Rencontre avec Anthony Daniels, l’acteur qui incarne C3PO dans la saga Star Wars

Publié par Erika Beaumier le 9 octobre 2019 | Maj le 9 octobre 2019

Le rendez-vous est donné à l’hôtel le Bristol, au cœur de Paris, ce mardi 8 octobre. Interview, en français, conviviale et pleine d’humour d’Anthony Daniels, le seul et unique interprète de C3PO.

La première fois qu’il a enfilé le costume de C3PO

« Je suis là dans le désert de Tatooine (en Tunisie), et j’ai perdu mon corps, je suis prisonnier. L’armure fait du bruit et je n’ai qu’une vision très étroite à l’intérieur. C’était affreux. »

Mais quand il l’a enlevé pour la dernière fois, à la fin du tournage de l’épisode IX, il a ressenti une immense tristesse. La route a été immense entre les 3 trilogies.

Anthony Daniels

Comment est-ce que le costume a évolué ?

C’est la première fois qu’un costume de cette envergure a été créé. Ils ont commencé par faire un mannequin du corps d’Anthony Daniels :

« c’était dégueulasse. »

Puis une sculpteure est venue créer l’armure avec de l’argile sur le mannequin. Mais l’armure ne bougeait pas ! Il a fallu créer chaque membre séparément. Le costume original de C3PO est donc composé de 18 pièces. La réalisation a pris environ 6 mois, et Anthony Daniels a demandé à l’essayer pour voir ce qu’il pouvait faire :

« dans cette chose horrible. »

Dans un premier temps, c’était impossible, il fallait envoyer le costume en Tunisie, directement sur le lieu de tournage. La première fois qu’il l’a vu, c’était dans une petite tente et il a mis deux heures à tout enfiler. Quand il est sorti de la tente, toute l’équipe l’a regardé et fait un OUAH général. Personne n’avait vu ce genre de costume avant.

« C’était un moment extraordinaire. »

Seulement après trois pas hors de la tente, les genoux cassent. Anthony Daniels a vraiment adopté le costume au bout du troisième jour. Du coup pour l’Épisode VII Le Réveil de la Force, Anthony Daniels demande à J.J. Abrams de refaire le costume, pour que soit plus facile et plus agréable à porter. Aujourd’hui, le costume est réalisé en impression 3D. Le meilleur moment, c’est quand il enlève la partie qui couvre son visage, parce qu’il peut enfin respirer !

En quoi le dernier film, sera la fin des Skywalker et non juste la fin de cette trilogie ?

« C’est toujours difficile de parler dans un moment comme ça parce que c’est plein de secrets. On veut donner au monde un cadeau. Un cadeau de Noël parce qu’il arrive en décembre. Il faut donc garder les secrets. Mais je peux dire, j’essaie de dire la vérité, c’est un film extraordinaire. J’ai vu Daisy Ridley tourner la scène de l’affiche. C’était horrible, en plein mois de novembre avec des vagues énormes. Cette scène a duré 6 jours, à faire la bataille avec ce mec. Il y a de nouveaux acteurs, et de nouveaux personnages. Avec les musiques de Williams évidemment. J’ai vu l’original sans musique et il manque vraiment quelque chose. La musique de Williams est un personnage énorme, plus que Dark Vador. C’est très important que Daisy Ridley joue le rôle de Rey qui est féminin. Ce n’est pas quelque chose de politique, elle est vraiment héroïque. Elle fait beaucoup de choses elle-même, elle est très ‘physical’, très forte. C3PO fait partie de l’équipe des héros. Il n’est pas un héros mais il est toujours là dans l’action. C’est très important que le film soit excellent parce que c’est le dernier film de la dernière trilogie. Et pour moi, la fin est satisfaisante. Les fins sont délicates pour tous les films, et de temps en temps, certains fans sont déçus. Mais c’est la fin de l’histoire et ça range toutes les pièces. Je pense que tout le monde, tous les fans, tous les gens sont intéressés parce que c’est un truc du monde. Ça existe dans toutes les familles, sur trois générations avec quelque chose à partager. Il y a quelque chose pour tout le monde. »

Vous parlez de générations. Vous êtes le seul acteur à avoir joué dans chaque film. Comment vous vous sentez par rapport à ça ?

« C’est extraordinaire ! Mais je suis trop proche pour me rendre compte. Ce que j’ai appris, c’est la façon dont les gens voient les films. Une fois j’étais à Paris avec un orchestre, et des extraits de films. Nous avons fait cette représentation de nombreuses fois dans le monde entier. Et j’ai senti le public adorer les images de films qui passaient sur l’écran, adorer les musiques de Williams, adorer George Lucas pour ce qu’il avait créé. Et j’ai réalisé que le public voyait les films d’une autre manière que moi. Par exemple, ma première fois dans le Faucon Millenium était épique ! Mais à l’écran cette sensation ne se ressent pas de la même manière. Mais pour répondre, je sais que ces films comptent. Ils sont très importants, et je suis fier d’être présent dans chaque épisode. C’est un honneur de jouer ce rôle, parce qu’au début j’ai dit non, pas intéressé du tout. Et quelque chose s’est passé et voilà je suis ici avec vous aujourd’hui. »

Vous avez une voix particulière, mais en France nous découvrons les films en version française. Qu’en pensez-vous ?

« Bien sûr c’est Roger Carel ! Il a fait beaucoup de rôles avec sa voix notamment Astérix ! Je ne suis pas timide, mais je vois bien que je ne parle pas assez bien français et pour le film, ça ne marche pas. Mais c’est dur dans tous les endroits du monde. On essaie de choisir quelqu’un qui parle très correctement. Comme un parisien, pas avec un accent provençal. »

Roger Carel

Quel est votre épisode préféré ?

« Mon favori c’est bizarre parce que c’est un film affreux à faire, c’est le numéro IV, le premier. Tout est abominable. Le temps, le costume, les scènes dans le désert. Il y avait aussi une grande canicule en Angleterre à ce moment-là. Et je suis là, dans ce costume, avec des lampes énormes et je suis comme un micro-onde. Quand j’enlevai mon masque, j’étais tout à fait rouge comme quelque chose de bien cuit. Tous les jours je suis là, dégueulasse, mais tous les jours il y a une équipe qui refait le maquillage de la princesse et Harrison Ford se remet les cheveux bien en place. Tous les jours, ils étaient tout beaux et moi j’étais affreux. Mais pour moi, cet épisode IV, le premier, était une histoire unique, simple, sans pression, innocente. Celui que je préfère le moins… Et vous c’est lequel, celui que vous aimez le moins ? (La personne répond épisode I). Les personnes les plus âgées, n’aiment pas du tout l’épisode I. Ils ont dit c’est affreux, c’est stupide, Jar Jar Binks… Mais maintenant que je rencontre des fans plus jeunes, je leur demande quel est leur épisode favori et c’est l’épisode I ! Parce qu’à l’époque de sa sortie, le jeune public Star Wars avait environ 9 ans. Et les jeunes pensent que JarJar est le meilleur personnage ! Parce que Georges Lucas a créé ce personnage pour les enfants. Mais les enfants ont grandi »

Comment avez-vous trouvé votre démarche ?

« Je suis attrapé dans ce truc et au départ je marchais comme avec un poids sur les épaules. C’était très lourd. Mais je ressemblai à un monstre. Mais ce n’est pas le caractère de C3PO. Donc j’ai décidé de mettre les bras en avant pour répartir le poids, c’est plus stable comme ça. Mais aussi c’est comme un serviteur avec la serviette sur le bras. La démarche c’est un peu comme une geisha. En tant qu’acteur, je me suis demandé ce que je peux faire avec lui ? Il y a aussi la vision droite, je ne vois pas les objets sur le côté. Et comme je ne peut pas me tourner tout le temps pour voir R2D2, je pose toujours mon bras dessus pour savoir où il est. Un jour, dans le désert, Kenny Baker (l’acteur qui jouait R2D2), a enlevé la tête de R2D2 et dans mon costume je ne l’ai pas vu et j’ai été surpris de ne pas pouvoir m’appuyer sur lui ! »

Anthony Daniels

Est-ce que vous auriez aimé que C3PO tombe amoureux ?

« Je ne crois pas. Je suis sûr qu’il est un peu seul et de temps en temps c’est triste. Mais il aime beaucoup être avec les humains, mais il ne comprend pas les bisous. Il n’a pas ce circuit. Mais il a des amis, il a R2D2, BB8, et il a toujours le respect des autres. Mais la vie pour les robots, c’est un peu triste pour ça. »

Cerise sur le gâteau

Anthony Daniels a écrit un livre qui sort en octobre 2019.

Star Wars Episode IX L’Ascension des Skywalker sort en salle le 18 décembre 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *