Histoire complexe des studios d’animation Disney et du tabac

Publié par Joshua Bobée le 1 décembre 2017 | Maj le 2 décembre 2017

Le vif débat sur la représentation du tabac au sein de l’œuvre cinématographique française offre l’occasion de revenir sur l’histoire délicate qui lie le studio d’animation et le tabac. Présents dès les premières productions, cigarettes, cigares et autres pipes s’attachent à de nombreux personnages, gentils, méchants, même Mickey n’y échappera pas.

Des productions à l’image d’une époque

Mickey fume du tabac dans Mickey le Gaucho

Aux racines du studio d’animation

Années de premiers succès pour Walt, les années trente sont aussi une époque d’explosion pour la cigarette, qui, a renfort de promotion et de placement par les industriels, devient un accessoire chic et élégant, significatif d’une forte présence au sein des productions dès cette époque. En 1928, Mickey, figure du studio, apparaît fumant dans Mickey Gaucho, second court-métrage de l’éponyme souris, pour la première et dernières fois.

Ses amis, Dingo, cowboy avec cigarette en 1943 dans Saludos Amigos, Donald, fumeur perverti par sa mauvaise conscience dans L’Ange gardien de Donald, ou encore les jeunes neveux du célèbre canard, Riri, Fifi et Loulou, cigares au bec dans Pile ou Farces en 1949, suivent le mauvais exemple.

Dingo, sous le pseudonyme de George Geef tentera d’ailleurs l’arrêt du tabac lors du court-métrage Dingo : défense de fumer en 1951.

Les premiers classiques et l’âge d’or du cigare

En pleine seconde Guerre Mondiale, le tabac se déverse dans le monde entier et les industriels invoquent même ses bienfaits, devenant un produit de consommation tout à fait commun.

Pinocchio, sorti en 1940, est très représentatif de cet état d’esprit. En effet, c’est une des productions comportant le plus de scènes avec tabac. Grand Coquin, Gédéon, les fumeurs pullulent tout au long du classique du studio. Même le petit pantin s’enfume poussé par Crapule. Un an plus tard c’est au tour de Dumbo de subir le tabagisme d’un des fameux corbeaux chanteurs, acteurs majeurs de l’avènement de l’incroyable pouvoir de l’éléphanteau.

José Carioca, les trois caballeros

Les trois Caballeros, long métrage de 1944 apporte un personnage indissociable de son tabagisme, le fameux José Carioca déjà au casting de Saludos Amigos. Le perroquet brésilien, jamais sans son parapluie qu’il utilise comme canne, est aussi toujours affublé de son cigare, agrément d’une élégance indéniable.

Apogée de l’animation du studio

Entre 1950 et 1990, les animateurs du studio produisent plus de quinze longs métrages, avec de nombreuses évocations de nicotine.

Comme l’incroyable passage de calumet de la paix dans Peter Pan, dont le tout jeune Michel ne goutera pas la saveur grâce a l’intervention de Wendy. Le tabac devient moins présent et plus furtif, et il se limite désormais aux personnages secondaires.

L’inoubliable Chenille fumeuse de narguilé d’Alice au pays des Merveilles en 1951, le conseiller imposé d’Alice, en la personne du Dodo ne lâche que rarement sa pipe, attribut de son attitude calme et réfléchie. La pipe est d’ailleurs régulièrement associée aux personnages sages et calmes comme le pompeux majordome Grimsby dans La Petite Sirène, ou Basil le légendaire détective privé affublé d’une pipe tel son modèle Sherlock Holmes. De même concernant Merlin l’Enchanteur et Roger des 101 dalmatiens, l’un pensant aux possibles sorts et l’autre dans l’insoutenable attente des petits chiots tous deux pipes à la main.

Concernant la cigarette, elle côtoie plus souvent les méchants, habillée d’un porte-cigarettes, gage de pouvoir. Du fébrile Capitaine Crochet et son double porte-cigarettes, en passant par la colérique et machiavélique Cruella d’Enfer sans oublier Ratigan, le vaniteux rat de Basil détective privé. Tous fument pour s’offrir une contenance et obtiennent aussi une bonne dose d’arrogance.

Une politique d’entreprise

En 1990, les études et l’opinion avancent. Le tabac est publiquement décrié, ses méfaits pointés du doigt, en faire la promotion devient interdit. Les lois qui en encadrent la consommation fleurissent à travers le monde. La chasse au tabac n’échappera pas au studio de Burbank, et la société de manière générale : message de prévention, éducation et même censure  pour  la scène de Dingo dans Saludos Amigos.

Presque plus de tabac dans les réalisations

Madame Placard, la caustique secrétaire de l’expédition menant à l’Atlantique l’Empire perdu, fumeuse compulsive de cigarette, Clayton, brutal chasseur accompagnant Jane et son père dans Tarzan, souvent porteur d’un cigare ou la Muraille, la Rocaille et la Volière, seules amies de Quasimodo esclaves du tabac dans Le Bossu de Notre-Dame. Des personnages parmi les derniers protagonistes du studio de Mickey à fumer.

Le provocateur et drôlissime Génie d’Aladdin ou encore Hadès, légendaire Dieu des enfers d’Hercule, feront eux aussi de brèves apparitions avec une cigarette pour l’un et un cigare pour l’autre.

Une multinationale anti-tabac

La politique anti-tabac du groupe initiée depuis 2001 a évolué progressivement. En effet, en 2007, Bob Iger, PDG de la Walt Disney Company, promet face au Congrès des États-Unis d’anéantir le tabac au sein des productions des Walt Disney Studios Entertainment, positionnant ainsi le studio comme acteur majeur de la lutte contre le tabac. Des paroles fortes réaffirmées en 2015. Seules de rares exceptions, dont l’authenticité impose la présence du tabac sont tolérées.

Tom Hanks, un Walt Disney sans cigarettes

Même le biopic de John Lee Hancock, Dans l’ombre de Mary : la promesse de Walt Disney, sorti en 2015, subit cette politique. Le tabagisme massif du créateur de Mickey est à peine relevé, la présence furtive d’une cigarette écrasée pour seule trace.

L’entreprise, toujours ancrée dans son temps, a su évoluer, parfois même avec avance, une évolution consciente d’un riche héritage en matière d’animation.

Histoire complexe des studios d’animation Disney et du tabac
3 (60%) 2 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *