Prix de Disney + : les abonnements de la plateforme autour du monde

Publié par Joshua Bobée le 2 mai 2020 | Maj le 3 mai 2020

Lancée en novembre 2019 en Amérique du Nord et aux Pays-Bas, la plateforme Disney + continue son déploiement mondial après une arrivée réussie en Europe. Désormais implantée sur l’ensemble des continents, la plateforme propose des prix parfois très variables selon les territoires. Des variations souvent justifiables par le niveau de vie et des différences monétaires. Décryptage des prix de Disney+ dans le monde avec un regard sur l’exception française et un petit tour chez la concurrence.

Prix de Disney + : décryptage des tarifs dans le monde

Si les prix varient fortement en fonction de la valeur des monnaies, ils sont aussi dépendants du niveau de vie. Le tarif peut ainsi passer de 6.99 €/mois en Europe à 4.50 €/an en Inde, la disparité s’expliquant par le niveau de vie. De fait, l’Europe s’impose comme la zone géographique aux tarifs les plus importants avec record pour le moment en Suisse affichant un tarif annuel de 93 €, là encore justifiable par le niveau de vie. Si les prix varient, Disney ne dévie pas de sa volonté d’afficher un tarif unique avec des services compris pour tous, un argument de choix lors de l’abonnement.

Les prix de Disney + dans le monde

L’autre grande différence réside dans les offres disponibles. En effet, le marché nord-américain propose plusieurs packs avec la chaine sportive ESPN et la plateforme Hulu. Une plateforme plus adulte de la Walt Disney Company disponible seulement en Amérique du Nord et au Japon. Néanmoins, son déploiement international devrait débuter en 2021 avec en ligne de mire l’arrivée de nouveaux prix pour les abonnements couplés Hulu/Disney+. L’Inde est une autre exception avec la fusion de Hotstar et Disney+, Hotstar étant une plateforme locale appartenant à la Walt Disney Company depuis 2018. Un Netflix à l’indienne riche de nombreux contenus grâce à plusieurs contrats de distribution avec HBO, Showtime, Warner ou encore Universal.

Disney + et ses concurrents aux États-Unis

En Amérique du Nord, les majors du cinéma veulent toutes s’emparer du marché très porteur de la SVOD. Plusieurs objectifs : maîtriser la création et les coûts, valoriser des contenus forts sans intermédiaires et investir dans des projets plus risqués. Une guerre 2.0 avec Disney + et Hulu pour la Walt Disney Company, le géant Netflix, Prime Video, Apple TV + et son timide succès, le récent HBO Max de la Warner et l’arrivée prochaine du Peacock d’NBC-Universal. Si les contenus sont une arme imparable, l’autre arme forte des majors sont les tarifs, un jeu instable que Disney  mène de peu pour le moment avec un joli cumul de 50 millions d’abonnés en moins de six mois.

Disney + s’offre une distribution exclusive en France

Lancé le 7 avril après plusieurs reports, Disney+ harmonise sans surprise ses tarifs français avec l’ensemble des autres territoires européens pour les abonnements classiques. Toutefois, l’accord de distribution exclusive signé entre la Walt Disney Company et Canal + offre un petit labyrinthe tarifaire, l’important restant que le groupe intègre la plateforme à l’ensemble de ses offres sans suppléments pendant un an.

Les tarifs pour accéder à Disney + en France

Les tarifs des autres plateformes de SVOD en France

En France, la plateforme s’invite sur un marché encore loin de la saturation imminente outre-Atlantique. Si comme dans de nombreux territoires la firme de Mickey se retrouve face à un Netflix très bien installé, elle devrait rapidement trouver sa place avec un contenu très différent des autres acteurs présents sur le marché. En effet, Prime Video, Canal + Séries ou encore OCS sont tournées vers un public plutôt adulte avec peu de contenus familiaux laissant une place de choix à Disney +.

Une fois encore, la plateforme de SVOD Disney s’impose par son tarif unique, une accessibilité appuyée par l’importante bibliothèque de films, séries, documentaires et courts-métrages.

Disney+ poursuit actuellement son développement avec une arrivée dans les DOM-TOM fin du mois et le déploiement du service de SVOD sur le reste de l’Europe avant la fin de l’année. Disney doit pourtant encore atteindre des marchés clés comme le Japon et la Chine avant de lancer le développement international de son autre plateforme Hulu en 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *