En avant : notre critique sans spoiler du film d’animation Pixar

Publié par Mélanie Di Caro le 8 juin 2020 | Maj le 8 juin 2020

« En Avant« , le nouveau film d’animation Disney/Pixar, est sorti au cinéma le 4 mars. Cependant, à cause du contexte imposé par le COVID-19, il a été très rapidement proposé en VoD pour le public français, et sur la plateforme Disney+ pour le public américain. La rédaction a vu ce film et vous en parle sans spoiler…

Fiche technique du film d’animation Pixar En Avant

  • Titre original : Onward
  • Titre français : En avant
  • Réalisation : Dan Scanlon (Cars, Monstres Academy)
  • 22ème long métrage d’animation des studios Pixar
  • Musique : Jeff et Mychael Danna
  • Format : couleur – 35 mm – 2,35:1
  • Durée : 1h43
  • Sortie : le 4 mars 2020 en France, le 6 mars 2020 aux États-Unis

En avant

L’histoire sans spoiler !

Dans un monde imaginaire très actuel, où se croisent licornes, trolls, fées et autres créatures mystiques, deux frères elfes que tout oppose, vont partir en croisade afin de faire revivre la magie oubliée et ramener leur père à la vie. Pour les rôles principaux originaux, nous retrouvons Tom Holland (Spider-Man) dans le rôle de Ian Lightfoot et Chris Pratt (Les Gardiens de la Galaxie) dans le rôle de Barley Lightfoot. Pour ce qui est de la version française, nous retrouvons Thomas Solivérès (« Intouchable »), Pio Marmaï (« Santa et Cie ») et Maïk Darah (voix officielle de Whoopi Goldberg).

Ce qu’on en a pensé…

Dans la lignée de Coco, ce film aborde le sujet la famille avec brio, mais également les épreuves que l’on a à surmonter : deuil, recherche d’identité ou encore recomposition familiale.  Cette réflexion sur le deuil et la famille est directement liée à Dan Scanlon, le réalisateur, qui a, comme le héros, perdu son père lorsque son frère et lui étaient petits. Cependant, le film est aussi accès sur les tracas de la vie quotidienne d’un adolescent : lycée, sociabilité, passer son permis… Pixar arrive à amener son sujet avec légèreté, puisqu’on nous embarque dans une épopée fantastique, drôle et touchante à la fois. En outre, ici le héros est un adolescent qui essaie d’évoluer parmi les autres lycéens.  Tout ce qui a de plus commun.

En avant

Extrait du film « en avant »

L’univers créée par Pixar allie parfaitement le monde des fées et le monde actuel sur le modèle du système américain. Le lycée de Ian est d’ailleurs très actuel avec des touches de médiéval ça et là (bannières, des portes de châteaux…) tout comme le reste de la ville en général. On a une critique du monde actuel tout automatisé avec un sur-confort, en comparaison de la quête du naturel, du retour aux sources. L’opposition est bien marquée avec, entre autres, l’exemple du beau-père de Ian qui est un centaure agent de police, mais qui patrouille dans son véhicule alors qu’il pourrait galoper. Disney critique gentiment notre société et nos mauvaises habitudes avec l’accès à la facilité pour tout sans fournir le moindre effort. Ce même sujet avait déjà été abordé dans Wall-E, un autre Pixar à succès.

Des personnages évolués

Dans ce long métrage, nous retrouvons une multitude de personnages mythiques qui ont évolué. Cependant,  il est drôle de voir la transposition de leur évolution. Par exemple, le troll, qui est de base une créature assez imposante, plutôt méchante, a évolué en un lycéen balaise et pas bien malin, mais avec qui on ne veut surtout pas de problème. Le rôle de la brute par excellence. Les centaures, qui sont généralement des gardiens guerriers, sont devenus des agents de police. Nous avons également la Manticore, créature mystique et puissante,  qui s’est transformée en docile dirigeante de restauration familiale qui se plie aux exigences de ses clients.

A contrario, certaines créatures ne donnent pas le meilleure d’elles mêmes. C’est le cas des licornes, car si dans les temps anciens, c’étaient des créatures mystiques et majestueuses, elles ont évoluées en parasites plutôt sales faisant les poubelles et ayant perdu toute leur majesté. Les fées également, qui en général sont bienveillantes, ont été transformées en vraies petites teignes.

Nouveau modèle de composition de la famille

Les studios Disney-Pixar font aussi évoluer le modèle de la composition de la famille. Terminé la jolie maison avec le modèle classique du papa, de la maman, deux enfants et un chien. Ici nous avons une mère elfe veuve, ayant du s’occuper seule de ses deux enfants et vivant nouvellement en couple avec un centaure. Elle n’a besoin d’aucun homme pour être sauvée, ce n’est pas une demoiselle en détresse. D’ailleurs on la voit au début en faisant sa gym aérobic, répétant pour mantra que c’est une guerrière. Le rôle du beau père est exploré ainsi que les relations délicates qu’il a avec ses beaux fils.

Nous avons aussi une policière ouvertement gay qui parle de sa compagne et des difficultés qu’elle a avec la fille de celle-ci. On parle sans tabou des coups durs qu’une famille peut avoir, de son évolution, des fragilités des uns et des autres. Nous n’avons pas le décorum de la famille idéale à qui il n’arrive jamais rien en interne et où tout est immuable. Ce film évolue avec son temps et se rapproche davantage de la réalité en prenant en compte les paramètres plus actuels des familles modernes et notamment des femmes d’aujourd’hui fortes et indépendantes, loin des stéréotypes d’antan.

En avant

La relation fraternelle au cœur du film En Avant

Ici nous avons deux personnages aux antipodes l’un de l’autre. D’un côté; nous avons Ian le garçon réfléchi, qui planifie tout, pas du tout sur de lui et introverti et d’un autre côté, son frère Barley, extraverti, réac’ limite anar et impulsif. Pourtant, ce duo fonctionne. Un effet de complémentarité mais pas que ! Souvent dans les fratries, il y a des différences. En avant souligne la puissance des liens du sang et la complicité que peuvent avoir deux frères que tout sépare. Il y a aussi la notion de bienveillance du grand frère envers son petit frère. Barley essaie maladroitement de pousser Ian a donner le meilleur de lui-même. Pas totalement un père, pas totalement un ami, il navigue entre deux eaux. Le réalisateur aura sans doute voulu rendre hommage à son propre frère !

En avant

Barley et Ian

Encore une fois, Disney/ Pixar réussit à introduire des sujets sérieux avec légèreté, le film est amusant et agréable à regarder. Les graphismes sont bons et l’histoire est plutôt réussie. A voir sans hésiter ! Qu’attendez-vous, en avant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *