Spider-Man : Far from Home, notre critique du film Marvel

Publié par Florence Varaldi le 24 novembre 2019 | Maj le 24 novembre 2019

C’est avec le film Spider-Man : Far from Home que s’est conclue la phase 3 du Marvel Cinematic Universe. Avec près d’un milliard d’euros de recettes dans le monde, le deuxième volet des aventures de Peter Parker, made in Sony, a gagné son pari. Avec une sortie en DVD et Blu-ray le 13 novembre dernier, retour sur le film de « l’araignée sympa du quartier ».

Spider-Man : Far from Home : caractéristiques et synopsis

  • Date de sortie : 3 juillet 2019 (2h 10min)
  • Genre : Action/aventure
  • Réalisateur : Jon Watts
  • Acteurs/actrices : Tom Holland (Spider-Man), Jake Gyllenhaal (Mysterio), Zendaya (M.J.), Samuel L. Jackson (Nick Fury), Jon Favreau (Happy) …
  • Scénario : Chris McKenna
  • Distribution : Sony Pictures Releasing France
  • Box-office France : 3 136 801 entrées

Quelques mois après les événements du film Avengers : Endgame, Peter Parker (Tom Holland), hanté par la mort de son mentor et père de substitution, Tony Stark, essaie de reprendre une vie aussi normale que possible. Nick Fury attend de lui qu’il prenne sa place auprès de l’équipe des Avengers. Mais l’adolescent hésite, ne sachant pas vraiment où est sa place. Un voyage scolaire en Europe lui permet d’échapper à Fury quelques temps. Bien décidé à ne pas emporter son costume de super-héros, Peter décide de profiter de ce voyage pour déclarer sa flamme à M.J., incarnée par la géniale Zendaya. Peter se retrouve, malgré lui, rattrapé par la réalité : des monstres élémentaires attaquent l’Europe et il accepte à contrecœur d’aider Nick Fury à résoudre ce mystère. Mais il y a un nouveau héros dans le monde : Quentin Beck (Jake Gyllenhaal), un voyageur interdimensionnel dont la Terre alternative a été détruite par ces mystérieux élémentaires furieux. Un nouveau héros qui va impressionner notre cher Peter.

Tom Holland est Spider-Man

Ce que nous en avons pensé

Comme la plupart des films du MCU, Far From Home oscille entre badinage comique accrocheur et scènes d’action. Mais ici, le timing comique semble particulièrement bien trouvé. Entre frustration, manque de chance, et charmante naïveté,  l’adolescent nous fait rire bien malgré lui. De même, Jake Gyllenhaal offre une performance d’acteur pointue et avertie. Si le début du film ne nous offre qu’un héros lambda à mâchoires carrées, presque sans expression, rassurez-vous : un retournement de situation habilement amené vous donnera le héros charismatique attendu ! 

Mais les scènes d’action sont aussi renversantes. Les capacités de Spider-Man à lancer des toiles et frapper fort ne sont pas suffisantes pour lutter contre des monstres faits d’eau ou de feu. Il doit faire preuve de créativité pour les combattre, et celle-ci devient l’un des atouts les plus impressionnants du film. Le réalisateur Jon Watts réussit à nous en mettre plein la vue grâce notamment aux déplacements insensés de Peter, à ses prises de risques et aux pouvoirs magiques de Mysterio.  Les films du MCU invitent les téléspectateurs à les suivre dans leur rythme haletant, mais le réalisateur (qui a également dirigé Homecoming) fait confiance au public dans sa capacité à traiter l’information : c’est-à-dire dans Far from Home : à la vitesse de l’éclair !

Peter rêve de MJ, d’une vie normale et d’une chance de passer des vacances paisibles,tout au long du film.  Mais son chagrin dû à la perte de sa figure paternelle imparfaite et sa peur de ne pas être à la hauteur du défi de remplacer Tony Stark, donnent au film sa véritable colonne vertébrale émotionnelle. C’est comme une gigantesque séance de thérapie de groupe pour les fans du MCU, leur demandant de traiter la perte de leur super-héros préféré, après l’avoir suivi pendant près de 10 ans. La perte de Peter est plus personnelle, plus profondément ressentie, mais il est toujours un avatar du public, et le moment inévitable où il doit avancer et laisser le passé derrière lui, est vécu en même temps par les téléspectateurs.

far from home

A gauche Mysterio, à droite, Spider-Man

Si certains lui reprochent son ton teen-movie, Spider-Man : Far from Home reste une excellente surprise et une belle conclusion de la phase 3 du MCU. Les scènes post-génériques permettent de lancer la phase 4. Mais chut, nous n’en dirons pas plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *