https://radiodisneyclub.fr/wp-content/uploads/2014/02/disneychannelbann.jpg

Merci à Disney France et Walt Disney France Télévision (Disney Channel France) pour l’aide apportée à la réalisation de ce dossier.

Avant de devenir une chaîne télévisée internationale du même nom, Le Disney Channel était au préalable une émission de télévision française. Aujourd’hui encore, ce programme reste majoritairement inconnu du jeune public, essentiellement anéanti par la consécration de sa chaîne éponyme de renommée mondiale et ses attrayantes séries comme Hannah Montana, La Vie de palace de Zack et Cody ou Les Sorciers de Waverly Place plus récemment voir même la série Phénomène Raven. Avant de pénétrer dans le vif de notre étude, il convient d’y établir un parallèle. Le Disney Channel est apparu sur les écrans français le 26 janvier 1985, deux ans après la création de la chaîne privée américaine le 18 avril 1983. Par le biais du câble et du satellite, elle ne fera son entrée en France qu’une quinzaine d’années plus tard, soit le 22 mars 1997. Il ne faut ainsi pas confondre ces deux émissions mais, au contraire, les dissocier pleinement. Ce petit historique permet également d’insister sur l’unicité et l’originalité de cette émission principalement destinée pour la jeunesse. L’idée de concevoir ce type de programme axé sur le riche univers de Disney ne date pas du Disney Dimanche (1981) ou directement de l’inspiration de réalisations antérieures comme Dorothée et ses amis (1977) ; en effet, le père fondateur de Mickey Mouse envisageait, sous les conseils avisés de son frère aîné Roy Disney, une production d’émissions de télévision dès les années 1950, peu avant la construction du premier parc à thème : Disneyland.

Le Disney Channel une émission 100% Française

Le Disney Channel est définitivement une émission originale française qui ne possède pas d’égal dans les pays étrangers. Spécialement conçue et dédiée pour la famille – et non uniquement la jeunesse, elle revendique un aspect autant divertissant qu’éducatif, un mélange qui fit évidemment la réussite des œuvres des studios Disney, de ses films d’animations à ses publications, dont Le Journal de Mickey, magazine jeunesse hebdomadaire le plus lu en France.

Le Disney Channel donald

Diffusée au début de l’année 1985 sur FR3, anciennement la troisième chaîne aujourd’hui appelée France 3, ce spectacle télévisuel fut aussi la troisième expérience du réseau après la disparition de FR3 Jeunesse en 1986 et Croqu’Soleil en 1985.  Si la chaîne souffre encore d’une insuffisance de programmes, elle jouit en revanche d’une concurrence hors norme face à son adversaire principal, TF1, multipliant et variant année après année sa diffusion. A l’inverse, Antenne 2 ne représente plus un danger en soit car elle témoigne d’une absence totale d’émissions pour la jeunesse durant la majeure partie des années 1980. D’une courte durée de vie de trois années complètes, Le Disney Channel se voit ainsi décliner en cinq saisons, saisons que nous développerons par la suite. Elles seront produites et réalisées par Dominique Bigle, fils d’Armand Bigle ayant lui-même fait carrière à Disney France, en plus d’être l’auteur des sorties des premiers films Disney en vidéocassettes à travers l’Europe. Pour mener à bien cette lourde tâche qu’est la réalisation, il sera épaulé de Maxime Debest, auteur de télévision ; au niveau de la production, nous retrouverons Gérard Jourd’hui. Cette conception ne reprend guère la totalité des programmes actuellement présentes sur la chaîne américaine Disney Channel mais tente de se démarquer, plus que son incroyable générique, par sa main d’œuvre française. Lors de sa première année de diffusion, couronnée de succès, elle sera récompensée par un fabuleux sept d’or (1985) pour la meilleure émission jeunesse française, un nouvel argument qui témoigne de la particularité de la production.

Maintenant que l’émission est présentée, il est nécessaire d’entreprendre une analyse rigoureuse et évolutive de cette dernière, en passant par ses différentes saisons. Quel est son contenu et sa stratégie ? Comment le programme a-t-il évolué ? Constate-t-on une interaction directe avec le spectateur ? Pourquoi le Disney Channel disparaît-il fin 1985 ? Autant de questions auxquelles nous tâcherons de répondre de manière synthétique.

LE DISNEY CHANNEL – première période Ÿ

https://radiodisneyclub.fr/wp-content/uploads/2014/04/Le-Disney-Channel-Logo.png

Le Disney Channel (logo remasterisé par Alexis Coppee) ©DisneyFrance

La première saison de l’émission débuta le 26 Janvier 1985 sur France 3, le samedi à partir de 20h05. On peut d’ores et déjà remarquer l’originalité de cette émission : tout d’abord par son présentateur, il s’agit d’un personnage fictif et animé, Donald Duck, doublé par l’acteur et humoriste Guy Montagné, et non d’un présentateur réel en chair et en os. Il existe là une réelle envie de la part des producteurs et réalisateurs, Dominique Bigle et Maxime Debest, d’élargir le monde fictif de Disney et de son porte-parole Mickey Mouse, car c’est son meilleur ami Donald qui se charge de présenter l’émission. Cela permet aussi de créer un univers télévisuel où le jeune public pourra pleinement s’identifier aux personnages, comme Donald qui allume son poste de télévision et déclare « Je vais regarder tout, tout » et s’installe confortablement dans son salon comme un enfant est censé le faire. Il ajoute aussi subtilement une information pratique pour encourager le jeune public à rester fidèle à l’émission « Et c’est comme ça chaque samedi ». Le monde fictif de Disney est également présent avec les extraits du film Les 101 Dalmatiens (1961) au générique, mais aussi des incrustations d’images comme celles de Walt Disney lui-même, Mary Poppins (1964) et Bambi (1942) qui témoignent d’une réelle envie d’élargir le champ de la fiction de Disney et de faire de cette émission un spectacle animé et musical qui puisse convenir à toute la famille. L’autre originalité de cette émission pour enfant est le franchissement de la catégorie de simple ‘‘émission pour la jeunesse’’. Il s’agit là d’un véritable show musical et animé, comme en témoigne le générique avec un programme riche et diversifié, mais aussi avec l’horaire de la programmation. 20h05 est un horaire tardif pour les jeunes écoliers, il s’agit presque d’une réelle émission en primetime au même titre qu’un film ou un match de football. La chaîne vise bien évidement le plus large public possible et ne se restreint pas au jeune public de 4 à 10 ans. Il s’agit donc bien là d’une des toutes premières émissions du samedi soir dédié à cent pour cent à la jeunesse.

La jeunesse d’une part, mais pas seulement ! On constate une volonté flagrante de rendre l’émission plus ‘‘adulte’’ et divertissante. Tout d’abord, la présence du co-présentateur de l’émission, l’acteur Jean Rochefort, âgé à l’époque de 55 ans, paraît surprenante dans une émission destinée à la jeunesse, chargée en premier lieu de présenter Les Aventures de Winnie l’Ourson. Les producteurs et réalisateurs de l’émission misent ici clairement sur la popularité de l’acteur français, au sommet durant les années 80, mais toujours dans une optique d’attirer un plus large public. Pour satisfaire ce dernier, les producteurs et réalisateurs ont diversifié leur programmation, il n’y a donc pas seulement des dessins animés, mais aussi des courts-métrages d’animation tel que Le Brave Petit Tailleur, produit pour la RKO Pictures et sorti en 1938 d’après le conte des frères Grimm ; il sera d’ailleurs nommé pour l’Oscar du meilleur court métrage d’animation la même année. Autre programme, un documentaire sur la vie fictive de Donald Duck, intitulé Disney Souvenirs, en présence de la voix américaine de Donald, Clarence Nash, qui accompagne le spectateur tout au long de ce documentaire qui retrace la vie télévisuelle et même cinématographique du canard le plus populaire du monde. Il s’agit là de la seule émission plus ou moins ‘‘éducative’’, les producteurs ont pour objectif de divertir en tout premier lieu et d’instruire les téléspectateurs sur la vie d’un des personnages emblématiques de l’histoire de la compagnie Walt Disney. Ce qui témoigne de la volonté première de cette émission, qui se différencie de toutes les autres émissions pour la jeunesse, de divertir le public ‘‘à l’américaine’’ : le show du samedi soir.

https://radiodisneyclub.fr/wp-content/uploads/2014/04/2.png

Dans cette optique légèrement plus adulte, on retrouve également la diffusion des premiers épisodes de la série en noir et blanc Zorro, avec le premier épisode Zorro, Le Cavalier de la nuit ; la série fut produite par les Studios Disney entre 1957 et 1961 et diffusée pour la première fois en France en 1965, sur la première de chaine de l’ORTF, première chaine publique française. La série Zorro a, depuis les années 70, toujours été diffusée en intégralité en France. Aujourd’hui encore, la dernière diffusion sur France 3 date du 29 juin 2008, ce qui témoigne à nouveau de sa popularité.

Les deux premières saisons de cette émission, 1985 et 1986, sont similaires : la programmation, les dessins-animés, les présentateurs et l’horaire restent identiques. Le premier changement que va connaitre cette émission intervient durant la troisième saison, de septembre 1986 à août 1987. De nouveaux programmes arrivent sous le titre de Mickey, Donald & Compagnie, diffusés tous les mardis puis le lundi à 17h, qui cette fois sont destinés aux plus jeunes téléspectateurs qui rentrent de l’école et qui, pour se détendre, ont droit à des séries de dessins animés américaines de la fin des années 60, tels que L’Épouvantail  ou Le Renard des Marais. Durant la quatrième saison qui débute en septembre 1987, Les Aventures de Winnie l’Ourson présentées par Jean Rochefort sont diffusées le dimanche matin, laissant cette fois la place à l’émission humoristique française La Classe présentée par l’animateur radio Fabrice. Pour l’horaire habituel de 20h35, l’émission propose une autre série télévisuelle américaine des années 60, Texas John Slaugter, un genre de série policière dont le sujet est assez surprenant dans une émission télévisée pour la jeunesse car la période de cette série concerne la Guerre de Sécession, un sujet historique et étranger au territoire de diffusion, mais qui sans doute est diffusé dans une optique et une volonté de capter le plus grand nombre de téléspectateurs voulues par les producteurs et réalisateurs qui restent toujours les même en 1987.

https://radiodisneyclub.fr/wp-content/uploads/2014/04/1.jpg           https://radiodisneyclub.fr/wp-content/uploads/2014/04/2.jpg

 SAISON 5 : VERS LA FIN DU DISNEY CHANNEL Ÿ

La saison 5 est la dernière saison de l’émission Le Disney Channel et est aussi la plus courte car elle dura du 1er septembre 1988 au 31 décembre 1988. Il s’agit de la seconde période de cette émission de télévision grand public car de grandes modifications y ont été apportées. Nous allons, dans un premier temps, analyser les changements survenus dans l’émission. En effet, on remarque la présence de nombreux instruments de musique dont la guitare, le piano, la flute, la batterie… De plus, le générique se veut plus diversifié, mettant l’accent sur la diversité des personnages Disney dont Donald et Daisy que l’on apercevait dans le précèdent générique accompagnés de Zorro, Pinocchio, Mickey, Dingo… Enfin, l’accent est mis sur la durée de l’émission par la mise en lumière des images d’anciens Disney en noir et blanc mélangés avec des plus récents. L’émission a aussi subi un changement dans son mode de présentation car il s’effectue maintenant en solo. Il s’agit dorénavant de Vincent Perrot. Ce dernier, né le 3 août 1965 à Confolens en Charente, exerce en tant que journaliste, animateur de radio et de télévision. Par ailleurs, il est aussi amateur d’histoire du cinéma et spécialiste de musiques de film. Ce nouveau présentateur s’est fait connaître, d’après l’anecdote, lors d’une émission de Jean-Marie Masse sur le cinéma sur Radio France Limoges. Vincent Perrot s’y est fait inviter suite à ces écrits répétitifs, en opposition constante avec le point de vue de Jean-Marie Masse. Cet événement constitue ses débuts dans l’audiovisuel alors qu’il n’est âgé  que de 17 ans. C’est dans l’émission Le Disney Channel qu’il accède à la notoriété avec, par la suite, d’autres émissions sur France 3. Par ailleurs, Le Disney Channel est diffusé en deux parties le samedi dans la soirée. La première partie du programme se déroule de 17h à 19h. Elle a été créée dans le but de concurrencer une autre émission destinée à un public jeune, présentée sur le même créneau : « Youpi ! L’école est finie ! ». Il s’agit de la chaine privée de Silvio Berlusconi, la 5. Puis, la seconde partie est diffusée autour de 20h30, après le programme d’information du 19/20 et La Classe, émission de divertissement humoristique française d’une durée de trente minutes.

On aperçoit, par ailleurs, le lundi après-midi vers 17h30, à l’heure du goûter, l’émission Mickey, Donald et Compagnie qui est toujours diffusée dans l’émission jeunesse Amuse 3. Enfin, le mercredi matin, vers 10 heures est rediffusée un Disney Channel de l’année 1987. En conclusion, dans cette seconde période, Le Disney Channel subit des mutations majeures avec un nouveau lifting, tout aussi entrainant que le premier, mais plus élargi avec la présence des personnages Disney, et basé sur la présentation des évolutions techniques qu’ont subi les dessins. Nous allons maintenant analyser l’émission dans son contenu.

https://radiodisneyclub.fr/wp-content/uploads/2014/04/3.png

Dans la première partie de l’émission, il est nécessaire de mettre en lumière le fait que Les Aventures de Winnie l’Ourson est présent sur les écrans à partir de 17h05. Nous avons essayé de contacter les producteurs, mais n’avons pas eu de réponse. Alors, nous pouvons supposer que le retour en force de cette série provient directement d’une pure nostalgie ou simple envie des téléspectateurs. Ensuite, de nombreux dessins animés classiques y font suite. Ils sont annoncés et diffusés dans la rubrique Télévision du Journal de Mickey qui regroupait des séries dont Mickey Mouse, Donald Duck, Dingo, Donald et Dingo… Par exemple, un court métrage de Mickey Gaucho a été diffusé le samedi 19 novembre 1988, lors d’une émission spéciale pour les 60 ans de Mickey et Steamboat Willie, The Klondike Kid et Le Brave Petit Tailleur également pour l’anniversaire de Mickey le dimanche 20 novembre 1988. Aussi, dans la rubrique de « La Minute Disney » est présenté un grand chef d’œuvre des studios de Walt Disney. Enfin, une série prenait part à cette émission, Diligence Express, un équivalent de  « La Petite Maison dans la Prairie », façon Disney. Dans la seconde partie de l’émission, qui commençait à partir de 20h40, Vincent Perrot présentait entre les programmations de la Bande à Picsou et de la série du chevalier Lumière. La Bande à Picsou, composée de seize épisodes, a été une nouveauté dans Le Disney Channel. Le Chevalier Lumière (Sidekicks) est une série télévisée américaine composée de 22 épisodes de 24 minutes. Dès le 18 juin 1988, Super Flics remplace Sidekicks. Après ces séries, une page était adressée à la découverte ou redécouverte de séries télévisées des studios Disney. A la suite de ces séries, la séquence Bon week-end Mickey terminait l’émission avec un dessin animé de Mickey, de Donald ou de Dingo.

En conclusion, cette deuxième période a été l’occasion d’innover, tant au niveau esthétique qu’à celui du contenu. Nous pouvons le remarquer avec le changement du générique, le choix du présentateur, Vincent Perrot, dont le jeune âge est peut-être un choix pertinent car il possède encore un esprit enfantin. De plus, l’émission a été allongée afin d’avoir plus de chance de monopoliser le secteur des émissions jeunesse. Nous pouvons imaginer que l’émission a subi ces mutations dans le but de pouvoir mieux s’adapter à son public.Ÿ

CONCLUSION 

Malgré des résultats d’audiences honorables, un contenu extrêmement varié et une satisfaction complète des téléspectateurs, Le Disney Channel s’éteint définitivement le 31 décembre 1988. L’émission, qui n’a guère vraisemblablement évolué en trois années, aura néanmoins inspiré bon nombre de futures productions, telles que  Le Club Dorothée (1987) diffusé sur TF1. Elle est également la source première de l’apparition de la chaîne télévisée Disney Channel en 1997 dont certains programmes ont été conservés. Par la suite, il n’est pas étonnant d’observer dès lors le peu de programmes destinés à la jeunesse proposés par la troisième chaîne. Cette perte, lourde en conséquences, permettra en revanche à TF1, déjà proche du label, de signer un contrat avec Disney pour accueillir de nouvelles productions. Ainsi apparaît – en plus du Disney DimancheDisney Parade en 1989, une émission présentée par Jean-Pierre Foucault qui perdurera, quant à elle, une dizaine d’années.

https://radiodisneyclub.fr/wp-content/uploads/2014/04/1492382-disney-channel-et-vincent-perrot.jpg

Vincent Perrot et Winnie l’Ourson ©Laurence Labat / FTV 1988

Aujourd’hui encore, l’ancienne majorité du public regrette la disparition de l’émission, affirmant, à titre de comparaison des programmes Disney plus récents comme Le Zapping Zone ou Art Attack, que l’ambiance magique s’est définitivement envolée. Et finalement, Le Disney Channel conserve une place emblématique dans l’histoire de la télévision pour la jeunesse malgré sa courte durée de vie…