Disney, le guide visuel ultime : les mystères de Disney

Publié par Fiona Rodrigues le 10 mai 2020 | Maj le 10 mai 2020

Nombreux sont les livres parlant de l’univers gigantesque de Disney. Mais peu d’entre eux narrent aussi bien les détails et les images inédits du travail de création des Studios Disney. C’est pourtant le cas de Disney, le guide visuel ultime.

Fiche technique du livre Disney, le guide visuel ultime

  • Titre : Disney, le guide visuel ultime
  • Auteur : Jim Fanning
  • Langue : française
  • Éditeur : Hachette Heroes
  • Crédits photos : Disney, Disney Studio Artist, Deborah Coleman (Pixar)
  • Date de sortie : 24 août 2016

Résumé

Après près d’un siècle de magie et d’histoires de princes et de princesses, Disney n’en finit pas de faire rêver les petits, comme les plus grands. De 1923 jusqu’à aujourd’hui, les parcs et l’univers tout entier de Disney vivent grâce à l’imagination, d’hommes et de femmes qui nous font voir la vie en couleur, c’est le secret du bonheur.

Sommaire

  • Le dessin Disney (pages 18 à 119)
  • Disney en action (pages 120 à 159)
  • L’expérience Disney (pages 160 à 194)

    guide visuel ultime

    Couverture du livre « Le Guide Visuel Ultime »

Une chronologie évolutive d’un mythe dans le Guide Visuel Ultime

Les débuts fastidieux de Disney détaillés

Disney, ne s’est pas créé en un jour. En 1920, le jeune Walt n’est pas, et est loin, d’être le père de Mickey Mouse. Cependant, les frères Disney ont de l’ambition, et pas qu’un peu. Mais le public n’est pas forcement réceptif, ni au rendez-vous. Ainsi le projet novateur grandissant, il ne fallut pas longtemps pour que Walt se retrouve face à la réalité : son acolyte Charle Mintz lui avait débauché tous ses animateurs, dessinateurs et collaborateurs. Mais surtout, son premier héros et compagnon : Oswald.

 

Avec grand regret, le jeune homme cède Oswald, mais ce n’est que partie remise, Disney n’en sortira que grandi, et plus déterminé que jamais. Le génie créatif de Walt, appuyé par son frère Roy n’arrêtera jamais de s’accroître avec le temps et les années. Dès les débuts, ce visionnaire croit en son projet dur comme fer, et révolutionne l’Amérique, tout comme le monde d’après-guerre. 

Les coups durs sont nombreux, mais ne font que donner encore plus de vigueur à l’imaginaire Disney. Innover et créer le monde de demain, dès aujourd’hui, tel est l’esprit qui rend cet univers intemporel, qui redonne le sourire et les joies de l’enfance aux adultes.  Au fil des premières pages, les frises chronologiques et les images d’époque nous montrent bien que tout cela résulte d’un long travail et d’une obstination de fer. Ce livre nous apporte une vision plus humaine et proche de ses lecteurs, du mythe Disney.

Trouver l’inspiration et des modèles, tout un travail

Avoir de l’inspiration ne se contrôle pas. C’est pour cela que Walt Disney sera accompagné d’Ub Iwerks pour donner vie à Mickey Mouse. Par ailleurs, même si Oswald fut le premier comme la frise nous le rappelle, il ne faut pas oublier que tout a réellement commencé avec Mickey, donc avec une souris. Pourtant, ce n’est pas un hasard si cette souris nous touche. Tout cela résulte bel et bien d’un long travail de recherche. Mickey a des traits et expressions humaines, comme tous les animaux chez Disney. 

De plus, de lire ce vécu, cela nous apprend que Mickey n’est pas seulement un moyen de divertissement, mais aussi un moyen d’apprendre des choses sur le monde, et également sur nous-même. Qui aurait cru qu’une si petite souris traverserait les siècles, en liant des générations et des personnes de tous horizons. Sans jamais se démoder, Mickey s’adapte à son public et sa culture dans les quatre coins du globe.

Observation d’une jeune cocker pour dessiner Lady (La Belle et le Clochard, 1955)

Cependant, rien de mieux que la nature et ce que l’on a sous les yeux pour s’inspirer et dessiner. Les croquis sont donc réalisés à partir de vrais animaux, que l’on étudie pour retranscrire des mouvements naturels. Quand bien même, pour les princes et princesses, on n’hésite pas à esquisser des stars qui font les têtes d’affiche. On propose alors au public un visage familier, qui deviendra leur nouveau héros.

L’arrivée de Pixar

Pour voir plus grand, il faut voir loin. Alors pour élargir la production et la famille Disney, tout en apportant un univers novateur, il a fallu créer une façon différente de dessiner. C’est au milieu des années 1980, que les studios d’animation Pixar ont vu leurs collaborateurs donner vie à des jouets, ceux de Toy Story. De plus, Pixar voit beaucoup plus loin dans l’avenir. 

Pour remettre l’imagination des inventeurs toujours en question, un programme de développement voit le jour : c’est l’Université Pixar. Ainsi, il est plus facile de créer un dessin animé, qui sera abouti et idéal pour les petits comme les grands. Grâce à ces studios, le film d’animation prend une toute autre envergure. En effet, pour la première fois, un film d’animation fut nommé aux Oscars, dans la catégorie court-métrage. 

Par la même occasion, la collaboration entre Disney et Pixar apporte une dimension grandissante à l’imagination. L’image est maintenant numérique et offre beaucoup de possibilités et de liberté de création. Il y a donc deux parties : le côté traditionnel avec Disney, et le côté fantasque plus poussé avec Pixar. Les monstres ont alors une place de choix dans les studios d’animation, les voitures parlent, les super-héros prennent leur envol et la technologie du numérique se met au service du rêve.

La décomposition de l’image animée dans le Guide Visuel Ultime

Créer un univers unique

Il faut énormément d’imagination pour inventer un univers tel que Disney. Pour cela, il faut donner à notre chère souris des amis pour l’accompagner dans ses aventures. C’est comme cela que sont nés Donald Duck, Pluto, Dingo et bien sûr la belle Minnie. Cependant, pour nous faire rêver, Mickey doit simultanément faire des activités, que nous voudrions aussi partager avec nos amis et notre famille. 

Quand nous voyons Tarzan évoluer dans la jungle africaine, nous espérons voir des paysages magnifiques. Il a donc fallu aux dessinateurs un long travail d’observation pour représenter au mieux la réalité, avec toutefois, une touche de magie. Vaiana, quant à elle, nous fait découvrir ses îles, et invite les spectateurs à s’évader de leur quotidien, le temps d’un film d’animation.  Par ce fait, certains lieux semblent très familiers, nous apportant des souvenirs ou un certain réconfort.

La magie Disney, c’est aussi cela, rêver pour faire renaître l’enfant qu’il y a au fond de nous. Pourtant, les enfants comme les adultes peuvent partager des moments ensemble, grâce aux films. On retrouve par ailleurs, cette dimension dans les parcs, ou les moindres objets sont pensés et imaginés pour faire rêver, puisque rien n’est là par hasard. Disney apporte une grande importance aux détails qui donnent le sourire.

Apporter une part d’enfance chez l’adulte

Comme toute création de Disney, ce livre comporte un ensemble d’images qui nous font rêver. À travers ses dessins-animés, mais aussi ses affiches d’attractions, le fantastique prend forme et vie. L’affiche est un premier aperçu de ce que le public va rencontrer dans les films ou attractions. C’est par la même occasion un moyen de faire travailler l’imagination du spectateur, qui s’invente alors des histoires, qui pourraient être la vraie trame du dessin animé ou de l’attraction. Les enfants et les adultes sont pour le coup, sur un pied d’égalité, puisque le monde de l’imaginaire n’a pas d’âge, ni de limites. L’expérience du travail artistique des affiches devient alors une aventure visuelle pour tout un chacun.

L’émotion passe également par l’ouïe. Comme nous le savons, lorsqu’une mélodie d’un Disney nous rentre en tête, elle n’en ressort jamais. C’est ainsi, que les adultes retombent en enfance, parfois plusieurs années après, ou bien avec leurs enfants ou leur famille. De plus, les créateurs se font un réel plaisir de faire retomber en enfance, toute la famille. Les parents et les enfants peuvent partager des moments magiques ensemble, dans les parcs, mais pareillement devant les films live-action et d’animation.

Par ce procédé artistique, les limites de l’imaginaire sont repoussées et donnent lieu à des souvenirs uniques. Ce qui n’est pas réel prend vie, en nous donnant l’envie de prendre part à cette expérience. Mais tous ces personnages sont-ils imaginaires ? D’un certain côté, non, puisqu’ils sont bel et bien vivants, et en chair et en os au fond de nous.

Un début en fanfare pour le stop-motion

Il faut bien entendu savoir évoluer avec son temps. Mais il faut également, commencer par quelque chose. Walt Disney a donc choisi, pour débuter, d’utiliser la technique du stop-motion. En utilisant des figurines de papier articulées, on pouvait leur donner vie grâce au stop-motion. Dans notre monde actuel, le stop-motion est toujours utilisé. Le maître en la matière se nomme Tim Burton et nous dépoussière cette technique artistique.

Frankenweenie -film Tim Burton

Frankenweenie

Cette forme d’art montre avant tout, qu’il est possible de donner vie à n’importe quel objet, simplement à l’aide de la photographie. De Frankenweenie à l’Étrange Noël de Monsieur Jack, Tim Burton ne cesse de réinventer des paysages et univers fantastiques pour le plus grand plaisir des fans Disney. Derrière cette technique se cache un très long travail de recherche, mais surtout et bien entendu de réalisation. En effet, notre cher Jack de l’Étrange Noël de Monsieur Jack, a par exemple près de 800 têtes, avec des expressions différentes, permettant de donner vie à son personnage animé. Il aura également fallu 230 décors et plus de 227 personnages animés, pour réaliser ce joyau de l’animation. Cela demande bien plus de travail que pour monter un film live-action.

Le choix d’un squelette n’est pas simple non plus. Loin des princesses et des princes, un univers de monstres et ouvert sur la fête d’Halloween est un très grand risque que Disney voulait surmonter. Il n’y avait pas à l’époque de film Disney parlant de mondes sombres peuplés de monstres effrayants et de fantômes. Grâce au stop-motion, tout cela est devenu possible sans faire peur aux plus jeunes.

L’art visuel de Disney dans le Guide Visuel Ultime

De l’Amérique, à l’international

Après avoir réussi la conquête de l’Amérique, il ne fallait pas laisser le reste du monde sans la joie de connaître Disney. Cette somptueuse épopée est d’ailleurs bien détaillée dès le début de cet ouvrage imposant. On comprend par la même occasion l’enjeu d’un tel changement. Il faut savoir adapter la firme à chaque culture et continent, tout en gardant l’identité propre à Disney. La Mickey Mania à travers le monde est subtilement expliquée dans un chapitre qui lui est dédié, sur quelques pages.

Chaque parc est parfaitement sans égal. Les attractions sont parfois créées spécifiquement pour un parc, mais pas pour les autres, comme c’est le cas dans le parc français, où l’histoire du Phantom Manor est unique. Les parades et fêtes sont elles aussi en fonction du pays, notamment dans les parcs asiatiques où est célébré le nouvel an chinois. La firme Disney est aujourd’hui internationale. 

Grâce à cette expansion, tous les enfants du globe ont la possibilité de découvrir l’univers Disney, et notamment de rencontrer leurs personnages favoris en vrai, lors des parades, des spectacles et des points photos. Cette expérience Disney apporte donc encore plus de magie dans les yeux des fans.

L’imaginerie Disney, unique au monde

Pour entreprendre ce travail titanesque, il y a de nombreux métiers et personnes employées. Chez notre chère souris, ces employés sont connus sous le nom d’imagineers, un jeu de mot en référence à ses oreilles. L’entreprise n’a pas d’égal dans ce domaine, et est donc la seule au monde à posséder cette méthode de travail et de recherche. On découvre au fil des photos et esquisses, qui illustrent si bien cet ouvrage, que faire un film d’animation, ce n’est pas seulement dessiner. 

De ce fait, en plus d’étudier le contexte historique (s’il y a besoin), apporter la magie du rêve, mais surtout rendre l’histoire cohérente et adaptée à un jeune public. Les films regorgent également de références et d’objets, cachés par les dessinateurs pour faire des rappels à d’autres films d’animation. Mais pas seulement ! 

Parfois, les dessinateurs se dessinent eux même, comme une signature de leur travail. De nombreux fans s’amusent d’ailleurs à chercher ces références et les têtes de Mickey dans les films. Tout ceci est très bien détaillé, on y voit même des images des premiers imagineers, ainsi que quelques petits secrets propres à Disney.

L’essor des parcs

Rien de mieux qu’une journée à Disneyland pour se divertir en famille. L’héritage de Walt Disney se sent dans chaque parc. Les directives de Walt ont permis d’innover dans la construction des attractions pour donner envie aux visiteurs de revenir. Ce royaume magique est un divertissement familial révolutionnaire lors de son ouverture. Pourtant, il n’est pas simple de faire rêver seulement avec des décors fixes. C’est pour cela qu’une innovation technologique pionnière de Disney est mise en avant. 

C’est l’histoire des Audio-Animatronics. Ces petits personnages animés ont spécialement été créés pour apporter une dynamique aux décors des attractions, ainsi, il est plus facile de se sentir rentrer dans le thème de l’attraction. Le livre est également très imagé et nous montre précisément les détails et croquis à l’origine du royaume magique de Disney. Et comme tout royaume qui se doit, ce dernier a une carte bien à lui. 

Pour faire durer la magie qui vit au sein des parcs, des souvenirs, peluches et objets en tout genre sont estampillés à l’effigie de nos héros. Les enfants peuvent alors ramener un bout de leur pays merveilleux chez eux. Il faut par la même occasion savoir que Disney existe également sur l’eau ! Eh oui, les croisières de la célèbre souris sont une autre évolution de la firme, qui ne fait que de s’élargir et gagner de nouveaux domaines commerciaux.

Alors prêt à tomber dans ce livre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *