanda
  • Des scènes d’action qui rappellent la nature du film Black Panther

Points faibles

  • Certains effets visuels en images de synthèse trop visibles
  • Certaines facilités dans le scénario qui rendent un ensemble sans grande surprise

Black Panther est le premier film de la cuvée 2018 des studios Marvel et c’est dans l’ensemble une belle réussite. Bien entendu, tout n’est pas parfait, mais il apporte plusieurs éléments qui peuvent vraiment faire la différence avec les films Marvel précédents. Ses nombreux niveaux de lecture lui procurent une richesse assez intéressante pour un film de super-héros.

Black Panther s’insère dans le Marvel Cinematic Universe comme un film sérieux qui amène à réfléchir. Vers où nous mènera la suite ? Verdict très bientôt avec Avengers : Infinity Wars. Le mélange des tempéraments entre la spontanéité des Gardiens de la Galaxie et la sagesse de Black Panther pourrait être (d)étonnant… Le rendez-vous est pris pour le mois d’avril !

Black Panther : critique du premier film Marvel de 2018
5 (100%) 2 votes
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *