Marc Cassot, doyen du doublage français, est mort

Publié par Florian Mihu le 22 janvier 2016 | Maj le 4 juin 2017

C’est une perte immense dans le monde du théâtre, du cinéma mais surtout celui du doublage français. L’acteur français Marc Cassot nous a quitté ce 21 janvier 2016, à l’âge de 92 ans, après 71 années de bons et loyaux services ! Le doyen des doubleurs laisse derrière lui une oeuvre titanesque et inégalable.

Marc Cassot

Marc Cassot

Marc Cassot, l’acteur aux 1001 carrières

Né en 1923 et originaire de Paris, il débute sa carrière à la fin de la Seconde Guerre Mondiale dans des salles respectables de la capitale, comme le Théâtre des Nouveautés, le Théâtre Saint-Georges, Hébertot ou même Edouard VII. Surfant du répertoire purement classique à des auteurs qui lui sont contemporains, il est pris sous l’aile d’Henri Rollan et fait ses classes au sein de l’Institut des Hautes Etudes Cinématographiques. Le public parisien ou provincial l’applaudira durant des décennies dans des rôles de John Steinbeck (Des Souris et des Hommes), William Faulkner (Requiem pour une Nonne), Maurice Druon (La Contessa ou la Volupté d’Être), Gabriel Arout (Entre Chien et Loup), Ernest Hemingway (Pour Qui Sonne le Glas), André Castelot (Napoléon III à la barre de l’Histoire), Oscar Wilde (Le Portrait de Dorian Gray), d’Alfred de Vigny (Chatterton) ou encore, en 2007, Alain Decaux (Jean-Paul II – N’ayez pas Peur !). Il aura collaboré avec les plus grands directeurs artistiques et metteurs en scène de son temps : Robert Hossein, Jean Wall, Albert Camus, Jacques-Henri Duval, Jean-Laurent Cochet, Michel Roux… Marc Cassot dirigera quelques pièces également, comme Des Souris et des Hommes en 1962 à la Comédie des Champs-Elysées, Le Garrot au Théâtre Gramont en 1969 ou Une Grande Famille en 1988 au Théâtre Daunou.

1864

Outre une carrière prolifique sur les planches jusque dans les années 1990 et ses apparitions dans l’émission culte de Pierre Sabbagh, Au Théâtre Ce Soir, ce grand comédien a poursuivi à un rythme effréné une double vie sur grand écran. De nombreux metteurs en scène français lui font confiance et lui offrent des rôles plus ou moins conséquents, de Léon Mathot à Jack Pinoteau ou George Franju (co-fondateur de la Cinémathèque) en passant par Henri Decoin, Robert Hossein, Jacques Ardouin ou même Edouard Molinaro. Mais sa popularité dans le monde professionnel ne se limite pas à ses apparitions au cinéma. Marc Cassot prêtera sa voix et ses traits pour de nombreuses productions télévisées durant 30 ans, avant de lever un peu le pied tant du côté du cinéma que de la télévision.

Pierre Trabaud et Marc Cassot dans Normandie Niemen (1960

Pierre Trabaud et Marc Cassot dans Normandie Niemen (1960

Marc Cassot un des maîtres voxographiques français

Mais Marc Cassot était et restera avant tout l’un des maîtres voxographiques français, et l’une des voix les plus emblématiques du XXème siècle. Il débute au milieu des années 1950 cet art si singulier du septième art en prêtant sa voix pour les productions mettant en vedette Paul Newman. La Chatte sur le Toit Hurlant (1958), Butch Cassidy et le Kid (1969), Le Clan des Irréductibles (1970), Les Maîtres de l’Ombre (1989), Le Grand Saut (1994), Une Bouteille à la Mer (1999), Les Sentiers de la Perdition (2002) : tant de longs-métrages dans lesquels il sera appréciable d’écouter éternellement la voix de Marc Cassot, ajoutant le charisme nécessaire au jeu de Paul Newman. Mais pour les plus jeunes générations, la voix de Marc Cassot évoquera d’abord et avant tout celle du sage et lumineux professeur Albus Dumbledore dans la saga Harry Potter. Le personnage de J.K. Rowling, on le sait, a été campé par Michael Gambon, mais a d’abord été rendu célèbre par l’éminent Richard Harris (Harry Potter à l’Ecole des Sorciers, Harry Potter et la Chambre des Secrets). Ce dernier a d’ailleurs été doublé par Marc Cassot dans d’autres films tout aussi célèbres : Les Révoltés du Bounty (1962), Le Désert Rouge (1964) ou encore Gladiator (2000). Autre marque, et non des moindres, de l’Hollywood superpuissant du XXIème siècle, celle de l’univers de Tolkien. Marc Cassot interprétera en France le personnage de Bilbon Sacquet en version âgée, joué par Ian Holm, que ce soit dans la saga Le Seigneur des Anneaux ou dans celle du (Le) Hobbit.

LA voix de Richard Harris et Michael Gambon dans Harry Potter

Mais cette liste n’est que la surface visible de l’iceberg. La carrière de Marc Cassot ne se résume pas à ses doublages hollywoodiens notoires. En France, il a également prêté sa voix si particulière à de grands noms : Philip Baker Hall (Rush Hour, Les Âmes Perdues, You Kill Me, 50/50…), Christopher Lee (Le Crâne Maléfique, les films du Docteur Fu-Manchu), Clint Eastwood (Million Dollar Baby), Robert Redford (Propriété Interdite, La Descente Infernale…), Marlon Brando (The Score), William Holden (Le Pont de la Rivière Kwaï, La Clef, Casino Royale), Max von Sydow (L’Exorciste, Le Sang des Innocents, Minority Report…), John Cassavetes (Rome comme Chicago, Un Tueur dans la Foule…), Steve McQueen (Le Kid de Cincinnati…), Kirk Douglas (Furie…), Sir Ian McKellen (Stardust), Warren Beatty (Bonnie and Clyde), Oskar Werner (Fahrenheit 451), Frank Sinatra (L’Ombre d’un Géant), Richard Todd (Le Jour le Plus Long), Robert Duvall, Pat Boone, James Stewart, Cliff Robertson, Michael Caine…

La voix de Charles Ingalls

Son métier de doubleur s’est également étendu à la télévision : le rôle principal de Batman (série des années 1960), Charles Ingalls dans La Petite Maison dans la Prairie, le Sénateur Kinsey dans Stargate SG-1, Alvah Case dans Oz, des rôles ponctuels dans Desperates Housewives, le colonel Camden dans Sept à la Maison, Arnold Sypes dans Manimal, le père de John Locke dans Lost : Les Disparus, Corrado « Junior » Soprano dans Les Soprano, Commodore Louis Kaestner dans Boardwalk Empire

Marc Cassot Charles Ingalls

Michael Landon

Contrairement à certains de ses confrères, il n’a pas laissé une empreinte importante dans le secteur encore plus spécifique du doublage animé ; on lui doit néanmoins quelques participations ici et là : Numéro 9, Drôles d’Oiseaux… Il aura laissé derrière lui une carrière de doubleur exhaustive en ayant également doublé des personnages de téléfilms, de jeux vidéo, de séries d’animation et mêmes de parcs à thèmes comme celui du Puy du Fou.

marc-cassot-blog1

Marc Cassot chez Disney

Pour la Maison de Mickey et ses différents labels, ce doubleur de génie laisse une voxographie modeste mais qui mérite que l’on s’y penche. Il double en français les personnages de :

  • THX 1138, interprété par Robert Duvall, dans THX 1138 (1971, 1er doublage français, Lucasfilm Ltd.),
  • Dr. René Belloq, joué par Paul Freeman, dans Indiana Jones et les Aventuriers de l’Arche Perdue (1981, Lucasfilm Ltd.),
Marc Cassot Dr. René Belloq

Paul Freeman

  • Carl Otis Winslow, joué par Reginald VelJohnson, dans la série La Vie de Famille (1989, ABC),
  • Thomas Eckhardt, joué par David Warner, dans la série Twin Peaks (1991, ABC Studios),
  • Nishi dans Si tu tends l’oreille (1995, Studio Ghibli),
  • Preston B. Whitmore dans Atlantide, l’Empire Perdu (2001, WDAS),

Marc Cassot Preston B. Whitmore

  • Ben Parker, joué par Cliff Robertson, dans Spider-Man, Spider-Man 2 et Spider-Man 3 (2002, 2004, 2007, Marvel, Sony),
Marc Cassot Ben Parker

Cliff Robertson

  • Eli Damaskinos, joué par Thomas Kretschmann, dans Blade 2 (2002, Marvel),
  • Dr. Townshend, joué par Dick Van Dyke, dans la série Scrubs : Toubib Or Not Toubib ! (2003, ABC Studios),
  • Preston B. Whitmore dans Les Énigmes de l’Atlantide (2003, Walt Disney Televison),
  • Major Davenport, joué par Malcolm McDowell, dans Hidalgo (2004, Touchstone Pictures),
  • John Adams Gates, joué par Christopher Plummer, dans Benjamin Gates et le Trésor des Templiers (2004, Disney),
Marc Cassot Christopher Plummer

Christopher Plummer

  • le père de John Locke, joué par Kevin Tighe, dans Lost : Les Disparus (2006, ABC Studios),
  • le Père Noël dans le jeu vidéo Kingdom Hearts 2 sur PlayStation 2 (2005, Square Enix),
  • Addison Prudy (2005), Henry Mason (2006) dans la série Desperate Housewives (ABC Studios),
  • Stanley, joué par Paul Soles, dans L’Incroyable Hulk (2008, Marvel),
  • le général Robert Ross, joué par Alan Dale, dans Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal (2008, Lucasfilm Ltd.),

Marc Cassot Alan Dale

De nombreux films Disney

  • Carl Fredricksen dans le jeu vidéo Là-Haut sur PlayStation Portable (2009, THQ),
  • le prêtre d’Alamut, joué par Christopher Greet, dans Prince of Persia : Les Sabliers du Temps (2010, Disney),
  • le roi Ramsis Dendup dans la série Star Wars : The Clone Wars, saison 5 (2012, Lucasfilm Ltd.),
  • Francis Preston Blair, Jr., joué par Hal Holbrook, dans Lincoln (2012, Touchstone Pictures).
Marc Cassot Hal Holbrook

Hal Holbrook

Marc Cassot, doyen du doublage français, est mort
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *