Rencontre avec l’équipe du film live-action La Petite sirène

Publié par Aurélie Roussel le 16 mai 2023 | Maj le 16 mai 2023

Le 9 mai 2023, Radio Disney Club a eu la chance d’assister à la conférence de presse avec l’équipe du dernier film live-action de Disney : La Petite Sirène, qui sortira le 24 mai 2023 dans les salles de cinéma françaises.

Étaient présents, les trois cerveaux créatifs derrière ce film : Alan Menken, compositeur, mondialement connu pour ses nombreuses collaborations avec les studios Disney sur de nombreux films d’animation à succès comme La Petite Sirène, Aladdin ou Le Bossu de Notre Dame ; John DeLuca, producteur, qui a notamment produit Le Retour de Mary Poppins et Rob Marshall, réalisateur qui, depuis quelques années, fait partie des nouveaux réalisateurs fétiches des studios Disney, en collaborant régulièrement avec ces derniers. Pour eux, il a réalisé plusieurs comédies musicales, dont les plus célèbres sont Into the Woods et Le Retour de Mary Poppins.

Affiche du film La Petite Sirène
Affiche du film La Petite Sirène

Avant-première mondiale

Il aura fallu quatre ans et demi pour que ce film voit le jour. La première mondiale s’est déroulée le 8 mai 2023 à Los Angeles. Rob Marshall était, dans la salle, assis en arrière, aux côtés de Daveed Diggs (voix du personnage Sébastien), qui voyait pour la première fois le film.

Lire la suite   Star Wars, Le Réveil de la Force : le nouveau droïde BB8

Selon Rob:

« Le public a applaudit intensément après chaque chanson du film », ce fut, selon ses mots : « une première de rêve, un rêve devenu réalité, ce fut très émouvant. »

Rob Marshalls

« Hier soir ( 8 mai 2023), en la (Halle Bailey) voyant sur cet écran géant, son visage quand elle tient cette note m’a donné la chair de poule. »

Alan Menken

Lumière sur l’actrice Halle Bailey

Alan Menken nous a confié qu’Halle Baley, l’actrice qui joue Ariel, fut stressée en chantant pour la première fois la chanson Partir là-bas, car c’est pour elle la chanson signature du film.

« Je ne suis pas vraiment une personne intimidante, mais je pense que le rôle de compositeur peut être intimidant pour jouer de la musique. C’est emblématique et légendaire. Elle (Halle Bailey) est complètement adorable. Elle a tellement de talent qu’on ne peut pas la quitter des yeux. L’émotion est juste là sur son visage et dans sa voix. C’est une personne délicieuse, elle est incroyable. »

Alan Menken

Alan nous a fait part que, lorsqu’ils sont arrivés au moment de tourner la scène de la chanson Partir là-bas, il avait eu besoin de mouchoirs car il pleurait :

« C’est en partie une réaction du manque d’Howard, mais aussi, juste le souvenir de l’innocence de ce que nous avons mis là-dedans à l’origine. »

Alan Menken

Alan Menken et Howard Ashman (décédé le 14 mars 1991) ont écrit ensemble toutes les musiques du film d’animation La Petite Sirène, sorti en salle en 1989, d’où l’émotion pour Alan au moment de rejouer toutes ces chansons.

Retour sur les auditions de La Petite Sirène

« Quand elle (Halle Bailey) a auditionné pour la première fois en chantant pour nous, je me suis tourné vers Rob, et il y avait des larmes qui coulaient.

Le premier acteur que nous avons vu pour ce rôle était Halle.

Elle a fermé les yeux et a commencé à chanter la chanson, et j’ai pensé que je ne pouvais pas croire ce que j’entendais.

J’ai juste pensé : elle est si profondément liée à ce qu’elle chante.

C’est tellement émouvant, c’est tellement beau. Et j’ai pensé : Oh, mon Dieu, ça fait cinq minutes qu’on fait ça, on a trouvé Ariel ? 

Ensuite, nous avons vu des centaines autres acteurs de toutes ethnies, mais Halle revenait sans cesse.

Tout comme Jacob (Jacob Tremblay qui est la voix du personnage Polochon), qui a dit qu’il n’avait jamais chanté nulle part ailleurs que sous la douche… Eh bien, il a une voix incroyable en passant ! »

Alan Menken

Rob Marshalls, un directeur/producteur attentionné

« Les comédies musicales sont un hybride de théâtre et de film : tu ne peux pas juste marcher et te mettre à chanter, tu dois apprendre la chorégraphie, et c’est une partie de mon travail que j’aime. 

Mon travail en tant que directeur est de protéger les acteurs, qu’ils se sentent bien. Ils ont le droit de se sentir en sécurité, ils ont le droit de se tromper, puis de s’améliorer et de ne pas être jugé. Pour moi, c’est très important.  

Et, vous savez ce qu’est un film, c’est très intime, je veux dire, bien sûr, c’est massif à certains égards, mais les scènes sont, en quelque sorte, chacune une petite histoire. 

Vous savez, je veux dire, ce que je ne veux jamais, c’est qu’un acteur ressente une sorte de pression du film, de la pression de la réalisation et des parties techniques de celui-ci. »

Rob Marshalls

L’origine de La Petite Sirène et le lieu du tournage

La Petite Sirène est un conte datant de 1837, écrit par Hans Christian Andersen, auteur danois.

Rob Marshalls et John DeLuca se sont replongés dans ce conte pour que certains extraits fassent partie du script, tout en leur donnant plus de profondeur et d’émotions. C’était très important pour eux.

Quand la question sur le lieu de tournage fut posée, un élément est venu à l’esprit de l’équipe : les pâtes au homard.

L’équipe a visité un certain nombre d’îles avant de trouver cette petite plage de Sardaigne.

Cette plage les a aidés non seulement au niveau de l’imagination et de l’histoire, mais cela a aussi aidé les acteurs quand ils sont arrivés là-bas. Entourés par ces eaux magnifiques, ça leur a permis de se sentir vraiment immergés dans l’histoire.

Selon l’équipe, l’influence danoise de Hans Christian Andersen y était présente de par les rochers qui bordaient la mer. C’étaient très importants pour eux d’avoir un décor reflétant le conte.

La magie Disney, même sur les plateaux de tournage

À la question adressée à Rob Marshalls :

« C’est votre quatrième film avec Disney, qu’est-ce qui vous a donné envie de collaborer à nouveau avec eux, notamment sur un film live-action ? »

Michelle Turner

« Parce qu’il n’y a rien de tel que de travailler avec eux. Je me sens soutenu de manière massive. Ils vous laissent faire votre travail. Je veux dire que, de Bob Iger à Alan Bergman, en passant par Sean Bailey, ils sont tous là pour littéralement soutenir les artistes et c’est ce que j’ai ressenti tout le temps.
C’est un film énorme avec un budget énorme, mais je ne l’ai jamais senti comme tel de leur part.
Vous savez, c’est qu’ils respectent vraiment, vraiment, vraiment les artistes. Je dois le dire, et c’est pourquoi j’ai été là et fait ces films avec eux.
Ils prônent la confiance et le respect mutuel. Et ça se sent. Et donc on se sent chez soi.
Et, qui d’autre va faire ces comédies musicales massives ? Les gens ne prennent plus ces risques. Les comédies musicales sont très délicates. » a répondu Rob.

Rob Marshalls

Ce fût un très beau moment d’échange avec cette merveilleuse équipe.

Cela nous permettra de voir le film sous un tout autre angle, lors de sa sortie en salle.

L’ambiance, lors du tournage, devait être à la fois remplie d’émotions et de bonne humeur, entourée de bienveillance.

Nous avons bien hâte d’aller voir ce nouveau live-action !

5/5 - (2 votes)
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *