Star Wars décliné en anime japonais

Publié par Sara Razowski le 7 juin 2016 | Maj le 4 juin 2017

tiefighter

Star Wars est l’une des sagas les plus mythiques de l’Histoire du cinéma. Cette œuvre a la particularité d’être sortie tout droit de l’imaginaire de son créateur Georges Lucas sur grand écran puis est devenue une adaptation littéraire. Cette aventure intergalactique fait rêver des générations de fans et dans le même temps les inspirent. De la reprise de scènes cultes à la parodie en passant par des créations originales, ils sont nombreux à mettre leur imagination au service de cette anthologie. Après maintes tentatives non concluantes de Lucasfilm Ltd. pour transposer la saga dans une version d’anime japonais typique des années 80, Paul Johnson a pourtant relevé le défi en permettant à ce récit de voir le jour sous ce format. Un court-métrage animé et muet, intitulé Star Wars TIE Fighter, d’une durée de 7 minutes, nous transporte en pleine bataille spatiale entre des Chasseurs TIE et des X-Wings.

L’homme derrière l’anime

Paul Johnson (MightyOtaking sur DeviantArt) est un animateur britannique de cinéma d’animation. Son coup de crayon met en scène des personnages et des lieux qui retranscrivent tout l’univers des animes japonais. Lorsque nous découvrons ses planches, nous observons qu’il a peint graphiquement des contenus originaux et repris des séries télévisées, comme House of Card, pour leur donner vie sous ce format anime. Pour réussir à concevoir Star Wars TIE Fighter, l’auteur nous divulgue une partie de son travail informatique. Tout d’abord, il commence par dessiner la base au crayon (penciling) puis il ajoute l’encre (inking). Ensuite, il s’occupe des jeux de lumière pour nuancer et faire ressortir les couleurs et les traits souhaités (shading). Pour les finitions, il travaille l’arrière-plan pour harmoniser la scène (background process). L’artiste s’est inspiré du jeu vidéo Star Wars TIE Fighter, sorti en 1994, qui a été développé par Totally Games et édité par LucasArts. Ce jeu fait suite à Star Wars X-Wing, sorti un an plus tôt.

Paul Johnson

L’animateur Paul Johnson

Le court-métrage

Les références au jeu vidéo

Quatre ans ont été nécessaires à Paul Johnson pour mettre en scène cette bataille spatiale épique dans sa version anime. Il a retranscrit tout l’univers du jeu vidéo et des films permettant ainsi aux fans de retrouver des prises de vue de scènes cultes, comme l’arrivée en plan large du Star Destroyer.

Capture Star Destroyer

Capture d’un Star Destroyer

En présentant son synopsis officiel, Paul Johnson a fait preuve d’une très grande humilité dans ses propos : « … Eh bien, j’ai fait de mon mieux. Je m’excuse par avance de ne pas être à la hauteur des standards de Venus Wars … ». Il relate également les sensations et les émotions que le jeu a fait naître en lui et qu’il a souhaité retranscrire dans son court-métrage pour donner vie à cette confrontation en immergeant le spectateur comme dans le jeu vidéo. D’ailleurs, de nombreuses séquences nous mettent en position de joueurs grâce à des vues de caméra subjective, comme dans la scène où le pilote s’installe dans son Chasseur TIE et prépare le décollage ou lorsque nous pourchassons un Chasseur TIE et lui lançons un missile.

Capture camera subjective

Capture d’une prise de vue caméra subjective

Les mouvements saccadés des personnages qui courent dans les couloirs nous rappellent le manque de fluidité des déplacements qui imprégnait les jeux vidéo des années 1990. Depuis, de grands progrès ont été réalisés, les rendant plus réalistes. Soulignons que dans les jeux de stratégie et de combat, la « map » est un élément primordial. Par conséquent, nous avons de nombreuses cartes qui donnent une vue d’ensemble du champ de bataille, montrent les trajectoires des missiles et les angles d’attaque qui nous dévoilent les issues pour vaincre nos ennemis… ce que retranscrit admirablement l’anime. Il en va de même dans la description des objets inconnus : l’élément sélectionné est visible par un contour blanc permettant son analyse pour faire apparaître sa fiche technique, écrite dans l’alphabet syllabique de Star Wars : l’Aurebesh.

Capture map SW Tie Fighter

Capture d’une map de Star Wars TIE Fighter

L’anime japonais des années 80

La texture et les graphismes des scènes nous plongent dans un anime japonais. Cela est particulièrement visible sur l’aspect physique des personnages qui ont les traits très typés des protagonistes de mangas, particulièrement au niveau du regard, accentués par des gros plans. Une des singularités de Star Wars TIE Fighter est l’utilisation de plans qui dévoilent, dans un halo bleu, les réactions des pilotes derrière leurs casques. Ce genre de prise de vue est un bel hommage à l’anime Goldorak. En effet, lorsqu’Actarus est à bord de Goldorak, nous avons de nombreux plans qui passent à travers l’œil du robot, puis du casque du pilote, pour montrer l’œil et donc les réactions du prince de l’espace (d’Euphor). Bien évidemment, les expressions du visage, les réactions et sentiments des personnages sont très accentués.

L’inspiration picturale

Paul Johnson s’est inspiré du travail de l’illustrateur Drew Struzan, qui a réalisé des affiches de films dont un grand nombre pour les différents studios de The Walt Disney Company. En effet, Drew Struzan a collaboré sur différents projets animés, comme La Bande à Picsou, mais aussi sur des films en prises de vues réelles comme dans les années 1990 où il a capturé en plein vol les trois sorcières d’Hocus Pocus. Hors Disney, on lui doit également l’immortalisation de Robin Williams sous les traits de Peter Pan, grâce à l’affiche de Hook ou la Revanche du Capitaine Crochet. Mais il est particulièrement connu pour avoir dessiné de nombreuses illustrations pour Lucasfilm Ltd. en utilisant de la peinture à l’huile et de l’acrylique. Son travail sur Star Wars a nourri l’imaginaire de l’animateur Paul Johnson pour concevoir les planches originales du court-métrage et dont nous pouvons découvrir la galerie sur le DeviantArt du réalisateur.

Affiche Star Wars TIE Fighter de Paul Johnson

Affiche de Star Wars TIE Fighter de Paul Johnson

Le travail sur le son et la musique

Paul Johnson a retranscrit l’univers Star Wars en représentant les vaisseaux, les droïdes, les costumes, le langage syllabique… à l’identique. Son souci de réalisme est aussi mis en avant dans la bande sonore. En effet, Joseph Leyva a eu la délicate mission de s’occuper des bruitages et des arrangements en restant fidèle à l’esprit de l’œuvre mère, comme nous pouvons le constater lors des tirs de lasers, les sons émis par les droïdes… Paul Johnson tenait absolument à ce que Joseph Leyva retranscrive le « bruit du Incoming Missile » qui lui remémorent des souvenirs d’intense stress au cours de la bataille, et il a voulu que les gamers retrouvent cette sensation. D’ailleurs, cette courte vidéo met en lumière le travail effectué par Joseph Leyva.

Au niveau de la musique, le compositeur Zakir Rahman s’est inspiré de différents genres musicaux pour créer une bande originale unique. Il s’est imprégné du travail que John Williams a réalisé sur les différents longs-métrages puis il a ajouté des sonorités plus aiguës et douces au piano en puisant dans les partitions de Chopin. Zakir Rahman a écrit une musique qui relève du genre musical metal puisqu’en fouillant dans la culture japonaise, il a pu prendre comme modèle le groupe de metal X-Japan. Les sonorités du solo de guitare et du rythme de la batterie rappellent les compositions du groupe Iron Maiden (nous retrouvons quelques sonorités similaires de la chanson Speed of Light, par exemple). Cette ambiance metal donne plus d’écho et de dynamisme à cette confrontation spatiale qui amplifie la rapidité et l’action du conflit.

Pour retrouver l’univers Star Wars et vivre un affrontement entre Chasseur TIE et X-Wing digne de ce nom, Paul Johnson a su créer une œuvre originale avec cet anime Star Wars TIE Fighter, qui enrichit notre saga préférée.

Star Wars décliné en anime japonais
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *