Réhabilitation de Phantom Manor : à la redécouverte de l’attraction !

Publié par Rebecca Journiac le 6 mai 2019 | Maj le 22 juillet 2019

Une réhabilitation titanesque a été réalisée dans Phantom Manor. En effet, la mythique attraction de Frontierland est restée close durant 16 mois à Disneyland Paris. Une rénovation dont l’attraction avait bien besoin mais qui s’est avérée plus longue que prévu en raison notamment de divers soucis techniques. La réhabilitation de Phantom Manor étant désormais achevée officiellement depuis le 2 mai 2019, retour sur les nouveautés que nous propose le célèbre manoir des Ravenswood.

Attention à nos lecteurs qui ne voudraient rien apprendre sur les changements de l’attraction avant de la découvrir par eux-mêmes : cet article n’est pas pour vous.

Le livre Phantom : l’attraction décryptée à Disneyland Paris

Le livre collector sur l’attraction Phantom Manor sera en vente le 31 juillet 2019 à Disneyland Paris. Un ouvrage qui s’inscrit dans la continuité de celui édité pour Pirates of The Carribean. Rendez-vous donc mercredi 31 juillet dans la boutique Thunder Mesa Mercantile Building à Frontierland pour l’obtenir au prix de 19.99€.

 

Des précisions sur l’histoire de la famille Ravenswood

Une des grandes nouveautés de la version 2.0 de l’attraction Phantom Manor à Disneyland Paris c’est une volonté de mettre davantage en avant l’histoire des résidents du manoir : la famille Ravenswood. Pour résumer, la manoir a été bâti à Thunder Mesa par Monsieur Henry Ravenswood, le riche propriétaire du Big Thunder Mining. Sa fille, Mélanie, tombe follement amoureuse d’un minier de Big Thunder Mountain, une relation qui est loin de recevoir la bénédiction de son papa.

Alors qu’un tremblement de Terre surgit un jour emportant une grande partie de la ville dont les parents Ravenswood, Mélanie décide de se marier avec son bien aimé. Mais le jour du mariage, rien ne se déroulera comme prévu : le marié n’est jamais venu, les invités ont tous disparu et Mélanie n’est plus jamais sortie de son manoir.

Disneyland Paris fait donc le choix de donner plus d’aplomb à cette histoire autour du land de Frontierland avec la rénovation de Phantom Manor. Une volonté qui se marque d’ailleurs avec la soirée de réouverture où tous les visiteurs étaient invités à venir vêtus à l’image de l’univers de l’attraction.

La nouvelle version de Phantom Manor propose tout d’abord de revenir plus en détails sur les amours de la jeune Mélanie Ravenswood. Le foyer est désormais plus décrépit que précédemment et nous propose de découvrir le portrait de Mélanie, qui semble bien malheureuse aux côtés de son père, Henry. Deux voix (une anglaise et une française) résument ainsi brièvement l’histoire de la famille de Thunder Mesa. C’est ainsi que nous apprenons que le papa de Mélanie était réellement sur-protecteur envers son enfant et a assassiné tous ses prétendants : au nombre de quatre. La salle des portraits, première étape de l’aventure vécue par les passagers de Phantom Manor, a ainsi totalement été revue et les portraits nous montrent dorénavant les visages des prétendants disparus : Barry Claude, Ignatus « Iggy » Night, Sawyer Bottom et le Capitaine Rowan D. Falls. Une Stretchroom complètement métamorphosée par la rénovation.

Des changements notables pour Phantom Manor

Suite à cette première aventure, les visiteurs sont invités à parcourir le Corridor des Portraits. Un long couloir qui lui aussi a bien évolué au cours de ces travaux. En effet, les tableaux exposés ne sont plus seulement inquiétants et troublants mais ils se modifient complètement à chaque coup de tonnerre. Les œuvres nous présentent ainsi un hommage à Haunted Mansion (la maison hantée d’autres parcs Disney dans le monde), mais aussi à Big Thunder Mountain, dont l’histoire est indissociable de Phantom Manor et le dernier montre Henry Ravenswood, nous dévoilant qu’il est bel et bien l’âme de ce manoir. Une étape bourrée de détails et de clins d’œil qui rendent l’attraction encore plus passionnante.

Une fois installés dans le wagon, les visiteurs redécouvrent le grand escalier face à une baie vitrée où un orage fait rage. Les effets de cet orage ne sont pas inédits mais totalement modifiés et sublimés. Nous y découvrons Mélanie, toujours dans sa robe de mariée et tenant un bouquet de fleurs fanées. Un prélude à l’histoire qui va se dérouler devant les yeux des passagers, un jour de mariage qui n’aura pas été des plus heureux.

L'attraction phantom manor

En outre, que les visiteurs se rassurent, si au cours des premières heures de réouverture de Phantom Manor, notamment au cours de la soirée de réouverture, la salle de bal était silencieuse, la musique originale est désormais bel et bien de retour. Une suppression que les fans n’avaient pas beaucoup apprécié et qui a rapidement été modifiée par les équipes de Disneyland Paris.

D’autres changements particulièrement notables sont à observer dans l’attraction notamment, un peu plus loin, dans la zone de Phantom Canyon où l’on retrouve les habitants de Thunder Mesa. Le maire prononce désormais un petit discours à l’intention des passagers. Une innovation qui nous rappelle une fois de plus les attractions Haunted Mansion des autres parcs Disney.

Enfin, lorsque les visiteurs font face aux miroirs avant de quitter l’attraction, ce n’est plus le fantôme qui apparait mais bien Mélanie. Un changement intéressant sans pour autant être aussi sensationnel que l’effet pratiqué dans les autres attractions du monde.

Ces modifications qui n’ont pas été apportées par Disneyland Paris

Une des modifications qui était attendue par les visiteurs de Disneyland Paris était la flottaison de la boule de cristal dans la salle de spiritisme. En effet, dans la version Haunted Mansion de Walt Disney World, la boule de cristal de Léota s’envole dans la pièce comme possédée. Cet effet ne faisait donc pas partie de la rénovation bien que la salle ait bel et bien reçu sa dose de remise à neuf.

La réhabilitation a été au cœur de nombreuses rumeurs. Parmi elles, l’arrivée de Jack Skellington à Phantom Manor. Comme annoncé par Disney, cet apport n’est pas prévu pour l’heure et n’a en effet pas été effectué. Une nouvelle rassurante pour certains et décevante pour d’autres mais qui n’aurait pas eu un réel sens dans le cadre de cette rénovation mettant en avant les Ravenswood (un univers bien éloigné de celui de Tim Burton).

Bilan de la réhabilitation de Phantom Manor

Ombres aux yeux rouges, armures qui vacillent, effets sonores plus poussés, les apparitions paranormales sont bien plus présentes que dans la précédente version. Notamment dans le Corridor des Portes, où désormais plus aucune note de musique ne se fait entendre, laissant place à des hurlements, des plaintes, des appels au secours, probablement les anciens fiancés de Mélanie que Monsieur Ravenswood retient encore aujourd’hui. Une attraction qui se veut donc plus inquiétante, sans pour autant devenir totalement effrayante. Un public très jeune pourrait être davantage surpris par les apports de la réhabilitation de Phantom Manor.

Globalement, le fantôme du manoir est bien plus présent que précédemment, il apparait ça et là à l’aide de jeux de lumières et autres effets dans le miroir. Henry rejoint d’ailleurs Mélanie dans la salle de bal n’étant plus simplement proche de la fenêtre. Une présence inquiétante tout au long de l’aventure qui donne plus de poids à l’histoire. Les effets de lumière et les structures et personnages de l’attraction ont été revus et ont retrouvé de leur superbe. Une mise à jour qui fait honneur à l’attraction originale et lui enlève tout aspect vieillissant.

Cette réhabilitation est particulièrement réussie pour Disneyland Paris. Elle marque le retour d’une attraction iconique, qui a beaucoup manqué au cours de son absence.

2 commentaires sur "Réhabilitation de Phantom Manor : à la redécouverte de l’attraction !"
  1. Val

    Rhoooo ! J’adoooore !!!! Hâte d’y être !!

  2. Endy

    Je l’ai faite hier cette attraction, dans l’ensemble la rénovation redonne un coup de jeune à cette attraction (notamment les mannequins qui ont été repeints avec des couleurs fluorescentes) mais je l’ai trouvée un peu trop sombre. On a du mal à discerner les nombreux détails faire d’un éclairage adapté. Particulièrement la salle de la séance de spiritisme que j’ai trouvée sombre et un peu vide dans sa déco. Dommage aussi que le miroir en forme de crâne, qui était un coin d’oeil à une œuvre d’art en Anamorphose (« All is vanity » de Charles Allan Gilbert), ait perdu ses orbites et donc son apparence angoissante…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *