Banniere_Disneyland-Paris1

« Attention, aujourd’hui nous tournons… » tel est ce fameux panneau quelque peu excitant que vous trouverez à l’entrée de Disneyland Paris… Mais au-delà des grands tournages professionnels, les fans voient aussi en DLP un véritable studio grandeur nature.

Et s’il y a bien un passionné qui l’a bien compris, c’est Johan Souply, que vous connaissez très certainement pour avoir publié une parodie de Bref version fan de Disneyland. Jeune picard de 23 ans, Johan est un amoureux du cinéma et plus particulièrement de la réalisation. Il s’adonne à toutes les facettes du cinéma, du scénario jusqu’au montage, en passant par l’acting. Très autodidacte et curieux, il se considère comme vidéaste. A l’origine de plusieurs petites séries, des « Making Play » et autres présentations de maquettes, sa vidéo Je suis fan de Disneyland a su conquérir un large public. Entre anecdotes et vérités qui rendent les fans plus complices que jamais, cette vidéo a pourtant été tournée dans des conditions particulières. Ce n’est pas une vidéo officielle, alors beaucoup se demandent comment ce jeune réalisateur a pu concrétiser cela, sachant que tourner sans autorisation à Disneyland Paris n’est pas chose aisée. Mieux encore, une fausse publicité pour promouvoir l’attraction Ratatouille en 2014 a suscité une véritable stupéfaction de la part des internautes qui s’y sont plus attachés que la vidéo officielle du parc. De ce fait, on imagine facilement que les relations avec le parc peuvent être tendues, que la surveillance des fox (personnels de sécurité déguisés en civil) soit renforcée pour qu’il n’y ait plus d’ombres sur la communication marketing et officielle de Disneyland Paris. Et pourtant, les choses prennent une toute autre tournure. Il y a une semaine, une autre vidéo de Johan Souply est sortie, aux couleurs de La Reine des Neiges et plus particulièrement de la saison d’été à Disneyland Paris qui accueille le Frozen Summer Fun. Elle rassemble déjà plus de 6 000 vues sur Youtube et fût amplement partagée sur les réseaux sociaux. A cette occasion, Radio Disney Club s’est entretenu avec Johan Souply et vous propose une interview inédite sur le contenu de son travail.

Johan souply tournage

Nausicaa Ravenswood : Explique-nous ta passion pour Disney…
Johan Souply : Je ne me considère pas comme le plus grand fan mais j’apprécie la manière qu’a Disney de raconter les histoires et surtout celles des attractions. Ils mettent tous les moyens techniques en oeuvre pour rendre compte de la magie.

N.R : Qu’est-ce qui te motive pour un tournage ? Qu’est-ce qui fait que tu es sûr de t’y lancer ?
J.S : La communauté des fans, parce qu’elle sait reconnaître les clins d’oeil que j’imagine. Je suis surtout motivé par le fait que le public va suivre. La communauté est un cercle assez restreint, ça rend les choses plus conviviales et plus sympas.  

N.R : Selon toi, quelles sont les choses les plus importantes pour se lancer dans un tournage et plus particulièrement à Disneyland Paris ?
J.S : La conviction et la passion, et surtout le soutien des gens. Pour Disneyland Paris, il faut être sûr que la vidéo aille au-dessus de ce à quoi le public s’attend, il faut aller au-delà des vidéos officielles. Mais il faut surtout le soutien de ceux qui s’engagent à participer à mes projets.

N.R : Et quelles sont les difficultés à surmonter quand on tourne sur le parc ?
J.S : La seule difficulté qui pose vraiment souci, ce sont les visiteurs. Comme nous ne réalisons pas une vidéo officielle, on ne peut pas boucler un périmètre pour nous. Il faut rester discret et veiller à ce que nous ne restons rien de plus que des amis qui se filment sur le parc. Nous n’avons jamais vraiment eu de soucis, ce qu’il faut surtout, c’est rester subtil car nous savons que nous sommes toujours sous surveillance.

N.R : Ta dernière vidéo a pour thème La Reine des Neiges et plus précisément Frozen Summer Fun. Quel est ton avis sur La Reine des Neiges et le battage médiatique autour du film ?
J.S : J’y vois des pistes pour que ma vidéo vise un public plus large car énormément de personnes ont vu La Reine des Neiges et même apprécié le film. Je n’ai pas fait cette vidéo pour le film mais pour le parc. Elle montre l’histoire d’un mec qui en a marre de tout ce battage mais qui, grâce à Disneyland Paris, parvient à se laisser gagner par la magie. C’est la capacité de Disneyland Paris de tout changer, de faire de la réalité quelque chose de bien plus beau. En ce qui concerne le film, je ne le trouve pas meilleur que le Roi Lion, ça reste un bon film, mais sans plus.

N.R : Quelles ont été les plus grosses difficultés que tu aies pu rencontrer sur le tournage de ta vidéo sur Frozen Summer Fun ? Et sur d’autres tournages à DLP ?
J.S : Je pense que j’ai eu surtout beaucoup de chance. Pour Ratatouille, ce jour là, il a fait beau, s’il pleuvait, c’était foutu. Pareil pour la figuration, si nous manquions de figurants, c’était pas possible et si le Cast Member de la Tour de la Terreur n’avait pas été là, il aurait manqué un important élément de scénario. Idem pour Frozen Summer Fun, si pour une raison ou une autre, Stéphane, le cameraman, n’avait pas pu être là, s’il avait plu, s’il manquait de figurants… Il y a beaucoup de « si »… Il suffit qu’un élément manque et tout s’écroule. Tout ça, c’est de la chance !

Johan souply

N.R : Disneyland Paris t’a déjà invité à une soirée spéciale pour l’attraction Ratatouille dont tu as fait un compte-rendu vidéo, pour te remercier de ta fausse publicité, quelles sont tes relations avec le parc ?
J.S : Des personnes très sympas ont apprécié la vidéo et tout le monde en interne aussi. On pense que ça ouvre pleins de portes et pourtant c’est une entreprise si énorme que c’est difficile de prendre des décisions pour moi. Il faut que tout le monde soit d’accord… Les retours sont parfois difficiles et longs mais ils me connaissent, même si ça ne veut pas dire que je vais être couvert de gloire et obtenir une vraie autorisation de tourner de façon plus officielle.

N.R : Vas-tu te lancer dans des vidéos à chaque nouveauté du parc ?
J.S : Ce serait cool, mais non. Je ne veux pas me sentir obligé. Je fais des vidéos en fonction de mon inspiration et quand je sais qu’il y a un truc à creuser. Pour Frozen Summer Fun, je voulais quelque chose de décalé et faire quelque chose sur la partie du public qui en a marre de La Reine des Neiges. Et puis il faut aussi beaucoup de moyens pour faire une vidéo, il y a beaucoup de limites du fait qu’on ne peut pas tourner dans tout le parc. 

N.R : Le meilleur souvenir que tu gardes d’un tournage à Disneyland Paris ?
J.S : Ratatouille ! Deux moments en particulier. Le premier, c’est quand je voyais que les figurants répétaient leur chorégraphie, puis la faire devant la caméra, à ce moment là, je pouvais dire si ça allait ou pas. Cette posture de réalisateur me plaît. Et puis le moment où nous avons été poursuivis par un fox que nous avons semé. 

tourner à disneyland paris avec Johan souply

N.R : Tu as beaucoup évolué entre tes premières vidéos et celles d’aujourd’hui, comment vis-tu cette évolution ?
J.S : Je la vis de deux façons. Premièrement très positivement, parce que le public semble me suivre de façon de plus en plus fidèle. La seconde, c’est que j’ai envie de montrer un vrai CV à Disneyland Paris et essayer d’y travailler, mais c’est très délicat même si j’ai déjà eu l’opportunité de travailler pour eux. Les gens attendent mes vidéos et ça change beaucoup parce que je ne me souciais pas du public avant. Plus la notoriété augmente et plus la facilité de faire des vidéos aussi, parce que vous obtenez plus facilement du monde qui accepte de vous aider dans vos projets. Et puis il y a des Cast Members qui m’aident aussi alors indirectement, même à petite échelle, Disney m’aide au final. Et pour Frozen Summer Fun, je remercie Dreamdisney de votre radio pour la peluche Olaf ;) .

Pour ceux qui ne l’auraient pas vue, voici la vidéo de Johan Souply sur La Reine des Neiges à Disneyland Paris :

Tourner à Disneyland Paris s’avère être donc une vraie aventure, et pourtant, les fans y voient là comme un moyen de réaliser une véritable preuve d’amour pour leur parc favori !