Kizazi moto : Generation on fire, des courts-métrages africains sur Disney+

Publié par Charlène Delcourt le 18 juillet 2021 | Maj le 18 juillet 2021

En 2022, les créateurs africains seront mis à l’honneur sur Disney+ ! En plus de la très attendue série animée Iwájú, conçue en collaboration avec le studio panafricain Kugali, une série de courts-métrages réalisés par des personnalités originaires de différents pays d’Afrique a été annoncée lors du Festival international du film d’animation d’Annecy. Cette anthologie de 10 courts-métrages animés s’appellera Kizazi moto : Generation on fire et est prévue sur Disney+ pour la fin de l’année 2022.

Kizazi moto : generation on fire

Un projet centré sur l’afro-futurisme

Michael Paull, Président de Disney+ et ESPN+, a évoqué la volonté d’amener sur Disney+ le travail d’une nouvelle génération de réalisateurs africains visionnaires, en puisant dans le phénomène afro-futuriste qui a fait le succès de Black Panther. Il a également souligné l’engagement de Disney à partager des histoires du monde entier, de manière authentique. Et en effet, qui de mieux placé que des réalisateurs africains pour parler de l’Afrique ?

Dans Kizazi moto : generation on fire, la science-fiction sera donc à l’honneur entre monstres, aliens et technologies avancées, le tout inspiré d’histoires et cultures du continent africain. Un contenu novateur qui a toutes les chances de se développer dans les années à venir !

Aux commandes de ce projet ambitieux, le réalisateur Peter Ramsey, qui en sera le producteur exécutif, accompagné de Tendayi Nyeke et Anthony Silverston en tant que producteurs superviseurs. Le studio africain Triggerfish coordonnera le projet, en collaboration avec plusieurs studios d’animation du continent.

D’après Tendayi Nyeke : « ‘Kizazi moto’ vient de l’expression Swahili ‘kizazi cha moto’ qui se traduit littéralement par ‘génération de feu’ (‘fire generation’ en anglais), montrant la passion, l’innovation et l’excitation que cette nouvelle cohorte de réalisateurs africains est prête à apporter au monde. »

Les 10 courts-métrages de Kizazi moto : Generation on fire

A l’issue d’un processus de sélection long de plusieurs années, les 10 courts-métrages suivants ont été retenus pour composer l’anthologie :

Stardust – Ahmed Teilab (Egypte)

Après avoir reçu un parchemin de destinée vierge de l’Oracle durant sa cérémonie de passage à l’âge adulte, Nawara, une fille d’écurie rebelle, entame un périlleux voyage pour le retrouver, et exiger un futur à la hauteur de ses attentes.

Mkhuzi : The masked racer – Simangaliso ‘Panda’ Sibaya et Malcolm Wope (Afrique du Sud)

Manzo est un garçon moitié humain, moitié alien, qui doit battre les plus grands – et les plus fous – coureurs de la galaxie au Grand Prix du Soweto, pour sauver son quartier de la destruction.

Hatima – Terence Maluleke et Isaac Mogajane (Afrique du Sud)

Dans une Afrique du futur, les tribus vivant sur terre et sous la mer sont en guerre constante pour Hatima, une puissante ressource naturelle qui provoque la régénération cellulaire et permet également aux humains de survivre sous l’eau.

Enkai – Ng’endo Mukii (Kenya)

Enkai est une petite fille qui essaie simplement d’attirer l’attention de sa mère célibataire, mais le travail de celle-ci est l’un des plus chronophages : c’est une divinité cosmique tentant de sauver notre planète.

Moremi – Shofela Coker (Nigeria)

Variation SF d’un mythe Yoruba, cette histoire suit Luo, un esprit perdu dans le royaume des dieux, et Moremi, sa mère scientifique, qui essaie de le ramener parmi les vivants.

Surf Sangoma – Nthato Mokgata et Terence Neale (Afrique du Sud)

La Durban du futur est encerclée par un mur monumental, pour protéger la ville de vagues colossales trop mortelles pour être surfées, mais les meilleurs amis Njabulo et Mgobi rêvent de retrouver l’océan.

Mukudzei (Adventures of Muku) – Pious Nyenyewa et Tafadzwa Hove (Zimbabwe)

Après avoir profané un monument sacré, l’aspirant influenceur rebelle Muku est envoyé par les esprits dans un Zimbabwe alternatif, utopique et futuriste, qui n’a jamais été colonisé.

First totem problems – Tshepo Moche (Afrique du Sud)

L’adolescente Sheba va passer à l’âge adulte, et est déterminée à recevoir son totem numérique, même s’il faut pour cela renverser toute la technocratie ancestrale tout en essayant de mettre fin à une ancienne querelle.

Herderboy – Raymond Malinga (Ouganda)

Déterminé à prouver sa valeur, un jeune héros peu commun doit protéger seul le précieux troupeau de cyborgs de sa tribu de l’esprit d’un monstre meurtrier menaçant l’intégralité de leur mode de vie.

You give me heart – Lesego Vorster (Afrique du Sud)

Dans le prochain millénaire, où la puissance des dieux se mesure à leur popularité sur les réseaux sociaux, un humain quelconque s’engage dans une romance impossible avec la déesse la plus adorée de toutes.

Chaque court-métrage durera une dizaine de minutes.

Avez-vous hâte de les découvrir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *