Du nouveau pour les cascadeurs du Stunt Show à Disneyland Paris

Publié par Florian Mihu le 25 juin 2016 | Maj le 4 juin 2017

Walt Disney Studios Parks

L’arrêt du show de voitures à Walt Disney World Resort et les évolutions du réseau RATP sur le complexe vont provoquer quelques changements en coulisses de Moteurs… Action! Stunt Show Spectacular à Disneyland Paris dans les prochains mois.

Moteurs… Action! Stunt Show Spectacular n’est pas près de s’arrêter

En effet, selon nos informations, Disneyland Paris aurait acquis une quarantaine de voitures provenant directement de Walt Disney World Resort. Le spectacle de cascades automobiles similaire à son grand frère s’est arrêté définitivement cette année aux Disney’s Hollywood Studios. Les automobiles seront toutes repeintes et révisées et seraient déjà en cours d’acheminement. Par ailleurs, des travaux en coulisses sont en cours afin d’ouvrir une nouvelle piste d’échauffement pour les cascadeurs professionnels. Voici le plan de la future nouvelle zone d’entrainement des cascadeurs, qui ne sont pas près de quitter Disneyland Paris.

petit_106016

Les travaux de terrassement ont débuté en mai dernier. L’arrivée future d’une nouvelle zone de gare pour le RER A de Marne-la-Vallée impliquera de par les infrastructures importantes prévues un déplacement du parking Nord des Cast Members, qui s’étalera du coup sur la piste d’entraînement actuelle du spectacle de cascades. C’est donc cette piste d’entrainement qui va déménager à l’arrière des Walt Disney Studios, pas très loin de la station d’épuration construite en backstage…

973063gareratp2

Ce sont finalement deux terrains qui seront exploités. Les travaux commenceront durant l’été et s’achèveront mi-2017 :

  • un secteur de 3900 m2 pour le stockage de matériel : « Petite Plateforme »,
  • un secteur de 40 500 m2 pour l’implantation de la nouvelle zone d’entrainement : « Grande Plateforme »,
  • des merlons paysagers pour l’isolation acoustique pour les riverains de Chessy.

13509738_10201688220644745_536939578_o

Les deux plateformes sont acquises par Euro Disney S.C.A  auprès d’EPA France et font partie du plan d’extension du Resort dans le cadre de l’avenant 8 à la convention de 1987 entre Euro Disney S.C.A et plusieurs parties publiques françaises. Du fait de leur emplacement dans la zone ZAC des Studios et Congrès, dont les premiers chantiers ont démarré en 2014, elles seront bien évidemment surveillées de près. La ZAC des Studios et Congrès sera isolée visuellement et acoustiquement au mieux grâce à un nouvel Hôtel Disney qui devrait normalement voir le jour entre ce quartier résidentiel et l’extension du Parc Walt Disney Studios durant la prochaine décennie (Phase IV).

Le Stunt Show va-t-il s’améliorer dans les prochains mois ?

Bien que la storyline du spectacle ait été abîmée d’année en année, Disneyland Paris a souhaité compenser ces carences par un apport de franchise afin de redynamiser quelque peu le show grâce au bolide Flash McQueen (Cars). Si des scènes d’action comme celles impliquant les jet skis et la voiture décarrossée des caméramen n’auront duré que quelques jours au lancement du spectacle, d’autres ont été supprimées par sécurité puis sont revenues après de nouvelles procédures de travail plus rigoureuses. En février 2014, nous constations l’absence de saut de la voiture rouge (dans le balai des voitures, dans la séquence du marché et dans la scène finale) et plus de sniper qui tombe du toit. En gros, seules les voitures noires ressautaient ainsi que les motos. Dans la scène du marché, le saut spectaculaire sur le toit du camion était absent (le plus impressionnant de cette scène), dans le balai des voitures. L’absence du saut de la voiture rouge enlève de l’intensité au tout, et dans la scène finale, le saut de la voiture rouge était remplacé par une mini-poursuite voiture noire contre la moto du héros, et la saut de la moto remplaçait celui de la voiture rouge qui déclenche l’explosion finale.

Moteurs Actions Stunt Show Spectacular

Plusieurs raisons furent évoquées : manque d’effectif, coupes budgétaires, coût de la formation de nouveaux cascadeurs suite au départ des anciens, coût des assurances, droit de retrait, problèmes avec les syndicats… En septembre 2014, le canal était remblayé de terre, rendant encore plus lamentable la scénographie et le scénario du spectacle. En octobre 2014, à l’occasion de réhabilitation, des tests pour le retour de cascades de voiture emblématiques auraient été effectués mais sans exécution effective au final. Le 9 décembre 2014, le grand final et des scènes emblématiques comme la scène du marché aux fruits ou le saut entre deux camions sont revenus (mais toujours pas sans la chute du sniper d’un immeuble). Aujourd’hui, on espère que le show reviendra dans son état quasi-originel pour 2017.

Un ancien cascadeur obtient gain de cause au tribunal contre Disneyland Paris

Les litiges et autres différends entre la direction d’Euro Disney S.C.A et tantôt ses employés, tantôt ses visiteurs ou encore ses actionnaires, sont devenus quasiment monnaie courante ces dernières années, tant les préjudices à l’encontre du géant Disney européen tendent à se multiplier, pour de bonnes comme de mauvaises raisons. L’un des points sensibles reste sans nul doute le célèbre spectacle de cascades automobiles Moteurs… Action! Stunt Show Spectacular, qui faisait la renommée du parc Walt Disney Studios un temps, mais qui aujourd’hui semble bel et bien mis de côté. A l’exception de la photolocation Rendez-vous avec Spider-Man, Disneyland Paris agit, il est vrai, en service minimum, pour promouvoir Backlot, cette zone si atypique et informelle pour un parc à thèmes Disney. Qui plus est, ce mini-land ne tient plus ses promesses en 2016 tant son offre en divertissement et restauration est dépassée (Armageddon : Les Effets Spéciaux) ou sous-exploitée (Rock’n’Roller Coaster avec Aerosmith, Disney Blockbuster Café).

Backlot Disneyland Paris

Mais là où le bas blesse dans cette parcelle industrielle du second parc à thèmes parisien reste sans nul doute le gâchis d’exploitation du plateau de Moteurs… Action ! Stunt Show Spectacular, qui n’a plus été présenté depuis des années tel que le grand cascadeur Rémy Julienne et Walt Disney Imagineering l’avaient imaginé, si bien que le spectacle n’entre aujourd’hui plus du tout dans la ligne promotionnelle générale de la destination, que ce soit dans ses spots commerciaux, ses brochures, ses affichages et tout autre type de média publicitaire. Oui, cette création de cascades et de courses de bolides n’a plus l’aura artistique et l’attrait indéniable de ses premiers jours. Mais elle ne défigure pas non plus la nouvelle direction prise pour ce parc, l’investissement de ses équipes étant à saluer. Si Backlot, et donc à terme toutes ses attractions globalement, tendent à une marvellisation depuis trois années maintenant, on est encore loin d’un renouveau souhaité pour cette zone qui fait tâche. Il est encore loin le temps où Moteurs… Action ! Stunt Show Spectacular sera radicalement modifié, malgré le retour de quelques cascades disparues jusqu’alors depuis un certain temps.

Moteurs Actions Stunt Show Spectacular

Mais ce même spectacle fait également l’objet de plusieurs affaires juridiques depuis pas mal d’années. On apprend aujourd’hui grâce au site Mediapart que l’un des anciens acteurs du spectacle a obtenu gain de cause au tribunal en décembre 2015 contre son employeur Euro Disney S.C.A. La société a été condamnée par la Cour d’appel de Versailles pour plusieurs motifs à l’égard de l’ancien cascadeur. La justice a tranché :

  • Disney est reconnu responsable de la maladie professionnelle dont souffre le cascadeur,
  • Disney a manqué à ses obligations en matière de sécurité pour l’empêcher d’advenir.

La cour a par ailleurs nommé un expert juridique afin de déterminer une somme maximale à allouer à l’ancien salarié du parc au titre de la maladie qu’il a contracté. Gérard Ravenet n’en est pas à son premier préjudice avec la direction du complexe francilien puisqu’en 2012, il l’avait fait plier aux prud’hommes pour harcèlement moral et sexuel et obtenu 15 000 euros de dommages et intérêts. Un harcèlement qui provenait de l’une de ses responsables qui avait fini par tapisser les murs de son service de centaines de ses photos l’affichant torse-nu. Gérard Ravenet revient sur cette histoire dans Médiapart : « Ça a duré un mois, il y en avait partout. À partir de là, je savais que j’allais être licencié. Ils n’attendaient plus qu’un prétexte. »

Moteurs Action Motos 03

Quatre ans après, Gérard Ravenet sort doucement de sa longue thérapie. Opéré en 2012 pour son dos en miettes, il est contraint à ce jour de porter des lunettes de soleil de manière permanente, sa vue étant très abîmée. A cela s’ajoute un pied et un genou abîmés ainsi qu’une bronchite chronique. « Pour trouver un boulot, c’est impossible, raconte l’ancien cascadeur. Rester assis ou debout longtemps, je ne peux plus. Conduire longtemps, pareil. Je ne peux pas porter des charges, et j’ai juste 50 ans ! » Il est aujourd’hui reconverti dans la revente de produits alimentaires pour animaux en tant qu’auto-entrepreneur : il en tire 800 à 1000 euros par mois. L’ancien chef des équipes de cascadeurs de Moteurs… Action ! Stunt Show Spectacular, qui supervisait toute la partie acrobatique du spectacle, admet une fois encore après ses sorties dans les médias en 2012 : « Pendant 6 500 heures, j’ai été au milieu de tout ça, exposé à des produits toxiques, des particules de pneumatiques brûlés par les dérapages, un niveau de décibels deux fois plus haut que la norme », raconte Gérard Ravenet à la journaliste Mathilde Goanec, qui a remplacé Rémy Julienne à la gestion du show en 2002. Le maître de la cascade du cinéma venait tout juste de claquer la porte.

Moteurs Action Cars

Outre sa fonction de coordinateur de cascades, Gérard Ravenet s’était habitué à exécuter une partie des scènes acrobatiques du spectacle, quand une partie de sa troupe était absente. Un travail pénible à la longue, qui aura eu raison de sa santé physique. Il était également chargé d’ouvrir le casque de l’homme torche, l’une des interventions phares du spectacle où un cascadeur s’enflamme littéralement devant le public : « La chaleur est terrible à ce moment-là, le cascadeur est imbibé de produits inflammables. Je n’avais pas de protection spécifique du visage ou des mains, à part des gants et des lunettes de soleil. Une fois, quand je me suis précipité pour ouvrir le casque du collègue, le filtre lacrymal de mes yeux a fondu. » Il est forcé aujourd’hui de s’humidifier quotidiennement les yeux. Les anxiolytiques font le reste pour lui permettre de trouver le repos.

Moteurs Action Men Fire

Souvenez-vous, Moteurs… Action ! Stunt Show Spectacular avait fait les frais de deux accidents majeurs dès son lancement en 2002. Une voiture a manqué la rampe et deux pilotes sont entrés en collision. Gérard Ravenet estime de son côté avoir averti plusieurs fois sa direction des risques que son équipe encourait, faute d’équipement adéquat. Des témoignages de ses collègues sont venus étayer ses propos lors du procès. En 2009, un délégué du personnel, membre du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, mais également deux autres porte-paroles des pilotes du spectacle rédigent un communiqué alarmant sur les conditions de sécurité du spectacle « Au fil des années d’exploitation, […] l’usure et les risques pris ont mené à un nombre important d’inaptitudes. » Plus loin, l’alerte signale que « les séquelles physiques dues aux contraintes du spectacle et du vieillissement de la population cascadeur permettent, après neuf ans d’existence, d’évaluer qu’un cascadeur a une durée de vie limitée sur le spectacle ». C’est un fait non négligeable.

Moteurs Action Finale

Le Cour de Versailles a admis que Euro Disney S.C.A. avait négligé ou du moins ne pouvait ignorer « le risque de pathologies lombaires auxquelles étaient exposés ceux qui réalisaient des cascades pour son compte, parmi lesquels figurait M. Ravenet, et qu’elle ne justifie pas quelles mesures elle a mises en œuvre pour réduire ou supprimer ce risque ».

Moteurs Action Motos 02

Un ancien pilote, Marc (nom d’emprunt), se confie à Médiapart également : « Disney savait qu’on était en difficulté. » Formé par l’équipe de Rémy Julienne, l’ancien novice en cascades ajoute : « À l’époque, j’avais 30 ans et je mettais déjà dix minutes pour simplement sortir du lit le matin, cela aurait dû m’alerter. ». Il revient également sur la cadence infernale exigée par ses responsables ou les demandes vaines aux services techniques d’intensifier les révisions techniques des véhicules, notamment leurs amortisseurs, d’adapter les baquets (fauteuils de sécurité pour les pilotes) ou encore d’améliorer les tenues des pilotes. « En fait, c’était vraiment une question de rythme : la voiture absorbe le choc mais jouer trois, cinq fois par jour, il faut des réponses techniques pour ça ! » Marc ouvre finalement les yeux après la chute de trop : « On devait sauter du toit d’une maison sur un camion, la cascade n’a pas fonctionné à cause d’un problème technique. Je suis tombé bien plus bas que prévu et me suis cassé une vertèbre lombaire. » Licencié depuis, Marc souffre d’une hernie discale et son corps s’est progressivement affaissé : « Mais mon handicap n’est pas reconnu comme maladie professionnelle, c’est pour ça que je me bats. Or ce que je vis, c’est la misère depuis dix ans. Je ne peux pas donner le bain à mes enfants ou ramasser mon petit de deux ans dans la rue s’il tombe, vous imaginez ? »

Moteurs Action Equipe

De son côté, Disneyland Paris affirme que la sécurité a été significativement renforcée : « Parmi les mesures d’amélioration de la sécurité et de la prévention des risques prises au cours des dernières années, nous avons notamment amélioré le matériel de cascade (construction de voitures spéciales pour les sauts, amortisseurs spéciaux, sièges adaptés, combinaisons des pilotes ultra sécurisées…) et pris des mesures pour éviter les phénomènes de routine (système de rotation, horaires adaptés) », a-t-elle déclaré par courriel à Mediapart toujours.

Moteurs Action Motos 04

Si les conditions de sécurité des équipements automobiles ont été singulièrement améliorées, il est vrai, celles concernant directement les Cast Members laissent encore à désirer d’après d’autres anciens employés du spectacle. Un autre cascadeur, fort de 10 ans d’activités dans le village reconstitué de Villefranche-sur-Mer, déclare que « sur les véhicules, les motos, c’est mieux, sur l’équipement des personnes, c’est encore trop léger ». Pour ne pas qu’il poursuivre son employeur, ce cascadeur s’est vu remettre une prime exceptionnelle de départ : « Je vais plutôt bien, disons que mon corps a mieux encaissé que les autres. Mais les conditions de sécurité ont joué sur mon envie de quitter l’entreprise, c’est net. ».

Moteurs Action Motos 01

Un autre point, et non des moindres, est pointé du doigt par cet homme et d’autres anciens employés, la formation des cascadeurs. Au tout début du spectacle, l’école de formation Action training productions intervenait sur place pour régler notamment la fameuse chute de hauteur. L’un de ses représentants, Louis-Marc Marty, exerçant son métier de cascadeur depuis 30 ans, témoigne : « Je ne suis pas revenu car je coûtais trop cher selon Disney. À la place, ils font une sorte de pédagogie sauvage, les meilleurs forment les autres. Mais la cascade, ça ne s’improvise pas. Or, dans cette équipe, les cascadeurs sont livrés à eux-mêmes, ils ne s’entraînent pas assez. » Dans un document rédigé en 2014, que Mediapart a pu consulter, Louis-Marc Marty enfonce le clou sur les conditions de formation, lui qui plaide pour une professionnalisation du métier : « Toute société […] qui utilise du personnel pratiquant la cascade se doit d’offrir à ses salariés une formation minimum de six mois pour chaque action de cascade avec des évaluations permanentes afin de vérifier que le niveau reste à la bonne mesure. » Là encore, Disney donne une autre version : les cascadeurs « interviennent dans le Parc dans des conditions de formation et de sécurité maximum. Ils sont formés, de manière continue, et encadrés par des cascadeurs professionnels internes et externes, ainsi que par les pompiers pour les formations à l’extinction des feux. »

Moteurs Action Flash McQueen

Un document issu du service de santé au travail d’Euro Disney et déniché par Mediapart revient sur les 40 visites médicales effectuées par Gérard Ravenet durant 5 ans : « cervicalgies »« lombalgies », « douleurs acromio-claviculaires » et autre « hydarthrose du genou », le bilan est lourd. Un médecin du sport de Disneyland Paris, à la retraite depuis (et serait en poursuite judiciaire lui aussi contre l’entreprise), avait recours fréquemment à de l’ostéopathie pour ses patients cascadeurs, et leur prescrivait des relaxants et des décontractants musculaires, sans ordonnance, comme le confirment plusieurs personnes interrogées. « À chaque fois qu’on tombait, on voyait ce gars-là, explique Gérard Ravenet. Mais quand il y avait des accidents de travail, Disney nous disait de nous déclarer en maladie, une manière de ne pas faire grimper les taux et donc d’éviter les amendes. » Autre technique, racontée par un ancien collègue : « Quand on rentrait d’accident du travail, on était mis apte à la reprise, mais on nous interdisait quand même de faire des cascades. On allait se promener dans le parc, ou nager dans la piscine, tout simplement pour ne pas faire monter les statistiques. »

Moteurs Action Entraînement

En regardant de plus près la promotion officielle du métier de cascadeur sur le site de recrutement du Resort, on constate que la sécurité est mise en avant en priorité. Cascadeur : « rôle très physique et respecte des règles de sécurité précises ». Cette définition est affublée d’un commentaire élogieux d’un embauché affairé aux cascades en motos : « C’est l’opportunité de faire un métier hors du commun, c’est fantastique ! Je sais que ce sont mes années d’or, ça durera pas tout une vie, mais j’en profite. » Somme toute, une description assez banale d’un jeune Cast Member du Parc mais qui contrebalance vraiment avec les témoignages d’anciens employés ayant travaillé sur le spectacle presque une décennie pour certains.

Moteurs Actions Flash McQueen

Un cascadeur ayant travaillé sur un spectacle de cascades des Walt Disney Studios durant 5 ans attaque en justice Disneyland Paris suite aux [supposés] très mauvaises conditions de sécurité dont il a été victime.

Un cascadeur met Disneyland Paris au tribunal

MASSS

Ces mauvaises conditions auraient eu de graves conséquences sur sa santé et, certaines de ses pathologies commencent à être reconnues comme maladies professionnelles. Ce Cast member avait le rôle de Chef Cascadeur entre 2002 et 2007. Il sera le 26 février devant le tribunal des affaires de sécurité sociale de Versailles pour espérer obtenir réparation.

Il dénonce : « Nous, en tant que chef d’équipe, nous étions face à une torche de 800 degrés sans avoir de protection au niveau des yeux, ni cagoule, ni gants, ni rien », déplore ainsi G. R. , ajoutant que « les cascadeurs n’avaient pas les sièges baquets correspondants ». Il ajoute : « Quand un cascadeur ne doit, dans les règles, assurer qu’un seul rôle dans la journée, il en enchaînait, deux à trois à cause du manque d’effectif », poursuit l’ancien acrobate expliquant que de ce fait, « les pathologies s’accentuent ».

MASSS 1

Ces problèmes de sécurité auraient causé à ce cascadeur un handicap à 50% ainsi que trois hernies discales dont une hernie paralysante.. De plus il a, a priori, perdu la moitié de son audition parce qu’il travaillait avec une sonorité de plus de 120 décibels quand les normes européennes sont fixées à 85 décibels. L’audition seraient donc touchée mais aussi les yeux : il a, dit-il, eu une brûlure de la cornée avec destruction du film lacrymal qui à tout moment peut lui apporter des maladies.

Il faut noter que ce même cascadeur a déjà attaqué Disneyland Paris en Justice pour harcèlement moral et sexuel de sa manageuse sur lui. Elle aurait mis des photos de lui torse nu dans les locaux du spectacle, aurait eu des gestes et mots déplacés. Refusant ses avances, il aurait été licencié. Au final, il a gagné 15 000€ de dommages et intérêts et la manageuse travaillerait encore sur les parcs.

MASSS2

Du nouveau pour les cascadeurs du Stunt Show à Disneyland Paris
Noter cet article

1 commentaires sur "Du nouveau pour les cascadeurs du Stunt Show à Disneyland Paris"

  1. blanchin tony

    bonsoir
    je suis une personne très intéressé par les cascades ,glissades en voiture et moto,si vous recherchez des personnes douées de leurs compétences n’hésitez pas a me contacter pour des essais…je suis carrossier peintre a mon compte et je cherche un emploi a coté…
    merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *