Cruella : notre avis sur le film live des studios Disney

Publié par Alice Glémarec le 19 juin 2021 | Maj le 19 juin 2021

Grâce à Disney France, nous avons eu l’opportunité de voir en avant-première le film live-action Cruella, que vous pourrez retrouver en France au cinéma dès le 23 juin 2021.  Si vous êtes en Belgique, il est disponible sur Disney+ en accès premium pour le prix de 21 € 99 ou d’ores et déjà au cinéma. Nous vous proposons un voyage au cœur de l’histoire d’une des méchantes Disney les plus emblématiques, mais bien entendu sans spoiler.

Fiche technique de Cruella

  • Titre originalCruella
  • Titre françaisCruella
  • RéalisationCraig Gillespie
  • MusiqueNicholas Britell
  • Durée : 134 minutes
  • Sortie : le 23 juin au cinéma
Affiche du film Cruella

Affiche du film mettant Cruella en valeur

Synopsis

Londres, années 70, en plein mouvement punk rock. Escroc pleine de talent, Estella est résolue à se faire un nom dans le milieu de la mode. Elle se lie d’amitié avec deux jeunes vauriens et montent avec eux des arnaques en tout genre. Un jour, ses créations se font remarquer par la baronne Von Hellman, une grande figure de la mode, terriblement chic et horriblement snob. Mais leur relation va déclencher une série de révélations qui amèneront Estella à se laisser envahir par sa part sombre, au point de donner naissance à l’impitoyable Cruella, une brillante jeune femme assoiffée de mode et de vengeance…

La bande-annonce de Cruella

La mode, ce monde cruel, impitoyable et splendide

Une grande part de l’intrigue du film tourne autour du monde de la mode, et en particulier de la haute couture. Dès le début du film, le thème est abordé, puisque l’on voit Estella enfant faire de la couture avec sa maman, et exprimer sa personnalité en ne voulant pas suivre le patron proposé. Un peu plus âgée, nous la retrouverons exprimant son style sur sa veste d’uniforme scolaire, s’attirant par la même occasion des ennuis.

Mais c’est surtout dans la suite du film que la haute couture est mise à l’honneur. Défilés, création, dessins de mode, réalisations plus éblouissantes les unes que les autres… Tout est mis en œuvre pour plonger le spectateur dans ce monde coloré et brillant. On pourra noter les costumes absolument splendides qui ont été réalisés pour l’occasion. Pourtant, la haute couture ne se résume pas aux tissus chatoyants et aux paillettes. C’est également un univers impitoyable, où chaque employé est toujours sur la sellette puisque chacun peut être renvoyé à tout moment.

La tenue vestimentaire est présentée comme un moyen d’expression fort. Comme avec sa veste d’uniforme au début du film, Estella va toujours s’habiller avec un but précis, que ce soit pour se fondre dans la masse, jouer un rôle, ou devenir Cruella. Elle ne sera d’ailleurs pas le seul personnage à provoquer son entourage au moyen de sa tenue et de son maquillage.

Scène de défilé

Scène de défilé organisé par Cruella

D’Estella à Cruella, un personnage qui évolue

Dès le tout début du film, le nom de Cruella est mentionné. C’est le nom qu’Estella et sa maman donnent à la part sombre de la petite fille, qui fait parfois (souvent) surface et la pousse à faire des bêtises en tout genre. En grandissant, Estella essaie d’être « quelqu’un de bien » et de repousser cette part sombre au fond d’elle-même. Mais les événements vont la pousser à laisser ressurgir Cruella, car « on ne devient pas une légende en étant gentille ». Et de fait, le monde de la mode tel qu’il est dépeint dans ce film ne laisse aucune place à la gentillesse : c’est manger ou être mangé. Malgré son talent indéniable pour la haute couture, c’est impossible de percer et de lancer sa marque en étant simplement Estella. En revanche, Cruella a tout à fait les épaules et le charisme nécessaire.

De plus la vie n’a pas gâté Estella et une chose en entraînant une autre, elle rencontre Horace et Jasper, deux jeunes voleurs. A leurs côtés, elle apprendra à devenir très efficace pour mener avec eux divers larcins. Grâce à son chien Bandit, au chien d’Horace Clin d’Œil et à ses talents de couturière, le petit groupe arrive à mener à bien des plans très variés leur permettant de survivre. Lorsqu’Estella a l’opportunité de s’affirmer dans la mode en laissant parler Cruella, Horace et Jasper sont les premiers à la soutenir. Mais peu à peu, ceux-ci déchantent face à celle qu’est devenue leur amie : ils ne la reconnaissent plus… La relation entre ces personnages est d’autant plus intéressante qu’elle aussi évolue. Si Horace est un personnage peu profond et un peu simple d’esprit, Jasper est réellement attachant et intelligent. Il conseille Estella et est toujours présent pour elle, comme un grand frère bienveillant.

Pour pouvoir mener à bien sa transformation en Cruella et surtout pour pouvoir l’aider à confectionner ses créations, Estella a besoin d’un homme de confiance. C’est en Artie qu’elle trouvera la personne idéale. Ce vendeur dans une boutique d’occasion est extravagant, aime faire des vagues avec son style et s’entend à merveille avec Estella. Il l’épaulera donc pour inspirer et créer la garde-robe de Cruella.

Enfin, dernier mais peut-être principal facteur de la transformation d’Estella en Cruella : la baronne von Hellman. A la tête de la plus grande maison de couture de Londres et peut-être même du monde, la baronne est LA personne qui concurrence directement Estella. Elle essaiera de lutter contre la baronne, mais elle ne fait pas le poids en étant la gentille et presque sage Estella. Elle devra donc laisser la place de plus en plus souvent à Cruella pour pouvoir repousser la baronne dans ses derniers retranchements.

Cruella dans sa tenue rouge, première apparition publique

Première apparition publique de Cruella

Un digne préquel des 101 Dalmatiens

Comme toutes nos critiques, cet article est subjectif, mais nous avons réellement apprécié Cruella. On retrouve des clins d’œil aux 101 Dalmatiens, comme le fait que les chiens et les maîtres se ressemblent souvent, ainsi que tous les personnages principaux. Si on observe quelques différences mineures, comme la couleur de peau d’Anita qui change puisqu’elle est jouée par Kirby Howell-Baptiste (The Good Place), on pourra retrouver des éléments familiers comme un Horace petit et rond, un Jasper grand et fin, des dalmatiens et bien entendu une Cruella qui aime le noir, le blanc et le rouge.

Les prestations d’Emma Stone (La La Land, The Amazing Spiderman) qui joue Estella et d’Emma Thompson (Nanny McPhee, Dans l’ombre de Mary) qui tient le rôle de la baronne sont simplement sublimes. Leurs affrontements verbaux sont magistraux et les deux sonnent très juste. Les prestations des autres acteurs sont également à saluer. On pourra noter par ailleurs que les chiens ont été, autant que possible, réalisés grâce à des effets spéciaux, et ils sont plutôt réussis.

Bien entendu, il s’agit d’une production Disney. On a donc un personnage méchant et un peu fou, mais tout en restant très politiquement correct et accessible aux enfants même s’il peut impressionner les plus jeunes. Par ailleurs, Cruella n’est pas présentée comme la méchante du film. Elle le dit elle-même, elle n’est pas une bonne personne, mais pendant longtemps elle essaiera de l’être.

Nous espérons que vous apprécierez autant que nous Cruella. N’hésitez pas à nous partager votre avis sur le film, qui est déjà disponible sur Disney+ et au cinéma en Belgique, et qui sortira dans les salles obscures françaises le 23 juin 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *