La Célébration Halloween de Mickey 2014 : critique

Publié par Florian Mihu le 4 octobre 2014 | Maj le 22 avril 2017

Nouveauté servie lors du Festival Halloween Disney 2013 au Parc Disneyland, la Célébration Halloween de Mickey (Mickey’s Halloween Celebration) est l’une, si ce n’est l’animation phare qui a eu pour objectif de redynamiser cette saison si emblématique et charnière sur l’année. Car Halloween, fête typiquement ancrée dans le folklore et les traditions anglo-saxonnes n’en reste pas moins une institution dans les Parcs Disney. Si notre Resort parisien a longtemps parcouru les genres en vingt années de bons et loyaux services, il s’est enfin décidé dans le renouveau entrepris sous l’ère « Philippe Gas », soucieux de développer chaque année le divertissement par tranches de quatre saisons (dont Halloween), à relancer la machine à citrouilles, en cherchant certains ancrages dans notre modèle européen, attentes de son public obligent.

La Célébration Halloween de Mickey

DSC_6390

On le sait, aborder une saison de fin d’année reste un défi majeur pour une destination Disney. L’idée de repartir à zéro est en soi une expérience créative et commerciale exaltante mais peut également se révéler difficile si les attentes des visiteurs ne sont pas satisfaites. L’objectif étant d’installer une ambiance unique qui sache retenir un tant soit peu l’attention du visiteur, en respectant certains codes propres à la saison tout en imposant des marqueurs forts du Resort européen. Dans cet esprit novateur, cette Cavalcade lancée sur les chapeaux de roue en octobre 2013 ne demandait qu’à s’amplifier en gardant une identité scénaristique forte. C’est chose faite puisque cette année, une toute nouvelle unité vient agrémenter le formidable défilé automnal. Il faut dire que depuis 2007, Disneyland Paris avait quelque peu oublié d’offrir à ses visiteurs de la nouveauté à Halloween. Il est admis de tous que notre Parc n’a pas lésiné en investissement (après Noël) pour équilibrer l’offre entre suppressions réfléchies et nouveautés limitées, même si aujourd’hui la Cavalcade commence à prendre des airs ambitieux, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

DSC_6348

Voici donc une nouvelle parade d’Halloween, trop modeste pour la dénommer de la sorte, et pourtant si impressionnante qu’elle peut tout à fait rivaliser artistiquement avec des défilés prédécesseurs. La Célébration Halloween de Mickey propose ainsi un savant mélange entre hommage à la saison de l’automne, fête d’Halloween et ode aux cultures européennes. L’idée vient tout droit des Etats-Unis où le Festival Harvest est une institution de leur folklore. La thématique automnale est certes le centre de toutes les attentions, il n’en reste pas moins que l’aboutissement dans le calendrier reste Halloween, et que cette fête mise en avant dans l’intitulé du défilé prend aussi sa part de lumière mais en finesse. Avant d’aborder l’animation en tant que telle, on peut tout à fait constater que l’alchimie des deux grandes thématiques est habilement suggérée dans la chanson spécialement composée pour la cavalcade, « Vive la Vie ! », qui prend des allures connotant le bonheur plus que les lignes habituelles attendues pour Halloween (le macabre, la sorcellerie…). Ici, il s’agit réellement de revisiter l’automne et de convier le visiteur à une version alternative de ce à quoi il s’attend. Cette chanson co-écrite par Brendan Milburn, Valerie Vigoda et Fabrice Ferrer et composée par Scott Erickson rompt radicalement avec les chansons qui ont fait les succès des années précédentes (« Halloween, Halloween » et « It’s Halloween-o-ween ») en proposant une virée résolument country et enjouée. Et après tout, les thèmes de l’automne sont très souvent plébiscités par le public européen, contrairement aux américains ou aux asiatiques. Enfin, cette Célébration rend un vibrant hommage aux cultures rurales d’Europe.

10715885_10204251246178045_417165171_n

Non seulement l’histoire engagée est inédite et vaut le détour mais les personnages mis en scène sont pour une bonne partie rarement présents dans notre Resort. L’idée est simple : réunir autour de Mickey et Minnie l’ensemble des vedettes Toons de l’univers Disney qui existent pour certains depuis des décennies.

10721353_10204251276818811_1670102465_n

La parade d’Halloween Disney à Disneyland Paris

La tradition mise en place par Kat de Blois, directrice artistique, et ses équipes est d’instaurer à tour de rôle une Miss Harvest chaque année. Si l’année 2013 a vu l’arrivée en tête du cortège, ainsi que plus généralement dans un défilé, de Clarabelle Cow, cette saison, c’est Daisy qui ouvre la marche accompagnée d’êtres rhétoriques de la nature. Cette première scène de la Cavalcade ouvre la marche en invitant le spectateur de Fantasyland à Town Square à célébrer le Festival Harvest, marquant l’entrée progressive de l’été à l’automne. Là-aussi, les costumes sont pensés dans cet esprit (feuilles mortes, arbres, voiles) mais aussi d’Halloween (chapeaux de sorcières, orange prédominant). Le premier flotteur évoque la nostalgie des agricultures passées. Donald, en bon fermier, mène ainsi la cadence pour mener à bien les récoltes de septembre. Les récoltes ont été fructueuses et le blé à point, fraichement moissonné, est ainsi transporté pour être battu. Il n’en reste pas moins que les trois espiègles neveux du plus célèbre des canards, Riri, Fifi et Loulou, ne manquent pas une occasion de trouver l’amusement dans des parties de cache-cache dans le foin. L’adjonction de Balthazar Picsou est assez naturelle, complètement harmonieusement le tableau de la famille Duck. Ce dernier reste lui-même en toute circonstance et n’omet pas une occasion de trouver profit en cette période de l’année. Jonché sur une énorme citrouille, telle un trône symbolisant sa toute puissance agricole, l’Oncle Picsou montre son intérêt financier pour la chose, symbolisée ici en bon uniforme par une citrouille affublée d’un « $ ». La métaphore est toute trouvée… La céréale et la culture potagère feront la fortune de celui-ci !

10717490_10204251245618031_1260381506_n

Dans le même temps, c’est Winnie et sa bande sympathique de la Forêt des Rêves Bleus qui se dévoile à pied. Chacun a mis la main à la patte pour aller bêcher et cueillir les précieux produits de la terre. Légumes de saison sont ainsi le fruit de la récolte précieusement gardée par Coco Lapin tandis que Porcinet est dévolu à balayer les quelques feuilles mortes qui pourraient trainer dans les allées du Parc. Les citrouilles prennent vie pour sublimer le tout et nous plongent un peu plus dans ce plaisir des sens et des couleurs. Le mois de septembre et l’arrivée d’octobre marquant définitivement l’entrée dans cette saison sont représentés par celles-ci arborant des couronnes de fleurs de tournesol et de feuilles aux couleurs chaleureuses.

10721137_10204251245378025_514568157_n

Et qui dit arrière-saison dit jeu pour Pluto. Le chien le plus fidèle prend un plaisir immense à gambader au milieu des épouvantails, installés dans les prés pour chasser les prédateurs volants. A moins que le canidé ne soit lui aussi à l’affut des corbeaux qui voudraient s’attaquer aux récoltes…

DSC_6225

La deuxième unité dévoile le nouveau flotteur de la saison 2014 ainsi qu’un personnage inédit dans une Parade Disney à Disneyland Paris. Clarabelle Cow est ainsi rejoint par son éternel fiancé, Horace Horsecollar. Ce cheval anthropomorphique créé par Ub Iwerks et apparu dans le cartoon Mickey Laboureur en juin 1929, est l’un des fers de lance de la bande de Mickey Mouse. Très singulier de par ses attraits significatifs (collier d’épaule, sabots, chapeau melon), il vient ainsi embellir dignement cette Célébration au sein même d’un tout nouveau tableau. Il faut dire que ce personnage culte retrouve ici une seconde vie et se fait ainsi connaitre auprès des plus jeunes générations, alors même qu’il n’avait plus été exploité comme rôle à part entière depuis bien longtemps par les studios Disney (si ce n’est quelques apparitions épisodiques ces vingt dernières années sur petit écran). Disneyland Paris n’est pas le premier Parc à revaloriser cette figure des années 1930-40 puisque Disneyland Park (Disneyland Resort), Magic Kingdom (Walt Disney World Resort) et Tokyo Disneyland (Tokyo Disney Resort) l’utilisent depuis plusieurs années en « meet’n’greet », en parade d’Halloween ou Noël ou lors de spectacles saisonniers.

DSC_6235

Les Trois Petits Cochons et Clarabelle sur la parade Disney

Horace et Clarabelle, mais aussi les Trois Petits Cochons incarnent un pan tout entier du milieu agricole, à savoir la ferme animale ou le ranch d’outre-Atlantique. Après avoir profité de la belle saison, vache, cheval et cochons se « préparent » pour des jours plus rudes dans leur maison hivernale où les ballots de paille ont été stockés durant tout le mois de septembre. Mais il est encore temps de profiter des merveilles qu’offre l’automne. Les champignons de toutes les espèces abondent aux cimes des arbres enchantés. Enfin, cette nouvelle bande de la cavalcade n’oublie pas de fêter Halloween de manière très traditionnelle au milieu des citrouilles sculptées, des chats noirs et des chauves-souris réfugiées sous la charpente de la grange et sur l’arbre mort structurant le tout. Une petite girouette à l’effigie d’une sorcière est même observable. Là-aussi, il n’est pas question de vivre l’automne et Halloween dans un cadre urbain mais plutôt dans une atmosphère campagnarde idyllique où tous ces personnages semblent respirer la joie de vivre depuis plusieurs cycles de saison.

10723277_10204251243937989_2109105324_n

La dernière unité de la fête présente l’issue de toute cette manifestation saisonnière. Du labeur des champs aux activités maraichères en passant par la cueillette, Mickey, grand maître de cérémonie, offre aux visiteurs une vision très hédoniste de l’automne en ce sens que lui et sa dulcinée Minnie, tous deux parés de leurs plus beaux atours aux teintes pâles et soyeuses, rayonnent de beauté devant une corne d’abondance des mets saisonniers les plus divins. Du mois d’août à début décembre, quelques fruits et légumes y passent, caractérisant l’évolution de l’automne : mandarine, poire, maïs, citrouille, groseille, noix et légumes oubliés… sans oublier le raisin rouge, symbole des vendanges. Tout un programme à la Arcimboldo ! Ce tableau florissant s’accompagne en introduction d’un bal de danseurs, peignant les amours prospères du printemps et de l’été.DSC_6269

Quoi de mieux que de fermer ce défilé par des écureuils et des noisettes, là-aussi, autre facette heureuse de l’automne. Tic et Tac, comblés de victuailles, s’amusent à satisfaire les plaisirs enfantins de la délicieuse Clarice sur sa balançoire végétale. Ce personnage envoie un ultime rayon de soleil avec ses fleurs de tournesol parsemées, par ailleurs, sur tout le char, et exprimées dans le spectacle et les costumes des danseuses clôturant la Célébration. Un joli final insufflant toujours plus de soleil, même si l’automne est là et l’hiver pointe bientôt le bout de son nez…

10723544_10204251247298073_445059329_n

La totale réussite de la Cavalcade tient sur plusieurs points : l’originalité, l’authenticité et la singularité des thèmes abordés font de ce défilé une véritable satisfaction de l’œil et des oreilles. Le visiteur est entrainé du début à la fin dans cette animation rythmée, cohérente dans son concept artistique et follement divertissante. Le plaisir est décuplé, que l’on apprécie depuis toujours ou qu’au contraire, l’on découvre des personnages rares et fabuleux de la mythologie Disney, ici, habilement exploitée pour le scénario mis en place. Rien à dire, l’européen ne peut qu’être contenté par ce parti pris qui détonne et contraste joliment avec tout ce que la division Walt Disney Parks and Resorts a pu proposer jusqu’à maintenant concernant Halloween dans ses défilés. Cette cavalcade se dynamise et s’étoffe pour notre plus grand plaisir de spectateur : ajout de répliques audios des personnages embarquées sur les flotteurs, l’ajout de personnages attachants et spécifiques à la saison, des changements chorégraphiques enrichissants, l’ajout de détails supplémentaires comme du foin dans la charrette des neveux de Donald, l’agrément d’une musique introductive rétro directement ancrée dans l’histoire relatée, « Shine on Harvest Moon » interprétée à l’origine par Ruth Etting en 1931… Si elle n’en est encore qu’à un stade très modeste et pourtant à fort potentiel déjà, elle démontre une fois de plus le sens du mot créativité vu par les équipes artistiques, toutes corporations confondues de Disneyland Paris, et s’annonce comme l’un des futurs joyaux de l’entertainment de celui-ci. De là à rêver de « Mickey’s Not-So-Scary Halloween Party » parisiennes dans les prochaines années, il n’y a qu’un pas… Après tout, cette cavalcade composée actuellement de trois (premiers) chars a été conçue pour évoluer dans le Parc de jour comme de nuit… Nous ne pouvons que vous conseiller de venir (re)découvrir la Célébration Halloween de Mickey durant tout le Festival Halloween Disney, véritable vitrine du savoir-faire de Disneyland Paris et témoin directe de la renaissance prolifique de ses saisons.

cavalcade-halloween-nocturne1

La Célébration Halloween de Mickey 2014 : critique
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *