Le 1er mai prochain, le troisième parc à thèmes Disney de Walt Disney World Resort fêtera en grandes pompes ses 25 années d’existence. Le Parc Disney’s Hollywood Studios, ouvert le 1er mai 1989 sous le nom de Disney-MGM Studios (qu’il perdit en raison d’une rupture de contrat avec la Metro Goldwyn Mayer pour donner place aux Disney’s Hollywood Studios le 1e mai 2007 officiellement), prend pour thème principal la reconstitution  d’un Hollywood mythique, emblématiquement scellé dans l’esprit culturel collectif. Dans ce Parc, le style hollywoodien est célébré partout et sous toutes les coutures : attractions palpitantes, divertissements sensationnels avec des spectacles en direct quotidiennement, des visites dans les coulisses et de nombreux événements spéciaux (Star Wars Week-Ends…). Le Parc prend donc architecturalement les bases d’un Los Angeles s’étendant des années 1920 à 1950. C’est dans cet esprit, dans l’envie de prolonger à des échelles plus importantes des projets antérieurs basés sur Epcot, comme l’attraction Mickey’s Movieland, et dans le souci d’assurer la concurrence nécessaire aux studios Universal Pictures qui ont transformé une partie de leur activité depuis les années 1970 en attractions, que Michael Eisner projette l’édification de ce nouveau parc à thèmes. C’est le 25 juin 1985 que l’association entre la MGM, conduite par Kirk Kerkorian et The Walt Disney Company, dirigée depuis une année par Eisner, s’officialise. Le projet du Disney-MGM Studios floridien est annoncé par Disney le 8 juillet. Le concept initial reprend ceux déjà engagés par Universal à cette époque, à savoir mêler à des attractions inédites et innovantes, de vrais points stratégiques de production cinématographique et télévisuelle. Après près de quatre années de travaux, pour un coût estimé de 500 millions de dollars, le dernier-né  nouvelle génération de la famille des Parcs Disney voit le jour en mai 1989.

Disney's Hollywood Studios Banner

Le site Disney Parks Blog a souhaité célébrer l’événement à sa manière en retraçant, dans une série d’articles, l’histoire du Parc à travers des photos des attractions telles qu’elles ressemblaient au moment de l’ouverture de celui-ci.

The Great Movie Ride : Installée dans un bâtiment reproduisant à l’identique la façade du célèbre Grauman’s Chinese Theater d’Hollywood Boulevard, cette attraction se veut immersive en invitant les visiteurs à voyager à travers l’histoire du cinéma, en partant des premiers films parlants et musicaux en noir et blanc jusqu’aux grands classiques de l’âge d’or hollywoodien, comme Casablanca. D’autres scènes de ce dark-ride, toutes aussi surprenantes, nous plongent dans Les Aventuriers de l’Arche Perdue, les premiers films d’horreur produits ou dans le monde enchanté de la Cité d’Emeraude, en compagnie de Dorothée et ses amis. John Wayne ou Clint Eastwood représentent fièrement les couleurs des célèbres westerns des années 60. La file d’attente de l’attraction se consacre également à de nombreux grands classiques du cinéma, dans une décoration reprenant le style du cinéma hollywoodien en façade : Mary Poppins,  Star Wars – Episode IV : Un Nouvel Espoir, Indiana Jones et le Temple Maudit, Alien : le huitième passager, Fantasia, Casablanca, Chantons sous la pluie, La Prisonnière du désert… D’autres productions sont honorées dans le ride en lui-même, pouvant accueillir 70 visiteurs : Tarzan – L’Homme Singe, Le Magicien d’Oz, L’Ennemi Public, Les Dix Commandements, Le Shérif est en Prison, Autant en emporte le vent, Grease, Blanche-Neige et les Sept Nains, Taxi Driver, King Kong, La Fièvre du Samedi Soir, Le Parrain, Terminator, Star Wars – Episode VI : Le Retour du Jedi, Star Trek, Tootsie, Fantasia, Tant qu’il y aura des hommes, Shakespeare in love, Liaison Fatale, Un Fauteuil pour deux, Un tramway nommé désir, Forrest Gump, Armageddon, Apocalypse Now, Thelma & Louise, Platoon, La Mélodie du bonheur, Chicago, Pearl Harbor, Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl, Le Monde de Nemo, Le Roi Lion… La façade fut l’un des emblèmes phares du Parc jusqu’en 2000, où un chapeau de Mickey Sorcier a pris place devant elle pour célébrer les 100 ans de la naissance de Walt Disney, devenant le symbole du Parc par la suite. De nombreuses rumeurs circulaient durant cette période, à propos d’une éventuelle arrivée de sa réplique dans le futur Disney-MGM Studios Paris, baptisé finalement et simplement Walt Disney Studios. Finalement, pour de probables raisons budgétaires, le projet fut annulé, tout comme à Disney’s California Adventure à Anaheim. L’attraction la plus semblable dans notre resort parisien est sans nul doute sa petite soeur Cinémagique, reprenant le concept d’hommage au cinéma mais sans le dispositif de type « dark-ride ».

– SuperStar Television : Cette attraction sponsorisée par Sony, fit les beaux jours du Parc de son ouverture jusqu’au 6 septembre 1998, où elle fut remplacée par la suite par DougLive!. En quelques mots, SuperStar Television conviait foule de visiteurs à une expérience très immersive à l’époque : l’enregistrement, en conditions réelles, d’une émission de télévision où les visiteurs devenaient les acteurs. Ainsi, des scènes de séries cultes de cette petite décennie, produites par les ABC Studios, étaient reproduites dans cette attraction : Hôpital Central, Bonanza, L’île aux naufragés, Cheers… Les visiteurs étaient mêlés le plus souvent au vrai casting tandis qu’un public, exclusivement présent pour l’enregistrement télévisé, découvrait les images sur grand écran. Certaines émissions, comme The Tonight Show ou The Late Show with David Letterman, y furent également tournées.

The Magic of Disney Animation : Quand les Disney’s Hollywood Studios ouvrirent, les visiteurs ont pu découvrir un premier aperçu de l’attraction The Magic of Disney Animation. Ce parcours dans les coulisses de l’animation « made in Disney » débutait à l’époque par le court-métrage Back to Neverland présentant de manière ludique les principes de l’animation et des procédés pour dessiner et donner vie aux personnages des films du genre. Puis, c’est au sein de véritables studios, les Walt Disney Animation Florida (studio satellite fermé en 2003) couvrant trois étages, que les visiteurs continuèrent leur parcours. Les départements d’animation proposaient donc une visite on-ne-peut-plus immersive où les visiteurs pouvaient apprécier le travail de vrais animateurs chaque jour planchant sur les prochains long-métrages Walt Disney Animation Studios (Mulan, La Belle et la Bête, La Petite Sirène, Le Roi Lion, Lilo & Stitch…) mais aussi quelques cartoons sur Roger Rabbit par exemple. Cette section était découpée en fonction des étapes de la production d’un film :

  • l’histoire montrait le développement des personnages et de leurs aventures ;
  • le layout (découpage) chaque scène est définie ;
  • l’animation les attitudes des personnages sont dessinées pour chaque scène ;
  • le nettoyage les crayonnés sont nettoyés ;
  • les effets de feu, pluie, lumière ou autres sont créés ;
  • les décors d’arrière-plan sont conçus dans un service à part ;
  • le transfert sur cellulos les animations sont refaites à partir des dessins nettoyés sur des cellulos ;
  • le laboratoire de peintures, les « chimistes » conçoivent les peintures requises par les animateurs ;
  • l’encrage et la peinture, les cellulos sont perfectionnés avec des encres et peintures conçues à l’étape précédente ;
  • l’enregistrement caméra, les cellulos sont placés au-dessus des décors et photographiés par une caméra multiplane ;
  • le montage, mises bout à bout les scènes donnent vie aux personnages.

Enfin, un cinéma nommé Disney Classics Theater présentait des extraits des meilleurs films Disney. Avec la fermeture des studios, l’attraction s’est réadaptée en proposant quasiment la même visite que son homologue parisienne en compagnie de Mushu. Elle garde néanmoins son nom d’origine contrairement à ses petites sœurs Art of Disney Animation.

Quelques clichés de l’attraction à son ouverture en 1989 :

The Monster Sound Show : Cette attraction, localisée dans le land Echo Lake, proposait aux visiteurs une approche particulière du monde du son au cinéma. Les imagineurs ont souhaité montré l’importance de ce secteur cinématographique de façon ludique en deux parties : une séance d’enregistrement d’effets sonores en 3 prises pour les besoins d’un court-métrage avec les acteurs Martin Short et Chevy Chase, et une exposition interactive nommée Sound Works. Pouvant accueillir 270 personnes et sponsorisée par Sony Corporation, l’attraction-spectacle a été fermée en juillet 1997 pour une nouvelle version consacrée à l’univers des (Les) 101 Dalmatiens, la série, ABC Sound Studio. En 1999, c’est l’attraction Sounds Dangerous qui prit la place de cette dernière.

mon198221-613x418

Residential Street : ce lieu n’était pas une attraction à proprement parler mais un ensemble de décors de tournages de films ou de séries servant pour l’attraction Backstage Studio Tour (nouvellement transformée en Studio Backlot Tour). Cette dernière attraction fur ouverte en 1989 proposant aux visiteurs d’évoquer le cinéma et ses effets spéciaux à travers une visite divertissante à bord de wagons durant 25 minutes. Les trams effectuaient après une rapide présentation sous forme de vidéo de l’historique des studios Disney, une traversée de plusieurs sites :

  • le département des costumes,
  • le hangar des accessoires,
  • la Residential Street,
  • une zone de stockage de véhicules issus de films,
  • Catastrophe Canyon,
  • passage devant New York St.,
  • débarquement devant Inside the Magic (parcours pédestre à travers les coulisses du cinéma).

Residential Street était une reproduction d’un quartier résidentiel typique américain, regroupant un ensemble artificiel de façades de pavillons utilisées pour les besoins scénaristiques de séries ou de films : Les CraquantesLa Maison en folie, Splash Too, Le Père Noël est en prison (1988). Retrouvez quelques clichés d’époque dont une prise en octobre 1988 lors de la fin de la construction du parc, le site ayant été rasé en 2002 au profit de l’attraction-spectacle Motors, Action! ouverte elle le 5 mai 2005.

Par ailleurs, à cette occasion, Walt Disney World va développer une gamme spéciale « 25ème anniversaire » de merchandising pour le Parc : pin’s, T-Shirts, Ourson Duffy…

« Le monde dans lequel vous êtes entrés, a été créé par la Walt Disney Company et dédié à Hollywood – non pas un endroit sur une carte, mais un état d’esprit qui existe partout où les gens rêvent, s’émerveillent et imaginent, un lieu où l’illusion et la réalité sont mélangées par la magie de la technologie. Nous vous accueillons dans un Hollywood qui n’a jamais existé – mais qui sera toujours présent. » – Michael Eisner, 1er mai 1989.