Princesses Disney et condition féminine : quelle évolution ?

Elles ont bercé votre enfance avec leurs douces voix, vous connaissez par cœur leurs folles aventures, et leurs princes charmants vous font rêver… Oui, je parle bien des princesses Disney ! Depuis Blanche Neige et les Sept Nains, le premier film d’animation Disney sorti en 1937, jusqu’au succès incroyable de La Reine des Neiges en 2013, exactement 13 princesses Disney sont nées et continuent de faire rêver petits et grands. Leur succès est tel que, depuis 1999, une franchise spéciale de la Walt Disney Company nommée Disney Princess leur est dédiée.

L’évolution des Princesses Disney

Mais comment est-on passé de la douce et naïve Blanche Neige à la caractérielle et pétillante Elsa ? N’apparaîtrait-il pas que l’évolution du statut de la femme depuis les années trente ait une influence sur l’évolution de nos chères princesses ? Et quelle est d’ailleurs la nature de cette évolution ? Nous allons, dans cet article, tenter de répondre à ces questions en comparant ces treize jeunes femmes selon le rôle qu’elles jouent dans leurs propres histoires.

PHOTO 1

Pour vous rafraîchir la mémoire, voici la liste chronologique des principales Princesses Disney (même s’il en existe plusieurs dizaines concrètement) :

Les princesses classiques (1937-1959)

Nous remarquons que les trois premières princesses, à savoir Blanche Neige, Cendrillon et Aurore, ne font pratiquement que subir leur destin : Blanche Neige est contrainte de se sauver pour éviter d’être éliminée par sa belle-mère, Cendrillon passe ses journées à supporter en silence les caprices de sa belle-mère et de ses demi-sœurs, tandis qu’Aurore vit jusqu’à ses 16 ans en ignorant tout de sa véritable condition, jusqu’au jour où elle est obligée de retourner vivre au château de ses parents. Même lorsqu’il y a un changement dans leur vie, ce n’est pas par une décision de leur part, mais à cause d’une personne ou d’un fait extérieur : c’est le chasseur qui persuade Blanche-Neige de s’échapper, c’est la Marraine la bonne fée qui permet à Cendrillon d’aller au bal, ce sont les trois fées qui forcent Aurore à rentrer au château.

De même, elles ne s’en sortent pas par leurs propres moyens, mais sont toutes sauvées par un prince. Nous retrouvons à travers elles l’image même de la femme naïve, soumise et douce. Autrement dit, les qualités de la femme parfaite à cette époque, où l’on attendait en effet essentiellement de la gente féminine qu’elle prenne soin de son ménage, qu’elle soit attentionnée. Et le fait qu’elle soit dépendante de son mari était absolument normal, voire même indiqué.

Les princesses indociles (1989-1992)

princesse ariel belle et jasmine

Il faudra attendre pas moins de trente ans avant de pouvoir découvrir une nouvelle princesse Disney ! Et c’est Ariel, la petite sirène, l’héroïne de ce film d’animation. Celui-ci nous présente une tout autre image de la femme : Ariel va décider seule de prendre son destin en main en faisant le choix de se rendre chez Ursula, afin de découvrir le monde des humains et retrouver Éric, ceci contre l’avis de son père.

Les deux princesses qui la suivront par la suite, Belle et Jasmine, sont également caractérisées par ce refus de leurs conditions de vie, elles qui ne se sentent pas non plus à leur place et vont faire bouger les choses : Belle refuse la demande en mariage de Gaston, considéré pourtant par les autres femmes du village comme l’homme idéal, et Jasmine s’enfuit de son palais doré en renonçant ainsi à une vie pleine de richesses au profit de sa liberté. Ces trois princesses font preuve de courage, en affrontant l’inconnu dans le but d’arriver à leurs fins : Ariel conclut un pacte avec la terrible Ursula et se lance seule (bon d’accord, accompagnée d’un poisson et d’un crabe, mais quand même…) dans un monde qui lui est étranger, Belle se sacrifie pour sauver son père en prenant sa place au château de la Bête, Jasmine affronte les rues d’Agrabah seule, déguisée en mendiante.

aladdinjasmine

Avec ces princesses modernes, nous remarquons déjà un très grand changement par rapport à leurs aînées : il s’agit de jeunes femmes qui ont du caractère et n’hésitent pas à le montrer ! Elles savent ce qu’elles veulent, et peu importe si cela ne correspond pas à ce que les autres attendent d’elles. Malgré tout, nous percevons chez ces princesses une certaine forme de douceur et de gentillesse, proche de celle des princesses classiques. Bien qu’elles représentent une grande évolution, elles conservent un côté un peu naïf, qui montre toujours la femme comme un être spontané et parfois trop peu réfléchi : Ariel se jette littéralement dans la gueule du loup pour obtenir ce qu’elle veut sans évaluer les risques, Belle se sauve seule dans les bois infestés de loups en plein hiver, Jasmine manque de se faire couper la main car, vivant au palais, elle ne sait pas qu’au marché, il faut payer les produits… !

Les princesses Disney héroïnes (1995-1998)

Trois ans plus tard, et dans un tout autre style, nous découvrons les aventures de Pocahontas. Cette jeune amérindienne symbolise des principes forts, comme le respect des différences entre les peuples et la lutte contre la discrimination raciale. Ce sont ces valeurs qu’elle va défendre jusqu’au bout afin d’ouvrir les yeux aux deux civilisations qui s’opposent, les amérindiens et les britanniques. En permettant d’éviter une bataille sanglante, Pocahontas devient une véritable héroïne. Comme si cela ne suffisait pas, elle fait preuve d’une grande indépendance, elle qui se refuse à l’homme qu’elle est censée épouser, Kocoum, et qui « va partout où le vent l’emporte ». De plus, bien qu’éprise de l’aventurier John Smith, elle décide de rester auprès des siens, qui ont besoin d’elle. Pocahontas représente la femme libre de ses idées et surtout libre de les défendre. Une femme aussi peut agir en héros et sauver des vies, le tout sans la moindre violence…

Mulan jeune héroïne

Dans le genre « héroïne » arrive ensuite Mulan, qui ne fait rien de moins que sauver la Chine entière ! Pour protéger son père, elle va revêtir l’uniforme de celui-ci et prendre sa place dans la guerre contre les Huns, déguisée en homme. Persévérante, forte et courageuse, Mulan devient une véritable guerrière. Certains domaines sont réservés aux hommes, censés être mieux à même d’accomplir certaines tâches… et pourtant, Mulan nous prouve que les femmes sont tout aussi capables de réaliser des exploits et des actes de bravoure. Démasquée, elle est rejetée par l’armée. Toutefois, pour sauver son pays, elle ne baisse pas les bras et convainc ses anciens comparses de l’aider à neutraliser les Huns. Sa famille attendait de Mulan qu’elle l’honore en se comportant comme une fille de bonne famille prête à se marier. C’est d’une toute autre façon qu’elle va y parvenir, en sauvant sa patrie !

Alors que la majorité des héros traditionnels dans les dessins animés sont masculins et ont, la plupart du temps, une demoiselle en détresse à aller sauver quelque part, Pocahontas et Mulan nous démontrent que les femmes aussi peuvent jouer ce rôle de héros, elles qui n’ont aucunement besoin d’être secourues, et ont les ressources nécessaires pour se battre et défendre leurs idéaux. Les titres de ces deux films ne comprennent d’ailleurs que leurs prénoms, symbolisant de cette façon à la fois la force et l’indépendance de ces deux princesses.

Les princesses libérées (délivrées) (2009-2013)

princesse tiana

Après Mulan, les studios Disney ont patienté 11 ans avant de nous offrir une nouvelle princesse, Tiana, avec le film La Princesse et la Grenouille. Pour réaliser son rêve d’ouvrir un restaurant, Tiana n’hésite pas à travailler durement et sans relâche tous les jours. Elle est extrêmement déterminée, voire même obstinée, puisqu’elle n’a qu’une idée en tête, à savoir son futur restaurant, et tout le reste est mis de côté. Elle est donc à la fois courageuse et autonome : elle gagne elle-même son argent, à la sueur de son front. Nous retrouvons avec Tiana l’image même de la femme active du 21ème siècle, qui travaille et est autonome financièrement. Elle n’attend pas du tout l’arrivée d’un homme dans sa vie pour se construire, au contraire, elle tient à son indépendance !

princesse raiponce

Raiponce

L’année d’après, nous avons la joie de rencontrer Raiponce et sa chevelure magique. Son histoire est la métaphore parfaite de la jeune femme qui quitte le confort du foyer familial pour prendre son indépendance et se faire ses propres expériences : kidnappée dès son plus jeune âge, ayant grandi dans une tour dont elle n’est jamais sortie, Raiponce décide, contre l’avis de sa mère et à son insu, de quitter son foyer pour réaliser son rêve. C’est d’ailleurs littéralement à pieds joints qu’elle saute du haut de sa tour pour découvrir le monde ! Elle va franchir avec force et brio tous les obstacles qu’elle va rencontrer.

Ses cheveux lui permettent de se mouvoir et de se battre, sans compter le fait qu’ils ont le pouvoir de guérison et d’immortalité. Cette utilisation particulière de la chevelure, symbole même de la féminité, renvoie l’image de la femme forte et indépendante, qui s’épanouit par elle-même et sait se défendre seule. Aussi, ce n’est plus la princesse qui est sauvée d’un prince, mais l’inverse, puisque Raiponce sauve l’homme qu’elle aime, Flynn Rider, d’une mort certaine.

princesse merida

La princesse Merida

En 2012, la nouvelle princesse Disney est une jeune femme pleine de punch, Merida. Nous pouvons presque affirmer que nous avons ici l’emblème de la « non-princesse » : un peu garçon manqué et très casse-cou, ses activités préférés sont le tir à l’arc et les escapades sauvages dans la nature. Elle-même s’oppose à sa condition de princesse et surtout à tout ce qui y est attaché, c’est-à-dire en gros « sois belle, tais-toi, et épouse un homme de bonne condition ». Elle refuse d’être enfermée dans ce rôle qui ne lui correspond pas, et elle n’hésite pas à tout faire pour défendre elle-même son indépendance et ses valeurs : lors du tournoi public où ses prétendants s’affrontent dans diverses épreuves pour gagner sa main, elle aussi se présente comme participante, contre l’avis de ses parents, afin de « gagner sa propre main » et sauver sa liberté.

Le titre du film est très évocateur et représente cet aspect principal de la personnalité de Merida : Rebelle. Celle-ci est d’ailleurs la première princesse Disney à ne pas avoir de prince/d’amoureux. En outre, sa crinière rousse, qui semble aussi indomptable qu’elle et complète ainsi le personnage, est également un signe distinctif comparé aux autres princesses dont la tenue et la coiffure sont toujours impeccables. Une scène très intéressante à ce propos est justement celle du tournoi : Merida, littéralement encaquée dans une robe qui camoufle son imposante tignasse, tout en annonçant sa participation, libère sa chevelure et déchire sa robe, geste symbolique de sa prise d’indépendance et de liberté.

Le film est essentiellement basé sur la relation mère/fille, ce qui est également inédit jusque là. Ce n’est plus le même genre d’amour qui est mis à l’honneur. Merida représente le summum de l’émancipation et délivre un message clair sur l’image féminine : chaque femme se construit aussi en dehors des relations amoureuses, comme par exemple à travers la relation qu’elle entretient avec sa famille. Une femme reste une femme, même si elle ne fait pas/n’est pas ce que la société ou tout autre élément extérieur attend du comportement qu’elle est supposée adopter/de l’apparence qu’elle est censée avoir.

Anna et Elsa de la Reine des Neiges

En 2013, place au triomphe international de La Reine des NeigesDisney nous offre deux princesses pour le prix d’une : Anna et Elsa. Ces deux sœurs sont assez différentes : Anna est spontanée, maladroite, un peu naïve et rêveuse, tandis qu’Elsa est plus sérieuse, terre à terre, et solitaire. Malgré tout, ces deux femmes ont deux choses en commun : le courage et l’amour qui les lient. Pour sauver sa sœur et ramener l’été à Arendelle, Anna, qui a toujours vécu dans le confort de son château, n’hésite pas à s’élancer seule à travers les montagnes gelées. Il y a, comme avec Raiponce par exemple, l’idée du voyage initiatique où une jeune fille quitte le confort de son foyer pour réaliser une quête lors de laquelle elle va faire des rencontres et franchir des obstacles. Nous retrouvons dès lors cette idée d’émancipation.

Quant à Elsa, elle n’est pas en reste niveau émancipation, avec sa remarque grinçante lorsque Anna lui demande son accord pour épouser Hans, un jeune prétendant étranger qu’elle vient de rencontrer : « on n’épouse pas un homme que l’on connait à peine ». Cette réplique a suscité de nombreuses réactions sur la Toile et ailleurs, s’étonnant de cette évolution surprenante de la mentalité Disney associée le plus souvent dans l’esprit des gens au mode « rencontre-baiser-mariage », le tout en cinq minutes montre en main. Le comportement d’Elsa s’inscrit bel et bien dans notre époque, où les relations se construisent d’une manière très différente d’il y a quelques dizaines d’années, c’est-à-dire qu’il y a davantage de réflexion et de temps accordé car le développement personnel passe avant le développement d’un couple.

anna et elsa

Par ailleurs, alors que la grande majorité de princesses Disney mettent en avant une histoire d’amour où les sentiments amoureux vont aider ou même sauver les protagonistes, ici, tout comme avec Merida, il ne s’agit pas du même type de sentiment, mais d’amour familial : seul un geste d’amour sincère peut sauver Anna, et c’est en se sacrifiant elle-même pour sauver sa sœur que ce geste est accompli. De plus, l’histoire d’amour engagée au début du film entre Anna et Hans repose sur l’hypocrisie et la trahison de celui-ci, qui prétendait seulement avoir des sentiments par intérêt, ce qui affirme encore que la femme n’existe pas uniquement par l’homme, qui peut être à présent le méchant de l’histoire. Le prince n’est plus idéalisé. Aussi, Elsa est la deuxième princesse, après Merida, à ne pas avoir de prince, preuve que les princesses peuvent à présent exister sans un homme dans leur vie, tout comme les femmes dans la société.

les princesses disney

Avec les deux derniers films de princesses Disney, nous remarquons que les femmes ne se construisent plus uniquement en fonction de leurs relations amoureuses, mais également de leur relations familiales et amicales ainsi que de l’accomplissement de leurs propres désirs, des décisions qu’elles prennent, des obstacles qu’elles parviennent à franchir. Les princesses font désormais preuve de caractère, de détermination et d’indépendance.

L’évolution des princesses

Depuis les princesses classiques, une grande évolution se fait ressentir à la fois dans la personnalité des princesses, mais aussi et surtout dans le rôle qu’elles jouent dans les films : de la jeune femme soumise qui subit les épreuves à celle qui prend l’initiative de les traverser, Disney a su suivre les époques et traduire ces changements sociétaux profonds avec ses princesses. Nous sommes curieux de voir ce qu’ils nous réservent avec la future princesse Moana (Vaiana en France), dont nous découvrirons les aventures à Noël 2016. Pour l’instant, voici déjà à quoi ressemble son joli petit minois avec les premiers visuels du film :

1 COMMENTAIRE

  1. Très bon article. A quand une princesse lesbienne, une princesse moche, une princesse âgée et une princesse extraterrestre ? Ce serait parfait :)

LAISSER UN COMMENTAIRE