Dossier : Animagique, la magie de Disney et de l’illusion

Publié par Alexis Richard le 28 janvier 2014 | Maj le 4 juin 2016

Il n’y a pas si longtemps que ça, en 2002, comme promis, ouvre un second parc à thème à Disneyland Paris. Si ce deuxième parc, plein d’espoirs, peine (toujours ?) à convaincre le public et que le parc construit n’est pas à l’échelle des projets, parmi les 9 attractions originales que proposent le parc se trouve néanmoins des attractions au concept intéressant et même inédit, parmi celle-ci Animagique.

Animagique

Située dans le studio 3, l’attraction-spectacle Animagique accueille plusieurs fois par jour jusqu’à 1.100 spectateurs pour proposer un voyage original à travers l’univers Disney, d’une durée approximative de vingt minutes. Animagique se trouve à droite du Studio 1, à proximité de l’Art de l’Animation selon Disney et des Tapis Volants d’Aladdin, avec l’évolution du parc Walt Disney Studios « Animation Courtyard » où est situé Animagique devient la section fourre-tout « Toon Studios » en 2007,  par soucis d’esthétique et d’harmonie, le bâtiment du spectacle est repeint la même année en bleu.

Animagique 17

La façade d’Animagique avant 2007 (à gauche) et après 2007 (à droite)

Animagique 02

Animagique sur le plan des Walt Disney Studios en 2002 (à gauche) et en 2003 (à droite)

Concepts et techniques « magiques »

Animagique est novateur dans son genre puisqu’il s’agit d’un spectacle live qui fait appel à des effets spéciaux inspirés des techniques de marionnettes japonaises « bunraku » qui consistent à manipuler une marionnette de grande taille par plusieurs personnes à l’aide de baguettes fixées à ses membres mais plus encore le spectacle utilise la technique de la lumière noire, technique bien connue notamment dans les attractions dites « dark ride » (Peter Pan’s Flight, Les Voyages de Pinocchio, Crush’s Coaster, …). Cette technique est un procédé luminescent permettant de faire ressortir des éléments dans le noir grâce à une lumière bien particulière composée notamment d’ultraviolets (d’où sa couleur violette) et à des coloris fluorescents (naturels ou synthétiques). Si la lumière noire a plusieurs usages, dans le domaine du spectacle, elle est avant tout l’apanage des théâtres de Prague (République Tchèque) qui proposent de nombreux spectacles employant cette technique, c’est pourquoi les concepteurs du spectacle se sont rendus sur place pour s’en approprier les secrets. Plus que la combinaison des deux techniques, la réussite du spectacle dépend aussi des 17 performers entraînés, notamment au taï-chi pour la synchronisation des mouvements et la nation d’espace dans le noir, et dissimulés dans l’obscurité/les coulisses pour permettre de donner vie à un monde complètement fantasmagorique où les couleurs sont aussi infinies que les espaces.

Animagique 16

Les travaux préparatoires des Imaginieurs sur Animagique démontrent qu’ils s’étaient inspirés dans un premier temps des personnages comme le Génie d’Aladdin ou le Chat de Cheshire d’Alice au Pays des Merveilles et des scènes de Pocahontas, Mulan, Aladdin, Alice au Pays des Merveilles, Fantasia, les Aristochats, le Bossu de Notre-Dame, Steamboat Willie ou encore le Silly Symphonie « La Danse Macabre ». Finalement, aucun de ces longs-métrages Disney ne sera retenu dans la version réalisée du spectacle ! De ces travaux, reste toutefois conservé l’esprit coloré, fantasque et dynamique du spectacle que l’on connaît aujourd’hui. Concernant le scénario du spectacle, il s’avoisine de celui de l’attraction 3D « Mickey’s Philharmagic » ouverte en 2003 à Walt Disney World et présente aujourd’hui dans plusieurs parcs Disney étrangers. Aux Walt Disney Studios, Animagique propose un voyage unique en compagnie de Donald et Mickey au son des musiques Disney inoubliables et nous fait voyager à travers plusieurs longs-métrages, à savoir : Dumbo (1941), le Livre de la Jungle (1967), la Petite Sirène (1989) et le Roi Lion (1994). En plus de Mickey et Donald, on retrouve dans le spectacle d’autres characters comme les Elephants Roses (seul parc Disney à présenter ces personnages), Baloo, Rafiki et King Louie.

Animagique 01

Travaux préparatoires pour Animagique

Animagique 04

Concept art extérieur des Walt Disney Studios, à droite l’entrée d’Animagique

Le spectacle, un voyage au coeur des classiques Disney

Le spectacle commence dans un atelier où Mickey et Donald s’affairent activement à leur table à dessin, sauf peut-être Donald qui manque visiblement d’inspiration contrairement Mickey. La journée de travail se termine mais Donald prétexte quelques heures supplémentaires et malgré les consignes de Mickey de ne pas rentrer dans la pièce du fond, il s’empare de la clef et pénètre dans la cinémathèque. Là, les bobines des grands classiques Disney sont entreposés :  la Belle et la Bête,  le Roi Lion, Cendrillon, Blanche-Neige, Pinocchio, Fantasia, le Livre et la Jungle, … Donald constatera vite qu’il ne s’agit pas d’une cinémathèque comme les autres.

Animagique 11

Les bobines s’envolent et un drôle d’animal rose pointe sa trompe et, très vite, Donald est entraîné dans la parade des Élephants Roses tout droit sortie de « Dumbo ». Les éléphants roses disparus, la verdure envahit la cinémathèque et un rythme swing bien connu se fait entendre, le Roi Louie ne tarde pas à faire son apparition pour nous faire danser au rythme de la Jungle de « I wanna be like you », un rythme auquel ne résiste pas longtemps Baloo qui vient les rejoindre. Puis, Donald fait un plongeon dans le Royaume de la Petite Sirène où le crabe Sébastien et Polochon, l’ami d’Ariel, lui font découvrir les joies de vivre « Sous l’Océan » avec tous leurs amis. Après cette plongée sous-marine, il est temps de se sécher sous le soleil du Roi Lion en compagnie de Rafiki, Zazu, Simba et Nala pour chanter « I just can’t wait to be king ».

Animagique 12

Mais après tant de rencontres sympathiques, il est temps pour Donald de retourner au travail, où ses nouveaux amis l’ont suivi pour un final en compagnie de Mickey qui donne envie de danser et chanter.

Animagique 09

Animagique, version 1.0

Peut-être vous êtes-vous déjà demandé pourquoi Monstro, Pinocchio et Jiminy apparaissaient sur le visuel officiel de l’attraction auparavant alors qu’ils ne sont pas présents dans le spectacle ? Il existe en fait une première version du spectacle Animagique qui n’a duré que quelques mois. Avec une storyline moins dynamique et un autre style musicale, parmi les différences avec la version actuelle, on peut citer quelques détails et effets supplémentaires dans les éléments scéniques, Donald qui croisait Aurore et Maléfique dans la cinémathèque et le spectacle comprenait une scène de Pinocchio, venant après celle du Livre de la Jungle, où Donald se retrouvait avalé par Monstro et retrouvait les marionnettes de Pinocchio et Jiminy sur un radeau. Moins d’un an après, une nouvelle version du spectacle est créée avec une nouvelle musique, plus classique, une nouvelle scénographie et une nouvelle scène tirée de la Petite Sirène pour remplacer celle de Pinocchio.

Animagique 07

Visuel d’Animagique en 2002

Animagique 03

Concept de la scène de Pinocchio

La musique, ingrédient du succès

Des techniques originales, des personnages Disney mais Animagique c’est aussi des musiques ! Le succès du spectacle est étroitement lié à sa bande-originale, en particulier le thème principal qu’on entonne bien volontiers au même titre que « Yo Ho A Pirate’s Life for Me » ou « It’s a Small World ». La musique d’Animagique a été composée par Vasile Sirli et Peter Lurye, c’est à ce dernier que l’on doit le thème original du spectacle.

Vasile Sirli parle de son travail sur la conception de la musique d’Animagique : « On a hésité entre écrire des musiques nouvelles pour illustrer certains moments, comme dans une musique de film, et finalement on a décidé que c’était mieux de revenir à des classiques qui sont reliés directement à des sujets abordés et faire que tous les personnages se promènent dans un monde qui est déjà très connu par les grands connaisseurs et par ceux qui aiment Disney mais aussi pour les nouvelles générations qui apprennent aussi. »

Dès 2002, le single de la bande originale du spectacle comportant 7 titres dont la scène de Pinocchio sera vendu sur le parc. En matière de merchandising, un pin’s édition limitée avec Stitch avait été également édité sur le thème de l’attraction.

Animagique 06Animagique 05

Animagique 15

Bien que des rumeurs insistent sur la reconversion d’Animagique en Mickey’s PhilharMagic (la projection d’un film 3D est nettement plus économique que la représentation d’un spectacle live). Animagique n’en est pas moins en attendant une exclusivité des Walt Disney Studios, un spectacle qui injecte une dose massive de bonne humeur.

Dossier : Animagique, la magie de Disney et de l’illusion
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *