Lorsque Disney « s’inspire » d’éléments provenant d’autres films

Publié par Marine Giraudier le 28 juillet 2017 | Maj le 28 juillet 2017

films

Les studios Disney ont présenté de nombreuses histoires qui ont bercé notre enfance. Pourtant, certaines de ces histoires ne sont pas originales et n’ont pas été entièrement inventées lors de la réalisation de ces films. En effet de nombreuses histoires s’inspirent de contes, comme Blanche Neige et les Sept Nains des frères Grimm. Parfois, ce sont des romans, par exemple, L’île au trésor pour La Planète aux Trésors. D’autres ne reposent pas sur des écrits déjà existants, mais cela ne signifie pas pour autant que ces Disney proposent une histoire original. En effet, il arrive parfois que les studios s’inspirent fortement d’un film antérieur, voire de plusieurs médias.

Aladdin (1992) / Le voleur de bagdad (film de 1940)

Aladdin n’est pas le premier film à relater les aventures du voleur provenant de la version d’Antoine Galland, du livre : Les Mille et Une Nuit. En effet, cet auteur avait rajouté les récits d’Aladdin, d’Ali Baba et de Simbad, qui n’étaient pas présents dans l’œuvre originale.

Le film Le Voleur de Badgad, ne suit pas les aventures d’Aladdin, mais du prince Ahmad. Pourtant, il a inspiré la version de Disney, puisque nous retrouvons différents éléments qui étaient déjà présents dans le film de 1940. Les deux récits se déroulent au Moyen-Orient et proposent des personnages très similaires. Nous retrouvons un vizir oppresseur qui s’appelle Jafar, une princesse, qui est la fille d’un sultan, un Abu (qui n’est pas un singe dans Le Voleur de Badgad), un génie et un tapis-volant. Des événements sont aussi ressemblants, comme lorsque le héros va tomber amoureux de la princesse, ou lorsqu’il se retrouvera en prison à cause de Jafar.

films

Le livre de la jungle (1967) / Le livre de la jungle (film de 1942)

Ces deux médias reposent sur le livre de Rudyard Kipling : Le Livre de la Jungle, qui rassemble différentes nouvelles suivant souvent les aventures de Mowgli, un jeune garçon, qui a été recueilli par une meute de loup et qui se voit confronté au tigre Shere-Khan.

Pourtant, même si ces deux films reprennent ces éléments, ils proposent deux versions différentes. En effet, dans la version de 1942, le jeune homme a des interactions avec les hommes tout au long du film, tandis que dans la version Disney, Mowgli ne rencontre ses semblables qu’à la fin. En ce qui concerne ses interactions avec l’ours Baloo, c’est l’inverse. Alors que dans le Disney, ce dernier a un rôle important, dans le film de 1942, il n’est présent que quelques secondes.

Le caractère du jeune homme aussi est différent en fonction du média. Dans la version de 1942, le jeune garçon est courageux et cherche tous les moyens pour tuer Shere Kan, tandis que dans celle de 1967, Mowgli est plus passif.

Vaiana : La légende du bout du monde (2016) / Moana (documentaire de 1926)

Vaiana : La Légende du Bout du Monde se trouve dans cette liste avant tout pour son titre en version original : Moana et pour la culture qu’elle met en avant. En effet, le film Moana de 1926, réalisé par Robert Flaherty met en avant la culture Maori, à travers un documentaire, suivant la famille du jeune garçon Moana, vivant sur une île polynésienne.

 Le Roi Lion (1994) / Jungle Emperor Leo (manga animé de 1966)

Jungle Emperor Leo reprend l’histoire du manga d’Osamu Tezuka : Le Roi Leo. Le mangaka étant souvent surnommé comme le Walt Disney du Japon. Son manga retrace les aventures d’un jeune lionceau blanc, dont le père fut assassiné devant lui. Cela rappelle bien sûr la mort de Mufasa, qui s’est produite sous les yeux du jeune Simba.

Dans les deux films d’animations, le pauvre lionceau devra apprendre à devenir adulte, notamment à l’aide de mentors, loin de son foyer. Une fois adulte, il revient dans son royaume, pour  gouverner. Un autre point commun, mais seulement avec la version américaine est le nom des lions. En effet, en Amérique, Léo est devenu Kimba. En modifiant une seule lettre, nous obtenons le nom du personnage principe du film Le Roi LionSimba, qui signifie Lion en swahili.

La belle et la bête (1991) / La belle et la bête (film de 1946)

La Belle et la Bête est à la base un conte et, en 1946, l’artiste français : Jean Cocteau réalisa un film à partir de cette histoire. Ce film connut un tel succès qu’il fût reconnu comme un classique du cinéma français.

Dans les deux versions, Belle se sacrifie pour prendre la place de son père auprès de la Bête. Avec le temps les deux jeunes femmes voient à travers le physique de la Bête et tombent amoureuses, ce qui rompt le charme. Les deux films sont donc très similaires, essayant de garder les mêmes motifs visuels, ainsi que la présence de la rose.

Lorsque Disney « s’inspire » d’éléments provenant d’autres films
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *