Padme Amidala : et si elle avait tout changé…

Publié par Sara Razowski le 31 juillet 2017 | Maj le 31 juillet 2017

Et si un seul geste de Padme Amidala avait pu changer le destin d’une galaxie lointaine, très lointaine… Cette possible initiative aurait probablement permis d’éviter aux citoyens de l’Empire de subir le joug tyrannique de Dark Sidious et à l’ordre Jedi de continuer de prospérer… Cependant, si cette action avait été menée à son terme, nous n’aurions jamais assisté à la naissance du plus redoutable et emblématique Seigneur Sith de l’Histoire : Dark Vador. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est donc une jeune femme qui aurait pu jouer ce rôle… En effet, elle avait déjà démontré par le passé son courage, sa bravoure et sa détermination au cours de ses missions diplomatiques. Il s’agit bien de la Reine et sénatrice de Naboo : Padme Amidala. Découvrons le rôle qu’elle a bien failli jouer dans le dénouement de Star Wars III : La Revanche des Sith.

Padme Amidala aurait-elle pu changer le cours de l’Histoire ?

En octobre 2016, l’illustrateur Iain McCaig a été interviewé lors de la conférence de l’Academy of Art University de Los Angeles sur son travail dans Star Wars III : La Revanche des Sith. Il faut savoir que l’artiste a fait ses débuts en 1989 chez ILM où il s’est occupé des concepts art de Star Wars I : La Menace Fantôme, Star Wars II : L’Attaque des Clones, Star Wars III : La Revanche des Sith et Star Wars VII : Le Réveil de la Force. Pendant l’entretien, il a fait part du rôle clé qu’aurait pu jouer Padme Amidala sur le destin de Dark Vador lorsque les deux époux se retrouvent sur la planète Mustafar à la fin de l’épisode.

Iain McCaig nous raconte en ces termes ce qui aurait dû se passer :

« [Anakin] part. Quelques instants plus tard, il rejoint les Séparatistes, tandis que [Padme] organise la Rébellion en secret, consciente qu’il est devenu un monstre. A la fin, sur Mustafar, lorsqu’elle vient le raisonner, elle tient un couteau dans sa main. Lorsqu’elle descend du vaisseau, elle court vers Anakin, et le prend dans ses bras, il la laisse faire. Elle pointe alors  le couteau vers sa nuque, prête à le tuer. Là encore, il la laisse faire (se doute-t-il de quelque chose ?). Mais, elle ne peut pas aller au bout de son geste… Elle l’aime trop pour l’arrêter de cette manière, même s’il devient monstrueux. »

Padme Amidala

Padme et Anakin sur Mustafar

La fin officielle

Lorsque Padme arrive sur la planète Mustafar, elle sort du vaisseau les mains vides et court vers Anakin. Alors qu’elle est dans ses bras, elle lui fait part de son inquiétude et de ce qu’elle a entendu sur ces agissements. Anakin tente alors de la « rassurer » sans nier ses crimes… Plus il s’enfonce dans sa mégalomanie, plus elle s’éloigne de lui. Attristée, elle lui fait savoir qu’elle ne peut le suivre dans cette voie… C’est à ce moment-là qu’Obi-Wan Kenobi apparaît et Anakin commence à étrangler sa femme enceinte. La suite, nous la connaissons tous…

Le parallèle entre les deux fins

La version alternative est plus dramatique puisqu’elle accentue davantage le douloureux dilemme devant lequel se trouve Padme :  soit, elle écoute son cœur  et se laisse dominer par l’amour qu’elle porte à son époux malgré sa condition de Sith ; soit elle le tue dans l’espoir que cet acte mettra un terme à la guerre des Clones et empêchera le règne de Dark Sidious… mais dans ce cas, comment expliquer les évènements de la trilogie initiale ? A la vue des deux fins proposées, Padme a décidé, quoiqu’il arrive, de ne pas tuer l’homme qu’elle aime. Pourquoi ? Même si Padme sait se battre et qu’elle a su prendre les armes quand cela était nécessaire,  dans l’Épisode III,  nous avons affaire, à  une jeune femme  vulnérable à cause de sa maternité imminente, qui cherche toujours à préserver la paix de manière diplomatique et à sauver l’homme qu’elle aime de lui-même. De plus, si elle avait tué Anakin, elle aurait transgressé toutes ses valeurs en devenant ce qu’elle a toujours combattu et aurait trahi son amour. En lui laissant la vie, elle lui donne  l’opportunité de se détourner du côté obscur pour rétablir l’équilibre dans la force, ce qu’il fera grâce à l’aide de son fils Luke Skywalker dans Star Wars VI : Le Retour du Jedi. Dark Vador a beau être le plus redouté et impitoyable Sith de la galaxie, au final Padme avait raison lorsqu’elle dit à Obi-Wan : « il y a du bon en lui, je le sais, il y a toujours du bon. » Lui laisser la vie, lui a permis de connaître ses enfants et la rédemption puisqu’il est revenu du bon côté de la Force ! En définitif, pour éviter la mise en place de la dictature de l’Empire, c’est Dark Sidious qu’il aurait fallu éliminer dès le départ !

Padme Amidala : et si elle avait tout changé…
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *